Extension Factory Builder
20/11/2012 à 08:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Wen Jiabao lors de l'anniversaire de la proclamation de la République populaire. Wen Jiabao lors de l'anniversaire de la proclamation de la République populaire. © SIPA

À en croire le "New York Times", le Premier ministre et sa famille seraient à la tête d'une fortune colossale. Embarrassante révélation alors que se tenait à Pékin le 18e congrès du Parti communiste !

Dans les couloirs d'ordinaire feutrés du Palais du peuple, on ne parlait que de ça. Les révélations du New York Times concernant la fortune cachée de Wen Jiabao ont fait l'effet d'une bombe. À en croire le quotidien américain, le Premier ministre chinois et sa famille seraient en effet à la tête d'une fortune d'un montant estimé à 2,7 milliards d'euros. L'affaire est d'autant plus embarrassante qu'elle a éclaté à la veille du 18e congrès du Parti communiste chinois - qui s'est tenu du 8 au 14 novembre -, à l'issue duquel le président et le chef du gouvernement ont passé la main. Et qu'elle a donc assombri fâcheusement cette fin de règne.

« Dans de nombreux cas, les noms des proches de Wen Jiabao n'apparaissent pas ouvertement. Ils sont dissimulés derrière des paravents, des instruments d'investissement impliquant des amis, des collègues de travail et des associés », affirme le journal. Ils posséderaient ainsi des intérêts, parfois sous le couvert de sociétés offshore, dans des banques, des bijouteries, des stations touristiques, des compagnies de télécommunications et divers projets d'infrastructure.

Reine des diamants

Ancienne institutrice aujourd'hui âgée de 90 ans, la mère du Premier ministre serait ainsi à la tête de 100 millions d'euros placés dans la société d'investissements Ping An. Son frère aurait décroché pour sa société de traitement de déchets des contrats publics d'un montant équivalant à 23 millions d'euros. Et sa femme, surnommée « la reine des diamants », contrôlerait l'essentiel du très lucratif marché des pierres précieuses. Mais c'est toute la famille qui aurait fait fortune dans le sillage de celui que l'on surnomme parfois, affectueusement, « papy Wen ». Et dire que celui-ci jouait volontiers les pères la vertu en fustigeant la corruption et le népotisme des élites !

La Chine crie à la manipulation et a bloqué l'accès au site internet du journal. Sur les réseaux sociaux, les mots Wen Jiabao et New York Times sont désormais censurés. Il s'agissait d'empêcher à tout prix que le scandale ne perturbe le congrès. Certains se demandent d'ailleurs à qui profitent ces révélations. Et si leur origine ne doit pas être recherchée du côté de l'aile gauche du Parti, qui était en guerre ouverte contre Wen Jiabao...

Quoi qu'il en soit, « papy Wen » n'a nullement l'intention de jouer les victimes expiatoires. Il a promis d'engager des poursuites contre le quotidien américain et ses informateurs, annoncé qu'il était prêt à se soumettre à une enquête sur sa fortune présumée, et propose de faire adopter une loi pour contraindre les dirigeants chinois à déclarer officiellement leurs revenus. Une loi qui a bien peu de chances de voir le jour compte tenu de l'ampleur de la corruption dans le pays. Depuis cinq ans, 660 000 cadres ont été sanctionnés pour des affaires de ce type. La Banque centrale estime pour sa part que plus de 10 milliards d'euros disparaissent chaque année dans les poches de fonctionnaires ripoux.

Quelle justice ?

« La corruption va détruire le Parti, avertit l'universitaire Minxin Pei, qui enseigne les sciences politiques. Mais lutter sérieusement contre elle obligerait à revoir le système politique dans son ensemble. Quel contre-pouvoir ? Quelle justice ? Rien n'est prévu pour contrebalancer la toute-puissance du Parti et le sentiment d'impunité de ses responsables. »

Ces petits arrangements entre « camarades » font grincer bien des dents. Pew, le centre de recherche américain, vient ainsi de publier les résultats d'un sondage qui révèlent que 50 % des Chinois estiment que la corruption est aujourd'hui un « très gros problème » - ils n'étaient que 39 % il y a quatre ans. Ils sont 48 % à penser que le fossé entre riches et pauvres menace l'équilibre de la Chine. Un fossé que l'équipe mise en place à l'issue du congrès a la lourde tâche de combler. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Diaspora : Consuelo Cruz Arboleda, Africaine-Sud-Américaine

Diaspora : Consuelo Cruz Arboleda, Africaine-Sud-Américaine

Depuis presque dix ans, cette Colombienne installée à Madrid coordonne le groupe afro-socialiste au sein du Parti socialiste ouvrier espagnol.[...]

États-Unis : torture sans limites pendant la présidence de George W. Bush

Durant la présidence de George W. Bush, sous couvert de guerre contre le terrorisme, la CIA a eu recours à la torture. Avec une cruauté sans bornes, selon un rapport accablant du Sénat[...]

Benjamin Stora : "La France peine à se voir comme une nation construite par ses migrants"

Entretien avec le patron de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, l'historien français Benjamin Stora.[...]

Oubliez le McDo, à Paris, les fast-foods africains passent à l'offensive !

En quelques années, le marché de la restauration rapide en France a vu venir de nouveaux acteurs, les fast-foods africains. Malgré la frilosité des banques à les aider, certains ont réussi[...]

Démocratie et torture

Très mauvaise fin d'année pour le dogme selon lequel "la démocratie est le stade suprême du développement politique". On nous a tant de fois assuré que c'est le[...]

États-Unis : Hillary Clinton, future présidente ?

L'épouse de Bill Clinton n'est pas encore candidate à la présidentielle de 2016, mais nul doute qu'elle le sera bientôt. Sera-t-elle la première femme à accéder à la[...]

Algérie : au Val-de-Grâce, un Bouteflika peut-il en cacher un autre ?

La santé d'Abdelaziz Bouteflika a une nouvelle fois fait parler d'elle mardi. Selon des médias algériens, le président algérien aurait été hospitalisé une nouvelle fois au[...]

France : pour éviter "la guerre civile", Éric Zemmour favorable à la déportation des musulmans ?

Le polémiste français controversé Éric Zemmour a une nouvelle fois provoqué l'indignation. Dans une interview accordée à un journaliste italien, fin octobre, il a attaqué les[...]

Pakistan : un groupe taliban tue 132 enfants dans une école

Des talibans pakistanais ont perpétré mardi la plus sanglante attaque terroriste de l'histoire du pays dans une école d'enfants de soldats, tuant 141 personnes, dont 132 écoliers, pour se venger des[...]

Mali - France : Lazarevic et Sofara

Un Français vaut-il plus qu'un Malien ? Certains jugeront la question déplacée. Elle mérite pourtant qu'on s'y arrête au vu des circonstances qui ont mené à la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers