Extension Factory Builder
27/11/2012 à 11:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Journaliste, auteur de Ni valise ni cercueil, les pieds-noirs restés en Algérie après l'indépendance (Actes Sud, 2012).

En 1963, l'Assemblée constituante, dont Pierre Chaulet faisait partie, offrait à l'Algérie sa première Constitution. Dans son article 4, elle disposait : « l'islam est la religion de l'État ». On aurait bien tort de relire ce moment historique avec les lunettes du présent. Car aujourd'hui, la seule mention de l'islam au coeur d'un État provoque d'apocalyptiques visions de salafistes empaquetant les femmes de draps noirs, ou de talibans égorgeant le moindre impie. Que l'on est loin de l'Algérie des années 1960 !

En 1963, à Oran, à Alger ou à Annaba, les hommes se pavanaient en terrasse en sirotant leur bière, les yeux errant nonchalamment sur les jambes nues des jeunes femmes en jupes très courtes. Chez les 200 000 pieds-noirs restés dans leur pays (soit 20 % des anciens Français d'Algérie), cet article 4 n'a certainement pas provoqué de grandes inquiétudes. D'autant plus qu'il affirmait dans le même temps : « la République garantit à chacun le respect de ses opinions et de ses croyances, et le libre exercice des cultes ».

Sans être inquiets, certains ont cependant pu être déçus. Tous ceux qui, parmi les pieds-noirs comme parmi les Arabo-Berbères (pour ne pas reprendre la terminologie coloniale de « musulmans »), rêvaient d'une Algérie nouvelle profondément laïque et multiculturelle. En 1963, la Constitution fut adoptée avec 139 voix pour, 23 voix contre et 8 abstentions (dont 7 Européens, sur les 16 membres pieds-noirs de la nouvelle Assemblée). Je ne sais pas quelle fut la position de Pierre Chaulet ce jour-là. Une chose est sûre : à aucun moment de sa longue vie dans l'Algérie algérienne ce fervent catholique n'a été empêché de pratiquer sa foi, ni d'aller prier à l'église quand bon lui semblait. Tout comme son ami l'abbé Jean Scotto, avec lequel il fut élu aux élections municipales d'Alger en février 1967.

Cinquante années plus tard, au moment où disparaît le professeur Chaulet, que reste-t-il de ces 200 000 pieds-noirs ? Plus grand-chose, assurément. Ils ne seraient plus que quelques centaines, enfants compris. Les raisons d'une telle fonte des effectifs ? Le temps, naturellement, puisque à présent nombreux sont ceux qui reposent aujourd'hui dans la terre qui les vit naître.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Bénin : une biennale sinon rien !

Article précédent :
Les maux de la santé

Réagir à cet article

Algérie

Le FMI met en garde l'Algérie au sujet de ses dépenses publiques

Le FMI met en garde l'Algérie au sujet de ses dépenses publiques

Après la visite en Algérie (17 septembre-1er octobre) d'une délégation du Fonds monétaire international, une sévère mise en garde a été adress&eacu[...]

Algérie-Maroc : Rabat accuse l'armée algérienne d'avoir ouvert le feu sur des civils marocains

Le Maroc a dénoncé un "acte irresponsable" et sommé l'Algérie de s'expliquer après des coups de feu tirés, samedi, à la frontière entre les deux pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Algérie : Rafik Khalifa, après la gloire, les déboires

Pour l'ex-golden boy, déjà condamné à la réclusion à perpétuité en Algérie, les ennuis continuent. Il vient d'écoper de cinq ans de prison en France.[...]

Infographie : l'assassinat des moines de Tibhirine vu selon les différents protagonistes

Deux juges d'instruction français sont actuellement en Algérie pour autopsier les têtes des moines de Tibhirine. En attendant les résultats de leur enquête, "Jeune Afrique" vous propose[...]

Algérie : Abdelmalek Sellal annonce une réunion interministérielle sur les revendications policières

Après un bras-de-fer de plusieurs heures mercredi, le premier ministre Abdelmalek Sellal a finalement reçu une délégation de policiers protestataires. Il a annoncé la tenue d'une réunion[...]

CAN 2015: l'Algérie et le Cap-Vert ont leur billet pour le Maroc

La quatrième journée des éliminatoires de la Coupe d'Afrique des nations 2015 a eu lieu mercredi. En voici les résultats.[...]

Algérie : les crânes des moines de Tibhirine exhumés en présence du juge Trévidic

Le juge antiterroriste français Marc Trévidic a assisté mardi au sud d'Alger à l'exhumation des restes des crânes des sept moines de Tibhirine assassinés en 1996.[...]

Algérie : des centaines de policiers manifestent devant El-Mouradia, à Alger

Des centaines de policiers ont organisé mardi 14 octobre une marche le long de l’autoroute menant du quartier de Bab-Ezzouar, à Alger centre, après un mouvement similaire de leurs collègues la[...]

Algérie : jours tranquilles en Kabylie... malgré le terrorisme

Quelques jours après l'exécution atroce d'un otage français par des jihadistes, on est loin de l'atmosphère de psychose décrite par les médias. Retour sur les lieux du crime.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers