Extension Factory Builder
30/10/2012 à 16:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Béninois Boni Yayi (à gauche) et le Camerounais Paul Byia (au centre). Le Béninois Boni Yayi (à gauche) et le Camerounais Paul Byia (au centre). © Baudouin Manda pour J.A.

Le 13 octobre, en marge du sommet de la Francophonie, le président français François Hollande a rencontré ses homologues comorien, camerounais, congolais, et béninois

Quinze à vingt minutes chacun, dans le petit bureau réservé au président français au sein du Palais du peuple de Kinshasa... C'est ce à quoi ont été conviés, le 13 octobre, en marge du sommet de la Francophonie, les chefs d'État comorien Ikililou Dhoinine, camerounais Paul Biya, congolais Denis Sassou Nguesso et béninois Boni Yayi. Ces rencontres bilatérales avaient toutes été initiées par les homologues africains de François Hollande. Au-delà d'un échange formel sur l'état des relations entre les deux pays, ils permettent aussi aux dirigeants d'évoquer les sujets sensibles.

Avec Dhoinine, reçu en premier, il s'agissait de l'épineux problème des migrants comoriens vers le département français de Mayotte. Tandis que Dhoinine promettait de tout faire pour lutter contre l'immigration clandestine, Paris assurait à Moroni qu'une évolution du « visa Balladur », imposé aux Comoriens et accusé d'être indirectement à l'origine des nombreuses noyades, était à l'étude.

Le cas Thierry Atangana

Paul Biya, qui rencontrait Hollande pour la première fois, a abordé les réformes institutionnelles en cours dans son pays et précisé ses intentions (notamment la mise en place du Sénat et donc le processus constitutionnel de succession), avant que soit évoquée la relation très forte entre Paris et Yaoundé. En marge de ces échanges, François Hollande a tenu à faire savoir l'attention qu'il porte au cas de Thierry Atangana, le Franco-Camerounais emprisonné depuis quinze ans à Yaoundé pour détournement de fonds et à nouveau lourdement condamné au début d'octobre. Réponse de Biya : il ne peut évidemment pas interférer dans une affaire judiciaire...

Troisième chef d'État à être reçu, Denis Sassou Nguesso a commencé par exposer longuement à Hollande son analyse de la situation chez son grand (et parfois encombrant) voisin, la RDC. Il a décrit un pays heurté, en proie à des divisions internes et à des agressions extérieures dont le Congo-Brazzaville était souvent une victime collatérale, en raison des milliers de réfugiés qui traversent le fleuve à la moindre poussée de fièvre. Puis il a soulevé une question bien plus délicate, celle de l'affaire dite des biens mal acquis, que des ONG ont portée devant les tribunaux français. Sans cacher son agacement, le président congolais a expliqué se sentir victime d'un « acharnement » infondé de la part des plaignants et estime injuste que seuls trois pays africains soient dans le collimateur de la justice française, tandis que d'autres, étrangement, sont épargnés par cette vindicte. « Quel est l'intérêt de ces ONG à agir contre nous ? » s'est-il interrogé. Réponse de François Hollande : il ne peut évidemment pas interférer dans des affaires judiciaires...

Enfin, un entretien bilatéral a été improvisé à la dernière minute avec Boni Yayi, en sa qualité de président de l'Union africaine. Les deux hommes commencent à se connaître, puisque c'est la cinquième fois qu'ils se croisent depuis l'arrivée au pouvoir de l'hôte de l'Élysée. Avec, à chaque fois, à l'ordre du jour, la crise malienne, sur laquelle ils partagent le même point de vue : l'organisation continentale doit s'investir davantage aux côtés de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao).

_____

Élise Colette, envoyée spéciale (@elizco)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Afrique du Sud : les députés partent en campagne contre la xénophobie

Afrique du Sud : les députés partent en campagne contre la xénophobie

Les députés sud-africains ont décidé de ne pas siéger la semaine prochaine pour faire campagne contre la xénophobie dans leurs circonscriptions après les violences ayant fait au m[...]

Côte d'Ivoire - Hervé Renard : "Personnellement, il me manque deux primes"

L’affaire des primes non versées aux champions d’Afrique ivoiriens prend de grosses proportions en Côte d’Ivoire. Hervé Renard, le sélectionneur des Éléphants qui est[...]

Côte d'Ivoire : où sont passées les primes de la CAN 2015 ?

Gros malaise entre la FIF, le gouvernement et le Trésor public ivoiriens. Une grande partie des primes des Éléphants victorieux de la CAN 2015 se serait volatilisée : plus de 700 millions de F CFA sont[...]

Abdoulaye Diop : "La paix pour le Mali passe par l'accord d'Alger"

Abdoulaye Diop, le ministre malien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, revient sur le préaccord d'Alger que la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) refuse toujours de[...]

Nigeria : Tony Allen, l'alchimiste de l'afrobeat

Entre expérimentations sonores, collaborations inattendues et remix pointus, Tony Allen, l'ancien batteur de Fela, n'en finit pas de se réinventer.[...]

Niger : le bilan de l'épidémie de méningite passe de 85 à 129 morts

L'épidémie de méningite progresse au Niger : 129 personnes sont mortes depuis janvier, selon le dernier bilan communiqué par le ministère de la Santé.[...]

RDC : cinq morts après une nouvelle attaque à la machette près de Beni

Le territoire de Beni, région de l'est de la République démocratique du Congo (RDC) a été une nouvelle fois le théâtre de tueries à l'arme blanche, dans la nuit de jeudi[...]

Le 28 avril, le Tchad atteindra le point d'achèvement PPTE

FMI et Banque mondiale devraient annoncer la semaine prochaine l'atteinte du point d'achèvement de l'initiative PPTE, a appris "Jeune Afrique". Une bouffée d'air pour l'économie et le budget du[...]

À la tête de l'Union africaine, Robert Mugabe en profite pour plaider ses causes dans le monde entier

De retour sur le devant de la scène internationale depuis qu'il occupe la présidence tournante de l'Union africaine, le chef de l'État zimbabwéen, Robert Mugabe, multiplie les voyages et profite de[...]

Burundi - Mgr Jean-Louis Nahimana : "On ne peut pas tourner une page sans la lire"

Elle doit enquêter sur les massacres commis de 1962 à 2008, établir les responsabilités, et libérer la parole des victimes. La Commission Vérité et Réconciliation a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2702p032_036.xml1 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2702p032_036.xml1 from 172.16.0.100