Extension Factory Builder
22/11/2012 à 11:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mohamed Bazoum, ministre nigérien des Affaires étrangères. Mohamed Bazoum, ministre nigérien des Affaires étrangères. © AFP

Devant la commission des affaires étrangères de l'Assemblée nationale, le 14 novembre à Paris,  le ministre nigérien des Affaires étrangères, Mohamed Bazoum, s'est exprimé sur la situation au Mali. Et il n'a pas mâché ses mots.

Interrogé par les députés français sur la situation au Mali, le ministre nigérien des Affaires étrangères leur a expliqué que « [ses] frères maliens [avaient] toujours mal géré le problème touareg ». « Nous avons exactement le même type de revendications, portées par les mêmes acteurs, a-t-il développé, mais nous les avons gérées de façon totalement différente. [...] Eux, ils ont compté sur la corruption et les relations personnelles. » Et d'ajouter : « Déjà, le président Alpha Oumar Konaré avait installé certaines habitudes nocives que le président Amadou Toumani Touré a parfaites par la suite. Elles consistent à concéder aux anciens rebelles certains territoires qu'ils contrôlent. [...] Ils les ont laissés se tailler des fiefs où ils se sont comportés comme des barons. Et quand ils les ont intégrés à l'armée, ils les ont autorisés à rester sur place, chez eux. » Dans des zones où, avec l'arrivée d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), « les trafics ont prospéré ».

"Il y avait un deal avec Aqmi"

Après l'installation des jihadistes, dès 2002, dans le nord du pays, le gouvernement malien se serait montré « particulièrement complaisant » avec eux. Il porte donc « une responsabilité énorme dans ce qui s'est passé ». Toujours selon Bazoum, « ATT était très fier de se montrer sur le perron de son palais en train de remettre d'anciens otages à leur pays. Mais il y avait un deal avec Aqmi, qui enlevait des otages au Niger ou en Mauritanie avant de les emmener en territoire malien. Ces otages étaient ensuite libérés grâce à la médiation du président malien. Son émissaire était souvent Iyad Ag Ghali ». Autrement dit : le chef d'Ansar Eddine. À Dakar, où il vit depuis son renversement, en mars, les oreilles d'ATT ont dû siffler ! 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Niger

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités lun[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Niger, Bénin, Nigeria... : usines à bébés, le trafic de la honte

On a d'abord cru que le scandale, révélé fin juin, n'éclabousserait que Niamey. Mais l'enquête a mis au jour un vaste réseau présumé de commerce de nouveau-nés[...]

Drague : le bal des faux-culs

Ils sont discrets, rembourrés et très à la mode en Afrique de l'Ouest... Zoom sur ces collants qui permettent aux femmes d'afficher de jolies fesses rebondies à moindre prix.[...]

Hollande prépare le lancement de l'opération Barkhane à N'Djamena

L’opération "Barkhane", du nom de la nouvelle configuration stratégique de l’armée française dans le Sahel qui devrait mobiliser 3 000 soldats environ, sera officiellement[...]

Niger : les dirigeants d'ONG interpellés avant la venue de Hollande ont été libérés

Les dix dirigeants d'un collectif d'ONG interpellés vendredi matin à Niamey avant l'arrivée au Niger du président français François Hollande, qui a depuis lors quitté le pays, ont[...]

Niger : des figures de la société civile arrêtées en marge de la visite de François Hollande

Des manifestants et des figures de la société civiles, dont Ali Idrissa, coordinateur du Rotab, ont été arrêtés à l'occasion de la visite de François Hollande au Niger,[...]

Après la Côte d'Ivoire, Hollande au Niger et au Tchad en mode treillis

François Hollande poursuit sa minitournée africaine par des visites à Niamey et à N'Djamena, vendredi et samedi. Après avoir esssentiellement parlé économie avec Alassane Ouattara,[...]

France - Niger : petits cadeaux entre amis

Dans le cadre de sa minitournée africaine, François Hollande se rend au Niger vendredi. Et il ne vient pas les mains vides.[...]

Libye : les voisins s'invitent dans la crise, au grand dam des Occidentaux

Inquiets de voir le pays sombrer dans le chaos, les six pays frontaliers s'impliquent dans le dossier. Mais leur initiative, soutenue par l'Union africaine et la Ligue arabe, n'est pas du goût des Occidentaux.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers