Extension Factory Builder
21/11/2012 à 17:03
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Faute de candidates, de grands partis seront absents du scrutin dans plusieurs communes. Faute de candidates, de grands partis seront absents du scrutin dans plusieurs communes. © Lahcène Abib/Signatures

Les prochaines élections locales changeront le visage des assemblées municipales et régionales. Notamment avec le quota de 30 % de femmes.

Les élections locales du 29 novembre mettent en jeu les sièges de 1 542 assemblées populaires communales (APC, municipalités) et 48 assemblées populaires de wilaya (APW, parlements régionaux). Organisées au scrutin de listes à la proportionnelle, elles mobilisent 52 partis politiques et près de 179 listes indépendantes.

Premier du genre depuis les réformes du code de la commune et du code de la wilaya, qui introduisent de nouvelles dispositions visant à améliorer la bonne gouvernance locale et accordent de nouvelles prérogatives aux élus locaux, ce rendez-vous électoral a une autre particularité : il signe la fin d'un mandat marqué par une forte hausse du nombre des cas de corruption impliquant des présidents d'APC (titre officiel du maire en Algérie). Selon un comptage de la presse privée, plus de 160 maires algériens, soit 10 % de l'ensemble, ont eu maille à partir avec la justice pour des affaires de détournement de deniers publics. Certains ont déjà été jugés et condamnés, et croupissent en prison. Ce qui n'a pas découragé les vocations. De nombreux partis, notamment les plus influents, ont eu du mal à trancher face à l'afflux de prétendants. Le phénomène de la chkara (« sac bourré de billets de banque », terme qui désigne la corruption, lire pp. 80-82) n'a pas été absent de la création des listes. « L'investiture au plus offrant » est d'ailleurs assumée par plusieurs formations, qui ne voient aucun mal dans cette forme de financement de leurs activités.

30 % de femmes sur les listes

Troisième caractéristique de ce scrutin : l'obligation de présenter au moins 30 % de femmes sur les listes de candidats, une disposition qui a provoqué un véritable séisme dans les états-majors politiques. Ainsi, au lendemain des législatives, les Frères musulmans du Mouvement de la société pour la paix (MSP), qui représentaient la troisième force politique, juraient d'une implantation nationale à la faveur des municipales. Or ils ont été incapables de concourir sur l'ensemble du territoire, se contentant de présenter 321 listes sur 1 542 possibles. En Algérie, les temps sont durs pour les islamistes. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Algérie : Bouteflika, l'homme qui marchait avec sa tête

Algérie : Bouteflika, l'homme qui marchait avec sa tête

Occupés à le brocarder, ses adversaires l'ont sous-estimé. Grave erreur : le président algérien Abdelaziz Bouteflika a révélé en plusieurs occasions que sa pugnacit&eacut[...]

Philippe Troussier : "Algérie, Maroc, Gabon ? Des défis intéressants"

Candidat nulle part mais cité un peu partout (Algérie, Maroc, Gabon), le Franco-Ivoirien Philippe Troussier (59 ans) se dit prêt à relever un nouveau défi en Afrique, un continent où sa[...]

Algérie : génération Bouteflika, génération harraga ?

Certains ne songent qu'à partir. D'autres trouvent des raisons d'espérer. Tous n'ont connu pour l'instant qu'un seul président, Abdelaziz Bouteflika. Coup de projecteur sur une jeunesse pas si[...]

Chansons caritatives : à votre bon coeur, mélomanes !

Inspirés par les réunions charitables d'artistes anglo-saxons dans les années 80, les chanteurs africains s’égosillent de plus en plus en groupes. Autour de causes[...]

Algérie : une vidéo de violences policières en Kabylie suscite colère et indignation

La vidéo d’une manifestation sauvagement réprimée par des policiers en Kabylie, dimanche dernier, provoque un tollé et oblige la police nationale à ouvrir une enquête. À[...]

Algérie : la traque de jihadistes se poursuit en Kabylie après une attaque contre les militaires

L'armée algérienne continuait mardi de ratisser les montagnes de Kabylie (est d'Alger) après l'attentat qui a coûté la vie à onze soldats samedi soir.[...]

Algérie bashing

En Occident, et en France en particulier, où la rengaine "quand on voit ce qu’on leur a laissé et ce qu’ils en ont fait" a la vie dure, l’Algérie génère, par[...]

Algérie : en attendant que Bouteflika prête serment, Benflis crée son parti

Les seuls klaxons que l’on entendait à Alger, samedi 19 avril, étaient ceux des cortèges nuptiaux qui sillonnaient les artères de la capitale. Jeudi soir, avant même la proclamation[...]

Algérie : onze militaires tués à la suite d'une embuscade en Kabylie

Onze militaires algériens ont été tués à la suite d'une embuscade survenue dans la nuit de samedi à dimanche en Kabylie, région montagneuse à l'est d'Alger, a-t-on[...]

Algérie : onze militaires tués samedi soir en Kabylie

Onze militaires algériens ont été tués dans la nuit de samedi à dimanche en Kabylie, région montagneuse à l'est d'Alger, a-t-on appris dimanche de source sécuritaire.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces