Extension Factory Builder
30/11/2012 à 16:02
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Lélé Matelo et Tadi Tuene lors des répétitions. Lélé Matelo et Tadi Tuene lors des répétitions. © Vincent Fournier pour J.A.

Le Camerounais Marcel Zang évoque les sentiments ambivalents que des immigrés peuvent ressentir envers la France.

Marcel Zang est soulagé. Sa pièce Mon général va être « enfin » jouée. Il l'a écrite il y a pourtant à peine un an mais, explique-t-il impatient, « un texte dramatique qui n'est pas mis en scène est comme un archet sans violon. Terriblement frustrant ». Du 22 novembre au 21 décembre, l'Iranien Kazem Shahryari comblera le dramaturge camerounais en présentant cette tragicomédie. Dans une écriture incisive, Marcel Zang retrace le destin douloureux de travailleurs immigrés en France pris entre leur interprétation de l'Histoire, leurs conditions de vie et leurs sentiments ambivalents pour leur terre d'accueil.

L'action se situe en 1970, à la mort du général de Gaulle. Augustin, le personnage principal, voue un culte indéfectible à ce dernier. Une admiration excessive qu'il a héritée de son père, un ancien caporal camerounais ayant combattu au sein de l'armée française pendant les deux guerres mondiales. Mais, prévient Saïd, « de Gaulle c'est comme les femmes blanches, tout craché pareil. Tout ce qu'il veut c'est ton corps et rien donner ». L'Algérien est venu quant à lui trouver un meilleur salaire afin de subvenir aux besoins de sa famille : « Je ne suis pas en France, je suis chez mon patron ; c'est lui qui me paie, ce n'est pas de Gaulle », déclare-t-il.

Écorché vif

Tous deux doivent faire face à une nation à la fois accueillante et inhospitalière. Et tandis que Saïd applaudit la déroute de la France en Algérie, Augustin chavire d'émotions à l'écoute du discours du général de Gaulle et de La Marseillaise dans sa chambre de bonne. Rien ne viendra détourner le Camerounais de cet amour, pas même ce que lui raconte son compatriote Menguelé, médaillé de guerre rentré au pays, qui se défoule à coups de pied et d'insultes sur son chien, baptisé De Gaulle. Le lauréat 2005 et 2010 du prestigieux prix français de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD) évoque ici avec force et drôlerie (l'humour n'est jamais loin) les affres du déracinement et de l'exil.

Une situation que le dramaturge a connue en partie. Né en 1954 au Cameroun, il débarque un soir d'automne à l'aéroport du Bourget, à l'âge 9 ans, accompagné de ses parents. Il neige, il fait froid et il est simplement vêtu d'un short et d'une chemisette kaki. Le jeune Marcel découvre aussi la France de ses lectures, celle du Grand Meaulnes d'Alain-Fournier et celle des Trois Mousquetaires d'Alexandre Dumas. Marcel est confié à des amis de ses parents installés en région parisienne avant que ces derniers ne rejoignent leur pays. Puis viendront les années d'internat en Normandie, à Rouen, où il apprendra le suicide de son père l'année de son bac. « La bulle avait éclaté. Je me suis alors retrouvé face au vide, face à l'inconnu. Une situation idéale pour l'écriture et le jeu », dit-il.

La quarantaine approchant, Marcel Zang décide enfin de renouer avec ses racines et se rend au Cameroun pour la première fois depuis son enfance. « Cet éloignement a fini par me rendre extrêmement sensible aux sujets liés à l'Afrique et à la problématique de l'identité », confie l'écrivain, son éternel chapeau noir vissé sur la tête et une mitaine à la main gauche. Une source d'inspiration pour cet écorché vif qui aborde cette question dans une pièce antérieure, L'Exilé. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Cameroun : Paul Biya veut en finir avec Boko Haram

Cameroun : Paul Biya veut en finir avec Boko Haram

Les islamistes nigérians de Boko Haram ne cessent d'étendre leur influence près des frontières camerounaises. En déplacement en France, le président Paul Biya a fait savoir sa déter[...]

Jean II Makoun : "Je mets un terme à ma carrière internationale" avec le Cameroun

À 31 ans, Jean II Makoun a décidé de mettre un terme à sa carrière internationale, débutée en novembre 2003 face au Japon . Il en explique les raisons en exclusivité[...]

Nigeria : Boko Haram tente de renforcer sa présence à la frontière camerounaise

Un jour après avoir pris d’assaut la ville de Gamboru Ngala, située au nord-est du Nigeria, les combattants du groupe islamiste Boko Haram ont tenté de faire exploser le pont de Fotokol qui relie le[...]

Joël Nana Kontchou, de l'énergie à revendre

À 52 ans, cet ingénieur prend les rênes de l'électricien Sonel, au Cameroun. Ses talents de meneur d'hommes, acquis chez Schlumberger, lui seront utiles pour remettre de l'ordre dans[...]

Algérie : décès du footballeur camerounais Albert Ebossé, atteint par un projectile

L’attaquant camerounais de la JS Kabylie, Albert Ebossé est décédé samedi soir, atteint par un projectile parti des tribunes à l’issue de la défaite à domicile de son[...]

Architecture : pourquoi s'approprier l'héritage colonial est une bonne chose

L'héritage achitectural colonial a souvent été délaissé en Afrique. Mais la tendance commence à s'inverser.[...]

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

Le Cameroun a décidé lundi de fermer toutes ses frontières aériennes, maritimes et terrestres avec le Nigeria. À cette mesure de prévention s'ajoute une restriction de la circulation avec[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

Samuel Foyou, un patron si discret

Ce self-made-man cultive les relations haut placées mais fuit les mondanités. Retour sur l'ascension d'un tailleur qui s'est enrichi dans l'import-export avant de bâtir un vaste empire industriel.[...]

Boko Haram : le Cameroun sur le pied de guerre ?

L'attaque de Kolofata sonne comme un sérieux avertissement. En prenant un ministre camerounais pour cible, les assaillants - probablement des islamistes de Boko Haram - envoient un message clair : leur[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex