Extension Factory Builder
12/11/2012 à 18:19
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
'La Danseuse de l'eau', une pièce créée par Jean-Pierre Guingané. "La Danseuse de l'eau", une pièce créée par Jean-Pierre Guingané. © Hippolyte Sama, pour J.A.

La septième édition des Récréâtrales s'est tenue du 2 au 8 novembre à Ouagadougou. Un festival haut en couleur toujours aussi populaire.

La soirée est chaude à Gounghin Nord, quartier populaire de Ouagadougou. Presque brûlante même, sans le bref rafraîchissement d'une ultime ondée venue contrarier l'harmattan. Un temps idéal pour la représentation du Songe d'une nuit d'été, comédie shakespearienne revisitée par Isabelle Pousseur, metteuse en scène belge associée au Théâtre national à Bruxelles.

Le public qui envahit l'estrade éphémère de l'Institut national de formation artistique et culturelle (Inafac) se laisse prendre au jeu élisabéthain, adapté avec un comique de langage qui convoque par moments les langues nationales. Ovation pour la génération montante d'acteurs burkinabè qui a interprété avec fidélité, mais non sans y insuffler de son âme africaine, le classique du dramaturge anglais.

À domicile

Cette nuit-là, comme les précédentes, d'autres pièces se jouaient non loin dans les cours des habitations situées de part et d'autre de la grande voie de latérite traversant Bougsemtenga, véritable quartier dans le quartier qui abrite les Récréâtrales. C'est là tout le concept de ce festival qui se déroule en grande partie chez l'habitant et qui pour cette 7e édition, qui se tenait du 2 au 8 novembre, présentait onze créations sur des thématiques diverses mais jamais éloignées : le souvenir (Sarzan Sou IV, mis en scène par le Tchadien Djamal Ahmat Mahamat), le sentiment amoureux (Naak Naak, du Burkinabè Sidiki Yougbaré) ou la mémoire (Dandin in Afrika, mis en scène par les Belges Guy Theunissen et Brigitte Baillieux).

Dans la concession des familles Nombré et Zaré, par exemple, il était possible d'assister à la représentation de Sur la pelouse, mis en scène par le Guinéen Souleymane Bah. Accompagné d'instrumentistes traditionnels, le spectacle évoque avec un cynisme ironique le massacre du 28 septembre 2009 dans le stade de Conakry. Proche de l'actualité, Ombres d'espoir, mis en scène par Dani Kouyaté, aborde la question de l'immigration.

Créées en 2002, les Récréâtrales associent les populations riveraines d'une rue où se sont installés plusieurs espaces de production artistique comme la compagnie Feeren ou l'académie régionale des arts scénographiques. « Nous nous interrogions sur la façon de rendre le théâtre à la communauté afin qu'il suscite le débat social. Et nous sommes parvenus au constat que le premier espace de discussion dans la société, c'est à l'intérieur des familles. C'est la raison pour laquelle nous nous sommes installés chez elles », explique Étienne Minoungou, le directeur fondateur de la manifestation. Cette mise à contribution des habitants de Bougsemtenga a une vocation sociale. « Il y a tout un tissu économique informel dans ce quartier qui en tire profit, ajoute l'artiste burkinabè. Menuisiers, ferronniers, tailleurs, coiffeurs... Tous ces métiers se retrouvent dans la chaîne indispensable pour la fabrication du théâtre. »

Transmission

Un impact positif que confirme le sergent Urbain Bationo, 38 ans, qui accueille pour la première fois le festival dans sa vaste cour. Ancien footballeur, ce militaire se réjouit que la jeunesse dispose d'opportunités d'emploi et de formation par le biais du théâtre. Mais aussi que la route cahoteuse qui borde son domicile ait été aplanie par les services municipaux pour l'occasion. Les Nikièma, quant à eux, apprécient l'animation que les Récréâtrales apportent dans la rue.

C'est dans la maisonnée de ce couple âgé que se déroulait La Danseuse de l'eau, une pièce-conte sur le thème de la transmission du savoir intergénérationnel, écrite par Jean-Pierre Guingané. Rires et émotion pour le public sensible à la thématique défendue par ce colosse de la culture nationale mort en 2011 et à qui le festival rend hommage. « C'est l'un des pères fondateurs du théâtre burkinabè, pour l'avoir pensé, témoigne Étienne Minoungou, qui a travaillé à ses côtés pendant douze années. Un an après son décès, nous nous retrouvons avec son héritage. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Burkina Faso

Les pays du 'G5 du Sahel' appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force internationa[...]

Côte d'Ivoire - Burkina : Soro, visiteur discret de Compaoré à Casablanca

Guillaume Soro, le président de l'Assemblée nationale ivoirienne, a profité fin novembre d'un déplacement officiel au Maroc pour discrètement rendre visite à l'ex-président[...]

Burkina : quand Zida et Kafando font le ménage dans les écuries de Compaoré

Depuis leur arrivée aux affaires, les autorités de la transition burkinabè, guidées par le Premier ministre, Isaac Zida, et le président, Michel Kafando, mènent progressivement une[...]

Crise postélectorale ivoirienne : Ouattara promet 15 millions d'euros aux victimes

Le président ivoirien a annoncé lundi soir la création d'un fonds de 15 millions d'euros pour "l'indemnisation" des victimes de la crise postélectorale de 2010-2011, qui a fait environ 3[...]

Bénin : un réfugié burkinabè nommé François Compaoré

Disparu de la circulation depuis la démission de son frère Blaise, le 31 octobre dernier, François Compaoré a refait surface. "Jeune Afrique" a retrouvé sa trace... près de[...]

Récit - Burkina Faso : Thomas Sankara, 16 h 30, le 15 octobre 1987

Des acteurs du drame de la mise à mort de Thomas Sankara et de ses camarades, seul le commanditaire du meurtre demeure inconnu. Mais tous les regards se tournent vers l'ancien frère d'armes, Blaise[...]

Burkina : le gouvernement suspend le CDP, le parti de Blaise Compaoré

Le ministère de l'Administration territoriale a officiellement annoncé lundi la suspension du CDP, le parti de Blaise Compaoré. La Fedap-BC, une association de soutien à l'ancien président, et[...]

Burkina : Sankara, enfin toute la vérité ?

Le mythe est intact, mais l'Histoire reste à écrire. Vingt-sept ans après, les tombeurs de Blaise Compaoré s'apprêtent à rouvrir le dossier explosif de l'assassinat de l'ancien[...]

Burkina : Zida nationalise une entreprise du clan Compaoré

Le Premier ministre burkinabè Isaac Zida a annoncé samedi la nationalisation d'une entreprise appartenant au clan de l'ex-président Blaise Compaoré, affichant la volonté des autorités[...]

Burkina : manifestation pour Norbert Zongo, 16 ans après sa mort

Des milliers de personnes ont manifesté samedi à Ouagadougou en hommage à Norbert Zongo, un journaliste burkinabè assassiné il y a seize ans, le 13 décembre 1998 sous la présidence[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers