Extension Factory Builder
29/10/2012 à 11:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Patrice Talon et le chef de l'État béninois, en mars 2008. Patrice Talon et le chef de l'État béninois, en mars 2008. © Ty/Erick Ahounou

Autrefois proche du président béninois Boni Yayi, le businessman Patrice Talon est accusé d'avoir voulu l'intoxiquer. La guerre est déclarée.

C'est une affaire d'État. Et si on en juge par l'extrême prudence de nos interlocuteurs, elle fait peur. « Tout cela va mal finir, c'est une lutte à mort », résume un ancien proche collaborateur du président béninois, Boni Yayi. D'un côté, le locataire du palais de la Marina. De l'autre, un homme d'affaires qui règne en maître sur la filière coton du pays, Patrice Talon.

"Un scénario ultra-grotesque"

Patrice Talon n’a pas tardé à répondre aux accusations qui pèsent sur lui. Visé depuis le 23 octobre par un mandat d’arrêt international, l’homme d’affaires béninois a nié toute implication dans la tentative d'empoisonnement du chef de l'État, Thomas Boni Yayi, dans une interview accordée à Radio France Internationale (RFI), lundi 29 octobre. Dans cet entretien, Patrice Talon déclare être moins surpris par ce qu’il estime être une « énième accusation de tentative de déstabilisation, de coup d’État, de l’élimination de Yayi Boni par son pire ennemi qui est Monsieur Talon » que par « le caractère ultra-grotesque de ce scénario ». S’il ne dément pas avoir rencontré la nièce du président, le 17 octobre dernier dans un hôtel de Bruxelles, l'ancien proche de Yayi qualifie l'ensemble de l'affaire de « canular » et demande au chef de l’État de « retrouver ses esprits ».

Patrice Talon revient également sur sa relation avec le président béninois et confirme avoir « sponsorisé » les campagnes électorales du candidat Boni Yayi en 2006 et 2011. « Comme tant d’autres, je l’ai conseillé et introduit là où j’ai pu pour sa conquête du pouvoir », dit-il. alors qu'il régnait en maître sur la filière béninoise du coton, l’homme d’affaires s’est vu retirer, il y a un an, la gestion du PVI, le Programme de vérification des importations au port de Cotonou. Raison principale ? Selon l’intéressé, le président Yayi aurait sollicité ses services pour l’aider à réviser la Constitution afin de se représenter en 2016. « Le peuple béninois est attaché à sa démocratie, donc j’ai refusé », assure Talon. Et de conclure : « Je compte bien sûr, dans tous les cas, répondre aux accusations (…) Mais sans mettre ma vie en danger. » 

Selon la justice béninoise, le premier a été victime d'une tentative d'empoisonnement ourdie par le second lors d'un déplacement présidentiel à Bruxelles, le 17 octobre dernier. Trois proches du chef de l'État - un ancien ministre, une nièce et son médecin personnel - accusés de complicité dans cette conspiration ont été inculpés et incarcérés à la prison centrale de Cotonou, le 22 octobre. Nous sommes en plein roman d'espionnage. Le businessman aurait proposé 1 milliard de F CFA (1,5 million d'euros) au médecin et à la nièce pour remplacer le traitement antidouleur prescrit au président par des médicaments toxiques réceptionnés à Cotonou par l'ancien ministre. Prise de remords, la nièce aurait avoué et permis de déjouer le complot. Le 23 octobre, un mandat d'arrêt international était délivré contre l'instigateur présumé et son plus proche collaborateur, Olivier Boko.

« Si tout cela est exact, cela dépasse l'entendement, c'est surréaliste », estime un leader politique qui « craint le pire » - à savoir un grand déballage sur la place publique. Selon plusieurs témoignages recoupés, Patrice Talon a été un généreux mécène des deux campagnes présidentielles victorieuses de Boni Yayi en 2006 et 2011 [Voir encadré]. Est-ce en guise de remerciement qu'il a pu étendre son emprise sur la filière coton durant le premier mandat ? On peut le penser, mais nous resterions dans une chronique ordinaire, celle du renvoi d'ascenseur.

"Je réfute toutes ces accusations"

En 2011, juste après le scrutin, Talon se voit en plus confier par décret le très juteux Programme de vérification des importations (PVI). En clair, il devient le douanier du Bénin avec « des dispositions très favorables lui permettant de mettre la main sur une bonne partie des recettes », décrit un habitué du palais de la Marina. Les douaniers, les vrais, dénoncent très vite une concurrence déloyale et le manque à gagner... Le président revient finalement sur le contrat et demande une renégociation. « Talon a refusé, le gouvernement a alors suspendu le PVI. Depuis c'est la guerre », explique l'ancien collaborateur du chef de l'État, qui avance une deuxième explication à cette lutte à mort. Son nom de code : « Mission 2016 ».

Boni Yayi l'assure : « Je ne veux pas prolonger mon règne, je l'ai dit au pape, à Nicolas Sarkozy et à François Hollande. » Mais il ne convainc pas. En mars dernier, un projet de réforme constitutionnelle a été déposé à l'Assemblée nationale. Officiellement, il n'est question que de référendum, de Cour des comptes et de transparence électorale. « À aucun moment il ne s'agissait de toucher à la limitation du nombre de mandats présidentiels », a expliqué le chef de l'État.

« Rien n'empêchait un député zélé de déposer un amendement en ce sens », rétorque un constitutionnaliste béninois. Quoi qu'il en soit, ce scénario est resté dans les cartons. Une quinzaine de parlementaires, pourtant de la majorité, ont fait obstacle au projet. « Ils étaient activés par Talon », estime un fin connaisseur du marigot béninois. « Cela prend des proportions énormes et je réfute toutes ces accusations », nous a déclaré, au téléphone depuis Paris, Patrice Talon alors que nous mettions sous presse. Promettant d'en dire plus après avis de ses avocats...

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Bénin

Bénin : Son excellence Odon Vallet, mécène du savoir

Bénin : Son excellence Odon Vallet, mécène du savoir

La fondation de l'universitaire français accorde près de 1 000 bourses par an à des élèves béninois. Les meilleurs viennent parfaire leur formation en France, sous l'oeil atte[...]

Santiago Zannou : un rôle à jouer

De père béninois et de mère espagnole, le réalisateur place l'immigration et le métissage au coeur de ses films. La singularité de ses histoires lui a ouvert les portes du[...]

Bénin : ces députés adeptes de la transhumance politique

À l'approche des élections législatives béninoises (26 avril), la pratique de la transhumance politique bat des records. Pas moins de trente députés élus sous la bannière[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Trois questions sur les prochaines élections au Bénin

Les Béninois iront aux urnes le 26 avril et le 31 mai prochain respectivement pour les élections législatives et les locales. L’annonce faite mercredi par le gouvernement, intervient après des[...]

Fondation Zinsou : Cuba mi amor...

À l'occasion de ses dix ans, la Fondation Zinsou se détourne momentanément de l'art contemporain et présente une exposition consacrée aux musiques africaines. Et, notamment, à[...]

Angelique Kidjo récompensée, lutte contre le racisme... ce qu'il faut retenir des Grammy Awards

La star béninoise Angélique Kidjo a remporté dimanche à Los Angeles son second Grammy Award, celui du meilleur album de musique du monde pour "Eve", lors d'une cérémonie[...]

La force multinationale contre Boko Haram se dote de 8 700 hommes

  Tchad, Niger, Nigeria, Cameroun et Bénin se sont mis d'accord samedi pour mobiliser 8.700 hommes dans la force multinationale de lutte contre le groupe islamiste nigérian Boko Haram, alors que le Tchad a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2703p045.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2703p045.xml0 from 172.16.0.100