Extension Factory Builder
24/10/2012 à 15:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le 17 octobre 1961, des manifestants algériens, en état d’arrestation, s’entassent dans un bus Le 17 octobre 1961, des manifestants algériens, en état d’arrestation, s’entassent dans un bus © AFP

Il y a cinquante et un ans, à Paris, une manifestation d'Algériens indépendantistes était réprimée dans le sang. François Hollande a officiellement reconnu les faits. Alger salue le geste.

Plus d'un demi-siècle que les Algériens attendaient cela. Dans un communiqué publié le 17 octobre, François Hollande a évoqué la même journée de 1961. « Des Algériens qui manifestaient pour le droit à l'indépendance ont été tués lors d'une sanglante répression. La République reconnaît avec lucidité ces faits », a écrit le président français. C'est la première fois qu'un chef de l'État engage la France sur ce sujet, sans toutefois présenter des excuses.

Ce 17 octobre 1961, à l'appel des indépendantistes du Front de libération nationale (FLN), des dizaines de milliers d'Algériens avaient manifesté pacifiquement à Paris. Selon les historiens, la répression - certains manifestants furent jetés dans la Seine - aurait fait entre 50 et 200 morts et près de 400 disparus. La préfecture de police, alors dirigée par Maurice Papon, prétendit, elle, que l'opération de « maintien de l'ordre » avait coûté la vie à deux personnes.

Si la déclaration de François Hollande a suscité un tollé en France, notamment dans les milieux de la droite, elle a été accueillie avec beaucoup de pudeur en Algérie. Nul triomphalisme, encore moins de surenchère ou de scènes de liesse populaire. Abdelmalek Sellal, le Premier ministre, a sobrement salué « les bonnes intentions de la France », se félicitant qu'elles précèdent la visite du chef de l'État français en Algérie - prévue pour le début de décembre -, dont on attend une redynamisation des relations bilatérales, empoisonnées par les questions mémorielles.

Hormis le FLN, qui s'est réjoui de cette initiative présidentielle, la classe politique, obnubilée par le prochain scrutin municipal, n'a pas jugé utile de commenter. Quant à la population, dont l'écrasante majorité a moins de 50 ans, elle l'a accueillie dans une relative indifférence. Preuve, s'il en était besoin, que les questions mémorielles, agitées de part et d'autre par lobbies et appareils politiques, sont moins insurmontables qu'ils ne le prétendent.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Mali : réouverture des négociations d'Alger, à la recherche d'une 'solution définitive' à la crise

Mali : réouverture des négociations d'Alger, à la recherche d'une "solution définitive" à la crise

Le gouvernement et des groupes armés maliens ont repris lundi les pourparlers d'Alger en vue de ramener la paix dans le nord du pays. Un deuxième round de discussions après la signature fin juillet d'une "[...]

Le complexe gazier d'In Amenas redémarre, 18 mois après l'attaque terroriste

Un an et demi après une attaque terroriste qui a entraîné la mort de 40 salariés et la destruction d'une partie de ses infrastructures, le complexe gazier d'In Amenas, en Algérie, redémarre[...]

Amara Benyounes : "Bouteflika, la Constitution algérienne et nous"

Leader de la troisième force politique du pays, le ministre du Commerce revient sur le processus de révision du texte fondamental. Et détaille les amendements proposés par son mouvement.[...]

Mali : deux diplomates algériens libérés plus de 2 ans après leur rapt

Deux diplomates algériens enlevés en avril 2012 par un groupe islamiste armé au Mali ont été libérés samedi, ont annoncé les autorités algériennes en confirmant[...]

Algérie - Maroc : la déchirure

Tranchées d’un côté, clôture de l’autre. Alors que le fossé entre les deux voisins ne cesse de se creuser, "Jeune Afrique" a enquêté, vingt ans après la[...]

Mali : IBK ne veut plus de la médiation du Burkinabè Compaoré

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta soupçonne Blaise Compaoré de vouloir réintroduire dans le jeu Iyad Ag Ghaly, le chef d'Ansar Eddine.[...]

Mort d'Ebossé : ce que l'Algérie doit faire pour en finir avec les "supportueurs"

Le décès d’Albert Ebossé (24 ans), l’attaquant camerounais de la JS Kabylie, atteint mortellement par un projectile lancé par un supporteur samedi à l’issue de la rencontre[...]

Algérie : ma fortune pour un yacht !

Dernière tendance algéroise : se procurer un bateau et s'échapper en mer le week-end. Médecins, avocats... Pour quelques dizaines de milliers d'euros, ils sont de plus en plus nombreux à[...]

Algérie - Cameroun : la dépouille d'Albert Ebossé transférée vendredi à Douala

Le corps du footballauer camerounais Albert Ebossé sera transféré vendredi à Douala, au Cameroun, où il devrait arriver dans l'après-midi. Le joueur est décédé[...]

L'Algérie prépare un programme d'investissements de 260 milliards de dollars

 L'Algérie prépare le lancement d'un nouveau programme d'investissements quinquennal. D'un montant de 260 milliards de dollars, ce plan, qui court jusqu'à 2019, vise à faire de l'Algérie une[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex