Extension Factory Builder
20/11/2012 à 08:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Wen Jiabao lors de l'anniversaire de la proclamation de la République populaire. Wen Jiabao lors de l'anniversaire de la proclamation de la République populaire. © SIPA

À en croire le "New York Times", le Premier ministre et sa famille seraient à la tête d'une fortune colossale. Embarrassante révélation alors que se tenait à Pékin le 18e congrès du Parti communiste !

Dans les couloirs d'ordinaire feutrés du Palais du peuple, on ne parlait que de ça. Les révélations du New York Times concernant la fortune cachée de Wen Jiabao ont fait l'effet d'une bombe. À en croire le quotidien américain, le Premier ministre chinois et sa famille seraient en effet à la tête d'une fortune d'un montant estimé à 2,7 milliards d'euros. L'affaire est d'autant plus embarrassante qu'elle a éclaté à la veille du 18e congrès du Parti communiste chinois - qui s'est tenu du 8 au 14 novembre -, à l'issue duquel le président et le chef du gouvernement ont passé la main. Et qu'elle a donc assombri fâcheusement cette fin de règne.

« Dans de nombreux cas, les noms des proches de Wen Jiabao n'apparaissent pas ouvertement. Ils sont dissimulés derrière des paravents, des instruments d'investissement impliquant des amis, des collègues de travail et des associés », affirme le journal. Ils posséderaient ainsi des intérêts, parfois sous le couvert de sociétés offshore, dans des banques, des bijouteries, des stations touristiques, des compagnies de télécommunications et divers projets d'infrastructure.

Reine des diamants

Ancienne institutrice aujourd'hui âgée de 90 ans, la mère du Premier ministre serait ainsi à la tête de 100 millions d'euros placés dans la société d'investissements Ping An. Son frère aurait décroché pour sa société de traitement de déchets des contrats publics d'un montant équivalant à 23 millions d'euros. Et sa femme, surnommée « la reine des diamants », contrôlerait l'essentiel du très lucratif marché des pierres précieuses. Mais c'est toute la famille qui aurait fait fortune dans le sillage de celui que l'on surnomme parfois, affectueusement, « papy Wen ». Et dire que celui-ci jouait volontiers les pères la vertu en fustigeant la corruption et le népotisme des élites !

La Chine crie à la manipulation et a bloqué l'accès au site internet du journal. Sur les réseaux sociaux, les mots Wen Jiabao et New York Times sont désormais censurés. Il s'agissait d'empêcher à tout prix que le scandale ne perturbe le congrès. Certains se demandent d'ailleurs à qui profitent ces révélations. Et si leur origine ne doit pas être recherchée du côté de l'aile gauche du Parti, qui était en guerre ouverte contre Wen Jiabao...

Quoi qu'il en soit, « papy Wen » n'a nullement l'intention de jouer les victimes expiatoires. Il a promis d'engager des poursuites contre le quotidien américain et ses informateurs, annoncé qu'il était prêt à se soumettre à une enquête sur sa fortune présumée, et propose de faire adopter une loi pour contraindre les dirigeants chinois à déclarer officiellement leurs revenus. Une loi qui a bien peu de chances de voir le jour compte tenu de l'ampleur de la corruption dans le pays. Depuis cinq ans, 660 000 cadres ont été sanctionnés pour des affaires de ce type. La Banque centrale estime pour sa part que plus de 10 milliards d'euros disparaissent chaque année dans les poches de fonctionnaires ripoux.

Quelle justice ?

« La corruption va détruire le Parti, avertit l'universitaire Minxin Pei, qui enseigne les sciences politiques. Mais lutter sérieusement contre elle obligerait à revoir le système politique dans son ensemble. Quel contre-pouvoir ? Quelle justice ? Rien n'est prévu pour contrebalancer la toute-puissance du Parti et le sentiment d'impunité de ses responsables. »

Ces petits arrangements entre « camarades » font grincer bien des dents. Pew, le centre de recherche américain, vient ainsi de publier les résultats d'un sondage qui révèlent que 50 % des Chinois estiment que la corruption est aujourd'hui un « très gros problème » - ils n'étaient que 39 % il y a quatre ans. Ils sont 48 % à penser que le fossé entre riches et pauvres menace l'équilibre de la Chine. Un fossé que l'équipe mise en place à l'issue du congrès a la lourde tâche de combler. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

Plus d'une semaine après avoir sauté dans la Garonne, la nuit du 15 au 16 avril, Raphaël Mobutu, un des enfants de l'ancien président de la RDC (ex-Zaïre) est toujours introuvable. À en croire[...]

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

À six mois de la présidentielle, la sortante est engluée dans une sombre histoire de rachat d'une raffinerie au Texas en 2006. Elle est en baisse dans les sondages mais devrait quand même[...]

Chine : bébés en boîte

En Chine, où n'existent ni protection sociale ni accouchement sous X, des structures d'accueil pour enfants abandonnés - et souvent handicapés - sont mises en place.[...]

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces