Extension Factory Builder
31/10/2012 à 16:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Alf Kumalo (à gauche) avec Nelson Mandela en 1996. Alf Kumalo (à gauche) avec Nelson Mandela en 1996. © Reuters

Il était le photographe emblématique de la lutte antiapartheid et l'ami de Nelson Mandela. Alf Kumalo s'est éteint le 21 octobre.

De sa jeunesse dans le Johannesburg noir animé des années 1950, Alf Kumalo avait gardé l'habitude de ne jamais se séparer de deux attributs : son costume - cet homme à la peau sombre et aux yeux bleus était coquet - et son appareil photo.

C'est sans conteste le second qui a fait de lui un héros sud-africain. Pendant ses cinquante années de carrière, il a vécu et immortalisé tous les épisodes de la lutte contre l'apartheid : du premier procès des dirigeants du Congrès national africain (ANC), parmi lesquels un certain Nelson Mandela, à partir de 1956, à l'élection de ce dernier, en 1994, en passant par les émeutes de Soweto, en 1976, et l'émergence du Black Consciousness Movement (Mouvement de la conscience noire).

Un temps collaborateur du mythique magazine Drum, il avait l'art de s'approcher au plus près de l'Histoire en marche, prenant parfois tous les risques. Ce qui lui a valu de voir ses photos publiées par les plus grands journaux (The New York Times et The Observer, entre autres) ainsi qu'une rancune tenace du régime de l'apartheid.

Icône

Mais derrière Alf Kumalo, le témoin de la lutte de son peuple, il y avait Bra Alf (« frère Alf »), l'ami intime de la famille Mandela. Pendant la longue détention de Nelson à Robben Island, Kumalo a été un lien entre lui et les siens, lui envoyant de superbes clichés de sa femme Winnie et de ses filles en train de grandir (elles n'étaient pas autorisées à lui rendre visite avant l'âge de 15 ans). Ce talent de portraitiste lui permit d'approcher d'autres figures du XXe siècle, comme Miriam Makeba ou Mohammed Ali, qui lui proposa de devenir son photographe personnel. « A. K. » refusa : sans doute ne pouvait-il accepter une telle proposition que de Mandela. Et c'est d'ailleurs ce qu'il fit, de manière informelle, dès la sortie de prison de l'icône, puis tout au long de son mandat présidentiel.

Kumalo s'était ensuite lancé dans d'autres projets : la création d'un musée et d'une école de photographie à Soweto pour former les plus défavorisés. Jusqu'à sa mort, le 21 octobre, à l'âge de 82 ans, il ne s'est jamais séparé de son appareil photo.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

1 réaction(s)

1.
MANTEK - 05/11/2012 à 19h:11

Allez en paix Papa.Que la terre de vos parents vous soit legere.[...] Lire

Toutes les dépèches

Réagir à cet article

Afrique du sud

Afrique du Sud : le gouvernement promet de punir les auteurs des violences xénophobes

Afrique du Sud : le gouvernement promet de punir les auteurs des violences xénophobes

Le gouvernement sud-africain a promis dimanche de punir les auteurs des violences xénophobes qui ont fait au moins sept morts depuis début avril, alors que le Malawi et le Zimbabwe s'apprêtaient à rapa[...]

Afrique du Sud : le président Zuma invite les immigrés à rester

Après une nouvelle nuit de pillages à Johannesburg, le président Jacob Zuma a annulé un voyage en Indonésie et s'est rendu samedi auprès de victimes de violences xénophobes, afin[...]

Afrique du Sud : Zuma annule un voyage après de nouvelles violences xénophobes

Le président sud-africain Jacob Zuma a annulé samedi un voyage à l'étranger après une nouvelle nuit de violences xénophobes perpétrées par des casseurs et pilleurs, qui[...]

Afrique du Sud : six morts et plus de 5 000 déplacés après des violences xénophobes

Depuis trois semaines, des violences xénophobes secouent l’Afrique du Sud. Une situation qui a déjà fait six morts et plus de 5 000 déplacés.[...]

Afrique du Sud : Durban se mobilise contre la xénophobie

Ils sont plusieurs milliers à manifester jeudi à Durban pour dénoncer la vague d'attaques contre les ressortissants étrangers installés dans la ville.[...]

Afrique du Sud : qui succédera à Helen Zille à la tête du principal parti d'opposition ?

Après 8 ans à la tête du principal parti d'opposition en Afrique du Sud, Helen Zille tire sa révérence. L'adversaire coriace de Jacob Zuma ne sera pas candidate lors des élections de[...]

Cecil Rhodes déboulonné, un millier de migrants en fuite après des violences xénophobes

La statue du colonisateur britannique Cecil Rhodes a été déboulonnée jeudi au Cap. Une victoire contre le passé raciste de l'Afrique du Sud, pour certains, alors que le pays est à nouveau[...]

En Afrique du Sud, Robert Mugabe attaque l'Occident et les Nations unies

En Afrique du Sud pour une visite historique de deux jours sous le signe de l'économie, le président zimbabwéen et chef de l'Union africaine, Robert Mugabe, en a profité pour décocher quelques[...]

État islamique : combien de vierges pour une ado sud-africaine ?

Comme Boko Haram, l’État islamique est friand de jeunes Africaines. Mais contrairement à l’organisation terroriste basée au Nigeria, Daesh essaie d'en attirer des consentantes. Une Sud-Africaine[...]

L'Afrique du Sud teste une nouvelle molécule contre la tuberculose multirésistante

Depuis 2013, quelques 217 Sud-Africains, sur 500 patients-test dans le monde, ont été mis sous traitement à la bedaquiline contre la tuberculose multirésistante. Près de 3000 personnes[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2703p018.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2703p018.xml0 from 172.16.0.100