Extension Factory Builder
02/11/2012 à 13:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Le 22 octobre, l'Union cycliste internationale (UCI) a rendu un verdict implacable : Lance Armstrong n'a rien à faire dans le cyclisme. Bravo ! Pour peu que vous vous intéressiez à la marche bancale du monde, cette sanction à l'encontre d'un coureur accusé depuis plusieurs années de dopage ne vous aura pas échappé. Le coupable - je n'irai pas jusqu'à le qualifier de voyou comme l'ont fait certains - n'est pas n'importe qui. L'homme qui a remporté sept fois, oui, sept, la compétition la plus prestigieuse de sa discipline, entendez le Tour de France, avait quelque chose d'inqualifiable, une espèce de charisme sous son regard perçant. C'est sans doute cette aura se dégageant de sa personne qui a poussé des millions de gens à travers le monde à s'intéresser à la petite reine, passant des journées entières à regarder la compétition sur le petit écran. Même si, vous en conviendrez avec moi, en termes de spectacle, le cyclisme ne vaut pas le football. Mais, des goûts et des couleurs, vous savez... Qu'on l'aime ou qu'on le déteste, la perspective d'une victoire d'Armstrong était vécue comme un moment extraordinaire.

Hélas, à chaque victoire du Texan, les soupçons de dopage revenaient au galop. Personnellement, j'avais du mal à y croire. Car ma logique était toute simple : faut-il se doper pour gagner quand on est un coureur cycliste ? À supposer que ce soit vrai, on peut penser que tous les cyclistes ne s'en privent pas. Pris la main dans le sac, ils jurent que c'était à l'insu de leur plein gré. La belle formule. Quoi que l'on dise, je suis tenté de tirer mon chapeau au coureur américain. Dans un sport où la tricherie semble la norme, il a réussi, à sept reprises, à ne pas se faire prendre et à savourer ses victoires sur les Champs-Élysées. J'imagine la fureur contenue de l'organisateur du Tour de France. Celle aussi des adversaires d'Armstrong l'alchimiste, qui savaient qu'il savait qu'ils savaient, ce qui ne l'empêchait pas de les battre et de les narguer. Mais pouvait-il gagner sept fois s'il n'avait pas été le meilleur, le plus fort, même dans la façon de se doper ? À dopage, dopage et demi. Les autres coureurs, plutôt que de chercher, en vain, à le priver de maillot jaune, auraient dû revoir à la hausse la dose de leurs produits dopants.

Peut-on encore parler de valeurs sportives après cet énorme scandale qui éclabousse avant tout l'UCI ? On accuse, en effet, ses dirigeants d'avoir fermé les yeux sur le cas Armstrong : ils ne voyaient rien, n'entendaient rien. C'était, vous vous en doutez, à cause de l'oseille que rapporte chaque compétition. De l'oseille, il y en a beaucoup dans le cyclisme, qui reste l'un des sports les plus sponsorisés. Allez savoir pourquoi ! Il est temps que l'UCI repense le cyclisme. Pourquoi ne pas organiser autrement l'épreuve en permettant aux coureurs, qui sont condamnés à pédaler des journées entières, de descendre du vélo pour marquer une pause ? N'est-ce pas cet effort surhumain qui pousse les pauvres coureurs à se doper, au mépris de l'éthique sportive ?

Armstrong est une lance qui a percé nos coeurs. Il n'est pas le premier et ne sera pas le dernier à décevoir. Mais pourquoi continue-t-il de nier l'évidence ? Avoue, Armstrong, avoue. Tu ne peux pas être Superman tous les jours. Le rêve est en miettes !

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

AUTRES

Mali : les groupes armés du Nord veulent faire front commun face au gouvernement

Mali : les groupes armés du Nord veulent faire front commun face au gouvernement

Les six principaux groupes armés du Nord du Mali ont signé jeudi à Ouagadougou une déclaration commune censée mettre fin à leurs divisions. Ils entendent ainsi présenter un front[...]

Ebola : le nombre de cas pourrait grimper à 20 000, selon l'OMS

Avec plus de 1 500 morts, le bilan de l'épidémie d'Ebola continue de progresser de "manière alarmante" en Afrique de l'Ouest.[...]

Trafic de bébés : la fuite de Hama Amadou au Burkina divise le Niger

Acharnement de l'État à son encontre pour les uns, comportement indigne pour les autres : au Niger, la fuite burkinabè du président de l'Assemblée nationale, opposant numéro un soup&ccedi[...]

Afrique du Sud : les dates-clés du procès d'Oscar Pistorius

Pendant cinq mois, le procès d'Oscar Pistorius a fait la une des journaux. Accusé d'avoir tué sa petite-amie Reeva Steenkamp le soir de la Saint-Valentin 2013, le champion paralympique sera fixé sur son[...]

Gaza - ONU : Schabas, juge et partisan ?

Le choix du Canadien William Schabas pour prendre la tête de la Commission d'enquête sur les violations du droit international à Gaza lors du dernier conflit suscite une levée de boucliers à Te[...]

RDC : le journaliste Magloire Paluku toujours inquiet pour sa sécurité

Réchappé d'une tentative d'assassinat le 10 août, Magloire Paluku, directeur de Radio Kivu 1 et correspondant de RFI swahili à Goma, assure aujourd'hui lui-même sa sécurité.[...]

Tunisie : quand l'Histoire tombe en ruine

Négligé ou pillé sous Ben Ali, le patrimoine archéologique pâtit aujourd'hui d'une gestion défaillante imputable à une absence de coordination et à un manque de moyens[...]

Mort d'Ebossé : ce que l'Algérie doit faire pour en finir avec les "supportueurs"

Le décès d’Albert Ebossé (24 ans), l’attaquant camerounais de la JS Kabylie, atteint mortellement par un projectile lancé par un supporteur samedi à l’issue de la rencontre fac[...]

Zambie : interrogations autour de l'état de santé du président Michael Sata

Le président zambien Michael Sata, âgé de 77 ans, est-il malade, voire mourant ? Officiellement, non. Pourtant, son absence prolongée de la scène politique alimente depuis deux mois les rumeurs [...]

Ebola : les ministres ouest-africains de la Santé se réunissent à Accra

Pour tenter de mettre un terme à la progression de l’épidémie de fièvre hémorragique due au virus Ebola en Afrique de l’Ouest, les ministres de la Santé des pays de la Commun[...]

François Hollande : "Bachar al-Assad ne peut pas être un partenaire de la lutte contre le terrorisme"

Lors de son discours annuel devant les ambassadeurs, jeudi, le président français, François Hollande, a affirmé qu'il refusait coopération avec le gouvernement de Bachar al-Assad pour lutter con[...]

Irak : la politique de la terre brûlée selon l'État islamique

Des jihadistes ont mis le feu jeudi à un champ pétrolier qu'ils contrôlaient dans le nord de l'Irak, avant de battre en retraite alors que les forces kurdes les attaquaient dans le même secteur.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex