Extension Factory Builder
25/10/2012 à 18:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Manifestation contre le chômage, organisée par les jeunes du SPD, à Berlin, en juin. Manifestation contre le chômage, organisée par les jeunes du SPD, à Berlin, en juin. © Ipon-Boness/SIPA

La chancelière allemande briguera l'an prochain un troisième mandat. Seul adversaire à sa mesure : le social-démocrate Peer Steinbrück. Mais, pour l'instant, les choses se présentent au mieux pour Angela Merkel.

À un an des élections fédérales, qui déboucheront sur la désignation d'un nouveau chancelier, les partis allemands se mettent en ordre de bataille. Angela Merkel (Union chrétienne-démocrate, CDU), qui n'a jamais caché son intention de briguer un troisième mandat, connaît désormais le nom de son principal adversaire : Peer Steinbrück (65 ans), désigné par le Parti social-démocrate (SPD) le 28 septembre. Les deux autres prétendants, Frank-Walter Steinmeier et Sigmar Gabriel, ont renoncé pour laisser le champ libre au favori, dont les compétences en économie pourraient se révéler précieuses en ces temps de crise.

Agressif

Merkel et Steinbrück se connaissent bien, le second ayant été le ministre des Finances de la première dans le gouvernement de grande coalition CDU-SPD qui dirigea le pays de 2005 à 2009. Aujourd'hui député, Steinbrück, volontiers agressif et mordant, est un libéral proche de Gerhard Schröder, et un chaud partisan de la rigueur budgétaire. Ce qui ne manque pas de faire grincer quelques dents chez les militants les plus à gauche du SPD. Et de susciter des attaques contre lui.

En plus de ses émoluments de responsable politique, le candidat socialiste perçoit en effet divers « revenus annexes » : publication de livres, tenue de conférences, participation au conseil d'administration de plusieurs grandes entreprises... Sommé de faire la lumière sur le montant exact de ses gains, il a promis de s'astreindre à l'avenir à davantage de transparence et a quitté ses fonctions au sein du groupe sidérurgique ThyssenKrupp. Mais il reste membre du conseil de surveillance du Borussia Dortmund, le célèbre club de football.

Fait plutôt rare en Allemagne, le dernier sondage réalisé le 4 octobre par la chaîne publique ARD montre une nette prédominance des deux grands partis. La CDU/CSU est ainsi créditée de 39 % des intentions de vote, et le SPD de 31 %. Les autres sont loin, qu'il s'agisse des Verts (11 %), de Die Linke (gauche, 7 %), du Parti libéral-démocrate (FDP) ou du Parti pirate (4 % chacun). Les raisons de cette bipolarisation ? La focalisation de l'électorat sur les questions économiques.

Confiance

Pour l'heure, Merkel est la grande favorite. Sa gestion de la crise et sa fermeté à l'égard des pays européens en difficulté sont appréciées. 64 % des Allemands jugent par exemple que le gouvernement est actuellement « entre de bonnes mains » : les siennes. C'est à elle qu'ils font confiance pour les protéger des conséquences de la crise financière, assurer la stabilité de la monnaie, éviter une détérioration de la situation économique et garantir l'emploi. De son côté, Steinbrück apparaît comme le candidat de l'égalité sociale, de l'amélioration du système des retraites et de la gestion de la dette. Mais ces thèmes de campagne n'ont pas encore été vraiment développés.

Pour autant, l'élection n'est pas jouée. Steinbrück a d'emblée évoqué la possibilité d'une coalition avec les Verts, actuellement en pleine campagne des primaires. Quant à la CDU, elle ne peut compter que sur un faible renfort de députés libéraux, le FDP étant actuellement en pleine déconfiture.

La consultation aura lieu entre le 28 août et le 27 octobre 2013. Le chancelier n'est pas élu directement par les Allemands, mais au terme d'un processus complexe, par le Parlement (Bundestag). Il est rare qu'un parti soit assez fort pour gouverner seul. Le petit jeu des coalitions est donc une spécialité allemande.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le m�me sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Le Français Luis Fernandez pourrait signer son contrat de sélectionneur de la Guinée dans le week-end.  [...]

Les sons de la semaine #33 : Les Ambassadeurs du Motel de Bamako, Protoje, FKA Twigs, Kaaris

Bienvenue dans notre d'horizon musical hebdomadaire ![...]

Djibouti : Le Drian viendra... mais plus tard

Très attendue par les autorités comme par les militaires français, la visite de Jean-Yves Le Drian à Djibouti, qui devait avoir lieu au mois d'avril, a été reportée.[...]

Santiago Zannou : un rôle à jouer

De père béninois et de mère espagnole, le réalisateur place l'immigration et le métissage au coeur de ses films. La singularité de ses histoires lui a ouvert les portes du[...]

Yémen : le président Abd Rabbo Mansour Hadi s'est réfugié en Arabie saoudite

Alors que la confusion règnait sur le sort du président Abd Rabbo Mansour Hadi, ce dernier est arrivé jeudi en Arabie saoudite, le jour même où la coalition menée par Ryad[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

Cinéma : Dear White People, chers petits Blancs...

Avec son film "Dear White People", le réalisateur africain-américain Justin Simien dénonce les préjugés raciaux toujours vivaces dans le pays d'Obama... et suscite la[...]

Hervé Ladsous : "Le maintien de la paix ne représente que 0,4% des budgets militaires dans le monde"

Pour la première fois, les chefs d'état-major de 120 pays membres des Nations unies se réunissent vendredi 27 mars à New York pour plancher sur les enjeux complexes du maintien de la paix à[...]

Yémen : les rebelles progressent, le président Hadi en fuite

Alors que l'incertitude régnait sur son sort, le président yéménite, Abd Rabbo Mansour Hadi, a quitté le pays en bateau, ont annoncé des responsables yéménites.[...]

Racisme en Belgique : "Il faut prendre conscience de l'ampleur du problème"

Depuis le lancement du hashtag #dailyracism, de nombreux Belges ont témoigné, sur les réseaux sociaux, du racisme quotidien qu'ils subissent.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2702p056.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2702p056.xml0 from 172.16.0.100