Extension Factory Builder
30/11/2012 à 14:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président Alassane Ouattara a dissous le gouvernement ivoirien mercredi 14 novembre. Le président Alassane Ouattara a dissous le gouvernement ivoirien mercredi 14 novembre. © Sia Kambou/AFP

En nommant à la tête du gouvernement Daniel Kablan Duncan, un proche issu des rangs du PDCI qui n'était pas forcément le premier choix d'Henri Konan Bédié, le chef de l'État ivoirien s'affranchit progressivement de l'influence de ses alliés. Un pari risqué ?

«Chez nous, les Baoulés, le sacrifice d'un individu pour sauver la communauté ne pose pas de problème. » C'est par ces mots que Jeannot Ahoussou Kouadio a annoncé son départ de la primature. Difficile d'être plus conciliant. Est-il écarté pour ne pas avoir su éviter la fronde menée par le secrétaire général, Alphonse Djédjé Mady, au sein même de son parti, le PDCI (Parti démocratique de Côte d'Ivoire) ? Les choses sont un peu plus compliquées. Certes, Ahoussou manquait de poigne. « Si ses ministres s'adressaient directement au président sans passer par lui, c'est parce qu'il n'avait pas l'autorité nécessaire », lâche un dirigeant du Rassemblement des républicains (RDR) d'Alassane Dramane Ouattara (ADO). Mais, surtout, le juriste Ahoussou - qui a déjà envoyé sa robe d'avocat au pressing - manquait de compétences économiques. Confidence d'un proche du président : « Lors de la nomination d'Ahoussou, en mars dernier, Alassane pensait pouvoir gérer l'économie tout seul. Mais il s'est rendu compte que l'exercice de l'État ne lui laissait pas assez de temps, et qu'il devait déléguer davantage. »

Avec Daniel Kablan Duncan (DKD), pas de problème. Ouattara et lui travaillent ensemble depuis 1989. À l'époque, les deux hommes sont à la Banque centrale des États de l'Afrique de l'Ouest, à Dakar. En 1990, quand ADO est nommé Premier ministre par Houphouët, DKD devient son super-ministre (Économie, Finances, Commerce, Plan). En 1998-1999, au plus fort de la campagne pour l'ivoirité et contre une candidature Ouattara, DKD est le Premier ministre du président Henri Konan Bédié. Mais il prend soin de ne pas entrer dans la querelle. « Duncan est un homme dont vous ne savez jamais quelle est sa position dans une crise », souffle l'un de ses vieux compagnons au PDCI. Affable, discret, DKD cultive le consensus. En mai 2011, quand Ouattara lui propose les Affaires étrangères, il commence par refuser : « Prenez plutôt un jeune, Monsieur le président. » ADO insiste. Il cède. Commentaire amusé et élogieux d'ADO : « Je ne savais pas qu'il y avait quelqu'un dans ce pays capable de refuser un poste de ministre. »

Quid de Bédié ?

La proximité Ouattara-Duncan ne risque-t-elle pas de contrarier Bédié ? Depuis l'accord électoral de la fin 2010 qui lie ce dernier à Ouattara, la primature doit revenir au PDCI. Pour Konan Bédié, Jeannot Ahoussou Kouadio était l'homme de confiance au poste clé. « Il voulait même en faire son successeur », souffle un dirigeant du PDCI. Daniel Kablan Duncan n'est donc qu'un second choix. L'ancien chef de l'État l'a-t-il dit à ADO ? Pas sûr. Le 19 novembre, le président ivoirien s'est rendu au domicile de son aîné, à Abidjan. L'entretien n'a duré que quarante minutes. Analyse du cadre PDCI : « Quand c'est aussi court, c'est que Bédié ne parle pas. Il a dû bouder poliment et dire oui à tout. »

Certes, au sein de ce nouveau gouvernement de 29 membres, Bédié et le PDCI sauvent l'essentiel : la primature et neuf ministères, dont les Affaires étrangères, qui échoient à Charles Diby Koffi, jusque-là ministre de l'Économie et des Finances, et les Infrastructures économiques, que conserve Patrick Achi. Mais avec 18 ministères, le RDR se taille à nouveau la part du lion. Gnénéma Mamadou Coulibaly - un proche de Guillaume Soro - prend la Justice, Hamed Bakayoko garde l'Intérieur et la Sécurité, et Ally Coulibaly l'Intégration africaine - un vrai ministère-bis des Affaires étrangères.

Ce gouvernement rebat-il les cartes pour la présidentielle de 2015 ? À Abidjan, c'est la grande question. « N'oubliez pas que la primature est un poste stratégique. Si Ahoussou Kouadio [61 ans, NDLR] était resté Premier ministre plus longtemps, il aurait pu se préparer pour 2015. Maintenant, ses chances sont très minces, estime le dirigeant du PDCI. Kablan Duncan [69 ans], lui, n'a pas d'ambition présidentielle. Du moins pour l'instant. Sa nature le porte à rester un brillant second. » Le président souhaite-t-il que le PDCI ne présente pas de candidat contre lui en 2015 ? Sans doute. Et de ce point de vue, le choix de Kablan Duncan est le moins risqué.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Ebola : inquiète des conséquences économiques, la BAD va mobiliser 150 millions de dollars

Ebola : inquiète des conséquences économiques, la BAD va mobiliser 150 millions de dollars

Après avoir octroyé 60 millions de dollars à l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), pour lutter contre l’épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, la Banque africaine de dév[...]

Côte d'Ivoire : la commune du Plateau se fait noter

La commune du Plateau est devenue la deuxième collectivité locale d’Afrique occidentale francophone, après la ville de Dakar, à se faire noter par Bloomfield Investments.[...]

Côte d'Ivoire : Guillaume Koffi et Issa Diabaté, l'architecture et l'art de la passivité

Les architectes ivoiriens Guillaume Koffi et Issa Diabaté s'inspirent de l'architecture traditionnelle africaine pour concevoir des bâtiments de plus en plus passifs. Mais résolument modernes.[...]

CAN 2015 : Ouattara ne veut pas de match Côte d'Ivoire-Sierra Leone à Abidjan

Le président ivoirien Alassane Ouattara a exprimé à un ministre son refus de voir le match Côte d'Ivoire-Sierra Leone se tenir à Abidjan, le 6 septembre. Mais pour l'instant, aucune solution de[...]

Présidentielle ivoirienne 2015 : les lièvres et la tortue

Alors que l'élection présidentielle ivoirienne aura lieu en octobre 2015, seul Alassane Ouattara a pour l'instant déclaré sa candidature. Les autres leaders politiques continuent de chercher celui qui[...]

Stanislas Zézé : "La notation de la Côte d'Ivoire a rassuré les entreprises locales"

Stanislas Zézé, PDG de Bloomfield Investment, et Jean-Paul Tonga, directeur des opérations de l'agence de notation basée à Abidjan, reviennent pour "Jeune Afrique" sur l'impact du[...]

Côte d'Ivoire : "Stop Ebola", un clip pour lutter contre le virus

Spots publicitaires, communiqués, messages radiophoniques, les campagnes de sensibilisation contre le virus Ebola battent leur plein sur le continent. En Côte d'Ivoire, un blogueur a décidé de[...]

Bientôt, les palmiers ivoiriens produiront de l'électricité

 À Aboisso, en Côte d'Ivoire, une minirévolution qui s'annonce : la construction d'une centrale d'énergie alimentée par de la biomasse, la première en Afrique à être[...]

Côte d'Ivoire : le FPI en a-t-il vraiment fini avec sa crise interne ?

La crise qui secoue le Front populaire ivoirien (FPI) a officiellement pris fin mardi. Mais les divergences de fond sur la ligne adoptée par la formation de l'ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, n'ont pas[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex