Extension Factory Builder
24/10/2012 à 17:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Index contre index, l’affrontement du 16 octobre entre Romney et Obama a été électrique. Index contre index, l’affrontement du 16 octobre entre Romney et Obama a été électrique. © Saul Loeb/AFP

Lors du deuxième débat présidentiel, le candidat républicain comptait bien mettre son adversaire en difficulté en exploitant la mort de quatre Américains en Libye, le 11 septembre. Il en a été pour ses frais.

Que s'est-il vraiment passé lors de l'attaque du consulat américain à Benghazi, le 11 septembre ? On sait que quatre Américains, parmi lesquels l'ambassadeur en Libye, le très apprécié Christopher Stevens, y ont trouvé la mort... Entretenues par les cafouillages de l'administration Obama, les incertitudes sur les circonstances exactes de l'attaque provoquent de belles empoignades, républicains et démocrates s'efforçant d'exploiter politiquement deux questions encore sans réponse : 1. S'agissait-il d'une opération terroriste menée par Al-Qaïda ? 2. L'administration Obama a-t-elle oui ou non sacrifié la sécurité de l'ambassadeur Stevens en refusant la protection supplémentaire qu'il demandait ?

Bien sûr, les partisans de Mitt Romney tentent d'accréditer cette idée. Ils espèrent que « l'affaire Benghazi » plombera Barack Obama comme la prise d'otages à l'ambassade américaine de Téhéran, en 1979, avait contribué à la victoire de Ronald Reagan face à Jimmy Carter. Coïncidence, un film relatant ce tragique épisode vient d'ailleurs de sortir sur les écrans américains...

En 1979, la prise d’otages à l’ambassade de Téhéran avait contribué à la défaite de Carter.

Lors du débat, le deuxième, qui, le 16 octobre, l'a opposé à Obama, Romney a déclenché une belle passe d'armes en accusant Obama de n'avoir jamais évoqué la nature terroriste de l'attaque. Or le 12 septembre, dans les jardins de la Maison Blanche, le président avait bel et bien parlé d'un « acte de terreur ». Romney le contestant vigoureusement, il a fallu que Candy Crowley, la modératrice de CNN, le reprenne en direct. Bref, cette question censée être un embarras pour Obama a tourné à son avantage. Les premiers sondages le confirment : Obama a remporté ce deuxième débat, alors qu'il avait perdu le premier.

Polémiques

Le président a rappelé à son adversaire que celui-ci, quelques heures après l'attaque, s'était empressé d'accuser l'administration d'avoir capitulé devant les extrémistes. Puis il a endossé l'uniforme de commander in chief et a fermement défendu les décisions de son équipe. « Ceux qui s'en prennent aux Américains doivent savoir qu'ils en paieront le prix », a-t-il averti. Sous-entendu : souvenez-vous d'Oussama Ben Laden.

Reste que toutes les incertitudes sur les circonstances de l'attaque sont encore loin d'être levées. Et que les polémiques se poursuivent. À la Chambre des représentants, une commission d'enquête présidée par deux républicains a été mise en place. Devant elle, l'ancien chef de la sécurité de l'ambassade américaine à Tripoli a confirmé qu'un renfort de seize militaires lui avait été refusé, mais il semble que cette demande concernait la seule ambassade, et non le consulat de Benghazi. De toute façon, comme l'a souligné devant la commission le représentant du département d'État, on voit mal comment ces renforts auraient pu permettre de repousser l'assaut de plusieurs dizaines d'hommes très lourdement armés... Et puis les républicains oublient de dire qu'en 2011 et 2012 ils ont rogné de 500 millions de dollars les crédits demandés par l'administration pour sécuriser les ambassades. Même l'implication d'Al-Qaïda, qui paraissait certaine, ne l'est plus autant depuis la parution, le 16 octobre, d'un article du New York Times accréditant la thèse d'une protestation spontanée qui aurait dégénéré - et dans laquelle Al-Qaïda n'aurait donc joué aucun rôle.

La lumière viendra-t-elle du panel d'experts indépendants mis en place par Hillary Clinton ? Peut-être. En attendant, la secrétaire d'État a pris soin d'endosser l'entière responsabilité de l'échec de Benghazi. Et de dédouaner du même coup le candidat-président.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Le Maroc et la France rétablissent leur coopération judiciaire et antiterroriste

Le Maroc et la France rétablissent leur coopération judiciaire et antiterroriste

La France et le Maroc ont décidé samedi de "tourner la page" de près d'un an de brouille diplomatique, en rétablissant leur coopération judiciaire et anti-jihadiste, un réchauffe[...]

France-Maroc : Rabat appelle à tourner la page de la crise diplomatique

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, a appelé samedi à tourner la page de la crise diplomatique entre son pays et la France, confirmant un plein rétablissement de[...]

Chine : la "chasse aux renards" est ouverte

Les autorités ont entrepris de pourchasser jusqu'en Europe ou en Afrique les responsables politiques et économiques convaincus de corruption. Une traque difficile ? Oui, mais extrêmement fructueuse.[...]

Cambodge : le docteur-la-mort, l'aiguille et le sida

Comment plus deux cents villageois de la province de Battambang ont-ils été contaminés par le virus du sida ? Un étrange médecin est dans le collimateur des enquêteurs.[...]

Les sons de la semaine #27 : Moh! Kouyaté, Gradur, J. Martins et Youssou Ndour

Bienvenue dans notre horizon musical de la semaine ![...]

Turquie : misogynes, les islamo-conservateurs de l'AKP ?

La propension des islamo-conservateurs de l'AKP à imposer aux femmes la manière dont elles doivent se comporter ou s'habiller indispose la fraction la plus jeune et citadine de la population. D'autant que les[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

2015, l'année des changements

L'année 2015 est encore dans son premier mois : où nous mène-t-elle ? Quelle direction prend notre monde et dans quel sens se déplace son centre de gravité ? Je me suis posé ces[...]

Peine de mort aux États-Unis : trois questions soulevées par l'exécution de Warren Hill

Un prisonnier africain-américain a été exécuté aux États-Unis mardi 27 janvier. Cet homme, condamné pour meurtre, aurait pu être gracié en raison de son handicap [...]

Livres - Gaston-Paul Effa : "La France est frappée d'amnésie"

L’écrivain franco-camerounais Gaston-Paul Effa restitue, dans "Rendez-vous avec l’heure qui blesse", le destin de Raphaël Élizé, un Martiniquais déporté au camp de [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2702p057.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2702p057.xml0 from 172.16.0.100