Extension Factory Builder
16/11/2012 à 10:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'ancien espion a désormais la main sur le secteur stratégique de l'énergie. L'ancien espion a désormais la main sur le secteur stratégique de l'énergie. © SIPA

Créature de Vladimir Poutine, Igor Setchine a pris au mois de mai la présidence de Rosneft, le désormais premier groupe pétrolier mondial. Au risque de faire de l'ombre à Dmitri Medvedev.

Ex-espion soviétique, homme fort du Kremlin et patron de la plus grande compagnie pétrolière de Russie - et du monde -, Igor Setchine ne s'était pas signalé jusqu'ici par une sensibilité excessive. Le 12 octobre, dans un grand hôtel londonien, devant un public trié sur le volet, il a montré qu'il avait quand même un coeur. « Rosneft est notre teddy bear, a-t-il estimé. Le sentiment de propriété se forme dès les premières années de la vie, quand l'enfant fait des câlins à son nounours et ne veut le prêter à personne. Nous éprouvons le même sentiment à l'égard du trésor qui nous a été confié. » Bien sûr, il s'agissait d'une habile opération de communication destinée à améliorer l'image de la société publique Rosneft au moment où elle négociait le plus gros contrat de son histoire : le rachat - effectif le 24 octobre - à British Petroleum et à un consortium de quatre oligarques russes de TNK-BP, le troisième groupe pétrolier de Russie.

Cercle polaire

Ce discours signifie d'abord que Setchine préfère travailler en solo - une habitude dans un pays dirigé par d'anciens espions qui n'ont aucune confiance dans leur entourage. Ensuite qu'il s'ouvre au monde depuis qu'il a été nommé à la tête de Rosneft, au mois de mai dernier. « Le Setchine que j'ai rencontré en 2006 et celui d'aujourd'hui sont deux personnes différentes, confirme l'un de ses associés. Il ne peut cacher son passé militaire, mais depuis qu'il dirige une entreprise publique il doit rendre des comptes, ça change tout. »

De fait, Setchine commence à recruter des étrangers. Sa compagnie, qui a signé des accords de partenariat avec ExxonMobil, Eni et Statoil, souhaite se lancer dans l'exploitation, techniquement difficile, de vastes champs offshore au nord du cercle polaire. L'objectif est d'en faire une entreprise de pointe et de prouver qu'une société d'État peut être au moins aussi efficace qu'une entreprise privée.

En Angola et au Mozambique, il fut naguère interprète pour l'armée. Enfin, officiellement...

Igor Setchine est né à Leningrad en 1960, dans une famille d'ouvriers. À l'instar de la plupart des membres de l'élite au pouvoir, on ne sait presque rien de lui. Mais il est quand même établi que, parfait lusophone, il a travaillé pendant plusieurs années en Angola et au Mozambique, comme interprète dans l'armée - enfin, officiellement... Au début des années 1990, il refait surface à Saint-Pétersbourg, auprès de Vladimir Poutine, alors adjoint au maire.

Cerbère

Pendant les deux premiers mandats présidentiels de celui-ci, Setchine, chef de l'administration présidentielle, monte la garde tel un cerbère. En 2008, quand Poutine doit renoncer à la présidence, il devient vice-­Premier ministre. Mais quand, en mai dernier, son mentor revient au Kremlin, Setchine n'entre pas au gouvernement mais se voit confier la direction de Rosneft. On le croit sur la touche. Erreur ! Une rafale de décrets lui donnent bientôt la haute main sur le secteur de l'énergie. Il est nommé à la tête de Rosneftegaz, le fonds étatique qui possède des participations dans Rosneft et Gazprom. Un nouveau décret exige alors que Rosneftegaz renforce la présence de l'État dans le secteur énergétique, plutôt que de jouer la carte des privatisations, comme le proposait Dmitri Medvedev, le Premier ministre. Pour finir, Setchine est nommé à la tête d'une commission spéciale de l'énergie rattachée à la présidence. Beaucoup sont convaincus qu'un gouvernement parallèle a alors été constitué.

En tentant d'étendre son empire, le patron de Rosneft se heurte à Medvedev, qui ne cesse de contrecarrer ses initiatives et qui a même exigé de lui qu'il verse au gouvernement 1,6 milliard de dollars de dividendes. « Quelle que soit l'influence d'un ancien ministre ou vice-Premier ministre, ce sont les ministres en fonction qui prennent les décisions, pas le patron d'un grand groupe », estime un proche de Medvedev. Cela reste à démontrer.

___

Charles Clover et Catherine Belton, Financial Time

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

États-Unis : expulsez ces enfants migrants que je ne saurais voir

États-Unis : expulsez ces enfants migrants que je ne saurais voir

Fuyant les gangs qui sévissent chez eux, des milliers de mineurs d'Amérique centrale franchissent chaque jour le Rio Grande. L'occasion pour les républicains de fustiger la politique migratoire d'Obama[...]

Racisme : Richard Trinquier, un maire en guerre contre les femmes voilées

Richard Trinquier, élu UMP de l'Essonne, n'aime pas trop les musulmans. Son dernier fait d'armes : l'interdiction d'une base de loisirs à deux femmes voilées, début juillet. Un geste qui devrait lui[...]

Vol AH 5017 : une "chute vertigineuse de 10 000 mètres en 3 minutes"

Les images radar du contrôle aérien burkinabè révèlent que le MD-83 du vol AH 5017 d'Air Algérie a chuté en quelques minutes après avoir tenté d'éviter un orage.[...]

Christopher Fomunyoh : "Les Africains aspirent à une gouvernance moderne"

Directeur Afrique du National Democratic Institute, basé à Washington, le juriste et politologue camerounais décrypte la vision de l'Afrique selon Obama.[...]

Califat : Al-Baghdadi, un tigre de papier

Le très médiatisé État islamique est-il une nouvelle hydre, plus puissante et terrifiante qu'Al-Qaïda ne l'a jamais été ? Voire ![...]

France : le parquet de Paris dément l'ouverture d'une nouvelle enquête contre Sarkozy

Le procureur de la République du tribunal de grande instance de Paris a démenti mardi l'information du Parisien selon laquelle une enquête préliminaire avait été ouverte contre Nicolas[...]

Gaza : les bombardements israéliens redoublent d'intensité

Les bombardements de l'armée israélienne sur la bande de Gaza se sont renforcés dans la nuit de lundi à mardi. Les désaccords restent profonds sur les termes d'un accord durable entre Israël[...]

Sommet US-Africa : Bloomberg sur le coup

La fondation de Michael Bloomberg, l'ancien maire de New York, déjà largement engagée sur le continent, coorganise le premier US-Africa Business Forum qui se tient début août à Washington.[...]

Russie : Poutine, paria en Europe... latin lover en Amérique du Sud

Après le crash du vol MH17 en Ukraine, Vladimir Poutine est en passe de devenir un paria en Europe... mais pas en Amérique du Sud. De La Havane à Brasília, le maître du Kremlin fait[...]

Barack Obama : "Nous devons saisir le potentiel extraordinaire de l'Afrique d'aujourd'hui"

Devant 500 étudiants africains qui participent au programme "Washington Fellowship for Young African Leaders" aux États-Unis, Barack Obama a affirmé lundi que le monde avait besoin d'une Afrique[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers