Extension Factory Builder
29/11/2012 à 18:06
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Bernard Mambe : au Nord-Kivu, 'si la Monusco n'intervient pas, nous devrons le faire'. Bernard Mambe : au Nord-Kivu, "si la Monusco n'intervient pas, nous devrons le faire". © DR

Dar es-Salaam veut s'impliquer davantage dans les médiations au sein de sa sous-région. Explications du ministre tanzanien des Affaires étrangères, Bernard Membe.

De la crise politique à Mada­gascar, où elle veut faire office de médiateur, à la guerre dans l'est de la RDC, où elle se dit prête à intervenir avec la « force neutre », la Tanzanie s'implique de plus en plus dans les crises sous-régionales. Pour son ministre des Affaires étrangères, Bernard Membe, de passage à Paris fin octobre, la barrière de la langue ne doit plus être un obstacle à l'intervention de Dar es-Salaam.

Jeune Afrique : Vous avez rencontré votre homologue français, Laurent Fabius. Sur quoi vos discussions ont-elles porté ?

Bernard Membe : Je suis venu en tant que représentant de la SADC, la Communauté de développement de l'Afrique australe, dont nous présidons l'organe de politique, de paix et de sécurité depuis août. La SADC compte quatre pays francophones : la RDC, Madagascar, Maurice et les Seychelles. Nous devons régler les crises que traversent certains d'entre eux et nous pensons qu'impliquer la France est impératif. Sur la crise malgache, nous sommes convenus d'une rencontre avec Laurent Fabius et MM. Ravalomanana et Rajoelina [l'ex-président renversé et son successeur, NDLR]. La date et le lieu n'ont pas encore été fixés.

Êtes-vous d'accord sur la méthode pour mettre fin à la guerre dans l'est de la RDC ?

Une partie de la RDC est occupée par le M23, une force militaire qui a des origines rwandaises. La zone où il sévit est peuplée de personnes qui ont émigré du Rwanda il y a plus de un siècle. Comment reconquérir ce territoire occupé illégalement ? Une Mission des Nations unies pour la stabilisation du Congo [Monusco] de 17 000 hommes existe déjà. Mais elle n'a pas de mandat pour mener une guerre de libération. Si elle pouvait l'obtenir, nous serions d'accord pour la laisser faire. Mais puisque ce n'est pas le cas, la SADC et la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) ont proposé d'envoyer des troupes. La communauté internationale continue de préférer la Monusco, mais si celle-ci n'intervient pas nous devrons le faire.

La Tanzanie est prête à envoyer des troupes au Kivu.

La Tanzanie enverrait-elle des troupes ?

Oui, un bataillon, soit environ 800 soldats.

L'ONU affirme que le Rwanda et l'Ouganda soutiennent le M23. Ces deux pays étant membres de la CIRGL, celle-ci n'est-elle pas disqualifiée pour mener l'intervention ?

C'est un risque, et c'est pour cela que la force devra être neutre, c'est-à-dire qu'aucun de ces deux pays n'en fera partie. Si le Rwanda offrait 1 000 hommes, nous répondrions : « Non merci ! »

C'est votre troisième voyage à Paris depuis avril. C'est rare pour un pays d'Afrique anglophone...

C'est vrai, mais il faut changer cela. Sur nos huit voisins, trois sont membres de la Francophonie : le Burundi, la RD Congo et le Rwanda. Certains de nos problèmes sont liés à ces pays : les 300 000 réfugiés présents sur notre sol, par exemple, viennent essentiellement de ces trois nations. C'est très regrettable, mais la plupart des coups d'État et des crises sur le continent se déroulent en zone francophone. Pourquoi le Mali, la RD Congo ou Madagascar ont-ils autant de problèmes ?

La présidentielle kényane aura lieu en mars. La dernière échéance avait causé d'importants affrontements ethniques. Êtes-vous inquiet ?

Oui, un peu. Mais le président Jakaya Kikwete s'y est rendu en septembre pour voir si les ingrédients de la crise de 2008 étaient toujours là. Il nous a semblé que les candidats faisaient campagne sans attiser les sentiments tribaux ni appeler à la violence. La commission électorale sera neutre et composée de personnes compétentes. Les conditions de la paix paraissent réunies. 

___

Propos recueillis par Pierre Boisselet

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tanzanie

Marathons, trails et ultra-trails : l'Afrique à l'heure des courses à pied

Marathons, trails et ultra-trails : l'Afrique à l'heure des courses à pied

Dans le sillage de la plus vieille course longue distance au monde, organisée en Afrique du Sud depuis 1921, marathons, trails et autres ultra-trails fleurissent un peu partout, du Maroc au Gabon, en passant par la Zambie, [...]

Internationale socialiste : les ambitions de Golou

La réunion du comité Afrique de l'Internationale socialiste (IS) devrait se tenir au mois de février prochain. Et une question épineuse au menu, celle des chefs d'État tentés de[...]

Élections : Partira ? Partira pas ?

Kabila, Kagamé, Sassou Nguesso, Sirleaf, Boni Yayi... Ils sont douze chefs d'État confrontés au même choix : s'en tenir à la Constitution et ne pas briguer un nouveau mandat ou tenter de[...]

Mandats présidentiels : onze hommes, une femme... un même dilemme

La loi fondamentale de leur pays leur interdit en principe de se représenter. À moins qu'elle ne change...[...]

Le Tanzanien Kikwete balaie les immigrés

Les autorités tanzaniennes ont décidé d'expulser les clandestins. Sur le terrain, seuls les ressortissants rwandais ont été visés.[...]

Le Rwanda et la Tanzanie à couteaux tirés

Paul Kagamé a menacé de "frapper" Jakaya Kikwete. Mais ce dernier n'est pas en reste et a promis de faire subir à son voisin "de sinistres conséquences". Les présidents[...]

Propriété intellectuelle : les Massaïs veulent déposer leur marque

Les Massaïs veulent faire de leur nom une marque déposée. Un combat qui s'annonce long et compliqué, mais qui pourrait rapporter 10 millions de dollars par an au célèbre peuple d'Afrique de[...]

Immigration illégale : près de 2 000 Rwandais ont fui la Tanzanie

Près de 2 000 Rwandais, considérés comme illégaux en Tanzanie, sont rentrés dans la précipitation au Rwanda ces derniers jours, intimidés disent-ils par les autorités[...]

20e anniversaire des accords d'Arusha : quand la paix mène au génocide

Il y a tout juste vingt ans, le 4 août 1993, étaient signés à Arusha, en Tanzanie, les accords de paix et de partage du pouvoir censés permettre au Rwanda de sortir de la crise. Un compromis[...]

Obama pour "un nouveau chapitre dans la relation entre les États-Unis et l'Afrique"

À la veille de conclure sa tournée africaine par une visite en Tanzanie, Barack Obama s'est recueilli, dimanche 30 juin, dans la cellule de la prison de Robben Island où Nelson Mandela a passé 18 ans de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers