Extension Factory Builder
20/11/2012 à 14:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Au côté du chef de l'État, le 25 novembre 2011 à Nouakchott. Au côté du chef de l'État, le 25 novembre 2011 à Nouakchott. © AMI

Le chef d'état-major de l'armée assure de facto l'intérim du président Ould Abdelaziz depuis "l'accident" de celui-ci à la mi-octobre. Portrait d'un général aussi secret qu'influent.

Tenir le premier rôle, il s'en serait bien passé. Pourtant, à la demande du président mauritanien, en convalescence à Paris à l'heure où ces lignes sont écrites, le général de division Mohamed Ould Ghazouani, le très consensuel chef d'état-major de l'armée, a dû prendre les choses en main. Juste après l'accident dont a été victime Mohamed Ould Abdelaziz, le 13 octobre, officiellement blessé par balle à l'abdomen à la suite d'une méprise d'un jeune lieutenant de l'armée de l'air, cet homme de l'ombre a tout géré : l'allocution du ministre de la Communication, l'intervention d'« Aziz » à la télévision, ainsi que son transfert en France.

Depuis, aucun intérim n'a été décrété en Mauritanie. Le Conseil des ministres a été reporté trois fois, mais, officiellement, le président est toujours aux commandes. Le très secret Ould Ghazouani - il fuit la presse comme la peste - lui rendrait compte quotidiennement des affaires du pays. Il aurait également demandé à la garde nationale de patrouiller dans la capitale et de surveiller de près les hauts gradés et les personnalités en vue. Rien d'étonnant à cela : experts en coups d'État pour en avoir fomenté ou déjoué, mais au caractère diamétralement opposé - Aziz est réputé sanguin et Ould Ghazouani, plus réfléchi -, le président et son chef d'état-major se connaissent bien. Et se considèrent comme des frères.

Ascension

Originaire de la wilaya (préfecture) de l'Assaba, dans le Sud, Mohamed Ould Cheikh Mohamed Ahmed, dit Ould Ghazouani, est le fils d'un chef spirituel de la tribu maraboutique Ideiboussat, des Berbères à qui l'on prête des pouvoirs mystiques. Entre soufisme et commerce d'importation (change de devises, vente de véhicules, thé, tissus, céréales...), ils ont acquis une grande - mais discrète - influence dans le pays. Ould Ghazouani, par ailleurs très bon connaisseur de la carte tribale mauritanienne, est à leur image : respecté (on ne lui connaît pas d'ennemi, chose rare à Nouakchott) et réservé.

À l'académie militaire de Meknès, il suit ses études avec un certain... Mohamed Ould Abdelaziz.

En 1980, il s'inscrit à la prestigieuse académie militaire de Meknès. Il y rencontre... un certain Mohamed Ould Abdelaziz, qui a alors 22 ans. Leur formation terminée, ils sont promus lieutenants. Ould Ghazouani multiplie alors les postes à l'état-major et les stages à l'étranger, en Syrie et en Jordanie surtout. Devenu commandant, il prend, en 2003, la tête de l'ultrasensible bataillon blindé (BB). Le 8 juin 2003, lors de la tentative sanglante de putsch contre Maaouiya Ould Taya perpétrée par ce qui allait devenir la rébellion des « Cavaliers du changement », Ould Ghazouani est en stage en Jordanie. Deux ans plus tard, désormais colonel, il se voit confier le deuxième bureau (renseignements militaires) de l'état-major de l'armée nationale. Le 3 août 2005, il est le véritable artisan du putsch contre Ould Taya, aux côtés d'Aziz, et remplace Ely Ould Mohamed Vall à la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). Son rôle est alors déterminant dans l'intronisation de ce dernier à la tête du Conseil militaire pour la justice et la démocratie (CMJD), ainsi que dans l'élection de Sidi Ould Cheikh Abdallahi, en 2007. La même année, Ould Ghazouani est promu général, Aziz, alors commandant du bataillon de la sécurité présidentielle (Basep), ayant usé de son influence auprès de « Sidi ». En avril 2008, il est nommé à la tête de l'état-major de l'armée.

À la mi-juillet 2008, Mohamed Ould Ghazouani est en tournée à l'intérieur du pays pour s'assurer de la loyauté des militaires. Le 6 août, aux alentours de 7 heures du matin, il apprend par téléphone qu'il est limogé par décret, puis, dans un deuxième temps, que son inséparable camarade Aziz a pris le pouvoir en déposant Sidi. Rentré deux jours plus tard à Nouakchott, il va s'atteler à une autre tâche : convaincre l'opinion internationale, qui rejette le putsch. Après une première visite à Alger - un échec -, il se rend au début de 2009 à Paris, où il est reçu au ministère de la Défense. Il aurait été introduit auprès de Claude Guéant, alors secrétaire général de l'Élysée, par le très influent homme d'affaires Mohamed Ould Bouamatou, aujourd'hui en exil au Maroc depuis sa brouille avec Aziz. Alors que Sidi prônait le dialogue avec les islamistes radicaux, Ould Ghazouani promet de fournir aux Occidentaux des informations précieuses sur Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Le 18 juillet 2009, Aziz est élu président avec 52,47 % des voix et se refait ainsi une virginité. Il a désormais le soutien de la France.

Réseau

Depuis 2009, Ould Ghazouani dirige le Conseil supérieur de la défense nationale, avatar du Haut Conseil d'État, la junte créée par Aziz après son putsch, puis dissoute au lendemain de son élection. Devenu le général le plus gradé de l'armée, il est le missi dominici d'Aziz, notamment en France. Son réseau est extrêmement vaste, que ce soit au sein de l'opposition (Mohamed Mahmoud Ould Ghazouani, membre influent du parti d'obédience islamiste Tawassoul, est son cousin germain), du parti présidentiel (Mohamed Mahmoud Ould Mohamed Lemine, secrétaire général de l'Union pour la République, est également son cousin), de l'administration ou de l'armée.

Sur sa vie privée, on ne sait rien, sinon qu'il est marié à Marieme Mint Mohamed Vadhel Ould Dah, conseillère à l'ambassade de Mauritanie à Washington. « Il a prouvé qu'il est loyal, il ne déposera pas Aziz, commente un observateur mauritanien. Il veut les avantages du pouvoir, sans les inconvénients. Il a hâte de reprendre sa place. » Mais pour le moment, la date du retour d'Aziz à Nouakchott n'est pas encore fixée.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mauritanie

Interventions armées : l'Afrique de papa revient, vive l'ingérence ?

Interventions armées : l'Afrique de papa revient, vive l'ingérence ?

De la Mauritanie à Djibouti, leur présence ne fait plus grincer des dents. Américains, Français ou Britanniques, on se les arrache au nom de la lutte contre le terrorisme. Résultat : les [...]

Mobutu, Bédié, Ben Ali... Ces chefs d'État africains qui ont fui leurs palais

Délogés par des coups d'État, des rébellions ou des révolutions, de nombreux chefs d'État africains ont définitivement quitté leurs palais dans des conditions parfois[...]

Éthiopie : Hiroute Guebre Sellassie, une diplomate tout-terrain pour le Sahel

De Nouakchott à Niamey, le nouvel envoyé spécial de l'ONU se démène pour mobiliser chefs d'État et partenaires internationaux. Son nom ? Hiroute Guebre Sellassie.[...]

Mauritanie : réélu, Aziz change de Premier ministre

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz, investi le 2 août pour un second mandat, a nommé mercredi un nouveau Premier ministre, Yahya Ould Hademine. Cet ancien ministre de l'Équipement et des[...]

Mauritanie : le président Aziz investi pour un second mandat

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz, réélu en juin avec près de 82% des voix, a été investi samedi pour un second mandat de cinq ans, promettant de continuer à lutter[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Mauritanie : la nouvelle vie d'Ahmed Baba Miské

L'ancien diplomate et militant de la libération des peuples, Ahmed Baba Miské, couche désormais sur le papier sa très longue expérience africaine. Rencontre.[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Opposition mauritanienne : Ould Daddah et Ould Boulkheir ne raccrochent pas

Même s'ils ont dû renoncer à leurs ambitions présidentielles en boycottant le scrutin de juin, les opposants Ahmed Ould Daddah et Messaoud Ould Boulkheir ne raccrochent pas les gants.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers