Extension Factory Builder
20/11/2012 à 08:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Wen Jiabao lors de l'anniversaire de la proclamation de la République populaire. Wen Jiabao lors de l'anniversaire de la proclamation de la République populaire. © SIPA

À en croire le "New York Times", le Premier ministre et sa famille seraient à la tête d'une fortune colossale. Embarrassante révélation alors que se tenait à Pékin le 18e congrès du Parti communiste !

Dans les couloirs d'ordinaire feutrés du Palais du peuple, on ne parlait que de ça. Les révélations du New York Times concernant la fortune cachée de Wen Jiabao ont fait l'effet d'une bombe. À en croire le quotidien américain, le Premier ministre chinois et sa famille seraient en effet à la tête d'une fortune d'un montant estimé à 2,7 milliards d'euros. L'affaire est d'autant plus embarrassante qu'elle a éclaté à la veille du 18e congrès du Parti communiste chinois - qui s'est tenu du 8 au 14 novembre -, à l'issue duquel le président et le chef du gouvernement ont passé la main. Et qu'elle a donc assombri fâcheusement cette fin de règne.

« Dans de nombreux cas, les noms des proches de Wen Jiabao n'apparaissent pas ouvertement. Ils sont dissimulés derrière des paravents, des instruments d'investissement impliquant des amis, des collègues de travail et des associés », affirme le journal. Ils posséderaient ainsi des intérêts, parfois sous le couvert de sociétés offshore, dans des banques, des bijouteries, des stations touristiques, des compagnies de télécommunications et divers projets d'infrastructure.

Reine des diamants

Ancienne institutrice aujourd'hui âgée de 90 ans, la mère du Premier ministre serait ainsi à la tête de 100 millions d'euros placés dans la société d'investissements Ping An. Son frère aurait décroché pour sa société de traitement de déchets des contrats publics d'un montant équivalant à 23 millions d'euros. Et sa femme, surnommée « la reine des diamants », contrôlerait l'essentiel du très lucratif marché des pierres précieuses. Mais c'est toute la famille qui aurait fait fortune dans le sillage de celui que l'on surnomme parfois, affectueusement, « papy Wen ». Et dire que celui-ci jouait volontiers les pères la vertu en fustigeant la corruption et le népotisme des élites !

La Chine crie à la manipulation et a bloqué l'accès au site internet du journal. Sur les réseaux sociaux, les mots Wen Jiabao et New York Times sont désormais censurés. Il s'agissait d'empêcher à tout prix que le scandale ne perturbe le congrès. Certains se demandent d'ailleurs à qui profitent ces révélations. Et si leur origine ne doit pas être recherchée du côté de l'aile gauche du Parti, qui était en guerre ouverte contre Wen Jiabao...

Quoi qu'il en soit, « papy Wen » n'a nullement l'intention de jouer les victimes expiatoires. Il a promis d'engager des poursuites contre le quotidien américain et ses informateurs, annoncé qu'il était prêt à se soumettre à une enquête sur sa fortune présumée, et propose de faire adopter une loi pour contraindre les dirigeants chinois à déclarer officiellement leurs revenus. Une loi qui a bien peu de chances de voir le jour compte tenu de l'ampleur de la corruption dans le pays. Depuis cinq ans, 660 000 cadres ont été sanctionnés pour des affaires de ce type. La Banque centrale estime pour sa part que plus de 10 milliards d'euros disparaissent chaque année dans les poches de fonctionnaires ripoux.

Quelle justice ?

« La corruption va détruire le Parti, avertit l'universitaire Minxin Pei, qui enseigne les sciences politiques. Mais lutter sérieusement contre elle obligerait à revoir le système politique dans son ensemble. Quel contre-pouvoir ? Quelle justice ? Rien n'est prévu pour contrebalancer la toute-puissance du Parti et le sentiment d'impunité de ses responsables. »

Ces petits arrangements entre « camarades » font grincer bien des dents. Pew, le centre de recherche américain, vient ainsi de publier les résultats d'un sondage qui révèlent que 50 % des Chinois estiment que la corruption est aujourd'hui un « très gros problème » - ils n'étaient que 39 % il y a quatre ans. Ils sont 48 % à penser que le fossé entre riches et pauvres menace l'équilibre de la Chine. Un fossé que l'équipe mise en place à l'issue du congrès a la lourde tâche de combler. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Vatican : vote très attendu à l'issue d'un synode sur la famille et l'homosexualité

Vatican : vote très attendu à l'issue d'un synode sur la famille et l'homosexualité

Les participants au synode sur la famille, réunis depuis deux semaines au Vatican, devaient voter samedi un document final, concluant des débats mouvementés sur des sujets de société brûl[...]

La bataille contre Ebola en passe d'être "perdue", faute de solidarité

L'ONU et la Banque mondiale s'alarment du manque de solidarité internationale envers les pays africains touchés par Ebola, qui a tué 4.555 personnes, et appellent à convertir en actes les promesses[...]

France : après plus dix années passées en prison, deux Marocains tentent d'obtenir une indemnisation

Injustement condamnés pour meurtre, les Marocains Kader Azzimani et Brahim El Jabri ont respectivement passé onze et treize ans en prison. Finalement relaxés le 3 juillet, ils s'efforcent[...]

On vous aura prévenus

La liberté d'expression ne s'est jamais aussi mal portée en Afrique qu'aujourd'hui. Je ne parle pas de celle qui autorise les médias à naître, à diffuser, à paraître et[...]

Fonds de l'ONU contre Ebola : seulement 100 000 dollars sur les 20 millions promis

Le fonds spécial des Nations unies destiné à lutter contre le virus Ebola ne dispose que de 100 000 dollars sur les 20 millions initialement promis, a déploré jeudi le secrétaire[...]

France : agenda judiciaire chargé pour l'humoriste Dieudonné

Le polémiste-humoriste Dieudonné M'bala M'bla accumule les rendez-vous avec la justice française. Retour sur les principaux dossiers le concernant.[...]

Samba, "happy" clandestin

Comment ne pas aimer Samba ? Sujet grave, mais traitement léger. Casting impeccable avec, à la proue, un tandem amoureux césarisé (Omar Sy et Charlotte Gainsbourg). Une pincée d'action,[...]

Les sons de la semaine #18 : Real World, BKO Quintet, Hanni El Khatib, Hempolics, Art Melody...

De Londres à Ouaga, bienvenue dans notre d'horizon hebdomadaire de l'actualité musicale ![...]

ONU : l'Angola élu membre non permanent du Conseil de sécurité

Cinq nouveaux membres non permanents du Conseil de sécurité des Nations ont été élus jeudi. Parmi eux, un pays africain, l'Angola, accompagné de la Nouvelle-Zélande, du Venezuela,[...]

Infographie : l'assassinat des moines de Tibhirine vu selon les différents protagonistes

Deux juges d'instruction français sont actuellement en Algérie pour autopsier les têtes des moines de Tibhirine. En attendant les résultats de leur enquête, "Jeune Afrique" vous propose[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers