Extension Factory Builder
29/10/2012 à 16:51
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Affiche de l'exposition Vies d'exil. Affiche de l'exposition Vies d'exil. © DR

Jusqu'en mai, la Cité de l'immigration, à Paris, se penche sur le quotidien des Algériens de France lors de la guerre de libération.

« Malgré toutes les vicissitudes auxquelles il nous expose, l'exil nous fait en même temps moins étranger au monde, ses chemins sont, dans la mesure où nous le voulons, les plus sûrs à nous mener vers l'Autre, notre semblable. » C'est sur cette belle citation de l'écrivain algérien Mohammed Dib, tirée de son ouvrage L'Arbre à dires, que se clôt l'exposition « Vies d'exil » à la Cité de l'immigration, à Paris. Consacrée à la vie quotidienne des Algériens dans l'Hexagone pendant la guerre de libération, elle montre éloquemment, nombreux documents à l'appui (presse grand public ou militante de l'époque, témoignages filmés, objets divers, etc.), à quel point les Algériens présents sur le sol de la métropole, comme on disait alors, ne furent pas considérés entre 1954 et 1962 comme des semblables par les habitants de leur terre d'accueil.

Déjà victimes d'une forte ségrégation sociale, ces exilés sur la rive nord de la Méditerranée sont de plus en plus victimes du racisme au fur et à mesure que la guerre se poursuit. Car les autorités françaises comme une bonne partie de la population les associent aux actions souvent violentes menées par les nationalistes.

La guerre a donc provoqué un bouleversement de la vie quotidienne des émigrés, pour une bonne part des Kabyles qui travaillent dans le bâtiment ou l'industrie. Mais ces Algériens de plus en plus nombreux (environ 220 000 en 1954, 350 000 en 1962), regroupés à la périphérie des grandes villes dans des cités ou, notamment à Paris, dans d'immenses bidonvilles comme ceux de Gennevilliers ou Nanterre, continuent de fréquenter ces lieux de rencontre privilégiés que sont les cafés-hôtels. Et, quand ils le peuvent, de se distraire, par exemple à l'écoute de la musique de Slimane Azem, qui chante le mal du pays. En témoigne l'imposante partie culturelle de cette exposition conçue par les historiens Benjamin Stora et Linda Amiri, très riche - prévoir d'y passer plusieurs heures - et passionnante de bout en bout.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Algérie

Algérie : le gardien Raïs M'Bolhi s'envole pour les États-Unis

Algérie : le gardien Raïs M'Bolhi s'envole pour les États-Unis

Le joueur international Raïs M'Bolhi, le gardien phénomène des Fennecs lors du Mondial 2014, va signer un contrat de trois ans avec l'union de Philadelphie, un club du championnat nord-américain de footba[...]

Vol AH 5017 : une plainte déposée contre X en France

Une semaine après le crash du vol AH 5017 d'Air Algérie, les parents et le frère d'une Française décédée avec son époux et ses trois enfants à bord ont porté[...]

Vol AH5017 : l'identification des victimes peut prendre "des années"

Une semaine après le crash de l'avion d'Air Algérie, le directeur de la police judiciaire algérienne a affirmé jeudi que l'identification de l'ensemble des victimes prendra "peut-être des[...]

Du Maroc à l'Égypte, opération barricades contre le terrorisme

Face à la menace de multiples groupes armés, les pays d'Afrique du Nord se retranchent derrière leurs frontières. Mais la nécessité de passer à l'offensive se fait de plus[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Vol AH 5017 : une "chute vertigineuse de 10 000 mètres en 3 minutes"

Les images radar du contrôle aérien burkinabè révèlent que le MD-83 du vol AH 5017 d'Air Algérie a chuté en quelques minutes après avoir tenté d'éviter un orage.[...]

Vol AH5017 : comment les Burkinabè ont trouvé la zone du crash

Dès que l'alerte a été donnée au sujet de la disparition du vol AH 5017, les militaires burkinabè n'ont pas ménagé leurs efforts pour retrouver la trace du DC-9[...]

Maghreb : sur les routes du jihad pour la Syrie ou l'Irak

Ils sont des milliers à partir depuis Rabat, Tunis, Alger ou Tripoli pour rejoindre la Syrie ou l'Irak. Qui sont-ils ? Pourquoi partent-ils ? Quelles routes empruntent-ils ? "Jeune Afrique" a [...]

L'analyse des boîtes noires du vol AH 5017 pourrait prendre "plusieurs semaines"

Selon Frédéric Cuvillier, secrétaire d'État français aux transports, l'analyse des boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé jeudi dernier au Mali[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers