Extension Factory Builder
10/12/2012 à 19:31
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La star malienne livre un dernier album très électro. La star malienne livre un dernier album très électro. © J.A

Cette fois-ci, il le voulait d'un genre différent, inclassable parmi ses classiques. Et c'est pour cette raison qu'il a fait appel au spécialiste de l'électro, le producteur Philippe Cohen Solal. "Talé", le nouvel opus de Salif Keita, inaugure des sonorités inhabituelles, tout en gardant cette identité mandingue que son public lui connaît bien. Destiné à faire danser de Paris à Bamako, cet album, Salif Keita jure que ce sera le dernier.

Jeune Afrique : Que signifie le titre de votre nouvel album ?

Salif Keita : « Talé » désigne l'appartenance personnelle, la propriété privée. Ce terme évoque l'intérêt pour l'argent et le fait que ce dernier s'est immiscé partout, même jusqu'au sein de la famille. Dans cet album, je parle de cet argent que l'on a créé et qui veut nous commander, nous rendre esclaves.

De quel genre musical relève cet album : jazz, afro pop, électro ou tout simplement world music ?

Quelle musique n'appartient pas au monde ? La musique des Beatles n'est-elle pas une musique du monde ? La world music n'est qu'une appellation créée par le show-business afin de mettre la musique africaine dans un tiroir. Pourquoi vouloir enfermer la musique dans des cases ?

Vous avez annoncé que Talé serait votre dernier album, pourquoi ?

Ça fait déjà longtemps que je joue. Aujourd'hui, la musique ne nourrit plus son homme à cause du téléchargement illégal et du piratage. À peine un disque est-il mixé qu'il est recopié ! Et puis notre culture n'admet pas qu'un homme pratique ce métier jusqu'à sa mort. Je vis dans un pays musulman où l'on croit encore que mourir musicien c'est périr dans une situation satanique. Une fois mort, on peut jeter votre corps. Personne ne viendra vous enterrer, sauf peut-être votre famille, car l'on considère qu'un musicien n'a aucun mérite.

L'islam et la musique ne sont donc pas compatibles ?

Si, l'islam et la musique le sont en principe. Tous les pays arabes ont produit de grands musiciens. Mais nous sommes confrontés à une mauvaise interprétation du Coran dans les pays musulmans subsahariens. On estime à tort que jouer de la musique c'est appeler Satan. Ceux qui interdisent la musique dans le nord du pays ne sont pas de vrais musulmans. Ce sont des bandits, des mafieux, des vagabonds et des vendeurs de drogue. On ne peut pas être musulman et violer des femmes. Ce n'est pas la religion, ça !

Les politiques ont menti à la population, ils ont laissé le pays à la disposition des envahisseurs. Nous sommes en présence d'un serpent à trois têtes : le président, le putschiste et le Premier ministre qui a les pleins pouvoirs.

Avez-vous reçu des menaces de la part de responsables religieux ?

Non, mais chaque fois que j'évoque ma retraite, cela fait plaisir aux religieux. Ils me disent qu'arrêter la musique c'est revenir à Dieu. Peut-être ai-je trop de pouvoir avec la musique...

Quel regard portez-vous sur la crise que traverse votre pays ?

Les politiques ont menti à la population du Mali, ils ont laissé le pays à la disposition des envahisseurs. Nous sommes en présence d'un serpent à trois têtes : le président, le putschiste et le Premier ministre qui a les pleins pouvoirs. Pour sortir de cette situation, il faut organiser des élections, établir un gouvernement régulier et l'aider avec le soutien de la communauté internationale.

Votre club, le Moffou, est-il toujours aussi fréquenté malgré la situation ?

Bamako est devenu triste, alors, certains week-ends, j'y donne quelques soirées. Les Maliens sont habitués à faire la fête et, malgré la situation, ils vont danser. Chacun de mes concerts se joue à guichets fermés.

Quel est l'état de la musique malienne aujourd'hui ?

Elle éclate partout dans le monde, il n'y a pas un festival qui ne se produise sans deux ou trois artistes maliens. Nos chanteurs font le tour du monde et ont prouvé que les musiques africaines et malienne n'ont pas de frontières.

Si la musique n'avait pas été là, je crois que je me serais suicidé.

Quel regard portez-vous sur l'ensemble de votre carrière ?

Je trouve que j'ai eu de la chance de connaître une belle carrière. Je remercie tous ceux qui m'ont applaudi et encouragé. Et même ceux qui ne m'ont pas aimé, car j'ai tenu compte de leurs critiques pour m'améliorer. Si la musique n'avait pas été là, je crois que je me serais suicidé. Elle représentait mon seul et unique refuge lorsque j'ai quitté l'école.

Quels sont vos projets à présent ?

Je veux être cultivateur, je l'ai toujours dit, d'ailleurs. J'ai acheté des terres dans mon village natal de Djoliba, à 40 km de Bamako. Je suis fils de cultivateur et moi-même cultivateur. Dans notre famille, l'agriculture et le rapport à la terre ont toujours été présents.

________

Propos recueillis par Abdel Pitroipa (@AbdelPit)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Mali : ouverture du troisième round de négociations à Alger

Les pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés ont repris mardi à Alger. Le ministre malien des Affaires étrangères a appelé les différents mouvements à[...]

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, samedi, à Alger s'inscrit dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu dans le nord du pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Mali : au moins 7 morts dans des combats entre le MNLA et le Gatia près de Gao

Au moins sept personnes ont été tuées lors d'affrontements jeudi après-midi, près de Gao, principale ville du nord du Mali, entre et le MNLA et le Gatia, deux groupes armés touaregs de[...]

Mali : discussions à Alger, combats vers Gao

Le MNLA et le Gatia, une milice progouvernementale, s’affrontent dans la région de Gao depuis jeudi matin. Des combats qui interviennent alors que devaient reprendre à Alger, la veille, des négociations[...]

Mali : Sultan Ould Bady et le Mujao, un jihadiste en rupture de ban

Le jihadiste Sultan Ould Bady serait en conflit avec le Mujao, au nom duquel il a pourtant récemment revendiqué plusieurs attaques contre les Casques bleus au nord du Mali.[...]

Mali : les contrats d'armement surfacturés, une bombe à retardement pour IBK

L'affaire des contrats d'armement surfacturés continue de faire des victimes... jusque dans le cercle rapproché du chef de l'État. Son conseiller spécial, Sidi Mohamed Kagnassi, a dû[...]

Mali - Seydou Keita : "Pourquoi ne pas terminer à l'AS Roma ?"

À 34 ans, Seydou Keita, le milieu de terrain malien, continue d’évoluer au plus haut niveau. Interview.[...]

Mali : quand Moussa Mara rencontre un rebelle

Moussa Mara, le Premier ministre malien, a rencontré discrètement Moussa Ag Acharatoumane, un représentant du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le 7 octobre à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers