Extension Factory Builder
27/11/2012 à 11:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Journaliste, auteur de Ni valise ni cercueil, les pieds-noirs restés en Algérie après l'indépendance (Actes Sud, 2012).

En 1963, l'Assemblée constituante, dont Pierre Chaulet faisait partie, offrait à l'Algérie sa première Constitution. Dans son article 4, elle disposait : « l'islam est la religion de l'État ». On aurait bien tort de relire ce moment historique avec les lunettes du présent. Car aujourd'hui, la seule mention de l'islam au coeur d'un État provoque d'apocalyptiques visions de salafistes empaquetant les femmes de draps noirs, ou de talibans égorgeant le moindre impie. Que l'on est loin de l'Algérie des années 1960 !

En 1963, à Oran, à Alger ou à Annaba, les hommes se pavanaient en terrasse en sirotant leur bière, les yeux errant nonchalamment sur les jambes nues des jeunes femmes en jupes très courtes. Chez les 200 000 pieds-noirs restés dans leur pays (soit 20 % des anciens Français d'Algérie), cet article 4 n'a certainement pas provoqué de grandes inquiétudes. D'autant plus qu'il affirmait dans le même temps : « la République garantit à chacun le respect de ses opinions et de ses croyances, et le libre exercice des cultes ».

Sans être inquiets, certains ont cependant pu être déçus. Tous ceux qui, parmi les pieds-noirs comme parmi les Arabo-Berbères (pour ne pas reprendre la terminologie coloniale de « musulmans »), rêvaient d'une Algérie nouvelle profondément laïque et multiculturelle. En 1963, la Constitution fut adoptée avec 139 voix pour, 23 voix contre et 8 abstentions (dont 7 Européens, sur les 16 membres pieds-noirs de la nouvelle Assemblée). Je ne sais pas quelle fut la position de Pierre Chaulet ce jour-là. Une chose est sûre : à aucun moment de sa longue vie dans l'Algérie algérienne ce fervent catholique n'a été empêché de pratiquer sa foi, ni d'aller prier à l'église quand bon lui semblait. Tout comme son ami l'abbé Jean Scotto, avec lequel il fut élu aux élections municipales d'Alger en février 1967.

Cinquante années plus tard, au moment où disparaît le professeur Chaulet, que reste-t-il de ces 200 000 pieds-noirs ? Plus grand-chose, assurément. Ils ne seraient plus que quelques centaines, enfants compris. Les raisons d'une telle fonte des effectifs ? Le temps, naturellement, puisque à présent nombreux sont ceux qui reposent aujourd'hui dans la terre qui les vit naître.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Bénin : une biennale sinon rien !

Article pr�c�dent :
Les maux de la santé

Réagir à cet article

Algérie

Algérie : Karim Achoui, le droit au retour

Algérie : Karim Achoui, le droit au retour

Ce Franco-Algérien s'est fait connaître comme l'avocat des figures du milieu. En s'inscrivant au barreau d'Alger, il a trouvé le moyen de contourner l'interdiction de plaider qui le frappait en France.[...]

Le dessinateur algérien Ali Dilem rejoint l'équipe de "Charlie Hebdo"

Le célèbre dessinateur de presse algérien Ali Dilem a rejoint la rédaction de "Charlie Hebdo", qui a sorti mercredi son second numéro depuis les attentats de janvier. Un choix audacieux[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Algérie : vaste dispositif policier pour empêcher une manifestation contre le gaz de schiste à Alger

Un important dispositif policier a été déployé mardi à l'aube autour de l'esplanade de la Grande Poste, dans le centre d'Alger, où devait se tenir une manifestation contre le gaz de[...]

Football : le Real Madrid enfin de retour sur les terres algériennes ?

Le Real de Madrid a donné vendredi son accord pour disputer un match amical en Algérie, a rapporté le quotidien espagnol "Marca", très proche du club. La date de cette rencontre et[...]

L'expulsion de 33 chibanis à Paris pose la question de la situation des vieux migrants en France

Après avoir été expulsés manu-militari jeudi matin de leur hôtel situé rue du Faubourg Saint-Antoine à Paris, 33 chibanis (personnes âgées) ont reçu l'assurance[...]

Mali : accord entre Bamako et les groupes armés pour une "cessation immédiate" des hostilités

Réunis à Alger pour un nouveau round des négociations de paix, le gouvernement malien et six groupes armés du nord du Mali ont signé jeudi, sous les auspices de l'Algérie et de l'ONU, un[...]

Assia Djebar, la jeune fille et la mort

De Cherchell (Algérie) à Vrede (Afrique du Sud), les lettres du continent sont en deuil. À quelques heures d'intervalle, en ce début février, deux des plus grands auteurs africains sont[...]

Algérie : la fatwa, une affaire d'État

L'institution nationale chargée d'édicter les décrets religieux en Algérie est désormais la seule habilitée à statuer sur les questions de société. Ses [...]

Mali : l'ombre d'Iyad Ag Ghali plane sur les négociations d'Alger

Soupçonné de manoeuvrer en coulisses en faisant régner la terreur parmi les Touaregs, le leader d'Ansar Eddine, Iyad Ag Ghali, demeure introuvable. Une ombre au tableau des négociations[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2705p104-105.xml1 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2705p104-105.xml1 from 172.16.0.100