Extension Factory Builder
29/10/2012 à 11:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Patrice Talon et le chef de l'État béninois, en mars 2008. Patrice Talon et le chef de l'État béninois, en mars 2008. © Ty/Erick Ahounou

Autrefois proche du président béninois Boni Yayi, le businessman Patrice Talon est accusé d'avoir voulu l'intoxiquer. La guerre est déclarée.

C'est une affaire d'État. Et si on en juge par l'extrême prudence de nos interlocuteurs, elle fait peur. « Tout cela va mal finir, c'est une lutte à mort », résume un ancien proche collaborateur du président béninois, Boni Yayi. D'un côté, le locataire du palais de la Marina. De l'autre, un homme d'affaires qui règne en maître sur la filière coton du pays, Patrice Talon.

"Un scénario ultra-grotesque"

Patrice Talon n’a pas tardé à répondre aux accusations qui pèsent sur lui. Visé depuis le 23 octobre par un mandat d’arrêt international, l’homme d’affaires béninois a nié toute implication dans la tentative d'empoisonnement du chef de l'État, Thomas Boni Yayi, dans une interview accordée à Radio France Internationale (RFI), lundi 29 octobre. Dans cet entretien, Patrice Talon déclare être moins surpris par ce qu’il estime être une « énième accusation de tentative de déstabilisation, de coup d’État, de l’élimination de Yayi Boni par son pire ennemi qui est Monsieur Talon » que par « le caractère ultra-grotesque de ce scénario ». S’il ne dément pas avoir rencontré la nièce du président, le 17 octobre dernier dans un hôtel de Bruxelles, l'ancien proche de Yayi qualifie l'ensemble de l'affaire de « canular » et demande au chef de l’État de « retrouver ses esprits ».

Patrice Talon revient également sur sa relation avec le président béninois et confirme avoir « sponsorisé » les campagnes électorales du candidat Boni Yayi en 2006 et 2011. « Comme tant d’autres, je l’ai conseillé et introduit là où j’ai pu pour sa conquête du pouvoir », dit-il. alors qu'il régnait en maître sur la filière béninoise du coton, l’homme d’affaires s’est vu retirer, il y a un an, la gestion du PVI, le Programme de vérification des importations au port de Cotonou. Raison principale ? Selon l’intéressé, le président Yayi aurait sollicité ses services pour l’aider à réviser la Constitution afin de se représenter en 2016. « Le peuple béninois est attaché à sa démocratie, donc j’ai refusé », assure Talon. Et de conclure : « Je compte bien sûr, dans tous les cas, répondre aux accusations (…) Mais sans mettre ma vie en danger. » 

Selon la justice béninoise, le premier a été victime d'une tentative d'empoisonnement ourdie par le second lors d'un déplacement présidentiel à Bruxelles, le 17 octobre dernier. Trois proches du chef de l'État - un ancien ministre, une nièce et son médecin personnel - accusés de complicité dans cette conspiration ont été inculpés et incarcérés à la prison centrale de Cotonou, le 22 octobre. Nous sommes en plein roman d'espionnage. Le businessman aurait proposé 1 milliard de F CFA (1,5 million d'euros) au médecin et à la nièce pour remplacer le traitement antidouleur prescrit au président par des médicaments toxiques réceptionnés à Cotonou par l'ancien ministre. Prise de remords, la nièce aurait avoué et permis de déjouer le complot. Le 23 octobre, un mandat d'arrêt international était délivré contre l'instigateur présumé et son plus proche collaborateur, Olivier Boko.

« Si tout cela est exact, cela dépasse l'entendement, c'est surréaliste », estime un leader politique qui « craint le pire » - à savoir un grand déballage sur la place publique. Selon plusieurs témoignages recoupés, Patrice Talon a été un généreux mécène des deux campagnes présidentielles victorieuses de Boni Yayi en 2006 et 2011 [Voir encadré]. Est-ce en guise de remerciement qu'il a pu étendre son emprise sur la filière coton durant le premier mandat ? On peut le penser, mais nous resterions dans une chronique ordinaire, celle du renvoi d'ascenseur.

"Je réfute toutes ces accusations"

En 2011, juste après le scrutin, Talon se voit en plus confier par décret le très juteux Programme de vérification des importations (PVI). En clair, il devient le douanier du Bénin avec « des dispositions très favorables lui permettant de mettre la main sur une bonne partie des recettes », décrit un habitué du palais de la Marina. Les douaniers, les vrais, dénoncent très vite une concurrence déloyale et le manque à gagner... Le président revient finalement sur le contrat et demande une renégociation. « Talon a refusé, le gouvernement a alors suspendu le PVI. Depuis c'est la guerre », explique l'ancien collaborateur du chef de l'État, qui avance une deuxième explication à cette lutte à mort. Son nom de code : « Mission 2016 ».

Boni Yayi l'assure : « Je ne veux pas prolonger mon règne, je l'ai dit au pape, à Nicolas Sarkozy et à François Hollande. » Mais il ne convainc pas. En mars dernier, un projet de réforme constitutionnelle a été déposé à l'Assemblée nationale. Officiellement, il n'est question que de référendum, de Cour des comptes et de transparence électorale. « À aucun moment il ne s'agissait de toucher à la limitation du nombre de mandats présidentiels », a expliqué le chef de l'État.

« Rien n'empêchait un député zélé de déposer un amendement en ce sens », rétorque un constitutionnaliste béninois. Quoi qu'il en soit, ce scénario est resté dans les cartons. Une quinzaine de parlementaires, pourtant de la majorité, ont fait obstacle au projet. « Ils étaient activés par Talon », estime un fin connaisseur du marigot béninois. « Cela prend des proportions énormes et je réfute toutes ces accusations », nous a déclaré, au téléphone depuis Paris, Patrice Talon alors que nous mettions sous presse. Promettant d'en dire plus après avis de ses avocats...

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Bénin

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

[Diaporama] : Dix chefs ou rois traditionnels puissants du Sud du Sahara

Sur le continent, il ne reste qu'une seule monarchie absolue contrôlant un État internationalement reconnu. Mais les chefferies et les royautés traditionnelles n'ont pas disparu pour autant, surtout en Afrique[...]

La force régionale contre Boko Haram sera opérationnelle en novembre

Les pays membres de la Commission du bassin du lac Tchad (CBLT) et le Bénin ont annoncé, le 7 octobre à Niamey, la mise en place début novembre de la force régionale chargée de lutter[...]

Mode : la Black Fashion Week en 5 coups de coeur

Quoique boudée par l’establishment de la mode, la Black Fashion Week offre un réel espace de visibilité aux stylistes africains. Voici les coups de cœur de "Jeune Afrique", à[...]

France : le Béninois Kifouli Dossou reçoit le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain

Pour la première fois, le jeudi 2 octobre 2014, a été décerné à Paris (France) le prix Orisha pour l'art contemporain africain.[...]

Diaporama : les 15 leaders religieux africains les plus influents

Qu'ils soient animistes, chrétiens ou musulmans, les leaders religieux du continent possèdent souvent une influence considérable sur les plans politique et économique. Connaissez vous les plus[...]

Ebola : le virus s'arrête-il vraiment aux frontières ?

Pour éviter la pénétration du virus Ebola sur leur territoire, les pays encore épargnés renforcent la surveillance au niveau de leurs frontières. Est-ce suffisant pour empêcher la[...]

Art contemporain : bienvenue à Afrodisney !

Invités à travailler sur le personnage de Mickey Mouse, neuf artistes béninois se sont confrontés à l'indémodable rongeur. Entre critique du capitalisme sauvage et[...]

Dossier : comment vivent les riches en Afrique

C'est l'histoire d'une élite pour laquelle l'argent n'est pas un problème. Une histoire faite de virées en bateau, de fêtes somptueuses, de greens où pas un brin d'herbe ne dépasse.[...]

Bénin : une fondation vaut mieux que deux tu l'auras

Pour les plus nantis, créer une telle structure est un moyen de soigner son image tout en rendant service au plus grand nombre. Exemple à Cotonou avec le financier Lionel Zinsou et sa fille,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers