Extension Factory Builder
29/10/2012 à 10:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Faut-il s'inquiéter pour la Côte d'Ivoire ? Dix-sept mois après l'investiture d'Alassane Ouattara, malgré un redécollage économique évident (le taux de croissance, en 2012, sera supérieur à 8 %), la réponse est oui. Depuis le mois de juin, les attaques se multiplient, notamment le 15 octobre à la centrale thermique d'Azito, à Abidjan, et six jours plus tard à la gendarmerie de Bongouanou, 200 km plus au nord. Meurtrie par près de deux décennies de conflits tour à tour larvés puis ouverts, conséquence de la bataille pour la succession d'Houphouët que se livrèrent Bédié, Ouattara, Gueï et Gbagbo, la Côte d'Ivoire n'a toujours pas chassé ses vieux démons.

La réconciliation, dont nous savions bien qu'elle prendrait du temps, comme ce fut le cas ailleurs dans des circonstances à peu près similaires, n'est pour le moment qu'une incantation, un objectif que l'on se fixe sans réellement se donner les moyens de l'atteindre. Depuis la victoire de Ouattara, l'abcès n'a jamais été vraiment crevé. Les haines recuites ne demandent donc qu'à se ranimer.

Certes, après la guerre qui a mené la terre d'Éburnie au bord du chaos, le nouveau chef de l'État n'avait d'autre choix que d'imposer son pouvoir en récompensant ceux qui l'avaient aidé et en éloignant ceux qu'il soupçonnait de vouloir précipiter sa chute. Cela impliquait de montrer sa force, de mettre sur pied une armée en laquelle il puisse avoir confiance et de punir les responsables les plus compromis avec l'ancien régime. De mettre son adversaire à genoux, en somme. Question de survie et stratégie à laquelle, n'en doutons pas, les orphelins de Laurent Gbagbo auraient, eux aussi, eu recours si le sort des armes avait été différent.

Il est désormais temps de passer à autre chose. Il serait aberrant de considérer que les sympathisants du Front populaire ivoirien (FPI), voire les simples électeurs de Gbagbo, doivent expier leur choix jusqu'à la fin des temps. Les vainqueurs ont une très lourde responsabilité. Il leur incombe de faire le premier pas et de tendre la main à tous ceux qui, dans le camp d'en face, n'attendent que cela - ils sont beaucoup plus nombreux que certains affectent de le croire - pour surmonter leur amertume et, enfin, imaginer un avenir dans lequel ils aient un rôle à jouer. Qui mieux que les gens du Nord, longtemps traités comme des sous-Ivoiriens, voire des étrangers, ostracisés, harcelés, empêchés de travailler ou désignés comme les responsables de tous les maux, peut comprendre ce que vivent aujourd'hui les pro-Gbagbo ? Malgré le ressentiment, les drames et la haine, il n'y a pas d'autre choix. Car, en Côte d'Ivoire comme ailleurs, les mêmes causes produisent les mêmes effets.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire : un VRP nommé Ouattara

Côte d'Ivoire : un VRP nommé Ouattara

Pour le président ivoirien Alassane Ouattara, qui savourait fin août ses derniers jours de vacances à Mougins, dans le sud de la France, la rentrée s'annonce chargée avec un voyage en Co[...]

Ebola : inquiète des conséquences économiques, la BAD va mobiliser 150 millions de dollars

Après avoir octroyé 60 millions de dollars à l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), pour lutter contre l’épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, la Banque africaine de[...]

Côte d'Ivoire : la commune du Plateau se fait noter

La commune du Plateau est devenue la deuxième collectivité locale d’Afrique occidentale francophone, après la ville de Dakar, à se faire noter par Bloomfield Investments.[...]

Côte d'Ivoire : Guillaume Koffi et Issa Diabaté, l'architecture et l'art de la passivité

Les architectes ivoiriens Guillaume Koffi et Issa Diabaté s'inspirent de l'architecture traditionnelle africaine pour concevoir des bâtiments de plus en plus passifs. Mais résolument modernes.[...]

CAN 2015 : Ouattara ne veut pas de match Côte d'Ivoire-Sierra Leone à Abidjan

Le président ivoirien Alassane Ouattara a exprimé à un ministre son refus de voir le match Côte d'Ivoire-Sierra Leone se tenir à Abidjan, le 6 septembre. Mais pour l'instant, aucune solution de[...]

Présidentielle ivoirienne 2015 : les lièvres et la tortue

Alors que l'élection présidentielle ivoirienne aura lieu en octobre 2015, seul Alassane Ouattara a pour l'instant déclaré sa candidature. Les autres leaders politiques continuent de chercher celui qui[...]

Stanislas Zézé : "La notation de la Côte d'Ivoire a rassuré les entreprises locales"

Stanislas Zézé, PDG de Bloomfield Investment, et Jean-Paul Tonga, directeur des opérations de l'agence de notation basée à Abidjan, reviennent pour "Jeune Afrique" sur l'impact du[...]

Côte d'Ivoire : "Stop Ebola", un clip pour lutter contre le virus

Spots publicitaires, communiqués, messages radiophoniques, les campagnes de sensibilisation contre le virus Ebola battent leur plein sur le continent. En Côte d'Ivoire, un blogueur a décidé de[...]

Bientôt, les palmiers ivoiriens produiront de l'électricité

 À Aboisso, en Côte d'Ivoire, une minirévolution qui s'annonce : la construction d'une centrale d'énergie alimentée par de la biomasse, la première en Afrique à être[...]

Côte d'Ivoire : le FPI en a-t-il vraiment fini avec sa crise interne ?

La crise qui secoue le Front populaire ivoirien (FPI) a officiellement pris fin mardi. Mais les divergences de fond sur la ligne adoptée par la formation de l'ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, n'ont pas[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex