Extension Factory Builder
20/11/2012 à 08:53
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le cyberactiviste australien au balcon de l'ambassade de l'Équateur à Londres. Le cyberactiviste australien au balcon de l'ambassade de l'Équateur à Londres. © SIPA

Pour défier les États-Unis, le président équatorien Rafael Correa avait, au mois d'août, accordé l'asile politique au fondateur de WikiLeaks, Julian Assange. Il ne détesterait pas aujourd'hui trouver une porte de sortie honorable.

Alors que Julian Assange, son cofondateur, est toujours réfugié à l'ambassade d'Équateur à Londres, le site WikiLeaks a, le 25 octobre, publié de nouveaux documents militaires américains, notamment un manuel détaillant la manière de traiter les détenus incarcérés sur la base de Guantánamo, à Cuba. Ce qui n'est pas de nature à apaiser les craintes du journaliste australien, qui redoute d'être livré à la justice suédoise, laquelle pourrait l'extrader vers les États-Unis - où il est convaincu de risquer la peine de mort.

Tout a commencé en juillet 2010 avec la publication par WikiLeaks d'une série de documents secrets concernant la guerre en Afghanistan et le voyage d'Assange à Stockholm pour une série de conférences. Le 21 août, il est accusé d'avoir, la semaine précédente, violé et agressé sexuellement deux jeunes femmes. Il nie formellement les faits qui lui sont reprochés et, le 15 septembre, est autorisé à quitter le pays. Mais l'affaire ne s'arrête pas là. Le mois suivant, WikiLeaks publie dans divers organes de presse internationaux puis met en ligne d'innombrables documents secrets relatifs à la guerre en Irak. En novembre, il met en ligne 250 000 câbles diplomatiques américains. Le 30 de ce même mois, la Suède lance un mandat d'arrêt international contre Assange. Le 7 décembre, celui-ci est arrêté par la police britannique. Coïncidence ?

Encombrant

Le cybermilitant est bientôt remis en liberté conditionnelle. Mais en mai 2012, la Cour suprême du Royaume-Uni donne son feu vert à son extradition vers la Suède. Le 19 juin, il se réfugie à l'ambassade d'Équateur et, deux mois plus tard, obtient de ce pays l'asile politique.

Régulièrement accusé de dérive autoritaire, Rafael Correa, le très antiaméricain président équatorien, voit dans cette affaire l'occasion d'améliorer son image, d'occulter le fait que son pays est tout sauf un modèle en matière de liberté d'expression et de contester au Vénézuélien Hugo Chávez son rôle de leader régional. Il découvre bientôt que son hôte est bien encombrant et que la CIA est en train d'investir des dizaines de millions de dollars pour empêcher sa réélection, en février 2013. Il cherche désormais une porte de sortie et insiste pour que les autorités suédoises dépêchent à Londres un magistrat afin d'interroger Assange - dont l'état de santé, semble-t-il, se dégrade - et qu'elles donnent la garantie formelle qu'il ne sera pas extradé vers un autre pays. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Naufrages de migrants en Méditerranée : le silence des dirigeants africains

Naufrages de migrants en Méditerranée : le silence des dirigeants africains

  Les dirigeants africains se montrent remarquablement silencieux sur les naufrages de migrants en Méditerranée, qui concernent pourtant nombre de leurs citoyens, en particulier dans l'ouest du continent, une cr[...]

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si[...]

François Durpaire : "La commémoration de la fin de l'esclavage est l'affaire de tous"

François Durpaire est historien, membre du Comité national pour la mémoire et l'histoire de l'esclavage.[...]

Birmanie : les nouveaux boat people

Plus d'un million de Rohingyas, musulmans, sont privés de tout droit et confinés dans des camps de déplacés dans des conditions déplorables. Leur seul espoir ? Fuir par la mer. Au[...]

Niger - Putsch de Seyni Kountché : et si la France n'y était pour rien ?

On croyait tout savoir de la chute du président Diori, en 1974. Mais des archives encore confidentielles suggèrent que le putschiste Seyni Kountché a pris tout le monde de court. Y compris Paris.[...]

Barack Obama à Béji Caïd Essebsi : "Les États-Unis croient en la Tunisie"

À l'ocassion de la réception de Béji Caïd Essebsi à la Maison blanche jeudi, le président amréicain Barack Obama a annoncé son intention d'accorder à la Tunisie le[...]

"Princess of North Sudan" : Disney accusé de glorifier le colonialisme

Le prochain Disney, encore dans les cartons, s'appuie sur l'histoire vraie d'un Américain venu planter l'étendard familial dans le nord du Soudan pour faire de sa fille une "princesse"... Au mépris[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : doutes sur l'implication du suspect marocain arrêté en Italie

Un nouveau suspect a été appréhendé mercredi à Gaggiano, en Italie, dans le cadre de l'affaire de l’attentat du Bardo. Mais les premiers éléments laissent à penser[...]

Chine-Taïwan : nuages noirs sur le détroit

À huit mois d'une élection présidentielle à haut risque, la poignée de main très médiatisée entre Xi Jinping et Eric Chu Li-luan ne doit pas faire illusion :[...]

Génocide des Tutsis au Rwanda : déjà condamné en Allemagne, Rwabukombe sera rejugé

L'ancien maire rwandais Onesphore Rwabukombe, condamné l'an passé pour "complicité" dans le génocide des Tutsis en 1994, encourt désormais la perpétuité. Il est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers