Extension Factory Builder
13/11/2012 à 16:31
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Barack Obama en famille le soir de son élection, le 6 novembre. Barack Obama en famille le soir de son élection, le 6 novembre. © AFP

Licenciements, expulsions, paupérisation... La classe moyenne noire est la première victime de la crise économique. Elle n'en a pas moins voté, comme l'ensemble de la communauté, pour le président sortant.

La crise économique n'a pas épargné St. Albans. Ce coquet quartier aux confins du Queens, à New York, est le royaume des classes moyennes noires. Une fresque à l'entrée le rappelle : ici vécurent James Brown, Billie Holiday, W.E.B. Du Bois, John Coltrane, Ella Fitzgerald et bien d'autres artistes et intellectuels de première grandeur.

Ventes aux enchères de maisons particulières par des banques prêteuses (foreclosures), augmentation du nombre des familles faisant appel à l'aide sociale (food stamps), licenciements... « Les quatre dernières années ont été très mauvaises », explique avec résignation Nelson, qui, dans sa petite galerie d'art, vend des portraits de Malcolm X, de Michael Jordan ou de Jackie Robinson, premier Noir à avoir joué dans la principale ligue de base-ball. « En fait, ça fait huit ans que ça dure, même si les choses s'améliorent lentement. En tout cas, moi, je suis toujours là ! » Ici comme dans le reste du pays, les classes moyennes noires ont été les premières victimes de la crise.

Chomâge

Au niveau national, le taux de chômage des Africains-Américains oscille depuis quatre ans entre 14 % et 16 %. C'est presque deux fois plus que celui des Blancs (environ 8 %). Au cours de l'été 2011, il a même culminé à 17 % - un record. Le déclin du secteur industriel, qui compte 20 % de salariés noirs, les a d'abord frappés de plein fouet. À Detroit, au plus fort de la crise des subprimes, en 2008, 20 000 employés noirs de l'automobile ont ainsi été licenciés. Dans le Michigan, le taux de chômage des Africains-Américains est aujourd'hui de 23 %. À St. Albans, ce sont les licenciements massifs dans le secteur public qui ont déstabilisé la black middle class. En 2010, au niveau national, 142 000 emplois ont été perdus dans le secteur public, quand le secteur privé en créait 1,6 million. Et comme les Noirs sont surreprésentés dans ce secteur avec 21 % des emplois... À Chicago, par exemple, sur les 200 agents publics licenciés en 2010, les deux tiers étaient des Africains-Américains.

La crise a aussi, depuis quelques années, une conséquence inattendue : elle incite nombre de familles noires à quitter le Nord industriel en plein déclin pour gagner les États du Sud, plus dynamiques économiquement. C'est un exode, une Grande Migration à l'envers. Entre 1910 et 1970, entre 6 et 7 millions de Noirs avaient choisi de fuir le Sud ségrégationniste... En 2009, 10 000 Africains-Américains ont ainsi quitté le Queens et St. Albans (45 000 dans l'ensemble de l'État de New York). La moitié a regagné le Sud. À cause de la crise, bien sûr, mais aussi de la détérioration des relations raciales. Principale accusée, la police new-yorkaise et sa très agressive technique de contrôle des jeunes Noirs - ce qu'on appelle ici le stop and frisk (« interpeller et fouiller »).

"Pourquoi changer de capitaine ?"

Néanmoins, la communauté noire a voté comme un seul homme, ou presque, pour Barack Obama, le 6 novembre (93%). Quasiment la même proportion qu'il y a quatre ans (90 %). Nelson l'avait bien compris : « Avec Romney, ce serait pire. » Pour décrire la situation de l'économie américaine, il use d'une métaphore navale : « Le navire a mis du temps à faire demi-tour, dit-il, mais il est maintenant dans la bonne direction. Alors pourquoi changer de capitaine ? »

À St. Albans, tout le monde semble être de cet avis. Dans leur quasi-totalité, les devantures des échoppes de barbier, des supermarchés ou des librairies religieuses arboraient toutes fièrement une pancarte « Obama-Biden 2012 ». Comme aux plus belles heures de 2008. Crise ou pas crise.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Santiago Zannou : un rôle à jouer

Santiago Zannou : un rôle à jouer

De père béninois et de mère espagnole, le réalisateur place l'immigration et le métissage au coeur de ses films. La singularité de ses histoires lui a ouvert les portes du cin[...]

Yémen : le président Abd Rabbo Mansour Hadi s'est réfugié en Arabie saoudite

Alors que la confusion règnait sur le sort du président Abd Rabbo Mansour Hadi, ce dernier est arrivé jeudi en Arabie saoudite, le même jour où la coalition menée par Ryad[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

Cinéma : Dear White People, chers petits Blancs...

Avec son film "Dear White People", le réalisateur africain-américain Justin Simien dénonce les préjugés raciaux toujours vivaces dans le pays d'Obama... et suscite la[...]

Hervé Ladsous : "Le maintien de la paix ne représente que 0,4% des budgets militaires dans le monde"

Pour la première fois, les chefs d'état-major de 120 pays membres des Nations unies se réunissent vendredi 27 mars à New York pour plancher sur les enjeux complexes du maintien de la paix à[...]

Yémen : les rebelles progressent, le président Hadi en fuite

Alors que l'incertitude régnait sur son sort, le président yéménite, Abd Rabbo Mansour Hadi, a quitté le pays en bateau, ont annoncé des responsables yéménites.[...]

Racisme en Belgique : "Il faut prendre conscience de l'ampleur du problème"

Depuis le lancement du hashtag #dailyracism, de nombreux Belges ont témoigné, sur les réseaux sociaux, du racisme quotidien qu'ils subissent.  [...]

Tunisie : François Hollande attendu au Bardo le 29 mars

François Hollande devrait prendre part à la marche organisée dimanche 29 mars par les autorités tunisiennes, selon une source proche de l’Élysée.[...]

Lassana Bathily décoré de la médaille du courage par le Centre Simon Wiesenthal à Los Angeles

Lassana Bathily, le jeune Malien qui a sauvé quatre personnes lors de la prise d'otages de l'Hyper Cacher en France, le 9 janvier, a été décoré mardi de la médaille du courage par le[...]

Brésil : un cyclone nommé Petrobras

L'argent du groupe pétrolier public a-t-il servi à acheter des dizaines de responsables politiques de toutes obédiences ? Depuis plusieurs mois, un scandale de corruption d'une ampleur sans[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2703p068.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2703p068.xml0 from 172.16.0.100