Extension Factory Builder
26/11/2012 à 09:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Me Fatiha Belgacem-Chelouche est avocate au barreau d'Alger, ex-députée du Front de libération nationale (FLN) et ancienne membre de la commission des affaires juridiques de l'Assemblée populaire nationale.

Le débat autour du projet de loi portant sur l'organisation de la profession d'avocat, inscrit à l'ordre du jour de la session d'automne des deux chambres du Parlement, promet d'être très houleux. En 2011 déjà, soumis une première fois à la représentation nationale, ce projet avait soulevé de vives critiques de la part du barreau. Pour rappel, les droits de la défense ont été garantis par les Constitutions successives de l'État algérien. Dans le cadre des réformes de ce dernier, le président Abdelaziz Bouteflika a mis en place, en 1999, la Commission nationale de réforme de la justice (CNRJ), présidée par feu Mohand Issad, un éminent juriste. Parmi ses recommandations, les droits de la défense occupent une place incontournable.

Toutefois, à la lumière de l'évolution du droit dans le monde et des principes universels, l'analyse du projet de loi révèle un décalage entre l'exposé des motifs et le dispositif. Ce qui pourrait faire reculer les droits de la défense. Si l'exposé des motifs réaffirme que « les droits de la défense sont indissociables des droits de l'homme et des libertés », et aussi « que la profession d'avocat est une profession libérale et indépendante, qu'elle oeuvre pour le respect et la sauvegarde des droits de la défense, qu'elle concourt à l'oeuvre de justice », la lecture du dispositif - dans les articles 9 et 24 - surprend. Le premier stipule (dans son alinéa 2) que « toute entrave commise par l'avocat au cours normal de l'administration de la justice engage sa responsabilité ». Quelle est l'entrave ? Qui la détermine ? Quant à l'article 24, il met en place une procédure diligentée sur l'heure par le magistrat siégeant au cours de l'incident avec, pour conséquence immédiate, des poursuites disciplinaires contre l'avocat. Ainsi, l'incident devient délit.

Devant les juridictions pénales, il arrive à l'avocat d'élever la voix pour faire entendre la cause de son mandant. Non pour outrager qui que ce soit. Ces deux articles sont d'un autre temps. Quel devenir pour la défense si l'avocat doit exercer sous la pression d'une telle menace ?

Il ne peut y avoir d'État de droit sans un barreau libre et crédible. Ses membres doivent participer à tous les débats juridiques.

Il ne peut y avoir d'État de droit sans un barreau libre et crédible. Le débat qui s'ouvre doit conduire le conseil de l'ordre à mobiliser toutes les énergies pour encadrer les générations nouvelles et les former aux règles de la mission de défense. Pour le consacrer et le renforcer, l'État doit associer les membres du barreau à tous les débats juridiques, leur fournir les moyens de développer la formation et assurer de meilleures conditions d'accès à l'information et à la documentation.

Autre problématique qui préoccupe le barreau : le mode d'élection du conseil de l'ordre. Celui-ci, présidé par un bâtonnier, gère et représente les avocats. Le projet de loi actuel reproduit les schémas précédents d'organisation, de fonctionnement et d'élection des organes. Au sein de la Commission nationale de recours, le rôle des représentants du barreau reste minoritaire. Selon le projet, celle-ci est présidée par un magistrat. Or cette commission est chargée d'examiner les fautes disciplinaires des avocats. Une présidence tournante consoliderait le rôle de la défense dans la gestion de la profession. Ses droits concernent tout un chacun. C'est pourquoi le législateur doit être à l'écoute des propositions et recommandations des représentants du barreau.

L'évolution des règles de droit à travers le monde, l'adhésion de l'Algérie aux conventions internationales, le développement et la rapidité des échanges internationaux font de la protection des droits de la défense un devoir pour le barreau. C'est pourquoi le débat sur l'organisation de la profession d'avocat ne saurait se tenir sans lui.

Avocate au barreau d'Alger, ex-députée du Front de libération nationale (FLN) ?et ancienne membre de la commission des affaires juridiques de l'Assemblée populaire nationale

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

L'Algérie prépare un programme d'investissements de 260 milliards de dollars

L'Algérie prépare un programme d'investissements de 260 milliards de dollars

 L'Algérie prépare le lancement d'un nouveau programme d'investissements quinquennal. D'un montant de 260 milliards de dollars, ce plan, qui court jusqu'à 2019, vise à faire de l'Algérie une[...]

Wikipédia : Kagamé, Kabila, ADO, Sissi, Boutef... Qui détient la biographie la plus souvent modifiée ?

Les biographies Wikipédia des chefs d’État sont modifiées tous les mois, voire tous les jours. Non seulement pour ajouter de nouveaux éléments, mais aussi pour supprimer les paragraphes[...]

Algérie : Bouteflika met fin aux fonctions de Belkhadem

Une source proche de la présidence algérienne a annoncé mardi qu'Abdelaziz Bouteflika a mis fin aux fonctions de son conseiller spécial Abdelaziz Belkhadem, une personnalité de premier plan qui[...]

Algérie - Maroc : vingt ans après, faut-il rouvrir la frontière commune ?

Vingt ans après sa fermeture, la frontière commune entre le Maroc et l'Algérie n'est toujours pas rouverte. Une situation préjudiciable pour les deux États qui se contentent, pour l'instant, de[...]

Violence dans les stades : la mort d'Ebossé couvre de "honte" les Algériens

De nombreux Algériens ont exprimé un sentiment de "honte" face au drame de la mort de l'attaquant camerounais Albert Ebossé. Le joueur a été tué samedi par un projectile[...]

Algérie : décès du footballeur camerounais Albert Ebossé, atteint par un projectile

L’attaquant camerounais de la JS Kabylie, Albert Ebossé est décédé samedi soir, atteint par un projectile parti des tribunes à l’issue de la défaite à domicile de son[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

IIe guerre mondiale : les tirailleurs africains, ces héros de l'ombre

De Provence jusqu'en Alsace, des milliers de soldats venus des colonies sont morts pour libérer la France. Soixante-dix ans plus tard, Paris leur rend hommage. Une douzaine de chefs d'État africains devraient[...]

Youb Lalleg, tirailleur algérien : "La France m'a maltraité en retour"

L'Algérien Youb Lalleg, 95 ans, s'était engagé volontairement dans l'armée française en 1941. Malgré les injustices subies et la répression dont il a été[...]

Mali : les négociations de paix d'Alger reportées au 1er septembre

Après une première phase préparatoire en juillet, les pourparlers entre le gouvernement malien et les groupes armés vont reprendre le 1er septembre à Alger et non plus le 17 août comme[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex