Extension Factory Builder
30/10/2012 à 16:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Béninois Boni Yayi (à gauche) et le Camerounais Paul Byia (au centre). Le Béninois Boni Yayi (à gauche) et le Camerounais Paul Byia (au centre). © Baudouin Manda pour J.A.

Le 13 octobre, en marge du sommet de la Francophonie, le président français François Hollande a rencontré ses homologues comorien, camerounais, congolais, et béninois

Quinze à vingt minutes chacun, dans le petit bureau réservé au président français au sein du Palais du peuple de Kinshasa... C'est ce à quoi ont été conviés, le 13 octobre, en marge du sommet de la Francophonie, les chefs d'État comorien Ikililou Dhoinine, camerounais Paul Biya, congolais Denis Sassou Nguesso et béninois Boni Yayi. Ces rencontres bilatérales avaient toutes été initiées par les homologues africains de François Hollande. Au-delà d'un échange formel sur l'état des relations entre les deux pays, ils permettent aussi aux dirigeants d'évoquer les sujets sensibles.

Avec Dhoinine, reçu en premier, il s'agissait de l'épineux problème des migrants comoriens vers le département français de Mayotte. Tandis que Dhoinine promettait de tout faire pour lutter contre l'immigration clandestine, Paris assurait à Moroni qu'une évolution du « visa Balladur », imposé aux Comoriens et accusé d'être indirectement à l'origine des nombreuses noyades, était à l'étude.

Le cas Thierry Atangana

Paul Biya, qui rencontrait Hollande pour la première fois, a abordé les réformes institutionnelles en cours dans son pays et précisé ses intentions (notamment la mise en place du Sénat et donc le processus constitutionnel de succession), avant que soit évoquée la relation très forte entre Paris et Yaoundé. En marge de ces échanges, François Hollande a tenu à faire savoir l'attention qu'il porte au cas de Thierry Atangana, le Franco-Camerounais emprisonné depuis quinze ans à Yaoundé pour détournement de fonds et à nouveau lourdement condamné au début d'octobre. Réponse de Biya : il ne peut évidemment pas interférer dans une affaire judiciaire...

Troisième chef d'État à être reçu, Denis Sassou Nguesso a commencé par exposer longuement à Hollande son analyse de la situation chez son grand (et parfois encombrant) voisin, la RDC. Il a décrit un pays heurté, en proie à des divisions internes et à des agressions extérieures dont le Congo-Brazzaville était souvent une victime collatérale, en raison des milliers de réfugiés qui traversent le fleuve à la moindre poussée de fièvre. Puis il a soulevé une question bien plus délicate, celle de l'affaire dite des biens mal acquis, que des ONG ont portée devant les tribunaux français. Sans cacher son agacement, le président congolais a expliqué se sentir victime d'un « acharnement » infondé de la part des plaignants et estime injuste que seuls trois pays africains soient dans le collimateur de la justice française, tandis que d'autres, étrangement, sont épargnés par cette vindicte. « Quel est l'intérêt de ces ONG à agir contre nous ? » s'est-il interrogé. Réponse de François Hollande : il ne peut évidemment pas interférer dans des affaires judiciaires...

Enfin, un entretien bilatéral a été improvisé à la dernière minute avec Boni Yayi, en sa qualité de président de l'Union africaine. Les deux hommes commencent à se connaître, puisque c'est la cinquième fois qu'ils se croisent depuis l'arrivée au pouvoir de l'hôte de l'Élysée. Avec, à chaque fois, à l'ordre du jour, la crise malienne, sur laquelle ils partagent le même point de vue : l'organisation continentale doit s'investir davantage aux côtés de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao).

_____

Élise Colette, envoyée spéciale (@elizco)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Afrique du Sud : l'armée déployée à Johannesburg pour prévenir de nouvelles violences xénophobes

Afrique du Sud : l'armée déployée à Johannesburg pour prévenir de nouvelles violences xénophobes

Le gouvernement sud-africain a annoncé mardi le déploiement imminent de l’armée pour maintenir l’ordre dans le township d'Alexandra à Johannesburg, et assister la police dans la lutte contre[...]

L'Éthiopie sous le choc de l'assassinat de ses ressortissants chrétiens en Libye

Le Parlement éthiopien devait proclamer mardi dans la matinée le début de trois jours de deuil national à la mémoire des 30 chrétiens assassinés en Libye par l'État[...]

Guinée : l'opposition continue les manifestations malgré l'interdiction

De nouvelles manifestations de l'opposition ont eu lieu lundi en Guinée. Plusieurs personnes ont été blessées.[...]

Djibouti : Guelleh attend John Kerry le 5 mai

Après la visite, il y a un an, de Susan Rice, la conseillère à la Sécurité nationale de Barack Obama, Djibouti s'apprête à recevoir John Kerry, le secrétaire[...]

Afrique du Sud : quand le roi de la nation zouloue dérape...

En sommant les étrangers de "quitter le pays", Goodwill Zwelithini, le roi de la nation zouloue, a mis le feu aux poudres. Depuis, il a démenti ses propos. Trop tard...[...]

Burkina Faso : code électoral sous surveillance

Les conséquences de l'adoption du nouveau code électoral burkinabè - qui exclut des prochaines consultations présidentielle et législatives les partisans de Blaise Compaoré - sont[...]

Que sait-on de la "mystérieuse" maladie qui a fait 18 morts au Nigeria ?

Un mal encore non identifié a causé en quelques jours la mort de dix-huit personnes dans l’État d’Ondo, dans le sud-ouest du Nigeria. Une situation qui suscite les inquiétudes des[...]

Centrafrique : Jean-Jacques Demafouth, qui veut la peau du caméléon ?

Ex-ministre de Patassé, ex-rebelle et aujourd'hui conseiller de Catherine Samba-Panza, il tentait de tirer toutes les ficelles du pouvoir centrafricain. À force, il a fini par faire l'unanimité. Contre[...]

Muhammadu Buhari : "Comment je compte éradiquer Boko Haram"

Quand, dans la nuit du 14 avril 2014, des hommes de Boko Haram ont attaqué une école à Chibok, dans le nord du Nigeria, et kidnappé plus de deux cents jeunes filles, mes compatriotes[...]

Burundi : élections générales, top départ

À quelques semaines des législatives, prélude à la présidentielle de juin, l'opposition, dans les starting-blocks, dénie au chef de l'État le droit de briguer un[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2702p032_036.xml1 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2702p032_036.xml1 from 172.16.0.100