Extension Factory Builder
26/10/2012 à 15:51
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Norodom Sihanouk a été roi du Cambodge pendant plus de 60 ans. Norodom Sihanouk a été roi du Cambodge pendant plus de 60 ans. © Reuters

Cofondateur du Mouvement des non-alignés, Norodom Sihanouk, l'ancien souverain khmer, s'est éteint le 15 octobre à Pékin au terme d'une vie marquée par d'improbables rebondissements. Il avait 89 ans.

Quand il monte sur le trône, en 1941, adoubé par la France vichyste, il passe pour une marionnette de la puissance coloniale. Aujourd'hui, le monde salue la mémoire de celui qui a maintenu pendant un demi-siècle l'unité d'un Cambodge déchiré par les drames. Roi ou prince, Premier ministre ou chef de l'État, exilé ou prisonnier, cinéaste et musicien, Norodom Sihanouk n'a cessé de changer de casquette, de trajectoire et d'alliés, tout en gardant le cap de l'indépendance nationale.

Il a 18 ans lorsque l'amiral Decoux, gouverneur général de l'Indochine, lui remet la couronne. Le petit-fils du roi Sisowath Monivong fond en larmes : « Je suis trop jeune, je ne m'en sens pas capable. » Il sort du lycée après avoir fréquenté une école de filles, ses parents redoutant qu'il ne fût brutalisé par des enfants turbulents... Le journaliste Jean Lacouture, alors attaché de presse du général Leclerc, fait sa connaissance : « C'était un souverain d'opérette, très gentil, rigolo, qui nous accueillit un saxo à la main. Il vivait dans une ambiance très française. »

Mais le play-boy en costume blanc, s'il restera toute sa vie très francophile, a compris que la marche vers l'émancipation des peuples, que les Japonais lui ont fait miroiter pendant la guerre, est inéluctable. Brusquement, il quitte Phnom Penh, sa capitale, pour Angkor, celle de l'Empire khmer (IXe-XVe siècle), d'où il lance une campagne mondiale pour l'indépendance, qu'il arrache pacifiquement fin 1953.

Deux ans plus tard, nouveau coup de théâtre : il abdique en faveur de son père pour descendre dans l'arène politique et fonder le Sangkum, une formation socialiste. À la conférence de Bandung, il crée avec l'Égyptien Nasser, le Yougoslave Tito, l'Indonésien Sukarno et l'Indien Nehru le Mouvement des non-alignés.

Putsch

La guerre froide bat son plein. À la guerre d'Indochine succède celle du Vietnam. Tout en prônant la neutralité, Sihanouk laisse les Nord-Vietnamiens et leurs alliés du Viêt-cong établir des bases arrière sur son territoire, au grand dam des Américains. Plus tard, il expliquera avoir agi ainsi pour sauver sa monarchie et contrer l'influence des Khmers rouges - les communistes cambodgiens -, qu'il pourchasse.

Mars 1970. Il est en voyage lorsque le général Lon Nol, chef du gouvernement, le renverse avec la bénédiction des États-Unis. Réfugié à Pékin, Sihanouk accorde son patronage à l'insurrection des Khmers rouges contre le régime usurpateur. Cinq ans plus tard, les troupes de Pol Pot s'emparent de Phnom Penh. Sihanouk rentre au pays avec le titre de chef de l'État. Il est en réalité prisonnier dans son palais, où des gardes « polis et gentils » lui apportent des petits plats français et du foie gras, dont il raffole.

Il ne doit la vie sauve qu'à l'intercession de Mao et de Zhou Enlai, les parrains chinois de Pol Pot. Le Cambodge se transforme en mouroir. Les Khmers rouges vident les villes, ouvrent des camps d'extermination, massacrent près de 2 millions de personnes. L'intervention armée du Vietnam met fin à ce cauchemar en 1979. Évacué en Chine, Sihanouk lance alors avec l'appui de Pékin - ennemi juré de Hanoi - une campagne pour libérer son pays du joug vietnamien, faisant front commun avec ses anciens geôliers khmers rouges, qui avaient tué quatorze de ses enfants et petits-enfants.

En 1991, lorsque la Chine et le Vietnam normalisent leurs relations, un accord international avec les différentes factions cambodgiennes aboutit à une intervention de l'ONU, qui organise des élections. La monarchie constitutionnelle est restaurée. « Je suis incoulable », avait confié un jour cet épicurien qui a longtemps lutté contre un cancer. Sihanouk s'est éteint à Pékin à l'âge de 89 ans, sans rien laisser au hasard (il avait abdiqué en 2004 en faveur de Sihamoni, son fils préféré) et emportant avec lui les mystères d'une vie pleine de sinuosités.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

 Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la pré[...]

Réfugiés africains pour audimat européen

Dans un camp de réfugiés du Darfour, la chaîne Arte tourne un documentaire bimédia "à jouer". Instrumentalisation de la détresse pour une courbe d’audience ? Ou[...]

Malick Ndiaye, le gourou à six cordes

À la tête du label ThinkZik ! depuis quinze ans, le mystérieux et exigeant producteur d'Imany et de Faada Freddy attend plus de la musique africaine.[...]

Art contemporain : rififi autour du prix Orisha

Décerné le 2 octobre à Paris au Béninois Kifouli Dossou, le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain a suscité l'agacement de plusieurs artistes et commissaires.[...]

Algérie : des juges d'instruction français vont enquêter sur l'assassinat d'Hervé Gourdel

Des juges d'instruction français vont enquêter sur l'enlèvement et l'assassinat d'Hervé Gourdel, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

En dépit du départ inattendu de Luc Oursel, pour des raisons thérapeutiques et son remplacement par son numéro deux Philippe Knoche le 22 octobre, l'organigramme d'Areva reste inchangé[...]

Ebola - Dr Eric Leroy : "L'épidémie continue d'évoluer dans le mauvais sens"

Le Dr Éric Leroy est l'un des plus grand spécialistes du virus Ebola. Selon lui, l'épidémie ne sera pas endiguée avant plusieurs mois. Interview.[...]

Brésil : Dilma Rousseff, surprise du chef

Les sondages la donnaient battue au second tour de la présidentielle par la socialiste Marina Silva. Ils se sont lourdement trompés. Avec 41,6 % des suffrages au premier, Dilma Rousseff est bien [...]

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers