Extension Factory Builder
30/11/2012 à 14:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président Alassane Ouattara a dissous le gouvernement ivoirien mercredi 14 novembre. Le président Alassane Ouattara a dissous le gouvernement ivoirien mercredi 14 novembre. © Sia Kambou/AFP

En nommant à la tête du gouvernement Daniel Kablan Duncan, un proche issu des rangs du PDCI qui n'était pas forcément le premier choix d'Henri Konan Bédié, le chef de l'État ivoirien s'affranchit progressivement de l'influence de ses alliés. Un pari risqué ?

«Chez nous, les Baoulés, le sacrifice d'un individu pour sauver la communauté ne pose pas de problème. » C'est par ces mots que Jeannot Ahoussou Kouadio a annoncé son départ de la primature. Difficile d'être plus conciliant. Est-il écarté pour ne pas avoir su éviter la fronde menée par le secrétaire général, Alphonse Djédjé Mady, au sein même de son parti, le PDCI (Parti démocratique de Côte d'Ivoire) ? Les choses sont un peu plus compliquées. Certes, Ahoussou manquait de poigne. « Si ses ministres s'adressaient directement au président sans passer par lui, c'est parce qu'il n'avait pas l'autorité nécessaire », lâche un dirigeant du Rassemblement des républicains (RDR) d'Alassane Dramane Ouattara (ADO). Mais, surtout, le juriste Ahoussou - qui a déjà envoyé sa robe d'avocat au pressing - manquait de compétences économiques. Confidence d'un proche du président : « Lors de la nomination d'Ahoussou, en mars dernier, Alassane pensait pouvoir gérer l'économie tout seul. Mais il s'est rendu compte que l'exercice de l'État ne lui laissait pas assez de temps, et qu'il devait déléguer davantage. »

Avec Daniel Kablan Duncan (DKD), pas de problème. Ouattara et lui travaillent ensemble depuis 1989. À l'époque, les deux hommes sont à la Banque centrale des États de l'Afrique de l'Ouest, à Dakar. En 1990, quand ADO est nommé Premier ministre par Houphouët, DKD devient son super-ministre (Économie, Finances, Commerce, Plan). En 1998-1999, au plus fort de la campagne pour l'ivoirité et contre une candidature Ouattara, DKD est le Premier ministre du président Henri Konan Bédié. Mais il prend soin de ne pas entrer dans la querelle. « Duncan est un homme dont vous ne savez jamais quelle est sa position dans une crise », souffle l'un de ses vieux compagnons au PDCI. Affable, discret, DKD cultive le consensus. En mai 2011, quand Ouattara lui propose les Affaires étrangères, il commence par refuser : « Prenez plutôt un jeune, Monsieur le président. » ADO insiste. Il cède. Commentaire amusé et élogieux d'ADO : « Je ne savais pas qu'il y avait quelqu'un dans ce pays capable de refuser un poste de ministre. »

Quid de Bédié ?

La proximité Ouattara-Duncan ne risque-t-elle pas de contrarier Bédié ? Depuis l'accord électoral de la fin 2010 qui lie ce dernier à Ouattara, la primature doit revenir au PDCI. Pour Konan Bédié, Jeannot Ahoussou Kouadio était l'homme de confiance au poste clé. « Il voulait même en faire son successeur », souffle un dirigeant du PDCI. Daniel Kablan Duncan n'est donc qu'un second choix. L'ancien chef de l'État l'a-t-il dit à ADO ? Pas sûr. Le 19 novembre, le président ivoirien s'est rendu au domicile de son aîné, à Abidjan. L'entretien n'a duré que quarante minutes. Analyse du cadre PDCI : « Quand c'est aussi court, c'est que Bédié ne parle pas. Il a dû bouder poliment et dire oui à tout. »

Certes, au sein de ce nouveau gouvernement de 29 membres, Bédié et le PDCI sauvent l'essentiel : la primature et neuf ministères, dont les Affaires étrangères, qui échoient à Charles Diby Koffi, jusque-là ministre de l'Économie et des Finances, et les Infrastructures économiques, que conserve Patrick Achi. Mais avec 18 ministères, le RDR se taille à nouveau la part du lion. Gnénéma Mamadou Coulibaly - un proche de Guillaume Soro - prend la Justice, Hamed Bakayoko garde l'Intérieur et la Sécurité, et Ally Coulibaly l'Intégration africaine - un vrai ministère-bis des Affaires étrangères.

Ce gouvernement rebat-il les cartes pour la présidentielle de 2015 ? À Abidjan, c'est la grande question. « N'oubliez pas que la primature est un poste stratégique. Si Ahoussou Kouadio [61 ans, NDLR] était resté Premier ministre plus longtemps, il aurait pu se préparer pour 2015. Maintenant, ses chances sont très minces, estime le dirigeant du PDCI. Kablan Duncan [69 ans], lui, n'a pas d'ambition présidentielle. Du moins pour l'instant. Sa nature le porte à rester un brillant second. » Le président souhaite-t-il que le PDCI ne présente pas de candidat contre lui en 2015 ? Sans doute. Et de ce point de vue, le choix de Kablan Duncan est le moins risqué.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire : payez (mieux) ceux que vous publiez !

Côte d'Ivoire : payez (mieux) ceux que vous publiez !

Le Conseil national de la presse exige des éditeurs qu’ils appliquent la convention collective et augmentent le salaire des journalistes. OK, disent les patrons, mais pas avant 2015.[...]

Hervé Renard : "La Côte d'Ivoire, c'est un nouveau palier"

Quelques heures après sa nomination pour deux ans à la tête des Éléphants ivoiriens, Hervé Renard (45 ans) a livré ses premières impressions à "Jeune[...]

Ebola : ouverture d'un sommet régional à Conakry

Les présidents de la Guinée, du Liberia, de la Sierra Leone et de la Côte d'Ivoire sont attendus vendredi à Conakry pour participer à un sommet régional consacré à [...]

Notation : 10 pays africains passés au crible

Le Rwanda a été noté B+ par l'agence Fitch Ratings. Comment expliquer que ce pays, avec un PIB de 7,5 milliards de dollars, soit mieux noté que le Ghana (48 milliards de dollars) ou l'Égypte (272[...]

Gervais Coulibaly : "Il est temps de mettre fin aux problèmes électoraux de la Côte d'Ivoire"

Le président de Cap Unir pour la démocratie et le développement (Cap-UDD) et ancien porte-parole de l’ex-président Laurent Gbagbo, Gervais Coulibaly, fera partie de la nouvelle Commission[...]

Côte d'Ivoire : Hervé Renard nommé sélectionneur des Éléphants

Ancien sélectionneur de la Zambie et de l’Angola, Hervé Renard revient en Afrique. Il a en effet été choisi pour succéder à Sabri Lamouchi, qui a démissionné[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Côte d'Ivoire : Abidjan et ses drôles de dames

Trois filles ont débarqué sur les bords de la lagune Ébrié. L'une y a créé sa société, une autre y est auditrice financière pour un grand cabinet, la[...]

Ebola : viande de brousse, le goût du risque

Vecteur potentiel du redoutable virus Ebola, la viande de brousse a été interdite dans les pays touchés par l'épidémie. Une mesure qui ne décourage pas certains consommateurs.[...]

Côte d'Ivoire : le duo Renard-Beaumelle à la tête des Éléphants ?

De cinq noms, la "short-list" de la fédération ivoirienne est passée à trois, après que les Français Francis Gillot et Luiz Fernandez ont été [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers