Extension Factory Builder
24/10/2012 à 17:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Index contre index, l’affrontement du 16 octobre entre Romney et Obama a été électrique. Index contre index, l’affrontement du 16 octobre entre Romney et Obama a été électrique. © Saul Loeb/AFP

Lors du deuxième débat présidentiel, le candidat républicain comptait bien mettre son adversaire en difficulté en exploitant la mort de quatre Américains en Libye, le 11 septembre. Il en a été pour ses frais.

Que s'est-il vraiment passé lors de l'attaque du consulat américain à Benghazi, le 11 septembre ? On sait que quatre Américains, parmi lesquels l'ambassadeur en Libye, le très apprécié Christopher Stevens, y ont trouvé la mort... Entretenues par les cafouillages de l'administration Obama, les incertitudes sur les circonstances exactes de l'attaque provoquent de belles empoignades, républicains et démocrates s'efforçant d'exploiter politiquement deux questions encore sans réponse : 1. S'agissait-il d'une opération terroriste menée par Al-Qaïda ? 2. L'administration Obama a-t-elle oui ou non sacrifié la sécurité de l'ambassadeur Stevens en refusant la protection supplémentaire qu'il demandait ?

Bien sûr, les partisans de Mitt Romney tentent d'accréditer cette idée. Ils espèrent que « l'affaire Benghazi » plombera Barack Obama comme la prise d'otages à l'ambassade américaine de Téhéran, en 1979, avait contribué à la victoire de Ronald Reagan face à Jimmy Carter. Coïncidence, un film relatant ce tragique épisode vient d'ailleurs de sortir sur les écrans américains...

En 1979, la prise d’otages à l’ambassade de Téhéran avait contribué à la défaite de Carter.

Lors du débat, le deuxième, qui, le 16 octobre, l'a opposé à Obama, Romney a déclenché une belle passe d'armes en accusant Obama de n'avoir jamais évoqué la nature terroriste de l'attaque. Or le 12 septembre, dans les jardins de la Maison Blanche, le président avait bel et bien parlé d'un « acte de terreur ». Romney le contestant vigoureusement, il a fallu que Candy Crowley, la modératrice de CNN, le reprenne en direct. Bref, cette question censée être un embarras pour Obama a tourné à son avantage. Les premiers sondages le confirment : Obama a remporté ce deuxième débat, alors qu'il avait perdu le premier.

Polémiques

Le président a rappelé à son adversaire que celui-ci, quelques heures après l'attaque, s'était empressé d'accuser l'administration d'avoir capitulé devant les extrémistes. Puis il a endossé l'uniforme de commander in chief et a fermement défendu les décisions de son équipe. « Ceux qui s'en prennent aux Américains doivent savoir qu'ils en paieront le prix », a-t-il averti. Sous-entendu : souvenez-vous d'Oussama Ben Laden.

Reste que toutes les incertitudes sur les circonstances de l'attaque sont encore loin d'être levées. Et que les polémiques se poursuivent. À la Chambre des représentants, une commission d'enquête présidée par deux républicains a été mise en place. Devant elle, l'ancien chef de la sécurité de l'ambassade américaine à Tripoli a confirmé qu'un renfort de seize militaires lui avait été refusé, mais il semble que cette demande concernait la seule ambassade, et non le consulat de Benghazi. De toute façon, comme l'a souligné devant la commission le représentant du département d'État, on voit mal comment ces renforts auraient pu permettre de repousser l'assaut de plusieurs dizaines d'hommes très lourdement armés... Et puis les républicains oublient de dire qu'en 2011 et 2012 ils ont rogné de 500 millions de dollars les crédits demandés par l'administration pour sécuriser les ambassades. Même l'implication d'Al-Qaïda, qui paraissait certaine, ne l'est plus autant depuis la parution, le 16 octobre, d'un article du New York Times accréditant la thèse d'une protestation spontanée qui aurait dégénéré - et dans laquelle Al-Qaïda n'aurait donc joué aucun rôle.

La lumière viendra-t-elle du panel d'experts indépendants mis en place par Hillary Clinton ? Peut-être. En attendant, la secrétaire d'État a pris soin d'endosser l'entière responsabilité de l'échec de Benghazi. Et de dédouaner du même coup le candidat-président.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

Plus d'une semaine après avoir sauté dans la Garonne, la nuit du 15 au 16 avril, Raphaël Mobutu, un des enfants de l'ancien président de la RDC (ex-Zaïre) est toujours introuvable. À en croire[...]

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

À six mois de la présidentielle, la sortante est engluée dans une sombre histoire de rachat d'une raffinerie au Texas en 2006. Elle est en baisse dans les sondages mais devrait quand même[...]

Chine : bébés en boîte

En Chine, où n'existent ni protection sociale ni accouchement sous X, des structures d'accueil pour enfants abandonnés - et souvent handicapés - sont mises en place.[...]

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces