Extension Factory Builder
02/11/2012 à 12:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'émir du Qatar avec le chef du gouvernement, Ismaïl Haniyeh,le 23 octobre. L'émir du Qatar avec le chef du gouvernement, Ismaïl Haniyeh,le 23 octobre. © Sipa

L'émir du Qatar, Hamad Ibn Khalifa Al Thani, est le premier chef d'État à avoir honoré le Hamas, à Gaza, d'une visite officielle. Distribuant, comme à son habitude, des centaines de millions de dollars. Mais on le soupçonne aussi d'aider des jihadistes au Mali.

Accueilli en héros libérateur sous le soleil implacable de Gaza, le 23 octobre, l'émir du Qatar a posé, sur le tapis rouge déroulé par les autorités, sa royale sandale. Ainsi qu'une cagnotte de 400 millions de dollars (environ 310 millions d'euros) pour la reconstruction de cette mince bande de terre palestinienne soumise depuis 2007 à un blocus draconien et ravagée par la brutale offensive israélienne Plomb durci, en janvier 2009.

Le monarque multimilliardaire est le premier chef d'État à se rendre en visite officielle dans ce territoire depuis qu'il est passé, en 2007, sous le contrôle du Hamas, parti islamiste alors victorieux des législatives mais aussitôt ostracisé par le Fatah, au pouvoir en Cisjordanie, et par une grande partie de la communauté internationale. « La cause palestinienne reste une plaie saignante sur le corps de la nation arabe », a déclaré Hamad Ibn Khalifa Al Thani dans son discours aux Gazaouis. « Aujourd'hui nous abattons le mur du blocus grâce à cette visite bénie », lui a répondu le chef du gouvernement local, Ismaïl Haniyeh.

Ayant cherché, avec succès, à graver en majuscules le nom de son micro-État sur la carte du monde, sa Majesté entend inscrire le sien dans les pages de l'Histoire. À Gaza, Hamad City, ville nouvelle qui sera construite d'ici à deux ans, perpétuera la mémoire de l'évergète. Sera-t-il Alexandre, roitelet de Macédoine devenu conquérant du monde ? Ou Hannibal, chef de Carthage acculé au suicide après avoir voulu ravir l'empire à Rome ? Ses deux puissants voisins iranien et saoudien le verraient bien dans le second rôle.

Car l'ambition de cet émir visionnaire n'a d'égale que sa fortune démesurée, lancée à l'assaut des marchés et des chancelleries planétaires. Le pactole de ce nouveau Crésus ? Un lac de gaz sous-marin, le plus grand gisement du monde, qui a fait de Hamad l'homme des offres qu'on ne peut refuser. Ou presque. Quand, en janvier 2012, il débarque à Tunis avec 500 millions de dollars d'aide, des centaines de manifestants descendent sur l'avenue Bourguiba et crient « Qatar dégage ! » à l'encontre de celui qu'ils soupçonnent de tenter une OPA sur la révolution pour l'offrir à ses amis islamistes d'Ennahdha. En France, le fonds de 50 millions d'euros d'aide aux banlieues promis en décembre 2011 a dû être gelé devant les cris d'orfraie de la droite comme de la gauche, avant d'être finalement redéfini... et accepté.

Nouveau Nasser ?

Jadis célébré pour ses bons offices de médiateur, du Darfour au Liban, l'émir s'est révélé beaucoup plus agressif quand a éclos le Printemps arabe, envoyant ses Mirage et ses forces spéciales bouter le « Guide » libyen hors de Tripoli. Hamad est devenu la bête noire de son ex-grand ami syrien, le président Bachar al-Assad, contre qui il arme les rebelles islamistes. Au Mali, on le soupçonne de financer le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao). À Gaza enfin, s'il a appelé à la paix et à la réconciliation palestinienne, sa générosité envers le Hamas a fait grincer des dents Israël comme le Fatah...

Qui est donc Hamad Ibn Khalifa Al Thani ? La personnalité de celui qui a ravi le pouvoir à son père en 1995 reste une énigme, et ceux qui le connaissent se gardent bien d'en trahir la moindre facette. Sans doute se voit-il en Nasser contemporain, héraut du panarabisme avec l'islam - plutôt que le socialisme - comme guide. Sa visite à Gaza le conforte dans ce rôle. Las, à peine avait-il quitté le sol palestinien que des attaques meurtrières reprenaient entre le Hamas et Israël. Et c'est au médiateur égyptien qu'a échu le mérite de la trêve.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Gouvernement marocain : Mohand Laenser, l'insubmersible

Le 20 mai, Mohammed VI a nommé cinq nouveaux ministres à la place de ceux qui ont démissionné. Parmi eux, Mohand Laenser, l'indéboulonnable secrétaire général du Mouvement[...]

Ramtane Lamamra : il ne reste en Algérie "que des résidus de terrorisme"

Lors d’une déclaration à la presse, jeudi, Ramtane Lamamra, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, a qualifié de "spectaculaire"[...]

Arabie saoudite : attentat suicide dans une mosquée chiite à l'est du pays

Un kamikaze s'est fait exploser dans une mosquée chiite de Koudeih, à l'est de l'Arabie saoudite, au cours de la prière du vendredi, faisant de nombreuses victimes.    [...]

Barack Obama à Béji Caïd Essebsi : "Les États-Unis croient en la Tunisie"

À l'ocassion de la réception de Béji Caïd Essebsi à la Maison blanche jeudi, le président amréicain Barack Obama a annoncé son intention d'accorder à la Tunisie le[...]

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Lancée depuis bientôt cinq ans, l’application de messagerie internet WhatsApp a conquis les smartphones de millions d’utilisateurs dans le monde. Très utilisé en Afrique, l’outil[...]

Bientôt une usine marocaine pour PSA Peugeot Citroën

Selon l'agence "Bloomberg", non démentie par PSA Peugeot Citroën, ce dernier prévoit d'ouvrir une usine au Maroc d'une capacité inférieure à 100 000 véhicules par[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : doutes sur l'implication du suspect marocain arrêté en Italie

Un nouveau suspect a été appréhendé mercredi à Gaggiano, en Italie, dans le cadre de l'affaire de l’attentat du Bardo. Mais les premiers éléments laissent à penser[...]

Sénégal-Maroc : Macky Sall et Mohammed VI signent 13 accords de coopération

À l'occasion de la visite du roi du Maroc au Sénégal, les gouvernements sénégalais et marocain ont signé jeudi, à Dakar, treize accords dans divers domaines, dont les douanes,[...]

Libye : Matug Aborawi dans l'arène espagnole

Fasciné par l'Andalousie, blessé par la guerre dans son pays, cet artiste d'origine libyenne peint l'actualité méditerranéenne.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers