Extension Factory Builder
30/11/2012 à 14:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président Alassane Ouattara a dissous le gouvernement ivoirien mercredi 14 novembre. Le président Alassane Ouattara a dissous le gouvernement ivoirien mercredi 14 novembre. © Sia Kambou/AFP

En nommant à la tête du gouvernement Daniel Kablan Duncan, un proche issu des rangs du PDCI qui n'était pas forcément le premier choix d'Henri Konan Bédié, le chef de l'État ivoirien s'affranchit progressivement de l'influence de ses alliés. Un pari risqué ?

«Chez nous, les Baoulés, le sacrifice d'un individu pour sauver la communauté ne pose pas de problème. » C'est par ces mots que Jeannot Ahoussou Kouadio a annoncé son départ de la primature. Difficile d'être plus conciliant. Est-il écarté pour ne pas avoir su éviter la fronde menée par le secrétaire général, Alphonse Djédjé Mady, au sein même de son parti, le PDCI (Parti démocratique de Côte d'Ivoire) ? Les choses sont un peu plus compliquées. Certes, Ahoussou manquait de poigne. « Si ses ministres s'adressaient directement au président sans passer par lui, c'est parce qu'il n'avait pas l'autorité nécessaire », lâche un dirigeant du Rassemblement des républicains (RDR) d'Alassane Dramane Ouattara (ADO). Mais, surtout, le juriste Ahoussou - qui a déjà envoyé sa robe d'avocat au pressing - manquait de compétences économiques. Confidence d'un proche du président : « Lors de la nomination d'Ahoussou, en mars dernier, Alassane pensait pouvoir gérer l'économie tout seul. Mais il s'est rendu compte que l'exercice de l'État ne lui laissait pas assez de temps, et qu'il devait déléguer davantage. »

Avec Daniel Kablan Duncan (DKD), pas de problème. Ouattara et lui travaillent ensemble depuis 1989. À l'époque, les deux hommes sont à la Banque centrale des États de l'Afrique de l'Ouest, à Dakar. En 1990, quand ADO est nommé Premier ministre par Houphouët, DKD devient son super-ministre (Économie, Finances, Commerce, Plan). En 1998-1999, au plus fort de la campagne pour l'ivoirité et contre une candidature Ouattara, DKD est le Premier ministre du président Henri Konan Bédié. Mais il prend soin de ne pas entrer dans la querelle. « Duncan est un homme dont vous ne savez jamais quelle est sa position dans une crise », souffle l'un de ses vieux compagnons au PDCI. Affable, discret, DKD cultive le consensus. En mai 2011, quand Ouattara lui propose les Affaires étrangères, il commence par refuser : « Prenez plutôt un jeune, Monsieur le président. » ADO insiste. Il cède. Commentaire amusé et élogieux d'ADO : « Je ne savais pas qu'il y avait quelqu'un dans ce pays capable de refuser un poste de ministre. »

Quid de Bédié ?

La proximité Ouattara-Duncan ne risque-t-elle pas de contrarier Bédié ? Depuis l'accord électoral de la fin 2010 qui lie ce dernier à Ouattara, la primature doit revenir au PDCI. Pour Konan Bédié, Jeannot Ahoussou Kouadio était l'homme de confiance au poste clé. « Il voulait même en faire son successeur », souffle un dirigeant du PDCI. Daniel Kablan Duncan n'est donc qu'un second choix. L'ancien chef de l'État l'a-t-il dit à ADO ? Pas sûr. Le 19 novembre, le président ivoirien s'est rendu au domicile de son aîné, à Abidjan. L'entretien n'a duré que quarante minutes. Analyse du cadre PDCI : « Quand c'est aussi court, c'est que Bédié ne parle pas. Il a dû bouder poliment et dire oui à tout. »

Certes, au sein de ce nouveau gouvernement de 29 membres, Bédié et le PDCI sauvent l'essentiel : la primature et neuf ministères, dont les Affaires étrangères, qui échoient à Charles Diby Koffi, jusque-là ministre de l'Économie et des Finances, et les Infrastructures économiques, que conserve Patrick Achi. Mais avec 18 ministères, le RDR se taille à nouveau la part du lion. Gnénéma Mamadou Coulibaly - un proche de Guillaume Soro - prend la Justice, Hamed Bakayoko garde l'Intérieur et la Sécurité, et Ally Coulibaly l'Intégration africaine - un vrai ministère-bis des Affaires étrangères.

Ce gouvernement rebat-il les cartes pour la présidentielle de 2015 ? À Abidjan, c'est la grande question. « N'oubliez pas que la primature est un poste stratégique. Si Ahoussou Kouadio [61 ans, NDLR] était resté Premier ministre plus longtemps, il aurait pu se préparer pour 2015. Maintenant, ses chances sont très minces, estime le dirigeant du PDCI. Kablan Duncan [69 ans], lui, n'a pas d'ambition présidentielle. Du moins pour l'instant. Sa nature le porte à rester un brillant second. » Le président souhaite-t-il que le PDCI ne présente pas de candidat contre lui en 2015 ? Sans doute. Et de ce point de vue, le choix de Kablan Duncan est le moins risqué.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

CAN 2015 : Et si la qualification se jouait sur tirage au sort ?

CAN 2015 : Et si la qualification se jouait sur tirage au sort ?

En cas d'égalité parfaite à l'issue de la phase de poule entre deux équipes, la qualification pour les quarts de finale se jouera au tirage au sort. Une situation très improbable, mais qui pourra[...]

La malédiction de la CAN 2015 frappe le Mali

La Côte d'Ivoire a égalisé en toute fin de match face au Mali (1-1) après avoir pris tous les risques. Les deux équipes sont au coude à coude dans un groupe qui n'a accouché que de[...]

Côte d'Ivoire : souvenirs du dernier maire d'Abidjan

À 81 ans, Ernest N'Koumo Mobio est toujours épris de sa ville, dont un tableau orne le hall de sa résidence des Deux-Plateaux, à Cocody. Il confie à Jeune Afrique quelques souvenirs de[...]

Côte d'Ivoire : voisins, voisines abidjanais

Ils gagnent leur vie, mais simplement. Ils se croisent chaque jour dans les quartiers modestes ou huppés de Cocody. Rencontre avec Mariette, Éric, Isaac et Franck. Leur quotidien, leurs rêves, leurs[...]

Exclusif : Pourquoi le tribunal d'Abidjan a lourdement condamné Ecobank

Jeune Afrique révèle le contenu de la décision du Tribunal de commerce d'Abidjan ayant mené à la condamnation du groupe Ecobank, du sud-africain PIC et de Daniel Matjila à payer 7,5[...]

Mathias Aka N'Gouan, maire de Cocody : "Notre modèle, c'est Beverly Hills..."

Mathias Aka N'Gouan, membre du PDCI, a été élu à la tête de la municipalité de Cocody, à Abidjan, lors des élections locales d'avril 2013. Interview.[...]

CAN 2015 : la Côte d'Ivoire manque ses débuts face à la Guinée

Lors de son entrée dans la CAN 2015, la Côte d'Ivoire d'Hervé Renard n'a pas brillé et a été tenue en échec par la Guinée (1-1), mardi à Malabo. Les Élephants[...]

Côte d'Ivoire : à Treichville, "on nous a transféré les problèmes, pas les solutions"

Située près du centre d'affaires mais enclavée entre la lagune Ébrié et Marcory, Treichville souffre d'un manque de place et de revenus pour construire de nouveaux logements.[...]

SOMMAIRE Abidjan, le retour

  RETROUVER TOUS LES ARTICLES DE NOTRE DOSSIER Abidjan et les autres Sous pression Robert Beugré Mambé "Tout le monde revient pour faire des affaires" Des jeux et des travaux [...]

Affaire Ecobank/Tanoh : "La décision du Tribunal d'Abidjan est dépourvue de tout fondement", estime Ecobank

Suite à sa condamnation à payer 7,5 milliards de FCFA à Thierry Tanoh, son ancien directeur général, Ecobank conteste dans un communiqué la compétence du Tribunal de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2707p010-012.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2707p010-012.xml0 from 172.16.0.100