Extension Factory Builder
23/11/2012 à 17:59
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La dépouille du professeur Chaulet portée par la garde d'honneur, à Alger, le 9 octobre. La dépouille du professeur Chaulet portée par la garde d'honneur, à Alger, le 9 octobre. © AFP

À travers l'hommage rendu au militant anticolonialiste Pierre Chaulet, c'est l'histoire des Algériens d'origine européenne qui se sont battus pour l'indépendance qui a été rappelée. Une occasion de découvrir, pour les plus jeunes, des héros méconnus.

Des centaines d'Algérois ont accompagné, le 9 octobre, la dépouille du Pr Pierre Chaulet, 82 ans, à sa dernière demeure : le cimetière chrétien de Diar Essaada, « les maisons du bonheur », un quartier des hauteurs de la capitale. Son décès, le 5 octobre, est intervenu quelques heures avant l'annonce de la disparition de Chadli Bendjedid, troisième président de la République de l'Algérie indépendante. Sans sombrer dans une comparaison facile, la disparition de ces deux personnalités historiques a provoqué la même émotion, le même deuil, les mêmes éloges.

Sur les parcours distincts des deux dépouilles, les mêmes scènes : applaudissements et stridents youyous féminins. Cependant, en cette année du cinquantenaire, le décès du militant anticolonialiste de la première heure (Pierre Chaulet s'était engagé dans la cause indépendantiste dès 1951, soit trois ans avant le déclenchement de la guerre de libération) a placé sous les feux de la rampe une catégorie d'Algériens méconnue : les « justes ». Ceux qui, de souche européenne, de religion chrétienne, avaient fait en juillet 1962 le choix de l'Algérie algérienne après avoir contribué à sa libération.

Médecin et journaliste à "L'Action", il avait recruté Frantz Fanon dans la guerre de libération.

Humanisme

Dans un pays où plus de 70 % de la population a moins de 30 ans et où l'Histoire, source de légitimation du pouvoir, est - paradoxalement - mal enseignée, l'annonce du décès du professeur Chaulet a permis aux plus jeunes de découvrir, à travers le parcours de ce militant de la cause nationale (compagnon d'Abane Ramdane, théoricien de la révolution) que les « justes » ne s'étaient pas uniquement engagés dans le combat libérateur, mais également dans l'édification et le développement du pays.

Né en 1930, dans une famille algéroise depuis trois générations où l'engagement politique allait de pair avec l'humanisme qui sied aux valeurs catholiques, Pierre Chaulet, médecin et journaliste, ancien correspondant à Alger du journal L'Action (ancêtre de Jeune Afrique), est l'homme qui a recruté Frantz Fanon dans la lutte de libération menée en Algérie.

Considéré comme le pionnier du système de santé algérien et comme le père de la médecine gratuite au nom du « droit aux soins pour tous », ce pneumologue a contribué à l'éradication de la tuberculose en Algérie, où elle faisait des ravages, et plus tard en Afrique subsaharienne, créant un modèle universel d'épidémiologie. Il s'était en effet éloigné des cercles et appareils politiques, pollués par les querelles de pouvoir, pour se consacrer au seul engagement qui vaille : combattre les inégalités et les disparités régionales. Pour autant, il ne s'était pas détourné de la politique. Député à la Constituante de 1963, il s'est lancé dans la première élection municipale en 1967, et il est devenu membre de la première Assemblée populaire communale (APC) d'Alger. Cependant, il s'est très vite lassé de la pratique politicienne et est retourné à ses premières amours : soigner ses frères les hommes.

Survivants

Ainsi, l'Algérie a eu « ses » « justes ». Mais que sont-ils devenus ? Les 200 000 pieds-noirs ayant fait le choix de l'Algérie algérienne (lire ci-contre) n'étaient évidemment pas tous des « justes ». « Juste algérien m'irait bien », confie l'un des membres de cette poignée de survivants, un demi-siècle après avoir fait un choix ethniquement incorrect. « Quand l'Algérien normal croise un de ces compatriotes d'un autre type, il est convaincu d'avoir affaire à un touriste égaré, à un ex-coopérant technique à la retraite ou à un de ces amoureux transis des pays du désert, déplore Lamia, 57 ans, pneumologue formée par Pierre Chaulet. Il oublie que certains héros de la guerre de libération avaient des noms exotiques : Henri Maillot, Maurice Audin, Henri Aleg ou Pierre Mandouze. »

Depuis la décennie noire des GIA (Groupes islamiques armés ayant sévi lors d'une insurrection particulièrement barbare au cours des années 1990), d'autres martyrs chrétiens ont rejoint le panthéon de la résistance algérienne : Mgr Pierre Claverie, assassiné à Oran en 1996, ou encore les sept moines trappistes de Tibéhirine, dont les circonstances de la mort alimentent tant de polémiques.

Considéré comme le véritable artisan de l'ouverture du mouvement national aux valeurs universelles, Pierre Chaulet a paisiblement vécu sa foi, au plus fort des années terribles du terrorisme. Tolérants les Algériens ? « L'ouverture et la tolérance sont inscrites dans les gènes de la révolution », assure Jean-Luc, fils du disparu.

L'évocation de la mémoire de Pierre Chaulet et de celle de tous les « justes » est une occasion pour les Algériens de réapprendre que saint Augustin était des leurs.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des 'indigènes'

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les "indigènes&qu[...]

IIe guerre mondiale : les tirailleurs africains, ces héros de l'ombre

De Provence jusqu'en Alsace, des milliers de soldats venus des colonies sont morts pour libérer la France. Soixante-dix ans plus tard, Paris leur rend hommage. Une douzaine de chefs d'État africains devraient[...]

Youb Lalleg, tirailleur algérien : "La France m'a maltraité en retour"

L'Algérien Youb Lalleg, 95 ans, s'était engagé volontairement dans l'armée française en 1941. Malgré les injustices subies et la répression dont il a été[...]

Mali : les négociations de paix d'Alger reportées au 1er septembre

Après une première phase préparatoire en juillet, les pourparlers entre le gouvernement malien et les groupes armés vont reprendre le 1er septembre à Alger et non plus le 17 août comme[...]

Histoire : Alger, capitale de la résistance française

Alors qu'on célèbre, le 15 août, les 70 ans du débarquement de 1944 en Provence, auquel ont participé des milliers de combattants issus de l'empire colonial français, retour sur un[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

L'Algérie et le Maroc intensifient la lutte contre le trafic d'essence transfrontalier

Depuis le début de l'année, quelque 500 000 litres de carburant algérien destinés à l'exportation frauduleuse vers le Maroc ont été saisis par les gendarmes. La lutte s'intensifie[...]

Amor Hakkar, "La preuve" et le choix d'Ali

Accusé d'être le père d'un enfant conçu hors mariage, un Algérien hésite à avouer sa stérilité. Le considérera-t-on toujours comme un homme ?[...]

Le Maghreb des misogynes

Dignes descendantes des moudjahidate algériennes, nobles battantes du Maroc, filles de Bourguiba, vous pouvez être fières de vos élus ! Si, si. Je vais vous donner trois exemples qui vont vous[...]

Ramtane Lamamra : "L'Algérie est là pour régler les différends, pas pour les exacerber"

Catastrophe du vol AH 5017, négociations intermaliennes, relations avec le Maroc et la France, situation à Gaza, participation de l'armée nationale au défilé du 14 Juillet à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers