Extension Factory Builder
27/11/2012 à 16:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un moment de répit dans un café, à Djeddah. Un moment de répit dans un café, à Djeddah. © Hassan Ammar/AP/Sipa

On savait les Saoudiennes placées sous l'autorité d'un homme toute leur vie. Désormais, elles sont suivies à la trace.

« Attention, votre femme voyage. » Voici, en substance, le SMS saugrenu que reçoit son « gardien » chaque fois qu'une Saoudienne quitte l'aéroport de Riyad. Car, en Arabie saoudite, toutes les femmes sont placées sous l'autorité d'un homme (père, époux, frère ou fils en cas de veuvage), qui en a la garde légale. Aucune n'échappe donc à cette mesure de contrôle des services de l'émigration, mise en place par les autorités du royaume.

En réalité, ce traçage électronique n'est pas nouveau. Mais, depuis que la célèbre militante Manal al-Sharif a relancé le débat sur Twitter - rare espace de liberté très prisé dans le pays -, la méthode suscite de vives critiques. Sur le réseau social, même les hommes se sont offusqués de ce que beaucoup d'internautes considèrent comme une pratique d'un autre âge. Cela dit, elle ne surprend guère, tant les droits des femmes sont bafoués en Arabie saoudite.

Chaperon

Avant d'avoir recours à la biométrie pour surveiller les Saoudiennes, le royaume leur avait interdit de franchir ses frontières sans l'accord d'un chaperon. Ainsi, dès son arrivée à l'aéroport, une femme est forcée de présenter une autorisation de voyager signée par ce dernier. Elle a beau posséder enfin son propre passeport, elle est toujours inscrite en tant que personne à charge sur la carte d'identité de son époux, quels que soient son âge ou ses revenus.

Recluses chez elles ou intégralement voilées, les femmes sont quasiment absentes de la vie publique et se voient même effacées de l'édition saoudienne des catalogues Ikea. Elles sont aussi les seules au monde à ne pas avoir le droit de conduire, sous peine de se faire arrêter. Pourtant, aucune loi ne le précise, mais les autorités, qui s'appuient sur une fatwa, invoquent la volonté des puissants religieux conservateurs pour maintenir l'interdiction. ?

L'an dernier, le roi Abdallah s'est toutefois efforcé de redonner un peu d'espoir aux Saoudiennes. En septembre 2011, il leur a enfin accordé le droit de vote et d'éligibilité pour les élections municipales de 2015. Et, lors des derniers Jeux olympiques, il a autorisé deux sportives à concourir pour la première fois.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Moyen-Orient

France - Djibouti : Le Drian rencontre Ismaïl Omar Guelleh... en Jordanie

France - Djibouti : Le Drian rencontre Ismaïl Omar Guelleh... en Jordanie

Attendu à Djibouti pour sa première visite dans ce pays - "une date avait été retenue en avril, mais apparemment elle ne convenait pas au calendrier du président Ismaïl Omar Gue[...]

Israël : Ayman Odeh a fait un rêve

Inconnu il y a encore quelques mois, il a réussi à fédérer les Arabes israéliens et à en faire la troisième force politique du pays. Portrait d'un farouche militant des[...]

Yémen : la coalition arabe menée par l'Arabie Saoudite annonce la fin des frappes aériennes

La coalition arabe au Yémen a annoncé mardi la fin des frappes aériennes lancées il y a un mois contre les Houthis chiites. En dépit de cette trêve, des combats se poursuivent toujours au[...]

Irak : le chef de l'EI, Abou Bakr al-Baghdadi, "grièvement blessé" dans une frappe aérienne ?

Le journal britannique "The Guardian" a relayé mardi des informations selon lesquelles le chef du groupe terroriste État islamique (EI) aurait été grièvement blessé lors de[...]

Méditerranée : plus de 300 migrants en plein naufrage, selon l'OIM

L'OIM a reçu lundi un appel au secours provenant d'une embarcation en train de sombrer en Méditerranée. Il y aurait plus de 300 migrants à son bord.[...]

Le Yémen, l'eau, la guerre

Il y a plus d'une vingtaine d'années, un chercheur canadien, appelons-le Stéphane L., était venu nous rendre visite au centre de recherche où je travaillais alors, à l'École des[...]

Yémen : Abd Rabbo Mansour Hadi, sans fleurs ni couronne

Vaincu par la milice chiite houthiste, le président du Yémen a fui le pays. Ce n'est pas la gloire, aux yeux de ses compatriotes...[...]

"Taxi Téhéran" : la caméra sur 4 roues de Jafar Panahi

Depuis qu'Abbas Kiarostami a cessé de tourner en Iran et se fait rare, le cinéma de la République islamique n'a plus qu'un fer de lance capable de s'imposer sur le plan international : Jafar Panahi. [...]

État islamique : vivre le califat

Le seul nom de Daesh, auteur de violentes exactions, suscite la terreur. Mais sur les territoires conquis, le groupe tente aussi de gagner les coeurs et les esprits et de s'imposer en tant qu'État.[...]

Émirats arabes unis : des ouvriers se révoltent et incendient leur chantier

Des ouvriers travaillant à la construction d'un campus universitaire, dans le nord des Émirats arabes unis, se sont révoltés en incendiant une partie des bâtiments de leur chantier. Des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2707p018.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2707p018.xml0 from 172.16.0.100