Extension Factory Builder
07/11/2012 à 16:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Jean-Paul Blachère, créateur de la Fondation Blachère. Jean-Paul Blachère, créateur de la Fondation Blachère. © Fondation Blachère

Les lumières de Noël des Champs-Élysées, la tour Eiffel scintillant de mille feux, c'est elle. Blachère Illumination est une entreprise installée à Apt (sud de la France) et comptet plus d'une centaine de salariés pour un chiffre d'affaires supérieur à 50 millions d'euros.

À la tête de Blachère Illumination, Jean-Paul Blachère, créateur de la fondation d'entreprise qui porte son nom. Sa rencontre avec l'Afrique, il l'a racontée plusieurs fois. Lorsque à 33 ans il a perdu l'usage de ses jambes, c'est grâce au continent qu'il s'est reconstruit « spirituellement et moralement ». Pierre Jaccaud, le directeur artistique de la fondation, se souvient : « Nous nous sommes rencontrés en 1999, il était passionné d'Afrique et disposé à faire des rencontres, nous sommes devenus amis. »

Venu du théâtre, propriétaire avec sa femme d'une résidence d'artistes, Jaccaud ne connaît alors rien à l'Afrique. « Il y a eu une envie commune de faire des choses, une confiance et des possibles qui se sont ouverts. » À la manière du couple Pigozzi-Magnin, le couple Blachère-Jaccaud construit la Fondation en 2003 - alors que l'entrepreneur a commencé sa propre collection d'art contemporain africain trois ans plus tôt. « Nous avons construit le programme des cinq premières années sur un principe d'exploration, médium par médium », explique Jaccaud.

Terrains risqués

La fondation Blachère

Nombre d'oeuvres : environ 1 000 pour la collection personnelle de Jean-Paul Blachère

Artistes : El Anatsui, Abdoulaye Konaté, Frédéric Bruly Bouabré, Malick Sidibé, Hassan Musa...

Localisation : Apt, ouverte au public

Activités principales : expositions, résidences d'artistes, ateliers, prix

Directeur artistique : Pierre Jaccaud

Entreprise : Blachère Illumination

Site internet : www.fondationblachere.org

En mars 2012, Jean-Paul Blachère a reçu pour son action la médaille de grand mécène de la culture des mains du ministre Frédéric Mitterrand. Il faut dire que la fondation a bien grandi, avec en moyenne trois expositions par an attirant quelque 15 000 personnes, des résidences et des ateliers organisés pour des artistes et une participation active aux biennales de Bamako et de Dakar, le tout pour un budget d'environ 400 000 euros par an. Sans nier pour autant que les conditions sont difficiles. « Outre que nous souffrons d'être installés en province, nous évoluons sur des terrains postcoloniaux très risqués, estime Jaccaud. Ce que doit faire une fondation ? À mon avis, être à l'écoute des projets, des propositions, et créer un réseau de résidences. Le problème majeur, c'est souvent que ce que le Nord veut voir ne correspond pas à ce que les artistes du Sud veulent montrer. »

Optimiste, Jaccaud ajoute néanmoins que la fondation est de plus en plus souvent consultée par des entreprises qui envisagent de marcher sur ses traces. Quant au collectionneur Jean-Paul Blachère, il possède aujourd'hui quelque 1 000 oeuvres, qui seront présentées fin 2012 dans un catalogue que prépare le critique et philosophe ivoirien Yacouba Konaté. « Cette collection, c'est son oeuvre », affirme Jaccaud. 

Jean-Paul Blachère : "Un travail qui exprime le meilleur de l'Afrique"

Jeune Afrique : Comment avez-vous décidé d'entamer une collection d'art ?

Jean-Paul Blachère : J'ai rencontré l'Afrique au milieu des années 1980, dans une période très difficile de ma vie. Suite à des visites d'ateliers et à d'extraordinaires amitiés, j'ai éprouvé le besoin de commencer une collection et de la montrer. Je me souviens de la rencontre avec le Malien Amahiguéré Dolo, qui sculpte des racines d'arbres, ou encore avec le Sénégalais Ndary Lô et ses hommes qui marchent...

Comment vous décidez-vous pour une oeuvre ?

La plupart des achats ont été réalisés lors de visites d'ateliers, parce qu'il y a eu une histoire d'amour entre l'oeuvre, l'artiste et moi. Et puis parce que j'ai éprouvé le besoin de faire reconnaître la qualité d'un travail qui exprime le meilleur de l'Afrique. Mais vous savez, on évolue en permanence. Avec le temps, j'ai pris du recul et mon approche est devenue plus réfléchie, moins impulsive. Parfois, j'aimerais revenir à mes critères de base, au choix « coup de coeur ».

Y a-t-il une dimension spéculative dans votre collection ?

Absolument pas. Je pense que tout ce qui n'est pas donné est perdu. C'est une vraie passion, une envie de rendre aux artistes ce qu'ils nous donnent et leur permettre d'être reconnus. Les oeuvres que j'achète n'ont aucune valeur spéculative, c'est un marché de coeur et il ne m'est jamais venu à l'esprit de les revendre.

Quel avenir espérez-vous pour votre collection ?

Je voudrais qu'elle soit montrée le mieux possible, et pourquoi pas dans un musée africain qui se donne les moyens de la faire connaître. Aujourd'hui, parmi les quelque 240 artistes que nous avons choisis, certains sont désormais représentés par de grandes galeries. On a participé à un élan, et, de ce point de vue, c'est une réussite. J'espère qu'il y aura de plus en plus de collectionneurs. 

___

Propos recueillis par Nicolas Michel

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Fatoumata Diawara, artiste sans frontières

Fatoumata Diawara, artiste sans frontières

À l'affiche de plusieurs films, la Malienne Fatoumata Diawara est aussi une chanteuse reconnue. Rencontre à Ouagadougou.[...]

Féminisme : Chimamanda Ngozi Achidie, cinquante nuances de Black

Auteure d'"Americanah", la Nigériane Chimamanda Ngozi Adichie déconstruit avec méthode les préjugés racistes et sexistes. Son discours sur le féminisme vient d'être[...]

Financement présumé de Sarkozy par Kadhafi : ATT entendu comme témoin à Dakar

L'ancien président du Mali, Amadou Toumani Touré, a été entendu en qualité de témoin le 24 mars à Dakar par la Division des investigations criminelles (DIC) dans le cadre de[...]

Littérature : "Un racisme en Noir(e) et Blanc(he)"

Beaucoup d'ouvrages évoquant la question du racisme entre le Noir et le Blanc butent souvent sur le principal écueil lié à cette question : une perception manichéenne qui[...]

Le Brésil, une démocratie malade

Ce sont les évêques brésiliens qui ont le mieux pris la mesure du péril qui menace leur pays. Dans un communiqué du 10 mars, cinq jours avant les manifestations géantes contre[...]

Oncle Jacques (Foccart) et Tonton Lee (Kuan Yew)

Beaucoup d'encre, de temps de parole, de grésillements d'antenne et un colloque de deux jours pour assez peu de chose finalement que cette très médiatique publication de l'inventaire du fonds Foccart[...]

États-Unis : un étudiant inculpé pour avoir attaché une corde au cou de la statue d'un Noir

Un étudiant de l'université du Mississippi a été inculpé, vendredi, pour avoir  passé une corde au cou d’une statue érigée sur le campus de [...]

Lee Kuan Yew, l'homme qui inventa Singapour

Premier ministre pendant trente ans, Lee Kuan Yew avait fait de l'économie de l'île-État l'une des plus florissantes de la planète. Il est mort le 23 mars à l'âge de[...]

Idris Elba pas assez "anglais-anglais" pour interpréter James Bond, selon Roger Moore

Faute d'être "anglais-anglais", Idris Elba ne pourra pas incarner James Bond, a déclaré l'ancien agent 007 Roger Moore, dans une interview accordée à "Paris Match". Face[...]

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Le Français Luis Fernandez pourrait signer son contrat de sélectionneur de la Guinée dans le week-end.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2703p134-136.xml2 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2703p134-136.xml2 from 172.16.0.100