Extension Factory Builder
27/11/2012 à 11:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Journaliste, auteur de Ni valise ni cercueil, les pieds-noirs restés en Algérie après l'indépendance (Actes Sud, 2012).

En 1963, l'Assemblée constituante, dont Pierre Chaulet faisait partie, offrait à l'Algérie sa première Constitution. Dans son article 4, elle disposait : « l'islam est la religion de l'État ». On aurait bien tort de relire ce moment historique avec les lunettes du présent. Car aujourd'hui, la seule mention de l'islam au coeur d'un État provoque d'apocalyptiques visions de salafistes empaquetant les femmes de draps noirs, ou de talibans égorgeant le moindre impie. Que l'on est loin de l'Algérie des années 1960 !

En 1963, à Oran, à Alger ou à Annaba, les hommes se pavanaient en terrasse en sirotant leur bière, les yeux errant nonchalamment sur les jambes nues des jeunes femmes en jupes très courtes. Chez les 200 000 pieds-noirs restés dans leur pays (soit 20 % des anciens Français d'Algérie), cet article 4 n'a certainement pas provoqué de grandes inquiétudes. D'autant plus qu'il affirmait dans le même temps : « la République garantit à chacun le respect de ses opinions et de ses croyances, et le libre exercice des cultes ».

Sans être inquiets, certains ont cependant pu être déçus. Tous ceux qui, parmi les pieds-noirs comme parmi les Arabo-Berbères (pour ne pas reprendre la terminologie coloniale de « musulmans »), rêvaient d'une Algérie nouvelle profondément laïque et multiculturelle. En 1963, la Constitution fut adoptée avec 139 voix pour, 23 voix contre et 8 abstentions (dont 7 Européens, sur les 16 membres pieds-noirs de la nouvelle Assemblée). Je ne sais pas quelle fut la position de Pierre Chaulet ce jour-là. Une chose est sûre : à aucun moment de sa longue vie dans l'Algérie algérienne ce fervent catholique n'a été empêché de pratiquer sa foi, ni d'aller prier à l'église quand bon lui semblait. Tout comme son ami l'abbé Jean Scotto, avec lequel il fut élu aux élections municipales d'Alger en février 1967.

Cinquante années plus tard, au moment où disparaît le professeur Chaulet, que reste-t-il de ces 200 000 pieds-noirs ? Plus grand-chose, assurément. Ils ne seraient plus que quelques centaines, enfants compris. Les raisons d'une telle fonte des effectifs ? Le temps, naturellement, puisque à présent nombreux sont ceux qui reposent aujourd'hui dans la terre qui les vit naître.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Bénin : une biennale sinon rien !

Article pr�c�dent :
Les maux de la santé

Réagir à cet article

Algérie

Signature d'une convention franco-algérienne sur la formation des imams

Signature d'une convention franco-algérienne sur la formation des imams

Bientôt les imams algériens envoyés en France seront formés pour être en "harmonie avec les exigences de la République" française. C'est ce que stipule, entre autres, la con[...]

Internet : Bouteflika, Kabila, Bongo... Noms de domaines en solde !

Alibongo.com, josephkabila.com, abdelazizbouteflika.com… Des noms de domaine de premier niveau (les .com) de certains chefs d'État africains qui n'ont pas eu la diligence de les réserver à temps sont en[...]

Algérie : El-Para et l'argent des otages du GSPC

Abderrazak el-Para, l'ex-émir du GSPC, a finalement confirmé que l'Allemagne avait versé une rançon de 5 millions d'euros en 2003.[...]

Devant la chute des cours du pétrole, l'Algérie change de ton

La chute du cours du pétrole en dessous de 60 dollars et la perspective d’un prix bas à moyen terme ont ébranlé l'assurance de l'Algérie. Le ton est désormais à l'urgence et[...]

Algérie : au Val-de-Grâce, un Bouteflika peut-il en cacher un autre ?

La santé d'Abdelaziz Bouteflika a une nouvelle fois fait parler d'elle mardi. Selon des médias algériens, le président algérien aurait été hospitalisé une nouvelle fois au[...]

Cameroun - Me Bertrand : "On nous cache quelque chose sur la mort d'Albert Ebossé" en Algérie

Le 23 août dernier, quelques minutes après la rencontre entre la JS Kabylie et l’USM Alger (1-2), l’attaquant camerounais de la JSK Albert Ebossé (24 ans) trouvait la mort à la sortie du[...]

Algérie : un maire assassiné, "acte terroriste" selon la gendarmerie

Le maire de la commune algérienne de Bordj El Emir Abdelkader (nord) a été assassiné vendredi par des "terroristes", qui l'ont tué par balles et égorgé, a annoncé[...]

Assassinat d'Hervé Gourdel : l'armée algérienne annonce avoir tué un deuxième suspect

Un deuxième membre du groupe islamiste impliqué dans l’enlèvement et la décapitation du touriste français Hervé Gourdel, en septembre, a été tué par[...]

France - Algérie : lutte antiterroriste, l'axe Paris-Alger

Bernard Cazeneuve, le ministre français de l'Intérieur, est attendu à Alger dans les prochains jours pour une visite centrée sur la collaboration antiterroriste.[...]

Algérie : un mort et trois disparus au port d'Alger après la tempête

La société qui gère le port d'Alger a signalé mercredi le décès, la veille, d'un marin et la disparition de trois autres personnes après une tempête.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers