Extension Factory Builder
20/11/2012 à 16:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Catherine Bokassa chez elle, à Bangui. Catherine Bokassa chez elle, à Bangui. © Vincent Fournier/J.A.

Catherine Bokassa, ex-première dame de Centrafrique, revient sur sa vie après le décès de son ex-mari, Jean-Bedel Bokassa.

Jeune Afrique : Si vous aviez à dresser votre autoportrait, que diriez-vous ?

Catherine Bokassa : Je suis née au Tchad d'un père centrafricain et d'une mère tchadienne. Je suis la troisième d'une fratrie de quinze enfants (de même père et de même mère). J'ai fait mes études primaires au Tchad et obtenu une bourse pour continuer mes études secondaires au lycée Pie-XII à Bangui. Je suis une simple grand-mère encore en bonne santé et qui revendique le droit à l'anonymat.

Et si vous deviez écrire vos Mémoires ?

Je décrirais ma vie de femme au foyer. J'ai beaucoup appris aux côtés du père de mes enfants car je me suis mariée très jeune, à 14 ans et demi. J'ai toujours apprécié le respect que m'accordait chaque Centrafricain malgré mon jeune âge. Et puis j'ai des souvenirs précis de toutes mes visites officielles.

Qu'avez-vous fait après le décès de votre époux ?

Mon principal soutien a été le président Omar Bongo Ondimba jusqu'à son décès, paix à son âme.

Je me suis retrouvée seule, malgré sa position d'homme d'État. J'ai rapidement pris la décision de rentrer vivre dans mon pays, la République centrafricaine. Je me suis lancée dans la culture des fleurs, ma passion, puis j'ai commencé une activité agricole. Depuis trois ans, j'ai une plantation de manioc de 15 ha et je vends les produits de l'exploitation aux particuliers. Mon principal soutien a été le président Omar Bongo Ondimba jusqu'à son décès, paix à son âme.

Les autres premières dames vous ont-elles manifesté leur solidarité ?

Je veux surtout évoquer la figure de Marie-Thérèse Houphouët-Boigny, qui est ma mère, ma soeur et qui a beaucoup fait pour mes enfants et moi. Aujourd'hui encore, si on est loin l'une de l'autre, de temps en temps on se téléphone. Je n'ai jamais voulu en parler, mais je le fais aujourd'hui pour lui rendre hommage.

Décrivez-nous votre vie quotidienne...

Je fais du jardinage, je vais au village le week-end et j'adore faire la cuisine pour ma famille. Quand l'occasion se présente, je vais à Genève rendre visite à mes enfants et petits-enfants. Parfois je vais au Tchad pour voir mes oncles et mes tantes. J'ai aussi un projet qui me tient à coeur : la Fondation Catherine-Bokassa, que j'espère pouvoir mettre en oeuvre l'année prochaine. Je lance d'ailleurs un appel aux femmes et aux hommes de bonne volonté...

Qu'est-ce qui vous manque le plus ?

Voir ma famille réunie. Cela dit, je suis heureuse de voir que mes enfants commencent à découvrir leur pays, la République centrafricaine. Comme vous le savez, ils l'ont quitté très jeunes et ont grandi à l'étranger. Je regrette aussi qu'il n'y ait plus, dans le monde d'aujourd'hui, de grands hommes comme autrefois.

Vous tenez un journal intime depuis votre enfance. Allez-vous le publier ?

Pas pour le moment. 

________

Propos recueillis par Clarisse Juompan-Yakam

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Centrafrique

Centrafrique : malgré le cessez-le-feu, des affrontements entre groupes armés font 22 morts

Centrafrique : malgré le cessez-le-feu, des affrontements entre groupes armés font 22 morts

Des anti-balaka ont attaqué des membres de la Séléka mercredi et jeudi à Batangafo (300 km au nord de Bangui). Ces derniers ont répliqué. Bilan : au moins 22 morts.[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Centrafrique : la suite de l'accord de Brazzaville

Après le cessez-le-feu entre groupes armés centrafricains conclu à Brazzaville le 23 juillet, reste à mettre en musique cet accord pour éviter qu'il ne reste lettre morte.[...]

Tchad : une préfecture pour Baba Laadé, un cadeau empoisonné ?

L’ancien rebelle Abdelkader Baba Laadé, revenu à la légalité il y a plus d'un an, a été nommé préfet de la Grande Sido, région frontalière avec la [...]

Centrafrique : scepticisme à Bangui après l'accord de Brazzaville

L'accord de cessation des hostilités signé mercredi à Brazzaville sera-t-il appliqué ? En Centrafrique, ils sont peu à y croire.[...]

Carte : pour y voir clair dans le micmac des groupes rebelles de Centrafrique

À Brazzaville, où a finalement été signé un accord de cessez-le-feu a minima, le 23 juillet, la grande majorité des groupes armés de la crise centrafricaine était[...]

Centrafrique : les groupes armés signent un accord de fin des hostilités à Brazzaville

Mercredi soir, les délégués du forum de Brazzaville pour la réconciliation en Centrafrique ont signé un accord de cessation des hostilités. Il doit prendre effet immédiatement sur[...]

Centrafrique : l'ex-Séléka accepte de signer l'accord de cessez-le-feu à Brazzaville

Après avoir refusé de participer aux négociations de paix sur la Centrafrique à Brazzaville, l'ex-Séléka a finalement accepté mercredi de signer l'accord de cessation des[...]

Centrafrique : un accord de paix sera-t-il signé in extremis à Brazzaville ?

Neuf chefs militaires de l'ex-Séléka sont arrivés mardi soir à Brazzaville. Les autorités congolaises espèrent que leur présence permettra de débloquer les[...]

Centrafrique : les négociations de paix suspendues à Brazzaville

Les négociations pour la paix en Centrafrique ont été suspendues mardi à Brazzaville en raison de l'absence des représentants de l'ex-rébellion de la Séléka. Il reste moins[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers