Extension Factory Builder
06/12/2012 à 07:48
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
À la conférence de Doha, le 26 novembre. À la conférence de Doha, le 26 novembre. © AFP

La conférence onusienne s'est ouverte dans la capitale qatarie sur un constat alarmant. D'ici à 2100, la hausse moyenne des températures mondiales pourrait atteindre 4 °C. Avec de lourdes conséquences pour le continent.

La conférence des Nations unies sur le changement climatique s'est ouverte le 26 novembre, à Doha, sur un nouveau constat catastrophique : le réchauffement global se poursuit, et ses conséquences sur notre planète s'annoncent épouvantables. « L'année 2012 sera l'une des plus chaudes jamais observées depuis cent soixante ans », a lancé Michel Jarraud, secrétaire général de l'Organisation météorologique mondiale, quelques heures après le début des travaux dans la capitale du Qatar. « Le climat évolue sous nos yeux et continuera de le faire à cause des gaz à effet de serre », a-t-il ajouté, souhaitant que « ces informations soient prises en compte à Doha ».

Les prévisions du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec), autorité mondiale en ce domaine, montrent qu'une hausse des températures de 2,2 °C pourrait survenir d'ici à 2050 si les émissions mondiales de ces gaz nocifs se poursuivent au même rythme. Les 4 °C seraient même atteints d'ici à 2100. « Les communautés, les villes et les pays risquent d'être confrontés à de graves perturbations, dommages et bouleversements, et ces risques seront répartis inégalement. On peut supposer que les pauvres souffriront davantage et que la communauté internationale sera encore plus divisée et inégalitaire qu'elle ne l'est aujourd'hui », affirme pour sa part Jim Yong Kim, le président de la Banque mondiale.

Fonds vert

Quand ce dernier évoque « les pauvres » et le renforcement des « inégalités », les regards se tournent vers l'Afrique. Au cours des trente à quatre-vingt-dix années à venir, le sud du continent pourrait être affecté par des sécheresses plus fréquentes et plus intenses. En Afrique centrale, « les températures extrêmes deviendront la norme tout au long de l'année », peut-on lire dans le rapport « Turn Down the Heat : Why a Four Degree Celsius Warmer World Must be Avoided » (« Baissons la température : pourquoi un monde de 4 °C plus chaud doit à tout prix être évité »), cosigné par les experts allemands de l'Institut de recherche sur l'impact du changement climatique de Potsdam et l'ONG Climate Analytics. Des pénuries d'eau en Afrique de l'Est sont aussi à craindre, ajoutent les auteurs de ce document alarmant.

Les Africains voudraient être entendus et obtenir des moyens pour se préparer à affronter les bouleversements climatiques.

Face à ces conséquences tragiques dont ils seront les principales victimes, les Africains voudraient être entendus et obtenir des moyens pour se préparer à affronter ces bouleversements. Et c'est évidemment au niveau des financements que le bât blesse. « Ils sont essentiels pour se mettre d'accord sur quelque chose », souligne le Gambien Pa Ousman Jarju, président du LDC, qui groupe les 48 pays les moins avancés. Voilà pourquoi le Fonds vert pour le climat sera de nouveau sur la table des négociations à Doha. Cela fait trois ans qu'on attend sa mise en oeuvre. En 2009, à Copenhague, les pays industrialisés s'étaient engagés à mobiliser près de 100 milliards de dollars par an d'ici à 2020 pour aider les pays pauvres à limiter l'augmentation de leurs émissions de gaz à effet de serre et à s'adapter aux changements climatiques. Rien ou presque n'a été fait, notamment dans la mise à disposition de ressources financières en faveur de la prévention.

Négociations

Selon la Banque africaine de développement (BAD), « l'Afrique n'a reçu que 435 millions de dollars en 2009-2010 ». Or « moins les émissions de gaz à effet de serre seront réduites - comme c'est le cas aujourd'hui -, plus les dépenses d'adaptation continueront de croître », avertit Pierre Radanne, conseiller des pays africains sur les négociations pour le climat. C'est le serpent qui se mord la queue. « Il devrait y avoir un processus transparent pour encourager les financements », estime le Malien Seyni Nafo, porte-parole du groupe des 54 États africains pour les négociations des Nations unies, qui confirme l'unité du continent sur ce dossier. Une attitude dont se réjouit Radanne. « Aujourd'hui, aucun accord international sur le climat ne peut être conclu sans les pays africains », soutient-il. Parviendront-ils pour autant à convaincre les États industrialisés de leur garantir un accès effectif aux fonds conventionnels ? La mission paraît difficile en cette période de crise, où les pays du Nord sont de plus en plus réticents à mettre la main à la poche. Dès lors, « l'hypothèse de lancer un appel à contribution aux pays du Golfe n'est pas exclue », avance Radanne. Le fait que les négociations se déroulent au Qatar, de plus en plus enclin à sortir son chéquier pour élargir sa sphère d'influence, pourrait faciliter la chose. Réponse d'ici au 7 décembre, date à laquelle s'achèveront les travaux de la conférence onusienne.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Continental

'Fessemania' : l'avant-garde de l'arrière-train africain

"Fessemania" : l'avant-garde de l'arrière-train africain

Les tenants de l’ordre esthétique mondial ont décidé que les grosses fesses étaient désormais à la mode. L’Afrique n’a pas attendu leur diktat…[...]

Après Zuma, Ramtane Lamamra à la tête de l'UA ?

Le mandat de l'actuelle présidente de la Commission de l'Union africaine (UA), la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma se termine en 2016. Et déjà, certains se pressent déjà à lui trouver[...]

Les fonds étrangers désormais accueillis à bras ouverts en Afrique

Les patrons africains sont nombreux à s'ouvrir à des investisseurs venus d'ailleurs, qui apportent de l'argent frais mais aussi l'expertise qui fera décoller leur entreprise.[...]

Renault voit l'Afrique depuis le golfe

Chez Renault, l'Afrique sera dorénavant dirigée depuis Dubaï, et non plus depuis la France. La nouvelle région Afrique - Moyen-Orient - Inde (AMI) est pilotée par Bernard Cambier.[...]

Carte interactive : l'Afrique francophone dans les missions de maintien de la paix

Depuis quelques années, les pays africains francophones participent de plus en plus à des opérations et missions de paix dans le monde. "Jeune Afrique" vous propose de découvrir si votre[...]

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

À l'occasion du sommet sur le climat organisé le 23 septembre à New York par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "Jeune Afrique" publie sa carte des 15 lieux les plus[...]

Tunisie - Philippe Troussier : avec Sfax, "nous voulons remporter la Ligue des champions"

Dimanche à Kinshasa (RDC), Sfax se présentera avec l’étiquette de favori, lors de la demi-finale aller de la Ligue des champions face à l’AS Vita Club. Philippe Troussier,[...]

Qatar National Bank en Afrique, maintenant, c'est du sérieux !

L'entrée du groupe qatari dans le capital d'Ecobank a surpris tout le monde. Et selon les analystes, ce n'est qu'un début... Les géants du continent se laisseront-ils faire ?[...]

Stanley Nelson : "Obama n'a rien changé à la situation des Noirs"

Le réalisateur américain, Stanley Nelson, a présenté pour la première fois en France son documentaire "Freedom Summer" au Festival international des films de la diaspora[...]

FAO : 805 millions de personnes souffrent (encore) de la faim dans le monde

Dans un rapport publié mardi, l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a indiqué qu'environ 805 millions de personnes souffraient encore de la famine dans le monde, malgré[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex