Extension Factory Builder
13/11/2012 à 17:24
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Cheikh Khaled Bentounes est membre de la Fraternité soufie alawiyya, et président honoraire de l'association internationale Les amis de l'islam.

Après avoir secoué le joug des dictatures et des pouvoirs autoritaires qui les gouvernaient sous l'oeil complaisant de l'Occident, les peuples arabo-musulmans se retrouvent confrontés à une prise en main par le courant néowahhabite qui fait de la religion islamique une idéologie servant à conquérir et à asseoir son pouvoir sur la société en la privant de sa liberté, chèrement acquise à la faveur du Printemps arabe.

Nous constatons aujourd'hui que, pour atteindre son but, le mouvement mondial de ce courant encourage, éduque et finance des groupuscules dits « salafistes », « jihadistes », etc. Pour réislamiser la société selon cette doctrine, ils utilisent la violence, la peur et la culpabilité au prétexte de lutter contre les innovations « archaïques » et « blasphématoires ». Le salafisme n'est en vérité que le cheval de Troie d'une pensée sur laquelle reposent les bases de régimes conservateurs qui craignent les effets d'une société démocratique garantissant les libertés fondamentales à ses citoyens, y compris la liberté des minorités, les droits de la femme et les convictions religieuses individuelles incompatibles avec leur credo.

La destruction des mausolées n'est que le prélude à une mise en condition pour enrégimenter la société et la priver de sa dignité et de ses droits fondamentaux.

La destruction des mausolées des saints au Mali, en Libye et en Tunisie, lieux d'enseignement, de recueillement et de mémoire respectés depuis des siècles, n'est que le prélude à une mise en condition pour enrégimenter la société et la priver de sa dignité et de ses droits fondamentaux afin de la ramener à « l'islam des origines ».

Quant aux accusations contre le soufisme, coupable à leurs yeux de magie et de charlatanisme, elles existent depuis le début de l'islam, colportées par ceux dont l'horizon borné se limite à leur propre chapelle ou par des théologiens au service d'écoles hostiles à cette pensée. Ainsi, du fait même de cet « affrontement », il s'est produit, dans le cadre de l'évolution de l'Histoire, une détérioration progressive du caractère universel et spirituel de l'islam. Cette détérioration ne touche pas bien sûr la Révélation en elle-même, mais ses formes d'expression religieuses.

Cette hostilité a par essence un caractère archaïque, dogmatique et obscurantiste, puisqu'elle pense réduire le message mohammedien à un conditionnement du croyant en fonction d'une logique sectaire et d'une pratique précaire vidée de la spiritualité, de la tolérance, de l'amour, de la raison qui contribuent à l'épanouissement d'une société. La Vérité ne peut être manipulée, tout simplement parce qu'elle englobe le tout, y compris sa propre manipulation. Autrefois, les débats entre écoles théologiques à Bagdad ou en Andalousie étaient libres et respectueux des points de vue différents, y compris celui des non-musulmans.

Adopter avec les néowahhabites une pédagogie fondée sur le dialogue est vain. Que les dirigeants prennent leurs responsabilités et fassent respecter l'État de droit.

Ceux qui détruisent les symboles rappelant la mémoire de saints et de sages ayant oeuvré toute leur vie à enseigner aux êtres la paix, l'amour et l'unité de la communauté doivent méditer ce verset qui cite ces saints en exemples : « Non, vraiment, les Awliyâ [« amis »] de Dieu n'éprouveront plus aucune crainte, ils ne seront pas affligés. » (Coran X, 62). Quant aux responsables des États concernés par ces courants connus pour leur violence et leur ignorance des règles fondamentales de l'islam, ils doivent méditer cet autre verset : « Nulle contrainte en religion ! » (Coran II, 256). Mais adopter avec les néowahhabites une pédagogie fondée sur le dialogue et l'apprentissage de la tolérance est vain. Que les dirigeants prennent leurs responsabilités et fassent respecter l'État de droit en protégeant leurs concitoyens, quelles que soient leurs convictions. Que les organismes internationaux, islamiques ou non, ainsi que les intellectuels et les religieux honnêtes dénoncent cette profanation des lieux saints et la volonté délibérée de certains États de cautionner les « fatwas » appelant à leur destruction et au meurtre de ceux et celles qui ne partagent pas leur avis.

Quant à la société civile, qui semble tétanisée par ce phénomène, il lui appartient plus que jamais de démontrer aux siens comme au reste du monde que l'islam humaniste, spirituel et sociétal est compatible avec la modernité et les droits de l'homme. Étant entendu que l'humanité ne connaîtra ni paix ni stabilité sans la participation des musulmans à la construction d'un avenir meilleur pour tous. « Voici quels sont les serviteurs du Miséricordieux : ceux qui marchent humblement sur la terre et qui disent "Paix" aux ignorants qui s'adressent à eux. » (Coran XXV, 63). 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Égypte : 26 hommes accusés d'homosexualité jugés pour 'débauche'

Égypte : 26 hommes accusés d'homosexualité jugés pour "débauche"

Vingt-six hommes accusés d'avoir organisé ou participé à des "orgies homosexuelles" en Egypte ont comparu dimanche pour "débauche" quinze jours après leur interpellat[...]

Les Tunisiens votent pour élire un président et tourner la page de la transition

En se choisissant un nouveau chef d’État dimanche, la Tunisie tournait, avec émotion ou indifférence, la page d’une transition postrévolutionnaire qui aura duré quatre ans. Un[...]

Égypte : première rencontre entre le président Sissi et un émissaire qatari

Le Caire a affirmé samedi vouloir mettre un terme à ses différends avec le Qatar à l'issue de la première rencontre entre un émissaire qatari et le président Abdel Fattah[...]

Présidentielle historique en Tunisie, un mort dans une attaque

Les Tunisiens votaient dimanche pour élire leur président après une transition chaotique de quatre ans dans ce pays où les tensions restent vives, un homme armé ayant été[...]

Israël mène un raid aérien sur Gaza, le 1er depuis la trêve fin août

L'aviation israélienne a mené tôt samedi un raid sur le sud de la bande de Gaza, le premier depuis la guerre de juillet-août, quelques heures après un tir de roquette venu de l'enclave[...]

Présidentielle tunisienne : soulagement général à la fin de la campagne

Le 21 décembre, les Tunisiens décideront qui de Moncef Marzouki ou Béji Caïd Essebsi sera le premier président postrévolution légitimé par les urnes. Jusqu’au bout, les[...]

Gaza : raid aérien d'Israël après un tir de roquette

Les avions israéliens ont lancé des frappes contre des cibles dans le sud de la bande de Gaza, ont expliqué des témoins aux premières heures de samedi, quelques heures après un tir de[...]

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Les Tunisiens de l'étranger, notamment en France, ont commencé à voter dès vendredi, dernier jour de la campagne pour le second tour de la présidentielle, qui opposera dimanche Moncef Marzouki[...]

Tunisie : le "cas" Marzouki divise Ennahdha

À quelques jours de la présidentielle, au sein du parti islmaiste tunisien Ennahdha, on se demande comment gérer le "cas" Moncef Marzouki avec un minimum de dommages collatéraux ?[...]

Maroc - Scandale du stade de Rabat : camouflet royal pour Mohamed Ouzzine

La décision est tombée comme un couperet. Le roi du Maroc vient de désavouer le ministre de la Jeunesse et des Sports et demande l'ouverture d'une enquête approfondie sur le scandale de la pelouse du[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers