Extension Factory Builder
16/11/2012 à 10:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'ancien espion a désormais la main sur le secteur stratégique de l'énergie. L'ancien espion a désormais la main sur le secteur stratégique de l'énergie. © SIPA

Créature de Vladimir Poutine, Igor Setchine a pris au mois de mai la présidence de Rosneft, le désormais premier groupe pétrolier mondial. Au risque de faire de l'ombre à Dmitri Medvedev.

Ex-espion soviétique, homme fort du Kremlin et patron de la plus grande compagnie pétrolière de Russie - et du monde -, Igor Setchine ne s'était pas signalé jusqu'ici par une sensibilité excessive. Le 12 octobre, dans un grand hôtel londonien, devant un public trié sur le volet, il a montré qu'il avait quand même un coeur. « Rosneft est notre teddy bear, a-t-il estimé. Le sentiment de propriété se forme dès les premières années de la vie, quand l'enfant fait des câlins à son nounours et ne veut le prêter à personne. Nous éprouvons le même sentiment à l'égard du trésor qui nous a été confié. » Bien sûr, il s'agissait d'une habile opération de communication destinée à améliorer l'image de la société publique Rosneft au moment où elle négociait le plus gros contrat de son histoire : le rachat - effectif le 24 octobre - à British Petroleum et à un consortium de quatre oligarques russes de TNK-BP, le troisième groupe pétrolier de Russie.

Cercle polaire

Ce discours signifie d'abord que Setchine préfère travailler en solo - une habitude dans un pays dirigé par d'anciens espions qui n'ont aucune confiance dans leur entourage. Ensuite qu'il s'ouvre au monde depuis qu'il a été nommé à la tête de Rosneft, au mois de mai dernier. « Le Setchine que j'ai rencontré en 2006 et celui d'aujourd'hui sont deux personnes différentes, confirme l'un de ses associés. Il ne peut cacher son passé militaire, mais depuis qu'il dirige une entreprise publique il doit rendre des comptes, ça change tout. »

De fait, Setchine commence à recruter des étrangers. Sa compagnie, qui a signé des accords de partenariat avec ExxonMobil, Eni et Statoil, souhaite se lancer dans l'exploitation, techniquement difficile, de vastes champs offshore au nord du cercle polaire. L'objectif est d'en faire une entreprise de pointe et de prouver qu'une société d'État peut être au moins aussi efficace qu'une entreprise privée.

En Angola et au Mozambique, il fut naguère interprète pour l'armée. Enfin, officiellement...

Igor Setchine est né à Leningrad en 1960, dans une famille d'ouvriers. À l'instar de la plupart des membres de l'élite au pouvoir, on ne sait presque rien de lui. Mais il est quand même établi que, parfait lusophone, il a travaillé pendant plusieurs années en Angola et au Mozambique, comme interprète dans l'armée - enfin, officiellement... Au début des années 1990, il refait surface à Saint-Pétersbourg, auprès de Vladimir Poutine, alors adjoint au maire.

Cerbère

Pendant les deux premiers mandats présidentiels de celui-ci, Setchine, chef de l'administration présidentielle, monte la garde tel un cerbère. En 2008, quand Poutine doit renoncer à la présidence, il devient vice-­Premier ministre. Mais quand, en mai dernier, son mentor revient au Kremlin, Setchine n'entre pas au gouvernement mais se voit confier la direction de Rosneft. On le croit sur la touche. Erreur ! Une rafale de décrets lui donnent bientôt la haute main sur le secteur de l'énergie. Il est nommé à la tête de Rosneftegaz, le fonds étatique qui possède des participations dans Rosneft et Gazprom. Un nouveau décret exige alors que Rosneftegaz renforce la présence de l'État dans le secteur énergétique, plutôt que de jouer la carte des privatisations, comme le proposait Dmitri Medvedev, le Premier ministre. Pour finir, Setchine est nommé à la tête d'une commission spéciale de l'énergie rattachée à la présidence. Beaucoup sont convaincus qu'un gouvernement parallèle a alors été constitué.

En tentant d'étendre son empire, le patron de Rosneft se heurte à Medvedev, qui ne cesse de contrecarrer ses initiatives et qui a même exigé de lui qu'il verse au gouvernement 1,6 milliard de dollars de dividendes. « Quelle que soit l'influence d'un ancien ministre ou vice-Premier ministre, ce sont les ministres en fonction qui prennent les décisions, pas le patron d'un grand groupe », estime un proche de Medvedev. Cela reste à démontrer.

___

Charles Clover et Catherine Belton, Financial Time

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Ebola : l'UE va débloquer 500 millions d'euros pour 'endiguer' l'épidémie en Afrique

Ebola : l'UE va débloquer 500 millions d'euros pour "endiguer" l'épidémie en Afrique

L'Union européenne a annoncé lundi son engagement à débloquer 500 millions d'euros d'aide pour "endiguer" Ebola dans les pays africains touchés.[...]

L'OIF aux Africains !

Moins de six semaines nous séparent de l'élection du nouveau secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Les 57 chefs d'État ou de gouvernement[...]

Terrorisme : les autorités françaises ont-elles encore commis une bourde ?

Après l'affaire des trois présumés jihadistes français de retour de Turquie attendus par la police à l'aéroport d'Orly et finalement descendus sans être[...]

Vatican : le débat continue sur le divorce et l'homosexualité avec le pape François

Le synode de la famille s'est achevé dimanche au Vatican. Deux semaines de travaux à huis clos pendant lesquelles les évêques ont largement évoqué les thèmes du divorce et de[...]

Syrie : à Kobané, l'armée américaine largue des armes aux Kurdes

L'armée américaine a annoncé dimanche soir avoir largué pour la première fois des armes aux combattants kurdes qui défendent la ville syrienne de Kobané, assiégée[...]

Orrick s'installe officiellement à Abidjan

Exclusif - Dans une interview accordée à Jeune Afrique, le président et le patron Afrique d'Orrick expliquent pourquoi ce géant mondial du droit avec 1100 avocats dans 25 pays a choisi la capitale[...]

Vatican : vote très attendu à l'issue d'un synode sur la famille et l'homosexualité

Les participants au synode sur la famille, réunis depuis deux semaines au Vatican, devaient voter samedi un document final, concluant des débats mouvementés sur des sujets de société[...]

La bataille contre Ebola en passe d'être "perdue", faute de solidarité

L'ONU et la Banque mondiale s'alarment du manque de solidarité internationale envers les pays africains touchés par Ebola, qui a tué 4.555 personnes, et appellent à convertir en actes les promesses[...]

France : après plus dix années passées en prison, deux Marocains tentent d'obtenir une indemnisation

Injustement condamnés pour meurtre, les Marocains Kader Azzimani et Brahim El Jabri ont respectivement passé onze et treize ans en prison. Finalement relaxés le 3 juillet, ils s'efforcent[...]

On vous aura prévenus

La liberté d'expression ne s'est jamais aussi mal portée en Afrique qu'aujourd'hui. Je ne parle pas de celle qui autorise les médias à naître, à diffuser, à paraître et[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers