Extension Factory Builder
31/10/2012 à 16:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Alf Kumalo (à gauche) avec Nelson Mandela en 1996. Alf Kumalo (à gauche) avec Nelson Mandela en 1996. © Reuters

Il était le photographe emblématique de la lutte antiapartheid et l'ami de Nelson Mandela. Alf Kumalo s'est éteint le 21 octobre.

De sa jeunesse dans le Johannesburg noir animé des années 1950, Alf Kumalo avait gardé l'habitude de ne jamais se séparer de deux attributs : son costume - cet homme à la peau sombre et aux yeux bleus était coquet - et son appareil photo.

C'est sans conteste le second qui a fait de lui un héros sud-africain. Pendant ses cinquante années de carrière, il a vécu et immortalisé tous les épisodes de la lutte contre l'apartheid : du premier procès des dirigeants du Congrès national africain (ANC), parmi lesquels un certain Nelson Mandela, à partir de 1956, à l'élection de ce dernier, en 1994, en passant par les émeutes de Soweto, en 1976, et l'émergence du Black Consciousness Movement (Mouvement de la conscience noire).

Un temps collaborateur du mythique magazine Drum, il avait l'art de s'approcher au plus près de l'Histoire en marche, prenant parfois tous les risques. Ce qui lui a valu de voir ses photos publiées par les plus grands journaux (The New York Times et The Observer, entre autres) ainsi qu'une rancune tenace du régime de l'apartheid.

Icône

Mais derrière Alf Kumalo, le témoin de la lutte de son peuple, il y avait Bra Alf (« frère Alf »), l'ami intime de la famille Mandela. Pendant la longue détention de Nelson à Robben Island, Kumalo a été un lien entre lui et les siens, lui envoyant de superbes clichés de sa femme Winnie et de ses filles en train de grandir (elles n'étaient pas autorisées à lui rendre visite avant l'âge de 15 ans). Ce talent de portraitiste lui permit d'approcher d'autres figures du XXe siècle, comme Miriam Makeba ou Mohammed Ali, qui lui proposa de devenir son photographe personnel. « A. K. » refusa : sans doute ne pouvait-il accepter une telle proposition que de Mandela. Et c'est d'ailleurs ce qu'il fit, de manière informelle, dès la sortie de prison de l'icône, puis tout au long de son mandat présidentiel.

Kumalo s'était ensuite lancé dans d'autres projets : la création d'un musée et d'une école de photographie à Soweto pour former les plus défavorisés. Jusqu'à sa mort, le 21 octobre, à l'âge de 82 ans, il ne s'est jamais séparé de son appareil photo.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

1 réaction(s)

1.
MANTEK - 05/11/2012 à 19h:11

Allez en paix Papa.Que la terre de vos parents vous soit legere.[...] Lire

Toutes les dépèches

Réagir à cet article

Afrique du sud

Afrique du Sud : le marché noir a avalé le marché blanc

Afrique du Sud : le marché noir a avalé le marché blanc

Vingt ans après la disparition de l'apartheid, le consommateur sud-africain n'est plus noir ou blanc. Les différences sont largement fonction des revenus et du mode de vie, comme dans un pays "normal", ou p[...]

Afrique du Sud : 1 Rwandais et 3 Tanzaniens jugés coupables de la tentative d'assassinat sur Nyamwasa

Quatre individus ont été jugés coupables vendredi de la tentative d'assassinat en 2010 de Faustin Kayumba Nyamwasa, l'ancien chef d'état-major du président rwandais Paul Kagamé avec qui il[...]

Afrique du Sud : Laurence Chibwe, père du théâtre de Soweto

Rouge, jaune, bleu, trois gros cubes colorés adossés à d'incroyables façades courbes couvertes de céramiques : impossible de manquer le théâtre de Soweto. Construire un lieu[...]

Afrique du Sud : Y Tsai transforme les conteneurs en salles de classe

Le Tsai Design Studio pousse loin la transformation des conteneurs. Sa spécialité : les salles de classe.[...]

Afrique du Sud : les dates-clés du procès d'Oscar Pistorius

Pendant cinq mois, le procès d'Oscar Pistorius a fait la une des journaux. Accusé d'avoir tué sa petite-amie Reeva Steenkamp le soir de la Saint-Valentin 2013, le champion paralympique sera fixé sur son[...]

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ils ont mis en place des services, une production et une distribution locale : une poignée d'hommes d'affaires dominent leur marché et partent à la conquête du continent.[...]

Afrique du Sud : Sandton, au paradis des nantis...

Bienvenue à Sandton, banlieue huppée de Johannesburg. Les prix de l'immobilier y sont les plus élevés d'Afrique, et les boutiques y proposent les marques les plus chères. Pauvres[...]

Afrique du Sud : Carin Smuts, guérir la société à travers l'architecture

L'architecte sud-africaine Carin Smuts, adepte des solutions "locales", conçoît des projets dont la finalité dépasse la simple construction. Il y est question d'humanisme, de réinsertion[...]

Afrique du Sud : Joburg Art Fair, la création en toute liberté

La foire d'art contemporain de Johannesburg, la Joburg Art Fair, s'est ouverte jeudi pour trois journées d'expositions. L'occasion pour les artistes africains de révéler aux collectionneurs le potentiel de la[...]

Gaza : ce que le Sud-Africain Desmond Tutu a dit à Israël

L'archevêque sud-africain Desmond Tutu, Prix Nobel de la Paix en 1984, appuie sa plume là où ça fait mal. Pourfendeur de la guerre à Gaza, il a signé une tribune dans le quotidien[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex