Extension Factory Builder
13/11/2012 à 11:49
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le collectionneur Sindika Dokolo. Le collectionneur Sindika Dokolo. © DR

Né à Kinshasa en 1972, marié à Isabel dos Santos, richissime femme d'affaires et fille du président angolais, Sindika Dokolo est l'héritier d'Augustin Dokolo, banquier millionnaire. Jeune businessman à succès (ciment, mines, pétrole, télécoms...), il n'en est pas moins un collectionneur avisé et engagé.

Sa collection africaine d'art contemporain (qui n'est pas « une collection d'art contemporain africain ») et les actions qui y sont associées (Triennale de Luanda, expositions...) se veulent « actes majeurs de politique culturelle » permettant de replacer l'homme au centre de la stratégie de développement. Dans son Manifeste, Sindika Dokolo écrit ainsi : « Si nous ne disons pas au monde ce que nous sommes, si nous ne montrons pas le meilleur dont nous sommes capables, nous ne mettrons jamais un terme à l'incompréhension et à la condescendance. »

Entreprise commune

Fondation Sindika Dokolo

Nombre d'oeuvres : environ 500?Artistes : El Anatsui, Ghada Amer, Solly Cissé, Marlene Dumas, David Goldblatt, Chris Ofili, Yinka Shonibare...

Localisation : Luanda (Angola)

Activités : expositions « Transit-Brasília », jusqu'au 18 décembre à Brasília, Triennale de Luanda...

Directeur artistique : Simon Njami

Entreprises : membre du conseil d'administration de Nova Cimangola et d'Amorim Energia, propriétaire d'une filiale d'Endiama, etc.

Site internet : www.fondation-sindikadokolo.com

Constituée d'abord à partir des oeuvres ayant appartenu à l'Allemand Hans Bogatzke, la collection Dokolo rassemble environ 500 pièces signées par 140 artistes venus de 28 pays africains. Elle s'enrichit d'environ 100 oeuvres supplémentaires par an. L'objectif de ses trois promoteurs, Sindika Dokolo, Simon Njami et Fernando Alvim, est « d'inverser la tendance qui consiste à exposer l'art africain à l'étranger sans jamais l'exposer sur son propre continent ». En outre, « après la disparition de grands chefs-d'oeuvre africains, à cause de la colonisation, la collection prétend éviter que cela se reproduise avec les productions contemporaines ».

Le curateur Simon Njami (Revue noire, « Africa Remix », etc.) explique : « Il n'y a pas, entre nous, le collectionneur et son conseiller, mais des personnes qui ont décidé d'allier leurs forces pour une entreprise commune. L'Afrique que nous défendons n'est pas celle que l'on voit à longueur de journée dans les journaux télévisés ou la presse. Comme avec Revue noire, c'est l'Afrique qui pense, qui agit, qui bâtit. ». Dans la ligne de mire ? Les élites bien sûr, « qui pourraient, [il] le souhaite, suivre l'exemple de Sindika Dokolo et permettre aux artistes d'exister dans leur propre pays sans avoir à en passer par les fourches caudines du monde étriqué de l'art ». Pour cela, encore faudrait-il que certains « se mettent à collectionner autre chose que des résidences de luxe dans des paradis fiscaux ». 

Sindika Dokolo : "Définir l'art africain est une gageure"

Jeune Afrique : Comment avez-vous décidé d'entamer une collection d'art ?

Sindika Dokolo : Mon père était un grand collectionneur d'art « primitif » (nous préférons dire classique). Ma mère m'a traîné dans tous les musées possibles depuis mon plus jeune âge. Collectionner des oeuvres d'art était donc une évolution logique. Il a fallu ma rencontre avec l'artiste angolais Fernando Alvim pour que je découvre et m'intéresse à la contemporanéité africaine. À la mort du collectionneur Hans Bogatzke, j'ai eu l'occasion de racheter sa collection, dont j'ai gardé les pièces essentielles. Grâce à cette acquisition, j'ai été propulsé au rang de « grand collectionneur ». J'ai eu subitement voix au chapitre sur des sujets tels que l'importance de l'art sur un continent en mutation, les travers du monde de l'art, la responsabilité politique des acteurs culturels ou encore les contradictions inhérentes au concept même d'art africain par opposition à l'art en Afrique. Tous ces thèmes sont passionnants et plus importants qu'il n'y paraît.

Comment qualifieriez-vous votre relation avec Simon Njami, curateur de la collection ?

Nous sommes amis depuis un fameux dîner de 2006 à Luanda et une nuit passée à échanger sur l'Afrique, l'art et la politique. Sa principale qualité est, à mon sens, qu'à la différence de tant d'autres il vit totalement son engagement et sa passion. Il est résolument dans l'être et dans le faire, fait rare dans le monde de l'art, où le paraître et la communication dominent. Je le considère comme l'un de ceux qui ont le plus fait pour l'art et les artistes en Afrique. Il se bat afin de promouvoir à travers le monde de l'art et au-delà un sentiment de responsabilité et un nouveau regard sur notre continent. Nous lui en sommes tous redevables.

Vous considérez-vous comme un collectionneur d'art africain ?

Définir l'art africain est une gageure. La réalité de la scène sud-africaine postapartheid est bien spécifique et n'a, a priori, pas grand-chose à voir avec l'Afrique du Nord des printemps arabes. Je suis cependant résolument africain et passionné d'art. Je suis en outre conscient de l'importance d'exposer le public africain à sa création contemporaine à l'heure où notre continent se détermine et se projette dans le XXIe siècle. Promouvoir une dynamique culturelle à l'instar du modèle brésilien est une vision résolument politique et panafricaniste. Fort de cet objectif, je me considère davantage comme un acteur politique dans le domaine de la culture que comme un mécène ou un promoteur d'artistes. Cela fait de ma collection un regard africain sur la création africaine, mais également sur le monde de l'art et sur l'esthétique de notre siècle en général

___

Propos receuilluis par Nicolas Michel

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : Patrice Carteron rempile avec le TP Mazembe

RDC : Patrice Carteron rempile avec le TP Mazembe

En fin de contrat avec le TP Mazembe, Patrice Carteron va finalement prolonger son aventure à la tête des Corbeaux. Avec comme objectif principal la reconquête de la Ligue des Champions.[...]

RDC : deux morts à Beni, les tueries se poursuivent

Depuis octobre, plus de 350 personnes ont été tuées à Beni, dans l'est de la RDC. Dans le même territoire, une nouvelle embuscade attribuée aux ADF a fait jeudi deux morts.[...]

CPI : le procès de Jean-Pierre Bemba s'ouvrira le 29 septembre

La Cour pénale internationale a annoncé vendredi que le procès du Congolais Jean-Pierre Bemba s'ouvrirait le 29 septembre.[...]

RDC : l'UDPS favorable au dialogue proposé par Kabila

L'UDPS, formation d'opposition très affaiblie, estime que le dialogue avec l'administration Kabila "doit mener à de bonnes élections".[...]

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Lancée depuis bientôt cinq ans, l’application de messagerie internet WhatsApp a conquis les smartphones de millions d’utilisateurs dans le monde. Très utilisé en Afrique, l’outil[...]

C'est du vent !

Les voyages forment tout le monde, quel que soit l'âge de chacun. Il n'y a guère longtemps, je me suis retrouvé dans la capitale - que je préfère ne pas nommer - d'un pays[...]

RDC : pourquoi Kabila veut négocier avec l'opposition

Après avoir dépêché un émissaire - Kalev Mutond, le patron de l'Agence nationale de renseignements - auprès de ses opposants "radicaux" (Vital Kamerhe, les partisans[...]

RDC - Neeskens Kebano : "Je vis ma meilleure saison depuis que je suis professionnel"

Neeskens Kebano, qui a renoncé à la possibilité de jouer en équipe de France pour porter le maillot des Léopards, a été élu Soulier d’Ebène du championnat de[...]

Stromae, griot sarcastique malgré lui

Le chanteur belge Stromae est en tournée africaine. Ecoutées au premier degré ou pastichées, les chansons de son album "Racine carrée" illustrent la politique du continent.[...]

RDC : pourquoi l'hommage de Zoé Kabila aux "kadogo" fait polémique sur Twitter

Le député congolais Zoé Kabila, frère du président de la RDC, a tenu à rendre un hommage samedi sur Twitter aux "kadogos qui ont fait le choix de laisser leurs stylos pour les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers