Extension Factory Builder
30/10/2012 à 16:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Béninois Boni Yayi (à gauche) et le Camerounais Paul Byia (au centre). Le Béninois Boni Yayi (à gauche) et le Camerounais Paul Byia (au centre). © Baudouin Manda pour J.A.

Le 13 octobre, en marge du sommet de la Francophonie, le président français François Hollande a rencontré ses homologues comorien, camerounais, congolais, et béninois

Quinze à vingt minutes chacun, dans le petit bureau réservé au président français au sein du Palais du peuple de Kinshasa... C'est ce à quoi ont été conviés, le 13 octobre, en marge du sommet de la Francophonie, les chefs d'État comorien Ikililou Dhoinine, camerounais Paul Biya, congolais Denis Sassou Nguesso et béninois Boni Yayi. Ces rencontres bilatérales avaient toutes été initiées par les homologues africains de François Hollande. Au-delà d'un échange formel sur l'état des relations entre les deux pays, ils permettent aussi aux dirigeants d'évoquer les sujets sensibles.

Avec Dhoinine, reçu en premier, il s'agissait de l'épineux problème des migrants comoriens vers le département français de Mayotte. Tandis que Dhoinine promettait de tout faire pour lutter contre l'immigration clandestine, Paris assurait à Moroni qu'une évolution du « visa Balladur », imposé aux Comoriens et accusé d'être indirectement à l'origine des nombreuses noyades, était à l'étude.

Le cas Thierry Atangana

Paul Biya, qui rencontrait Hollande pour la première fois, a abordé les réformes institutionnelles en cours dans son pays et précisé ses intentions (notamment la mise en place du Sénat et donc le processus constitutionnel de succession), avant que soit évoquée la relation très forte entre Paris et Yaoundé. En marge de ces échanges, François Hollande a tenu à faire savoir l'attention qu'il porte au cas de Thierry Atangana, le Franco-Camerounais emprisonné depuis quinze ans à Yaoundé pour détournement de fonds et à nouveau lourdement condamné au début d'octobre. Réponse de Biya : il ne peut évidemment pas interférer dans une affaire judiciaire...

Troisième chef d'État à être reçu, Denis Sassou Nguesso a commencé par exposer longuement à Hollande son analyse de la situation chez son grand (et parfois encombrant) voisin, la RDC. Il a décrit un pays heurté, en proie à des divisions internes et à des agressions extérieures dont le Congo-Brazzaville était souvent une victime collatérale, en raison des milliers de réfugiés qui traversent le fleuve à la moindre poussée de fièvre. Puis il a soulevé une question bien plus délicate, celle de l'affaire dite des biens mal acquis, que des ONG ont portée devant les tribunaux français. Sans cacher son agacement, le président congolais a expliqué se sentir victime d'un « acharnement » infondé de la part des plaignants et estime injuste que seuls trois pays africains soient dans le collimateur de la justice française, tandis que d'autres, étrangement, sont épargnés par cette vindicte. « Quel est l'intérêt de ces ONG à agir contre nous ? » s'est-il interrogé. Réponse de François Hollande : il ne peut évidemment pas interférer dans des affaires judiciaires...

Enfin, un entretien bilatéral a été improvisé à la dernière minute avec Boni Yayi, en sa qualité de président de l'Union africaine. Les deux hommes commencent à se connaître, puisque c'est la cinquième fois qu'ils se croisent depuis l'arrivée au pouvoir de l'hôte de l'Élysée. Avec, à chaque fois, à l'ordre du jour, la crise malienne, sur laquelle ils partagent le même point de vue : l'organisation continentale doit s'investir davantage aux côtés de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao).

_____

Élise Colette, envoyée spéciale (@elizco)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Ignorantus, ignoranta...

Au début de ce mois, j'ai rencontré tout à fait par hasard un ancien collègue de l'ex-télévision nationale Télé Zaïre. Belle occasion pour nous de ressasser le p[...]

Nigeria : la ville de Maiduguri doit-elle craindre une nouvelle attaque de Boko Haram ?

Boko Haram s'approche dangereusement de Maiduguri. Après la prise d'une nouvelle localité dimanche dans le nord-est du Nigeria par le groupe islamiste, l'étau se resserre autour de la capitale de l'État[...]

Ebola, Boko Haram, Libye... Les thèmes qui vont dominer le 24e sommet de l'UA

En attendant l’arrivée des chefs d’État et de gouvernement, les 30 et 31 janvier, à Addis-Abeba, les ministres des Affaires étrangères ont commencé, lundi 26 janvier,[...]

Gambie : ils voulaient renverser Jammeh

Fin décembre, un petit commando prenait d'assaut le palais présidentiel de Yahya Jammeh, à Banjul. Retour sur une tentative de coup d'État qui a tourné au fiasco.[...]

Niger : des artistes chantent contre les violences communautaires

Dix jours après de graves émeutes anti-chrétiennes consécutives à la publication de la caricature du prophète Mahomet en une du journal "Charlie Hebdo", plusieurs artistes[...]

CAN 2015 : la RDC compte sur ses stars pour la qualification

Après deux matchs nuls face au Cap-Vert (0-0) et à la Zambie (1-1), les Léopards jouent leur place en quarts de finale de la CAN 2015 face à la Tunisie ce lundi (19h). Le sélectionneur Florent[...]

La première vraie polémique de la CAN 2015

Pour le sélectionneur du Gabon, Jorge Costa, le penalty accordée à la Guinée équatoriale était "imaginaire". "C'est une erreur arbitrale qui nous a coûté le[...]

Mali : que viennent faire les leaders de la société civile en Europe ?

Une délégation de la société civile malienne est attendue lundi à Paris où elle doit avoir des échanges avec les autorités françaises, avant de se rendre en Allemagne[...]

Rwanda : où étiez-vous le 6 avril 1994 ?

Rescapée du génocide, la chorégraphe rwandaise multicarte Dorothée Munyaneza mêle tous les arts à sa disposition pour retranscrire ses souvenirs et confronter le spectateur à[...]

Afrique du Sud : nu au Parlement, l'étonnante menace de Julius Malema

Dans le numéro du quotidien "The Star" de ce lundi, Julius Malema, ancien enfant terrible de l'ANC, menace de siéger nu au Parlement si le nouveau règlement intérieur de l'hymicycle[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2702p032_036.xml1 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2702p032_036.xml1 from 172.16.0.100