Extension Factory Builder
21/11/2012 à 16:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Abdou Latif Coulibaly en 2010. Abdou Latif Coulibaly en 2010. © AFP

Ancien journaliste de renom, pourfendeur des années Wade, Abdou Latif Coulibaly a fait son entrée au gouvernement sénégalais. Le voici désormais ministre de la Bonne Gouvernance.

Dans le pavillon de banlieue parisienne qui lui sert de retraite, l'ex-président du Sénégal, Abdoulaye Wade, a dû laisser échapper un soupir de dépit. Peut-être même a-t-il juré, fin octobre, lorsqu'il a appris l'entrée d'Abdou Latif Coulibaly au gouvernement. Son pourfendeur le plus virulent. Un empêcheur de tourner en rond qui a fini par prendre les traits d'un don Quichotte de la bonne gouvernance tant il s'est échiné, parfois avec un acharnement débordant, à dénoncer la corruption de l'entourage présidentiel.

Coup de com'

La lecture des titres des nombreux essais que le journaliste a publiés ces dix dernières années s'apparente à un réquisitoire. Il y est question d'« alternance piégée », de « pillage organisé », de « démocratie prise en otage », de « contes » et de « mécomptes »... Dans sa dernière enquête publiée en 2011, Coulibaly, un quinquagénaire affable et passionné dont le visage, tout en rondeurs, tranche avec le ton inquisiteur de ses prises de position, dressait le portrait d'une « République abîmée ». Charge lui est donnée, désormais, de veiller à son rétablissement. Depuis le 29 octobre, il est à la tête d'un ministère inédit et pour le moins curieux : celui de la Bonne Gouvernance, qui, une semaine après sa naissance, n'avait ni cabinet ni adresse. Coulibaly est aussi le nouveau porte-parole du gouvernement. Si Macky Sall voulait marquer une rupture avec son prédécesseur, il n'aurait pas pu trouver meilleur symbole.

Ses essais sont autant de réquisitoires... L'homme a toujours aimé chercher la petite bête.

Simple coup de com' ? Il y a un peu de cela. Un conseiller du président en convient : « Il est plus facile de mettre en place une gouvernance efficace et rationnelle que de créer des emplois et de baisser le coût de la vie. La nomination de Coulibaly est une réponse aux Sénégalais qui ont besoin de voir les choses évoluer. » À dire vrai, Coulibaly s'occupait déjà des questions de bonne gouvernance depuis six mois, mais c'était à la présidence, en tant que conseiller de Sall. Son entrée au gouvernement marque, selon le nouveau ministre, « la volonté du président de traduire en une réalité institutionnelle ce qui n'était encore qu'un concept ». Bref, de passer de la parole (la bonne gouvernance fut un des refrains de sa campagne) aux actes. La mission de Coulibaly, outre dompter l'impatience des Sénégalais, sera de « recenser les bonnes pratiques et les diffuser au sein du gouvernement et de l'administration ». En aucun cas il ne sera un gendarme, dit-il. Lui préfère le terme de « vigie ».

Ephémère candidat

Après tout, c'est ce qu'il était quand il maniait la plume. Journaliste de renom jusqu'à ce qu'il se lance en politique, en 2011, à l'approche de l'élection présidentielle (éphémère candidat, il a finalement soutenu Moustapha Niasse), fondateur (avec d'autres) du premier groupe de presse privé (Sud Communication) puis d'un hebdomadaire poil à gratter (La Gazette), directeur pendant des années d'un des principaux instituts de formation de journalistes (l'Institut supérieur des sciences de l'information et de la communication, ISSIC), Coulibaly a toujours cherché la petite bête. Des journalistes d'investigation, « on en a besoin sur cette terre d'Afrique, où nos dirigeants [...] se comportent souvent avec le bien public comme de véritables brigands », écrivait-il dans un texte consacré à son confrère et ami burkinabè assassiné en 1998, Norbert Zongo. Le voilà désormais dans le camp d'en face.

Sera-t-il capable de rester fidèle à ses principes ? Ses (rares) détracteurs, qui raillent son opportunisme, en doutent. Mais nombre de ses ex-confrères sont prêts à lui signer un chèque en blanc. « Tant qu'il ne trahit pas ses convictions, c'est une caution pour Macky. Et je ne crois pas qu'il trahira ses convictions », parie Fadel Barro. Le porte-parole du mouvement citoyen Y'en a marre, un « pur produit » de l'école Coulibaly, ne croit pas qu'un homme « qui a résisté aux tentatives de corruption de Wade » succombera aux délices du pouvoir.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Coupe du monde de basket-ball : que peuvent faire les Africains ?

Coupe du monde de basket-ball : que peuvent faire les Africains ?

À partir du 30 août, trois équipes africaines participent à la Coupe du monde de basket-ball, en Espagne. Si les Américains sont favoris, et que les Espagnols espèrent également re[...]

RDC - Affaire Chebeya : plainte contre Mwilambwe confirmée au Sénégal

À la suite de la plainte déposée par la FIDH et les familles des victimes dans l'affaire Chebeya début juin, la justice sénégalaise a ouvert mardi une information judicaire à[...]

Assane Dioma Ndiaye : "La CREI viole les principes élémentaires des droits de la défense"

Le président de la Ligue sénégalaise des droits humains voit dans le procès du fils de l'ancien président un "règlement de comptes" orchestré par le régime[...]

Sénégal : colère sur le campus de Dakar

La tension qui régnait depuis des mois à l'université de Dakar est montée d'un cran, le 14 août, avec la mort d'un étudiant lors d'une intervention musclée des forces de[...]

Sénégal : la CREI refuse de laisser partir Bibo Bourgi

La Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) a refusé à l'homme d'affaires Bibo Bourgi, considéré comme le principal complice de Karim Wade, d'aller se faire soigner en France[...]

Sénégal : l'opposant Samuel Sarr arrêté pour offense au chef de l'État

L’opposant et ex-ministre sénégalais de l'Énergie Samuel Sarr, proche de l’ancien président Abdoulaye Wade, a été inculpé et emprisonné pour offense au chef de[...]

Architecture : pourquoi s'approprier l'héritage colonial est une bonne chose

L'héritage achitectural colonial a souvent été délaissé en Afrique. Mais la tendance commence à s'inverser.[...]

CPI : Botswana, Sénégal et Sierra Leone se disputent la présidence de l'Assemblée

L'Assemblée des États parties au statut de Rome doit être présidée par un État africain en 2015. Mais aucun des trois candidats en lice ne se désiste pour un autre.[...]

Tragédie de Thiaroye : réponse à Julien Fargettas

Armelle Mabon est maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Bretagne-Sud. Elle apporte ici ses commentaires à la lettre ouverte de Julien Fargettas au président de [...]

Sénégal : poussée de fièvre politico-militaro-judiciaire

Affaires Karim Wade, Abdoulaye Baldé ou Aissata Tall Sall : le thermomètre politico-judiciaire sénégalais indique une température singulièrement élevée. Et voilà que[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex