Extension Factory Builder
30/11/2012 à 16:02
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Lélé Matelo et Tadi Tuene lors des répétitions. Lélé Matelo et Tadi Tuene lors des répétitions. © Vincent Fournier pour J.A.

Le Camerounais Marcel Zang évoque les sentiments ambivalents que des immigrés peuvent ressentir envers la France.

Marcel Zang est soulagé. Sa pièce Mon général va être « enfin » jouée. Il l'a écrite il y a pourtant à peine un an mais, explique-t-il impatient, « un texte dramatique qui n'est pas mis en scène est comme un archet sans violon. Terriblement frustrant ». Du 22 novembre au 21 décembre, l'Iranien Kazem Shahryari comblera le dramaturge camerounais en présentant cette tragicomédie. Dans une écriture incisive, Marcel Zang retrace le destin douloureux de travailleurs immigrés en France pris entre leur interprétation de l'Histoire, leurs conditions de vie et leurs sentiments ambivalents pour leur terre d'accueil.

L'action se situe en 1970, à la mort du général de Gaulle. Augustin, le personnage principal, voue un culte indéfectible à ce dernier. Une admiration excessive qu'il a héritée de son père, un ancien caporal camerounais ayant combattu au sein de l'armée française pendant les deux guerres mondiales. Mais, prévient Saïd, « de Gaulle c'est comme les femmes blanches, tout craché pareil. Tout ce qu'il veut c'est ton corps et rien donner ». L'Algérien est venu quant à lui trouver un meilleur salaire afin de subvenir aux besoins de sa famille : « Je ne suis pas en France, je suis chez mon patron ; c'est lui qui me paie, ce n'est pas de Gaulle », déclare-t-il.

Écorché vif

Tous deux doivent faire face à une nation à la fois accueillante et inhospitalière. Et tandis que Saïd applaudit la déroute de la France en Algérie, Augustin chavire d'émotions à l'écoute du discours du général de Gaulle et de La Marseillaise dans sa chambre de bonne. Rien ne viendra détourner le Camerounais de cet amour, pas même ce que lui raconte son compatriote Menguelé, médaillé de guerre rentré au pays, qui se défoule à coups de pied et d'insultes sur son chien, baptisé De Gaulle. Le lauréat 2005 et 2010 du prestigieux prix français de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD) évoque ici avec force et drôlerie (l'humour n'est jamais loin) les affres du déracinement et de l'exil.

Une situation que le dramaturge a connue en partie. Né en 1954 au Cameroun, il débarque un soir d'automne à l'aéroport du Bourget, à l'âge 9 ans, accompagné de ses parents. Il neige, il fait froid et il est simplement vêtu d'un short et d'une chemisette kaki. Le jeune Marcel découvre aussi la France de ses lectures, celle du Grand Meaulnes d'Alain-Fournier et celle des Trois Mousquetaires d'Alexandre Dumas. Marcel est confié à des amis de ses parents installés en région parisienne avant que ces derniers ne rejoignent leur pays. Puis viendront les années d'internat en Normandie, à Rouen, où il apprendra le suicide de son père l'année de son bac. « La bulle avait éclaté. Je me suis alors retrouvé face au vide, face à l'inconnu. Une situation idéale pour l'écriture et le jeu », dit-il.

La quarantaine approchant, Marcel Zang décide enfin de renouer avec ses racines et se rend au Cameroun pour la première fois depuis son enfance. « Cet éloignement a fini par me rendre extrêmement sensible aux sujets liés à l'Afrique et à la problématique de l'identité », confie l'écrivain, son éternel chapeau noir vissé sur la tête et une mitaine à la main gauche. Une source d'inspiration pour cet écorché vif qui aborde cette question dans une pièce antérieure, L'Exilé. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Cameroun : le parlement autorise la ratification de l'APE intérimaire

Cameroun : le parlement autorise la ratification de l'APE intérimaire

L’accord prévoit un démantèlement tarifaire sur les quinze prochaines années et une libéralisation de 80% des importations venant de l’Union européenne. Devant le blocage des n[...]

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations[...]

La Cemac entre rebelles, islamistes et pirates

C'est devant une Cemac impuissante que l'État centrafricain s'est effondré. Certes, la Communauté a tenté de s'interposer entre les parties en conflit. Mais pour mieux constater ensuite son[...]

Mondial 2014 - Mboma : "Le Brésil de Scolari n'a jamais voulu changer de système de jeu"

Comme tout le monde, Patrick Mboma a été estomaqué par la demi-finale perdue par le Brésil face à l’Allemagne (1-7), mardi 8 juillet au soir. L’ancien attaquant international[...]

Cyclisme africain : pas de Tour de France, mais un sacré braquet !

On espérait des Sud-Africains et des Érythréens sur les routes du Tour de France. Mais, cette année encore, la compétition est orpheline du continent. Pourtant, l'Afrique est loin d'être[...]

Cameroun : Zang Adzaba et son Cardiopad, le coeur sur la main

Son invention pourrait sauver des vies... et a déjà bouleversé la sienne. À 26 ans, Arthur Zang Adzaba est le jeune papa du Cardiopad. Il a reçu le prix Rolex à l'esprit[...]

Cemac : l'histoire d'un long accouchement

Surprise ! Le 16 mars 1994 à N'Djamena, au Tchad, l'Union douanière et économique des États de l'Afrique centrale (Udeac) est morte, sans signe avant-coureur. Elle est remplacée, le[...]

Cemac : vingt ans... et des regrets

Gabegie administrative, projets en suspens, scandales financiers et rivalités politiques affaiblissent une organisation régionale dont les membres ne parviennent pas à définir une politique[...]

Voyager dans la zone Cemac : bakchichs, barrages, parano sécuritaire... Le parcours du combattant

Frontières tantôt ouvertes tantôt fermées, Bakchichs, barrages, paranoïa sécuritaire... La traversée des pays membres de la Communauté économique et monétaire[...]

Réseaux sociaux : le classement des villes africaines les plus actives sur Twitter

"Jeune Afrique" a établi un classement d'où il ressort un grand retard dans l'utilisation de Twitter par les villes africaines. Si certaines municipalités se démarquent, la plupart[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces