Extension Factory Builder
02/11/2012 à 12:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'émir du Qatar avec le chef du gouvernement, Ismaïl Haniyeh,le 23 octobre. L'émir du Qatar avec le chef du gouvernement, Ismaïl Haniyeh,le 23 octobre. © Sipa

L'émir du Qatar, Hamad Ibn Khalifa Al Thani, est le premier chef d'État à avoir honoré le Hamas, à Gaza, d'une visite officielle. Distribuant, comme à son habitude, des centaines de millions de dollars. Mais on le soupçonne aussi d'aider des jihadistes au Mali.

Accueilli en héros libérateur sous le soleil implacable de Gaza, le 23 octobre, l'émir du Qatar a posé, sur le tapis rouge déroulé par les autorités, sa royale sandale. Ainsi qu'une cagnotte de 400 millions de dollars (environ 310 millions d'euros) pour la reconstruction de cette mince bande de terre palestinienne soumise depuis 2007 à un blocus draconien et ravagée par la brutale offensive israélienne Plomb durci, en janvier 2009.

Le monarque multimilliardaire est le premier chef d'État à se rendre en visite officielle dans ce territoire depuis qu'il est passé, en 2007, sous le contrôle du Hamas, parti islamiste alors victorieux des législatives mais aussitôt ostracisé par le Fatah, au pouvoir en Cisjordanie, et par une grande partie de la communauté internationale. « La cause palestinienne reste une plaie saignante sur le corps de la nation arabe », a déclaré Hamad Ibn Khalifa Al Thani dans son discours aux Gazaouis. « Aujourd'hui nous abattons le mur du blocus grâce à cette visite bénie », lui a répondu le chef du gouvernement local, Ismaïl Haniyeh.

Ayant cherché, avec succès, à graver en majuscules le nom de son micro-État sur la carte du monde, sa Majesté entend inscrire le sien dans les pages de l'Histoire. À Gaza, Hamad City, ville nouvelle qui sera construite d'ici à deux ans, perpétuera la mémoire de l'évergète. Sera-t-il Alexandre, roitelet de Macédoine devenu conquérant du monde ? Ou Hannibal, chef de Carthage acculé au suicide après avoir voulu ravir l'empire à Rome ? Ses deux puissants voisins iranien et saoudien le verraient bien dans le second rôle.

Car l'ambition de cet émir visionnaire n'a d'égale que sa fortune démesurée, lancée à l'assaut des marchés et des chancelleries planétaires. Le pactole de ce nouveau Crésus ? Un lac de gaz sous-marin, le plus grand gisement du monde, qui a fait de Hamad l'homme des offres qu'on ne peut refuser. Ou presque. Quand, en janvier 2012, il débarque à Tunis avec 500 millions de dollars d'aide, des centaines de manifestants descendent sur l'avenue Bourguiba et crient « Qatar dégage ! » à l'encontre de celui qu'ils soupçonnent de tenter une OPA sur la révolution pour l'offrir à ses amis islamistes d'Ennahdha. En France, le fonds de 50 millions d'euros d'aide aux banlieues promis en décembre 2011 a dû être gelé devant les cris d'orfraie de la droite comme de la gauche, avant d'être finalement redéfini... et accepté.

Nouveau Nasser ?

Jadis célébré pour ses bons offices de médiateur, du Darfour au Liban, l'émir s'est révélé beaucoup plus agressif quand a éclos le Printemps arabe, envoyant ses Mirage et ses forces spéciales bouter le « Guide » libyen hors de Tripoli. Hamad est devenu la bête noire de son ex-grand ami syrien, le président Bachar al-Assad, contre qui il arme les rebelles islamistes. Au Mali, on le soupçonne de financer le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao). À Gaza enfin, s'il a appelé à la paix et à la réconciliation palestinienne, sa générosité envers le Hamas a fait grincer des dents Israël comme le Fatah...

Qui est donc Hamad Ibn Khalifa Al Thani ? La personnalité de celui qui a ravi le pouvoir à son père en 1995 reste une énigme, et ceux qui le connaissent se gardent bien d'en trahir la moindre facette. Sans doute se voit-il en Nasser contemporain, héraut du panarabisme avec l'islam - plutôt que le socialisme - comme guide. Sa visite à Gaza le conforte dans ce rôle. Las, à peine avait-il quitté le sol palestinien que des attaques meurtrières reprenaient entre le Hamas et Israël. Et c'est au médiateur égyptien qu'a échu le mérite de la trêve.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Racisme : en Tunisie, Slah Mosbah ne veut plus être 'le Noir de service'

Racisme : en Tunisie, Slah Mosbah ne veut plus être "le Noir de service"

Le chanteur Slah Mosbah, l'un des plus populaires de Tunisie, ne veut plus être "le Noir de service" qui cache une forêt de préjugés. À 55 ans, il songe même à s[...]

Algérie : génération Bouteflika, génération harraga ?

Certains ne songent qu'à partir. D'autres trouvent des raisons d'espérer. Tous n'ont connu pour l'instant qu'un seul président, Abdelaziz Bouteflika. Coup de projecteur sur une jeunesse pas si[...]

Présidentielle mauritanienne : Aziz officiellement candidat à sa succession

Mohamed Ould Abdel Aziz sera bien candidat à sa propre succession. Le chef de l'État mauritanien a annoncé mercredi qu'il briguerait un nouveau mandat lors de la présidentielle prévue le 21[...]

Palestine : le Hamas et l'OLP scellent leur réconciliation

Peu après l'annonce mercredi de la formation d'un gouvernement d'union entre le Hamas et l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), l'aviation israélienne a effectué une frappe sur le nord de[...]

Patrick Seale, une passion arabe

Orientaliste dans l'âme, grand spécialiste de la Syrie et éditorialiste engagé, notre collaborateur s'est éteint le 11 avril à Londres, à l'âge de 83 ans.[...]

Racisme : les populations noires, boucs émissaires des milices

Bien que représentés dans les plus hautes sphères, les Noirs sont trop souvent assimilés aux mercenaires de Kaddafi, et, à ce titre, persécutés.[...]

Le Marrakech Air Show 2014 ouvre ses portes

La quatrième édition de Marrakech Air Show, le salon marocain de l’aéronautique, ouvre ses portes ce mercredi 23 avril 2014. Les constructeurs aériens présents espèrent[...]

Libye - Ali Zeidan : "Je n'ai pas dit mon dernier mot"

Démis de ses fonctions à l'instigation des islamistes, l'ex-Premier ministre aujourd'hui en exil, Ali Zeidan, entend revenir à Tripoli malgré les risques encourus.[...]

Algérie : une vidéo de violences policières en Kabylie suscite colère et indignation

La vidéo d’une manifestation sauvagement réprimée par des policiers en Kabylie, dimanche dernier, provoque un tollé et oblige la police nationale à ouvrir une enquête. À[...]

Algérie : la traque de jihadistes se poursuit en Kabylie après une attaque contre les militaires

L'armée algérienne continuait mardi de ratisser les montagnes de Kabylie (est d'Alger) après l'attentat qui a coûté la vie à onze soldats samedi soir.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces