Extension Factory Builder
20/11/2012 à 08:53
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le cyberactiviste australien au balcon de l'ambassade de l'Équateur à Londres. Le cyberactiviste australien au balcon de l'ambassade de l'Équateur à Londres. © SIPA

Pour défier les États-Unis, le président équatorien Rafael Correa avait, au mois d'août, accordé l'asile politique au fondateur de WikiLeaks, Julian Assange. Il ne détesterait pas aujourd'hui trouver une porte de sortie honorable.

Alors que Julian Assange, son cofondateur, est toujours réfugié à l'ambassade d'Équateur à Londres, le site WikiLeaks a, le 25 octobre, publié de nouveaux documents militaires américains, notamment un manuel détaillant la manière de traiter les détenus incarcérés sur la base de Guantánamo, à Cuba. Ce qui n'est pas de nature à apaiser les craintes du journaliste australien, qui redoute d'être livré à la justice suédoise, laquelle pourrait l'extrader vers les États-Unis - où il est convaincu de risquer la peine de mort.

Tout a commencé en juillet 2010 avec la publication par WikiLeaks d'une série de documents secrets concernant la guerre en Afghanistan et le voyage d'Assange à Stockholm pour une série de conférences. Le 21 août, il est accusé d'avoir, la semaine précédente, violé et agressé sexuellement deux jeunes femmes. Il nie formellement les faits qui lui sont reprochés et, le 15 septembre, est autorisé à quitter le pays. Mais l'affaire ne s'arrête pas là. Le mois suivant, WikiLeaks publie dans divers organes de presse internationaux puis met en ligne d'innombrables documents secrets relatifs à la guerre en Irak. En novembre, il met en ligne 250 000 câbles diplomatiques américains. Le 30 de ce même mois, la Suède lance un mandat d'arrêt international contre Assange. Le 7 décembre, celui-ci est arrêté par la police britannique. Coïncidence ?

Encombrant

Le cybermilitant est bientôt remis en liberté conditionnelle. Mais en mai 2012, la Cour suprême du Royaume-Uni donne son feu vert à son extradition vers la Suède. Le 19 juin, il se réfugie à l'ambassade d'Équateur et, deux mois plus tard, obtient de ce pays l'asile politique.

Régulièrement accusé de dérive autoritaire, Rafael Correa, le très antiaméricain président équatorien, voit dans cette affaire l'occasion d'améliorer son image, d'occulter le fait que son pays est tout sauf un modèle en matière de liberté d'expression et de contester au Vénézuélien Hugo Chávez son rôle de leader régional. Il découvre bientôt que son hôte est bien encombrant et que la CIA est en train d'investir des dizaines de millions de dollars pour empêcher sa réélection, en février 2013. Il cherche désormais une porte de sortie et insiste pour que les autorités suédoises dépêchent à Londres un magistrat afin d'interroger Assange - dont l'état de santé, semble-t-il, se dégrade - et qu'elles donnent la garantie formelle qu'il ne sera pas extradé vers un autre pays. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Allemagne, la crise d'asthme

Allemagne, la crise d'asthme

Les mauvaises nouvelles se succèdent, l'économie s'essouffle et le spectre de la récession menace. Mais Angela Merkel refuse d'infléchir sa politique. Louable opiniâtreté ou obstina[...]

Algérie : nouveau blocage dans l'enquête sur la mort des moines de Tibhirine ?

Les magistrats français qui se sont rendus en Algérie la semaine dernière n'ont pas pu emporter les prélèvements effectués sur les restes des crânes des sept moines[...]

Migration : quand les Africains ne défendent pas les Africains

En pleine polémique européenne sur l’immigration, Daxe Dabré n’a pas honte de publier le livre "Je suis noir : j'ai honte...". Aiguillon salutaire dans le débat ou ramassis de[...]

Ebola business, commerce macabre autour d'une épidémie

Des boucles d'oreille aux peluches en forme de virus, les produits dérivés à l'effigie d'Ebola se multiplient sur la Toile. Alors que l'épidémie fait rage, avec un bilan de 10 000 cas en Afrique[...]

Canada : un militaire et un assaillant tués après une fusillade au Parlement d'Ottawa

Un tireur, décrit comme un "terroriste" par le Premier ministre canadien, a tué mercredi un soldat à Ottawa et semé la panique au Parlement avant d'être abattu par la police.[...]

L'OIF aux Africains !

Moins de six semaines nous séparent de l'élection du nouveau secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Les 57 chefs d'État ou de gouvernement[...]

Un tandem remplace Christophe de Margerie à la tête de Total

 Pour prendre la succesion de Christophe de Margerie, décédé le 20 octobre dans un accident d'avion, le groupe français Total a confié le poste de président du Conseil[...]

Ebola : "Je suis un Libérien, pas un virus", la campagne qui veut vaincre la stigmatisation

#IamALiberianNotAVirus (comprenez : "Je suis un Libérien, pas un virus"). C'est la nouvelle campagne qui anime les réseaux sociaux américains pour lutter contre la stigmatisation des personnes[...]

Ebola : mille patients guéris en Afrique de l'Ouest et deux rémissions occidentales

Il y a parfois des nouvelles heureuses dans les tragédies. L'annonce de Médecins sans frontières du "1 000è survivant" d'Ebola sorti de ses centres en Afrique de l'Ouest, ainsi que celle de[...]

Automobile : la Chine, un leader qui pèse lourd en Afrique

Depuis dix ans, les ventes de camions chinois explosent. Pour répondre à la demande, les constructeurs commencent à implanter des usines d'assemblage. Les marques européennes contre-attaquent en[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers