Extension Factory Builder
25/11/2012 à 10:39
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une histoire brève et violente servie par des actrices tout en subtilité. Une histoire brève et violente servie par des actrices tout en subtilité. © AFP

En 1938, des prostituées participent à la révolte des Tunisois contre les autorités coloniales. "Bousculades" leur rend hommage.

Le 9 avril 1938, 10 000 hommes convergent vers le centre de Tunis pour réclamer des réformes et un Parlement tunisien. La manifestation s'achève dans un bain de sang. La Tunisie, sous protectorat français, compte ses premiers martyrs.

En quinze minutes magistrales, Bousculades installe cette tragédie dans l'atmosphère intimiste et orientaliste d'une maison close. Le court-métrage contourne la thématique banale du féminisme en mettant en scène l'implication de milliers de femmes anonymes, dont celle des filles de joie, dans la lutte pour l'indépendance. « Les années 1920-1930 m'intriguent, confie la coréalisatrice Saoussen Saya. Le rôle essentiel des marginaux a été occulté par l'histoire officielle. Réhabiliter ces femmes et ces hommes est une nécessité. »

Interpellés par l'histoire et obsédés par l'image, Saoussen Saya (26 ans) et Tarek Khalladi (34 ans) ont choisi de porter un regard croisé sur ces événements, déterminants pour la lutte pour la libération nationale. Après des études de cinéma et un premier court-métrage chacun, ils présentent Bousculades lors des Journées cinématographiques de Carthage (lire encadré). « Saoussen, auteure du scénario, est plus dans le fond et moi dans l'esthétique », explique Tarek Khalladi qui avoue, comme Saoussen, avoir été troublé par les similitudes entre le passé et le présent. « En avril 1938, on exigeait aussi des libertés et une dignité nationale. La révolution de 2011 montre que l'histoire se répète », ajoute-t-il.

Résistance

Les femmes de l'ombre sont les héroïnes de cette journée particulière qui débute dans l'indolence et l'insouciance, oscille entre la délation et la résistance pour se conclure par un massacre des militaires français venus chercher, auprès des filles de joie, le repos du guerrier après les combats.

Une image superbe enchâsse cette histoire brève et violente servie par des actrices tout en subtilité. La maison close est une caisse de résonance où le passé réveille le présent. « Dans un contexte de troubles, l'esthétique ne sert pas à produire du beau ; c'est une mise en valeur du discours », précise Tarek Khalladi. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Street art - Shoof : "Quand Ben Ali est parti, on s'est exprimé !"

Du 5 au 30 mai 2015, la galerie Itinerrance accueille le graffeur tunisien Shoof, à travers l’exposition "Dripping Point". Le "calligraffeur", armé uniquement d’un pinceau et de[...]

-Z-, dessinateur tunisien : "Les barbares sont des clowns monstrueux mais ils restent des clowns"

Sexe, religion, Dieu, le Prophète... Quatre ans après la révolution, il reste encore beaucoup de tabous en Tunisie. Interview du dessinateur -Z-.[...]

La réconciliation tunisienne en suspens

Aménagement du dispositif existant ou adoption d'une loi d'amnistie générale ? Si le principe d'une normalisation fait relativement consensus, son cadre légal tarde à être[...]

Tunisie : sécurité maximale pour le pèlerinage juif de la Ghriba

La Tunisie a assuré dimanche avoir pris toutes les précautions pour assurer la sécurité du pèlerinage juif de la Ghriba la semaine prochaine, répondant ainsi à Israël qui a[...]

Des Tunisiens déploient "le plus grand drapeau du monde"

Des Tunisiens ont déployé samedi un drapeau de la taille de 19 terrains de football pour battre le record du "plus grand drapeau du monde", un évènement "patriote" qui doit aussi[...]

Tunisie : le gouvernement écarte des menaces d'attentats anti-juifs

Un responsable du ministère tunisien de l'Intérieur a démenti samedi soir l'existence de menaces d'attentats anti-juifs ou anti-israéliens en Tunisie comme évoqué par le bureau du Premier[...]

Tunisie : Ennahdha, wait and see

Rached Ghannouchi, président d'Ennahdha et artisan du virage pragmatique du mouvement islamiste tunisien, a déjà les yeux tournés vers le prochain congrès du parti.[...]

Tunisie : le trouble jeu de l'UGTT

Couverte de louanges pour son rôle pacificateur durant les quatre années qui ont suivi la révolution, l'Union générale tunisienne du travail (UGTT) inquiète gouvernement et milieux[...]

Tunisie : révolution dans la révolution

Quatre ans après la chute de Ben Ali, le pays a réussi sa transition démocratique. Mais sur le plan économique et social, le peuple s'impatiente. Heureusement, les signaux positifs et, surtout,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2705p144-145.xml1 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2705p144-145.xml1 from 172.16.0.100