Extension Factory Builder
20/11/2012 à 08:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Wen Jiabao lors de l'anniversaire de la proclamation de la République populaire. Wen Jiabao lors de l'anniversaire de la proclamation de la République populaire. © SIPA

À en croire le "New York Times", le Premier ministre et sa famille seraient à la tête d'une fortune colossale. Embarrassante révélation alors que se tenait à Pékin le 18e congrès du Parti communiste !

Dans les couloirs d'ordinaire feutrés du Palais du peuple, on ne parlait que de ça. Les révélations du New York Times concernant la fortune cachée de Wen Jiabao ont fait l'effet d'une bombe. À en croire le quotidien américain, le Premier ministre chinois et sa famille seraient en effet à la tête d'une fortune d'un montant estimé à 2,7 milliards d'euros. L'affaire est d'autant plus embarrassante qu'elle a éclaté à la veille du 18e congrès du Parti communiste chinois - qui s'est tenu du 8 au 14 novembre -, à l'issue duquel le président et le chef du gouvernement ont passé la main. Et qu'elle a donc assombri fâcheusement cette fin de règne.

« Dans de nombreux cas, les noms des proches de Wen Jiabao n'apparaissent pas ouvertement. Ils sont dissimulés derrière des paravents, des instruments d'investissement impliquant des amis, des collègues de travail et des associés », affirme le journal. Ils posséderaient ainsi des intérêts, parfois sous le couvert de sociétés offshore, dans des banques, des bijouteries, des stations touristiques, des compagnies de télécommunications et divers projets d'infrastructure.

Reine des diamants

Ancienne institutrice aujourd'hui âgée de 90 ans, la mère du Premier ministre serait ainsi à la tête de 100 millions d'euros placés dans la société d'investissements Ping An. Son frère aurait décroché pour sa société de traitement de déchets des contrats publics d'un montant équivalant à 23 millions d'euros. Et sa femme, surnommée « la reine des diamants », contrôlerait l'essentiel du très lucratif marché des pierres précieuses. Mais c'est toute la famille qui aurait fait fortune dans le sillage de celui que l'on surnomme parfois, affectueusement, « papy Wen ». Et dire que celui-ci jouait volontiers les pères la vertu en fustigeant la corruption et le népotisme des élites !

La Chine crie à la manipulation et a bloqué l'accès au site internet du journal. Sur les réseaux sociaux, les mots Wen Jiabao et New York Times sont désormais censurés. Il s'agissait d'empêcher à tout prix que le scandale ne perturbe le congrès. Certains se demandent d'ailleurs à qui profitent ces révélations. Et si leur origine ne doit pas être recherchée du côté de l'aile gauche du Parti, qui était en guerre ouverte contre Wen Jiabao...

Quoi qu'il en soit, « papy Wen » n'a nullement l'intention de jouer les victimes expiatoires. Il a promis d'engager des poursuites contre le quotidien américain et ses informateurs, annoncé qu'il était prêt à se soumettre à une enquête sur sa fortune présumée, et propose de faire adopter une loi pour contraindre les dirigeants chinois à déclarer officiellement leurs revenus. Une loi qui a bien peu de chances de voir le jour compte tenu de l'ampleur de la corruption dans le pays. Depuis cinq ans, 660 000 cadres ont été sanctionnés pour des affaires de ce type. La Banque centrale estime pour sa part que plus de 10 milliards d'euros disparaissent chaque année dans les poches de fonctionnaires ripoux.

Quelle justice ?

« La corruption va détruire le Parti, avertit l'universitaire Minxin Pei, qui enseigne les sciences politiques. Mais lutter sérieusement contre elle obligerait à revoir le système politique dans son ensemble. Quel contre-pouvoir ? Quelle justice ? Rien n'est prévu pour contrebalancer la toute-puissance du Parti et le sentiment d'impunité de ses responsables. »

Ces petits arrangements entre « camarades » font grincer bien des dents. Pew, le centre de recherche américain, vient ainsi de publier les résultats d'un sondage qui révèlent que 50 % des Chinois estiment que la corruption est aujourd'hui un « très gros problème » - ils n'étaient que 39 % il y a quatre ans. Ils sont 48 % à penser que le fossé entre riches et pauvres menace l'équilibre de la Chine. Un fossé que l'équipe mise en place à l'issue du congrès a la lourde tâche de combler. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Soupçons de financement libyen de Sarkozy : le fils de Claude Guéant en garde à vue

Soupçons de financement libyen de Sarkozy : le fils de Claude Guéant en garde à vue

Le fils de Claude Guéant, ancien bras droit de Nicolas Sarkozy, est placé en garde à vue depuis lundi. François Guéant est interrogé dans le cadre de l'enquête sur le financement pr&[...]

Espagne : Podemos, Ciudadanos... les empêcheurs de voter en rond

Podemos à l'extrême gauche, Ciudadanos au centre droit... Ces deux partis n'existaient pas il y a un peu plus d'un an. Portés par une crise économique d'une exceptionnelle gravité, ils[...]

Fatoumata Diawara, artiste sans frontières

À l'affiche de plusieurs films, la Malienne Fatoumata Diawara est aussi une chanteuse reconnue. Rencontre à Ouagadougou.[...]

Féminisme : Chimamanda Ngozi Achidie, cinquante nuances de Black

Auteure d'"Americanah", la Nigériane Chimamanda Ngozi Adichie déconstruit avec méthode les préjugés racistes et sexistes. Son discours sur le féminisme vient d'être[...]

Financement présumé de Sarkozy par Kadhafi : ATT entendu comme témoin à Dakar

L'ancien président du Mali, Amadou Toumani Touré, a été entendu en qualité de témoin le 24 mars à Dakar par la Division des investigations criminelles (DIC) dans le cadre de[...]

Littérature : "Un racisme en Noir(e) et Blanc(he)"

Beaucoup d'ouvrages évoquant la question du racisme entre le Noir et le Blanc butent souvent sur le principal écueil lié à cette question : une perception manichéenne qui[...]

Le Brésil, une démocratie malade

Ce sont les évêques brésiliens qui ont le mieux pris la mesure du péril qui menace leur pays. Dans un communiqué du 10 mars, cinq jours avant les manifestations géantes contre[...]

Oncle Jacques (Foccart) et Tonton Lee (Kuan Yew)

Beaucoup d'encre, de temps de parole, de grésillements d'antenne et un colloque de deux jours pour assez peu de chose finalement que cette très médiatique publication de l'inventaire du fonds Foccart[...]

États-Unis : un étudiant inculpé pour avoir attaché une corde au cou de la statue d'un Noir

Un étudiant de l'université du Mississippi a été inculpé, vendredi, pour avoir  passé une corde au cou d’une statue érigée sur le campus de [...]

Lee Kuan Yew, l'homme qui inventa Singapour

Premier ministre pendant trente ans, Lee Kuan Yew avait fait de l'économie de l'île-État l'une des plus florissantes de la planète. Il est mort le 23 mars à l'âge de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2705p070.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2705p070.xml0 from 172.16.0.100