Extension Factory Builder
26/11/2012 à 15:23
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Cérémonie organisée en l'honneur de Aïssatou Boiro, le 13 novembre. Cérémonie organisée en l'honneur de Aïssatou Boiro, le 13 novembre. © DR

L'incorruptible directrice nationale du Trésor public, Aïssatou Boiro, a été assassinée le 9 novembre. Choqué, Alpha Condé a annoncé que les responsables seraient traduits en justice. S'ils sont retrouvés.

Le tueur ne lui a laissé aucune chance... Il est 21 heures, ce 9 novembre, dans le quartier chic de Kipé, dans le nord de Conakry. Il fait nuit. Aïssatou Boiro, 58 ans, rentre du travail à bord de son véhicule administratif - un 4x4 facile à identifier, avec une plaque de couleur verte. Assise sur le siège avant droit, elle bavarde au téléphone. Embouteillage. Elle dit à son chauffeur : « Sors-nous de là. » Ce seront ses derniers mots. À cet instant, un homme en uniforme de l'armée guinéenne descend d'une voiture toute proche et tire deux fois à travers la portière avant droite. Elle est tuée sur le coup, d'une balle en plein coeur. Le tueur remonte dans son véhicule, où l'attend un complice qui redémarre aussitôt. Pas de braquage, pas de vol... Tout laisse à penser qu'il s'agit d'un attentat contre la directrice nationale du Trésor public.

Ma femme m'a dit qu'elle était menacée ces derniers temps. Elle avait envie de tout abandonner.

Ibrahima Boiro, époux de la défunte

En Guinée, l'émotion est immense. Le 11 novembre, de retour de voyage, le président Alpha Condé se rend directement au domicile de la victime pour présenter ses condoléances à son mari, Ibrahima Boiro, professeur de biologie et directeur du Centre d'étude et de recherche en environnement de l'université de Conakry, et à leurs quatre enfants. « Choqué », il annonce que « les responsables de cet acte lâche et odieux seront traduits en justice ». Le ministre des Finances, Kerfalla Yansané, ajoute : « Elle est morte parce qu'elle refusait tout compromis entre l'intérêt public et les intérêts sordides des groupes mafieux. » À l'arrivée d'un proche, le mari d'Aïssatou s'effondre en larmes et lui confie : « Ma femme m'a dit qu'elle était menacée ces derniers temps. Elle avait envie de tout abandonner. »

Bandits en col blanc

Ce n'est pas par hasard que cette haute fonctionnaire avait été nommée au Trésor en février dernier. « Chez nous, c'était une personne rare, lâche un magistrat guinéen. Dans une fonction publique gangrenée par la corruption et l'impunité, elle était l'une des rares personnes qui bloquaient les bandits en col blanc. » Son nom avait été soufflé par les bailleurs de fonds. Et son ministre de tutelle, le professeur Kerfalla Yansané, lui-même fort respecté dans les capitales occidentales, lui avait demandé de mettre en place un système méticuleux de contrôle des dépenses publiques. En clair, elle ne décaissait pas de l'argent facilement. Et en mai dernier, elle avait joué un rôle décisif dans le démantèlement d'un réseau qui avait tenté de détourner 13 milliards de francs guinéens (près de 1,5 million d'euros). Plusieurs cadres du ministère des Finances, du Trésor public et de la Banque centrale avaient alors été interpellés.

En Guinée, la dernière réforme de l'armée conduit-elle d'anciens militaires à se faire braqueurs ou tueurs à gages ?

Aujourd'hui, Alpha Condé ne veut pas que ce crime reste impuni. Pour ses investigations, Sir Aboubacar Sylla, le procureur de Dixinn, une commune voisine de Conakry, peut mobiliser les meilleurs enquêteurs de la gendarmerie et de la police guinéennes. Les douilles des deux balles du tueur ont été retrouvées et devaient partir pour expertise à Abidjan ou Paris. Le 13, une battue a été organisée dans la forêt toute proche de Kakimbo, un site protégé qui sert de repaire et de cache d'armes aux bandits de tout poil. Vingt-neuf personnes ont été interpellées et trois fusils-mitrailleurs de type Uzi récupérés. La dernière réforme de l'armée conduit-elle d'anciens militaires à se faire braqueurs ou tueurs à gages ? Dans un communiqué de novembre, l'ambassade de France à Conakry constate « une augmentation du nombre d'attaques à main armée dans la capitale et sa banlieue ». L'Organisation guinéenne de défense des droits de l'homme (OGDH) du vénérable Thierno Maadjou Sow demande à l'État de « sécuriser les citoyens qui, dans leur grande majorité, ont perdu le sommeil ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Guinée

Guinée : l'opposition exclut un dialogue sans modification du calendrier électoral

Guinée : l'opposition exclut un dialogue sans modification du calendrier électoral

L'opposition guinéenne manifestera jusqu'à ce que le président Alpha Condé accepte une modification du calendrier électoral et l'organisation des scrutins locaux avant la présidentielle,[...]

Les pays touchés par Ebola demandent un "Plan Marshall" de 8 milliards de dollars

Les trois pays les plus touchés par le virus Ebola (Guinée, Liberia et Sierra Leone) ont demandé vendredi depuis Washington un "Plan Marshall" s'élevant à huit milliards de dollars[...]

Guinée : des militants de l'opposition condamnés pour "attroupement sur la voie publique"

Les tribunaux de Dixinn (banlieue de Conakry) et de Matam ont prononcé des décisions de justice à l'encontre de prévenus accusés d'avoir participé aux manifestations des 13 et 14[...]

Ebola : les chefs d'État de la Guinée, du Liberia et du Sierra Leone reçus par Barack Obama

Les présidents des trois pays les plus durement touchés par Ebola, la Guinée, le Liberia et le Sierra Leone, ont été reçus à la Maison Blanche par le président[...]

Guinée : l'opposition suspend ses manifestations jusqu'à lundi

Après deux jours d'affrontements entre ses partisans et les forces de l'ordre, l'opposition guinéenne a annoncé mardi la suspension de ses manifestations jusqu'à lundi. Alors que, de son[...]

Guinée : les élections communales d'abord

Vincent Foucher est analyste principal pour l'Afrique de l'Ouest à l’International Crisis Group (ICG).[...]

Ballets africains : quand la Guinée abandonne ses danseurs

Ils ont contribué au rayonnement culturel de leur pays à travers les plus grandes scènes du monde dès les années 1950. Et pourtant, l'État a abandonné ses danseurs,[...]

Guinée : reprise des affrontements entre opposants et forces de l'ordre à Conakry

Les échauffourées entre partisans de l'opposition et policiers guinéens ont repris mardi matin à Conakry, au lendemain d'une journée de heurts qui ont fait un mort et au moins une dizaine de [...]

Guinée : un mort et plusieurs blessés lors d'une manifestation de l'opposition

La manifestation de l'opposition guinéenne, lundi à Conakry, a dégénéré. Selon un bilan officiel, un jeune homme est décédé après avoir reçu une balle[...]

Guinée : comment la manifestation contre l'insécurité a viré à l'affrontement avec la police

Pour protester notamment contre l'agression le 4 avril de son porte-parole, l'opposition guinéenne a appelé lundi ses partisans à descendre dans les rues de Conakry. Une "volonté d'instituer de la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2706p041.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2706p041.xml0 from 172.16.0.100