Extension Factory Builder
18/11/2012 à 17:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Image d'un d'un journal télévisé suite à l'agression d'une jeune femme à Gauhati. Image d'un d'un journal télévisé suite à l'agression d'une jeune femme à Gauhati. © DR

Au pays du Mahatma Gandhi, la vie est souvent un enfer pour le "deuxième sexe".

La nuit tombe sur Gauhati, dans le nord-est de l'Inde. À la sortie d'un bar du centre-ville, une jeune fille est molestée par une bande de jeunes désoeuvrés. Elle réussit à s'échapper, court le long d'une avenue encombrée de voitures et de bus, appelle à l'aide... Personne ne s'arrête. Très vite, elle est rattrapée par ses agresseurs. Son supplice va durer longtemps. Au bout de quarante-cinq minutes, la police débarque enfin et disperse les voyous (voir la vidéo ci-dessous).

Cette pénible scène a eu lieu au cours de l'été dernier. Filmée par un caméraman de la télé locale, elle a été diffusée dès le lendemain par les médias et a suscité la polémique dans tout le pays. Choqués par la sauvagerie de l'agression, journalistes et sociologues se sont gravement interrogés sur la condition de la femme indienne. Le rapport de la police a été rendu public. Il fait état de brûlures de cigarette sur les bras et la poitrine de la victime. Bien que leurs visages soient clairement identifiables sur les images diffusées, les agresseurs sont encore loin d'avoir tous été arrêtés.

Elle parvient à s'échapper et court le long d'une avenue en appelant à l'aide. Personne ne s'arrête.

Tentatrice

Cette indifférence policière n'a rien de surprenant. Elle est à l'image d'une société qui ferme trop volontiers les yeux sur les pires violences commises contre les femmes au sein même des familles. Dans l'affaire de Gauhati, le comble de l'insensibilité a été atteint par la Commission nationale pour les femmes, organisme officiel pourtant censé défendre les victimes. À en croire Mamta Sharma, sa présidente, tous les malheurs de la jeune femme tiennent au fait que, le jour fatal, elle était vêtue d'une jupe. « L'imitation aveugle de l'Occident par nos filles a pour conséquence d'éroder les fondements de notre culture et de provoquer ce genre d'agressions », a-t-elle déclaré à la presse. Bref, c'est l'inusable rengaine de la femme occidentalisée, et donc, forcément, tentatrice. On imagine les réactions des associations féministes !

La palette des exactions dont les Indiennes sont quotidiennement victimes est large. Il y a les violences sexuelles, bien sûr, mais aussi les immolations par le feu pour des affaires de dot ou l'infanticide des petites filles. Selon une étude de la revue médicale The Lancet, 12 millions de foetus féminins ont été supprimés au cours des trois dernières décennies. Du coup, il naît sensiblement moins de filles que de garçons : 914 pour 1000, selon le dernier recensement (2011). De même, l'augmentation du nombre des procédures engagées pour agression contre une femme se passe de commentaire : + 7,1 % entre 2010 et 2011. Selon les statistiques du National Crimes Records Bureau, ce n'est guère mieux pour les enlèvements (+ 19,4 %), les viols (+ 9,2 %) et les meurtres liés à une affaire de dot (+ 2,7 %).

Sordide

Les journaux regorgent d'anecdotes sordides. Au mois de juillet, la police a par exemple arrêté dans l'État du Madhya Pradesh un homme de 38 ans accusé d'avoir « percé des trous » dans les parties génitales de sa femme, qu'il fermait soigneusement chaque matin avant de partir au travail au moyen d'un cadenas. Dans le sud du pays, un dentiste obligeait sa femme à boire son urine, parce qu'il jugeait insuffisant le montant de sa dot. Même dans les rues de la capitale fédérale, les enlèvements ne sont pas rares...

Un sondage international réalisé auprès de 370 spécialistes des relations hommes-femmes classe l'Inde comme le pays du G20 le plus dangereux pour les femmes. Oui, oui, devant l'Arabie saoudite ! 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Chine : la 'chasse aux renards' est ouverte

Chine : la "chasse aux renards" est ouverte

Les autorités ont entrepris de pourchasser jusqu'en Europe ou en Afrique les responsables politiques et économiques convaincus de corruption. Une traque difficile ? Oui, mais extrêmement fructueuse.[...]

Cambodge : le docteur-la-mort, l'aiguille et le sida

Comment plus deux cents villageois de la province de Battambang ont-ils été contaminés par le virus du sida ? Un étrange médecin est dans le collimateur des enquêteurs.[...]

Les sons de la semaine #27 : Moh! Kouyaté, Gradur, J. Martins et Youssou Ndour

Bienvenue dans notre horizon musical de la semaine ![...]

Turquie : misogynes, les islamo-conservateurs de l'AKP ?

La propension des islamo-conservateurs de l'AKP à imposer aux femmes la manière dont elles doivent se comporter ou s'habiller indispose la fraction la plus jeune et citadine de la population. D'autant que les[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

2015, l'année des changements

L'année 2015 est encore dans son premier mois : où nous mène-t-elle ? Quelle direction prend notre monde et dans quel sens se déplace son centre de gravité ? Je me suis posé ces[...]

Peine de mort aux États-Unis : trois questions soulevées par l'exécution de Warren Hill

Un prisonnier africain-américain a été exécuté aux États-Unis mardi 27 janvier. Cet homme, condamné pour meurtre, aurait pu être gracié en raison de son handicap [...]

Livres - Gaston-Paul Effa : "La France est frappée d'amnésie"

L’écrivain franco-camerounais Gaston-Paul Effa restitue, dans "Rendez-vous avec l’heure qui blesse", le destin de Raphaël Élizé, un Martiniquais déporté au camp de [...]

France : escarpins sur tapis de prière, une oeuvre censurée puis réexposée

L'installation de l'artiste Zoulikah Bouabdellah, d'abord retirée à la demande de son auteur d'une exposition en banlieue parisienne après qu'une association musulmane avait mis en garde sur un risque[...]

France : la Cour de cassation valide le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain

Après dix-huit mois de quiproquo judiciaire, la Cour de cassation française a validé mercredi le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain. Le parquet s'opposait à la légalité de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2705p074.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2705p074.xml0 from 172.16.0.100