Extension Factory Builder
26/10/2012 à 14:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La famille Tampi. La famille Tampi. © Olympe Production

La nouvelle saison de la série béninoise "Deuxième Bureau" est en tournage. Au scénario : l'écrivain Florent Couao-Zotti.

Surtout, ne lui dites pas que « deuxième bureau » rime avec Afrique. « C'est un phénomène mondial ! » rétorque malicieusement Florent Couao-Zotti. Le célèbre écrivain béninois, auteur de Si la cour du mouton est sale, ce n'est pas au cochon de le dire, rempile dans le rôle de scénariste pour la seconde saison de la série franco-béninoise au nom si évocateur.

L'expression familière « avoir un deuxième bureau » est aujourd'hui entrée dans le langage commun de nombreux pays d'Afrique subsaharienne et signifie tromper son épouse ou sa petite amie. Prudent, le romancier tente même d'en expliquer l'origine : « C'est à prendre avec des pincettes, mais on dit que cette expression a été inventée par une Ivoirienne. Son mari, rentrant tardivement tous les soirs en prétextant avoir beaucoup de travail au bureau, elle lui aurait lancé un jour : "Dis plutôt que c'est ton deuxième bureau !" »

Simple formule ou réel phénomène de société, le thème inspire depuis des années romanciers, cinéastes et chanteurs. Florent Couao-Zotti ne s'y est pas trompé en en faisant le point de départ d'une série dont la première saison a été diffusée en 2008. « La saison 1 était avant tout un essai, puisqu'il n'y avait que 7 épisodes. Nous avons pris le temps pour réfléchir à une nouvelle formule afin d'aller plus loin. »

Humour

Résultat : 26 nouveaux épisodes de vingt-six minutes chacun. Le tournage a débuté en août, et la diffusion est prévue pour début 2013 sur une cinquantaine de chaînes du réseau Canal France International. Les acteurs, une vingtaine, sont pour la plupart des stars béninoises de la télévision comme Patrick Smith, Marguerite Johnson, Akala Akambi ou Delphine Abo. Sanvi Panou, le réalisateur togolais qui avait déjà réalisé la précédente saison, a également répondu présent. Pour les initiateurs du projet, le défi est de taille : sortir des sentiers battus, apporter une originalité face à des indéboulonnables du genre comme la série ivoirienne Ma famille. « C'est une série culte, qui a fait école. Mais les gens se sont lassés, car ils ont senti que cela tournait en rond et qu'il n'y avait pas de renouvellement », avance le romancier.

Parfois, il faut mettre des claques aux hommes pour les réveiller de leur bêtise.

Florent Couao-Zotti

 

Dans Deuxième Bureau, tout se passe autour de la famille Tampi. Léonard, la cinquantaine bien installée, tente de reconquérir son épouse, Délalie, qui vient de le quitter à cause de ses infidélités répétées. Leurs deux enfants, Ayoko et Chris, s'emploient à raisonner des parents à leur goût trop peu soucieux des valeurs familiales. Autour d'eux, des maîtresses prêtes à tout pour faire perdre la tête au père de famille. Scènes de ménage, amour, argent, mais aussi internet, chantage et photos coquines volées : tout en gardant son intemporalité, l'histoire s'inscrit dans l'air du temps.

« Dans la première saison, les femmes donnaient l'impression d'être de simples objets aux mains des hommes. Cette fois-ci, elles prennent le pouvoir », s'exclame Florent Couao-Zotti. Il ajoute : « Épouses ou maîtresses, elles décident d'en faire voir de toutes les couleurs aux hommes. Ce sont elles les manipulatrices. »

Le scénariste confie avoir voulu dénoncer les dérives des deuxième, troisième, voire quatrième bureau et leurs conséquences néfastes pour les familles. Est-il pour autant féministe ? À cette question, l'amoureux des mots choisit l'esquive et explique, non sans humour : « Je ne sais pas si je suis du côté des femmes. Mais je me dis parfois qu'il faut mettre des claques aux hommes pour les réveiller de leur bêtise ! » À bon entendeur. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Bénin

Boko Haram : pourquoi la coopération régionale patine

Boko Haram : pourquoi la coopération régionale patine

L'Assemblée nationale tchadienne a autorisé vendredi à l'unanimité l'envoi de soldats tchadiens au Cameroun et au Nigeria pour lutter contre le groupe islamiste Boko Haram. De quoi redynamiser la coop[...]

Marche "Je suis Charlie" : les couacs des présidents africains

Absents ou présents, les dirigeants africains ont, à leur manière, fait l’actualité de la manifestation parisienne en mémoire des victimes de "Charlie Hebdo"…[...]

Bénin : Reckya Madougou, pasionaria de l'économie sociale

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

France : la "marche républicaine" des dirigeants africains à Paris

Plusieurs présidents et ministres du continent ont défilé dimanche à Paris aux côtés de dirigeants du monde entier pour la "marche républicaine" contre le terrorisme. De la[...]

Bénin : Angélique Kidjo, diva engagée

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Élections au Bénin : très chère Lepi

À quatre mois des législatives et à quinze mois de la présidentielle - sans parler des élections locales censées se tenir depuis près de deux ans mais qui ne sont[...]

Bénin : Patrice Talon contre Boni Yayi, c'est reparti !

On croyait le contentieux apuré entre l'homme d'affaires Patrice Talon et le président béninois Thomas Boni Yayi depuis que le second avait accordé son pardon au premier, en mai 2014. Il[...]

Bénin : le procès du trafic de bébés s'ouvrira le 2 janvier à Niamey

Le procès de l'ex-président du Parlement du Niger et opposant, Hama Amadou, et d'une vingtaine de personnes dont son épouse, impliquées dans un présumé trafic international de[...]

Bénin : un réfugié burkinabè nommé François Compaoré

Disparu de la circulation depuis la démission de son frère Blaise, le 31 octobre dernier, François Compaoré a refait surface. "Jeune Afrique" a retrouvé sa trace... près de[...]

Abdoulaye Bio-Tchané : "Le chômage des jeunes est un enjeu de sécurité nationale"

L’économiste béninois, président du Fonds africain de garantie, pose un regard lucide sur les défis économiques et sociaux que son pays doit relever.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2702p085.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2702p085.xml0 from 172.16.0.100