Extension Factory Builder
06/11/2012 à 08:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Soumaya Ghannouchi est aussi l'épouse de Rafik Abdessalem, le ministre des Affaires étrangères. Soumaya Ghannouchi est aussi l'épouse de Rafik Abdessalem, le ministre des Affaires étrangères. © Nicolas Fauqué/ImagesdeTunisie.com

Fille cadette du chef d'Ennahdha, Soumaya Ghannouchi est une pasionaria tunisienne qui pourfend tous ceux qui ne partagent pas ses idées. Portrait.

Les proches des leaders islamistes sont en général très discrets. Exception à la règle, Soumaya, la fille cadette de Rached Ghannouchi, président du parti islamiste Ennahdha, et épouse de Rafik Abdessalem, le ministre des Affaires étrangères. Regard aguicheur et langoureux sur sa page Facebook, elle se montre beaucoup moins tendre dans ses écrits, où l'opposition et les progressistes tunisiens en prennent pour leur grade.

Encore inconnue il y a un an, cette diplômée en philosophie de 26 ans était apparue aux côtés de son père, telle une odalisque voilée, pour fêter la victoire d'Ennahdha aux élections du 23 octobre 2011. Depuis, si on ne connaît toujours pas le son de sa voix, elle exprime sur les réseaux sociaux des idées radicales, relayant les propos de son père et défendant son époux dès qu'il commet une gaffe.

"Pleurnichards"

Contrairement à sa soeur Intissar, avocate et chargée des relations internationales d'Ennahdha, Soumaya n'a pas de fonction officielle, mais entend jouer un rôle même si nul ne le lui demande. Chercheuse à la School of Oriental and African Studies de Londres, cette mère de deux enfants a connu un début de notoriété en publiant des analyses sur les révolutions arabes dans le quotidien britannique The Guardian.

Dans un brûlot fielleux publié un an après les premières élections libres, elle écrase de son mépris ceux qu'elle traite de mauvais perdants "pleurnichards"

Issue de la génération des Tunisiens de l'exil, ayant grandi à Londres dans le huis clos des cercles islamistes qui, sans connaître réellement leur pays d'origine, militaient pour les droits des peuples arabes et pour une certaine vision de l'islam, Soumaya s'en prend aussi bien aux médias qu'aux opposants et aux modernistes. Dans un brûlot fielleux publié un an après les premières élections libres, elle écrase de son mépris ceux qu'elle traite de mauvais perdants « pleurnichards ». « Mon père a souffert, au tour des autres de souffrir », assène-t-elle, revancharde. L'opinion en a le souffle coupé, les intellectuels la vouent aux gémonies. Pourtant, Soumaya, qui préfère porter le nom de son illustre géniteur, est l'auteure d'un mémoire sur « l'histoire de la subjectivité, de Descartes à Heidegger ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de l'[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Tunisie : des balles et des morsures

Depuis la révolution (des épines) du jasmin, les Tunisiens comptent plus de journées de deuil que de fêtes nationales (mises sous éteignoir), créant un climat[...]

Tunisie : Mondher Zenaidi va-t-il revenir sur la scène politique ?

Exilé volontaire à Paris depuis trois ans, l'ex-ministre du Commerce de Ben Ali reste populaire dans son fief de Kasserine comme dans les milieux destouriens. Cédera-t-il à la tentation de[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex