Extension Factory Builder
26/11/2012 à 18:23
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
À l'âge de 58 ans, ce père de quatre enfants se définit comme un self-made man. À l'âge de 58 ans, ce père de quatre enfants se définit comme un self-made man. © AFP

Réputé rigoureux et expérimenté, Alioune Ndao, le procureur spécial de la Cour de répression de l'enrichissement illicite au Sénégal, est aussi très ambitieux. Portrait.

L'homme qui a convoqué Karim Wade se définit lui-même comme un self-made-man. Mais c'est un autre mot qui vient à l'esprit de ceux qui l'ont côtoyé ces dernières années. « Alioune Ndao ? C'est un parquetier, un vrai », glisse un avocat qui se réclame de son amitié. Un parquetier « redoutable » même, ajoute un fonctionnaire du ministère de la Justice. « Je ne sais faire que ça. Je ne me vois pas ailleurs », confie l'intéressé. Le parcours de cet homme pieux fortement imprégné des préceptes du mouridisme, la confrérie la plus influente au Sénégal, né il y a cinquante-huit ans à Kaolack et père de quatre enfants, est pour le moins atypique.

>> Lire aussi : "Les barons du régime Wade, les dessous d'une affaire d'État"

De la police à la magistrature

Dans sa jeunesse, il arrête ses études pour s'engager dans la police. Douze années durant, il n'est qu'un anonyme gardien de la paix. En parallèle (ce qui dénote, selon un proche, une grande persévérance), il étudie le droit. Après avoir obtenu sa maîtrise, il intègre l'école de la magistrature. En 1989, direction Ziguinchor pour son premier poste : substitut du procureur. Puis Kolda, où il devient procureur de la République, Tambacounda, et enfin Dakar, la consécration, où il accède au poste convoité d'avocat général de la cour d'appel. Là, il se fait remarquer pour ses réquisitoires très durs, qui tranchent, selon un chroniqueur judiciaire, avec « le caractère taquin » dont il fait preuve en privé.

Entre-temps, de 2003 à 2006, il a officié en tant que conseiller technique du ministre de la Justice. Une parenthèse au sein de l'administration Wade qui n'a visiblement pas pesé lorsqu'il a postulé à la Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI). « Il y a eu énormément de candidatures, indique-t-on au ministère. C'est normal, ce poste offre visibilité et fortes indemnités. » Ndao a été choisi parce qu'il est « réputé rigoureux », qu'il n'est mêlé à aucun scandale et que « c'est un parquetier d'expérience ». Et docile, certainement, car, comme le note un juge du siège, « on ne reste pas au parquet pendant vingt ans si on ne sait pas avaler des couleuvres ». L'intéressé admet rendre régulièrement compte à sa tutelle hiérarchique, la garde des Sceaux.

Courtois mais "très ambitieux"

Ndao est présenté par ses proches comme un homme courtois, respectueux des traditions et perfectionniste, mais aussi « très ambitieux pour lui et pour son pays ». Et s'il estime, face aux journalistes, qu'il a « plus à perdre qu'à gagner » en dirigeant les enquêtes de la CREI, il cache difficilement le plaisir qu'il a à se trouver sous le feu des projecteurs. Il sait que c'est le rôle de sa vie. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Giresse : 'Pourquoi le Sénégal n'a-t-il jamais rien gagné ?'

Giresse : "Pourquoi le Sénégal n'a-t-il jamais rien gagné ?"

Alain Giresse, l’ancien sélectionneur du Sénégal, n’a pas été épargné par une partie de la presse locale. S’estimant victime d’attaques excessivement viole[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Après les délestages, la Senelec voit enfin le bout du tunnel

Avec le redressement de la Senelec, le pays sort de sa crise énergétique. Et mise désormais sur le privé pour augmenter sa production.[...]

Sénégal : Abdoulaye Wade, égaré entre "esclaves" et "anthropophages"

Abdoulaye Wade a publiquement taxé Macky Sall, mardi, de "descendant d'esclaves" et d'"anthropophages" dont les parents "mangeaient les bébés". Une sortie unanimement[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

L'Afrique a-t-elle l'alimentation la plus saine du monde ?

Selon une étude de l'université de Cambridge, qui casse les clichés sur l'Afrique, le continent africain abriterait neuf des dix pays qui mangent le plus sainement au monde. Parmi eux, certains[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Sénégal : Suneor va céder son activité trituration au français Avril

Exclusif : Selon les informations de Jeune Afrique, Advens, actionnaire majoritaire de l'huilier sénégalais Suneor, et le Groupe Avril (ex Sofiproteol) ont signé le 13 février dernier un protocole[...]

Sénégal : l'affaire Wade

Le procès Karim Wade, véritable marathon judiciaire entamé le 31 juillet 2014 à Dakar, s'est achevé ce 19 février. Jugement attendu le 23 mars. L'enjeu est[...]

Sénégal : Macky Sall fait les yeux doux à la Casamance

Le président sénégalais a entamé jeudi une tournée d'une semaine en Casamance. Annonces en faveur du tourisme local, développement de son assise politique dans la région,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2706p032-036.xml2 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2706p032-036.xml2 from 172.16.0.100