Extension Factory Builder
25/11/2012 à 10:39
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une histoire brève et violente servie par des actrices tout en subtilité. Une histoire brève et violente servie par des actrices tout en subtilité. © AFP

En 1938, des prostituées participent à la révolte des Tunisois contre les autorités coloniales. "Bousculades" leur rend hommage.

Le 9 avril 1938, 10 000 hommes convergent vers le centre de Tunis pour réclamer des réformes et un Parlement tunisien. La manifestation s'achève dans un bain de sang. La Tunisie, sous protectorat français, compte ses premiers martyrs.

En quinze minutes magistrales, Bousculades installe cette tragédie dans l'atmosphère intimiste et orientaliste d'une maison close. Le court-métrage contourne la thématique banale du féminisme en mettant en scène l'implication de milliers de femmes anonymes, dont celle des filles de joie, dans la lutte pour l'indépendance. « Les années 1920-1930 m'intriguent, confie la coréalisatrice Saoussen Saya. Le rôle essentiel des marginaux a été occulté par l'histoire officielle. Réhabiliter ces femmes et ces hommes est une nécessité. »

Interpellés par l'histoire et obsédés par l'image, Saoussen Saya (26 ans) et Tarek Khalladi (34 ans) ont choisi de porter un regard croisé sur ces événements, déterminants pour la lutte pour la libération nationale. Après des études de cinéma et un premier court-métrage chacun, ils présentent Bousculades lors des Journées cinématographiques de Carthage (lire encadré). « Saoussen, auteure du scénario, est plus dans le fond et moi dans l'esthétique », explique Tarek Khalladi qui avoue, comme Saoussen, avoir été troublé par les similitudes entre le passé et le présent. « En avril 1938, on exigeait aussi des libertés et une dignité nationale. La révolution de 2011 montre que l'histoire se répète », ajoute-t-il.

Résistance

Les femmes de l'ombre sont les héroïnes de cette journée particulière qui débute dans l'indolence et l'insouciance, oscille entre la délation et la résistance pour se conclure par un massacre des militaires français venus chercher, auprès des filles de joie, le repos du guerrier après les combats.

Une image superbe enchâsse cette histoire brève et violente servie par des actrices tout en subtilité. La maison close est une caisse de résonance où le passé réveille le présent. « Dans un contexte de troubles, l'esthétique ne sert pas à produire du beau ; c'est une mise en valeur du discours », précise Tarek Khalladi. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : un scrutin placé sous le signe de la morosité

Tunisie : un scrutin placé sous le signe de la morosité

Quelques jours avant les élections législatives, la Tunisie semble se préparer à troquer la transition contre une situation aléatoire.[...]

Législatives tunisiennes : lobby tout-terrain

Des stades aux mosquées en passant par les soirées privées, en Tunisie tous les moyens sont bons pour gagner des voix aux législatives.[...]

Hammamet : Afek Tounes, la voix des jeunes Tunisiens

Dans l'intérieur du pays, électeurs et formations politiques tunisiennes se croisent, entre désillusions des uns et ambitions électorales des autres. Reportage.[...]

Législatives tunisiennes : l'abstention, le vrai outsider

Quels que soient les résultats des législatives tunisiennes du 26 octobre, vainqueurs et vaincus devront relativiser leurs performances. En cause : l'abstention qui risque à nouveau de battre des[...]

Tunisie - Sfax : "La ville est abandonnée"

Dans l'intérieur de la Tunisie, électeurs et formations politiques se croisent, entre désillusions des uns et ambitions électorales des autres. Reportage.[...]

Tunisie : la montée de Slim Riahi inquiète les ténors

Grâce à ses moyens financiers très importants, Slim Riahi commence à agréger derrière lui un électorat urbain peu politisé. Peut-il faire de l'ombre aux favoris de la[...]

Législatives tunisiennes : "Le poids d'Ennahdha sera contrebalancé", selon Ghazi Gherairi

L'ancien porte-parole de la Haute Instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, Ghazi Gherairi, analyse les enjeux des législatives du 26 octobre. Au sein de l'Assemblée, et aussi[...]

Législatives tunisiennes : aux urnes citoyens !

Le scrutin du 26 octobre approche à grands pas, mais les citoyens tunisiens ne se mobilisent guère. Les enjeux sont pourtant cruciaux : les députés défendront leur vision de[...]

CAN 2015 : le Sénégal concède le nul face à la Tunisie aux qualifications

Le Sénégal et la Tunisie se sont neutralisés 0-0 vendredi à Dakar et conservent la tête du Groupe G pour la 3e journée des éliminatoires de la CAN 2015, alors que le Maroc a[...]

Prostitution et sexe 2.0 en Afrique

Nouvelles technologies, marketing, offre et demande, concurrence... À bien des égards, en Afrique aussi, les relations tarifées ressemblent de plus en plus à un business comme un autre.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers