Extension Factory Builder
26/10/2012 à 14:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La famille Tampi. La famille Tampi. © Olympe Production

La nouvelle saison de la série béninoise "Deuxième Bureau" est en tournage. Au scénario : l'écrivain Florent Couao-Zotti.

Surtout, ne lui dites pas que « deuxième bureau » rime avec Afrique. « C'est un phénomène mondial ! » rétorque malicieusement Florent Couao-Zotti. Le célèbre écrivain béninois, auteur de Si la cour du mouton est sale, ce n'est pas au cochon de le dire, rempile dans le rôle de scénariste pour la seconde saison de la série franco-béninoise au nom si évocateur.

L'expression familière « avoir un deuxième bureau » est aujourd'hui entrée dans le langage commun de nombreux pays d'Afrique subsaharienne et signifie tromper son épouse ou sa petite amie. Prudent, le romancier tente même d'en expliquer l'origine : « C'est à prendre avec des pincettes, mais on dit que cette expression a été inventée par une Ivoirienne. Son mari, rentrant tardivement tous les soirs en prétextant avoir beaucoup de travail au bureau, elle lui aurait lancé un jour : "Dis plutôt que c'est ton deuxième bureau !" »

Simple formule ou réel phénomène de société, le thème inspire depuis des années romanciers, cinéastes et chanteurs. Florent Couao-Zotti ne s'y est pas trompé en en faisant le point de départ d'une série dont la première saison a été diffusée en 2008. « La saison 1 était avant tout un essai, puisqu'il n'y avait que 7 épisodes. Nous avons pris le temps pour réfléchir à une nouvelle formule afin d'aller plus loin. »

Humour

Résultat : 26 nouveaux épisodes de vingt-six minutes chacun. Le tournage a débuté en août, et la diffusion est prévue pour début 2013 sur une cinquantaine de chaînes du réseau Canal France International. Les acteurs, une vingtaine, sont pour la plupart des stars béninoises de la télévision comme Patrick Smith, Marguerite Johnson, Akala Akambi ou Delphine Abo. Sanvi Panou, le réalisateur togolais qui avait déjà réalisé la précédente saison, a également répondu présent. Pour les initiateurs du projet, le défi est de taille : sortir des sentiers battus, apporter une originalité face à des indéboulonnables du genre comme la série ivoirienne Ma famille. « C'est une série culte, qui a fait école. Mais les gens se sont lassés, car ils ont senti que cela tournait en rond et qu'il n'y avait pas de renouvellement », avance le romancier.

Parfois, il faut mettre des claques aux hommes pour les réveiller de leur bêtise.

Florent Couao-Zotti

 

Dans Deuxième Bureau, tout se passe autour de la famille Tampi. Léonard, la cinquantaine bien installée, tente de reconquérir son épouse, Délalie, qui vient de le quitter à cause de ses infidélités répétées. Leurs deux enfants, Ayoko et Chris, s'emploient à raisonner des parents à leur goût trop peu soucieux des valeurs familiales. Autour d'eux, des maîtresses prêtes à tout pour faire perdre la tête au père de famille. Scènes de ménage, amour, argent, mais aussi internet, chantage et photos coquines volées : tout en gardant son intemporalité, l'histoire s'inscrit dans l'air du temps.

« Dans la première saison, les femmes donnaient l'impression d'être de simples objets aux mains des hommes. Cette fois-ci, elles prennent le pouvoir », s'exclame Florent Couao-Zotti. Il ajoute : « Épouses ou maîtresses, elles décident d'en faire voir de toutes les couleurs aux hommes. Ce sont elles les manipulatrices. »

Le scénariste confie avoir voulu dénoncer les dérives des deuxième, troisième, voire quatrième bureau et leurs conséquences néfastes pour les familles. Est-il pour autant féministe ? À cette question, l'amoureux des mots choisit l'esquive et explique, non sans humour : « Je ne sais pas si je suis du côté des femmes. Mais je me dis parfois qu'il faut mettre des claques aux hommes pour les réveiller de leur bêtise ! » À bon entendeur. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Bénin

Angélique Kidjo : 'Les femmes sont la colonne vertébrale de l'Afrique'

Angélique Kidjo : "Les femmes sont la colonne vertébrale de l'Afrique"

Bourrée d'énergie, la chanteuse béninoise Angélique Kidjo enchaîne les albums et les missions humanitaires. Dans son treizième opus, elle loue la beauté des Africaines et leu[...]

Photographie : Samuel Fosso, un dandy à Cotonou

La Fondation Zinsou présente, jusqu'à fin juillet, des autoportraits du photographe Samuel Fosso. À découvrir également, les clichés en noir et blanc - moins connus - de ses[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Christian Djohossou alias "Le R" : informatique et liberté (de rapper)

D'origine béninoise, ce jeune rappeur installé au Canada reste à l'écoute des rythmes de l'Afrique et de la rumeur de ses guerres.[...]

Orange - DGSE : Africains, téléphonez, la France vous espionne !

Grâce à un "implant espion", la France est soupçonnée d’avoir mis en place depuis 2009 une vaste opération de piratage informatique notamment en Côte d'Ivoire et en[...]

Retombées radioactives sans retombées médiatiques

Le vent des années 60 a transporté un nuage radioactif, après un essai nucléaire français en Algérie. Mais qui sème le vent ne récolte pas toujours la tempête.[...]

Nucléaire : révélations sur les retombées radioactives de la bombe A française en Afrique

Des documents récemment déclassifiés par le ministère français de la Défense apportent un éclairage nouveau sur l'étendue des retombées radioactives des essais[...]

Vidéos : Cotonou, Le Cap, Antananarivo, Sfax... l'Afrique est "Happy"!

Les bonnes vibrations du tube de Pharell Williams, "Happy", se répandent tout autour de la planète. De Tunis au Cap en passant par Cotonou et Antananarivo, les internautes se mettent en scène en[...]

Bénin - Affaire Talon : les couteaux sont tirés

Le Bénin s'apprête à s'adresser directement à la ministre française de la Justice, Christiane Taubira, pour obtenir un procès de Patrice Talon pour tentative d'empoisonnement de Boni[...]

Bénin : les béni-oui-oui de Boni Yayi

Lui-même pasteur d'une Église de Cotonou, le chef de l'État béninois, Boni Yayi, s'est entouré de ministres qui partagent ses convictions religieuses.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces