Extension Factory Builder
24/10/2012 à 15:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le 17 octobre 1961, des manifestants algériens, en état d’arrestation, s’entassent dans un bus Le 17 octobre 1961, des manifestants algériens, en état d’arrestation, s’entassent dans un bus © AFP

Il y a cinquante et un ans, à Paris, une manifestation d'Algériens indépendantistes était réprimée dans le sang. François Hollande a officiellement reconnu les faits. Alger salue le geste.

Plus d'un demi-siècle que les Algériens attendaient cela. Dans un communiqué publié le 17 octobre, François Hollande a évoqué la même journée de 1961. « Des Algériens qui manifestaient pour le droit à l'indépendance ont été tués lors d'une sanglante répression. La République reconnaît avec lucidité ces faits », a écrit le président français. C'est la première fois qu'un chef de l'État engage la France sur ce sujet, sans toutefois présenter des excuses.

Ce 17 octobre 1961, à l'appel des indépendantistes du Front de libération nationale (FLN), des dizaines de milliers d'Algériens avaient manifesté pacifiquement à Paris. Selon les historiens, la répression - certains manifestants furent jetés dans la Seine - aurait fait entre 50 et 200 morts et près de 400 disparus. La préfecture de police, alors dirigée par Maurice Papon, prétendit, elle, que l'opération de « maintien de l'ordre » avait coûté la vie à deux personnes.

Si la déclaration de François Hollande a suscité un tollé en France, notamment dans les milieux de la droite, elle a été accueillie avec beaucoup de pudeur en Algérie. Nul triomphalisme, encore moins de surenchère ou de scènes de liesse populaire. Abdelmalek Sellal, le Premier ministre, a sobrement salué « les bonnes intentions de la France », se félicitant qu'elles précèdent la visite du chef de l'État français en Algérie - prévue pour le début de décembre -, dont on attend une redynamisation des relations bilatérales, empoisonnées par les questions mémorielles.

Hormis le FLN, qui s'est réjoui de cette initiative présidentielle, la classe politique, obnubilée par le prochain scrutin municipal, n'a pas jugé utile de commenter. Quant à la population, dont l'écrasante majorité a moins de 50 ans, elle l'a accueillie dans une relative indifférence. Preuve, s'il en était besoin, que les questions mémorielles, agitées de part et d'autre par lobbies et appareils politiques, sont moins insurmontables qu'ils ne le prétendent.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

La France échoue à redevenir le premier fournisseur de l'Algérie

La France échoue à redevenir le premier fournisseur de l'Algérie

 La France a échoué en 2014 à reconquérir la place de premier fournisseur de l'Algérie, ravie pour la première fois par la Chine l'année précédente. Avant de la p[...]

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Après l’Égypte (2010), la Côte d’Ivoire (2011), la Zambie (2012) et le Nigeria (2013), l’Algérie, huitième de finaliste de la Coupe du monde et facilement qualifiée pour[...]

Algérie : le gendarme de la Bourse suspend l'entrée de Cevital au capital de NCA Rouiba

 La Cosob justifie la suspension par l'attente de la décision de l'État algérien d'exercer (ou pas) son droit de préemption. Une décision liée au statut étranger du[...]

Signature d'une convention franco-algérienne sur la formation des imams

Bientôt les imams algériens envoyés en France seront formés pour être en "harmonie avec les exigences de la République" française. C'est ce que stipule, entre autres, la[...]

Infrastructures : les 10 projets africains qui ont marqué 2014

Le cabinet d'audit et de conseil KPMG vient de publier l'édition 2014 de son classement des 100 projets d'infrastructure de "classe mondiale". Une dizaine d'entre eux se trouvent sur le continent. Revue de[...]

Internet : Bouteflika, Kabila, Bongo... Noms de domaines en solde !

Alibongo.com, josephkabila.com, abdelazizbouteflika.com… Des noms de domaine de premier niveau (les .com) de certains chefs d'État africains qui n'ont pas eu la diligence de les réserver à temps sont en[...]

Algérie : El-Para et l'argent des otages du GSPC

Abderrazak el-Para, l'ex-émir du GSPC, a finalement confirmé que l'Allemagne avait versé une rançon de 5 millions d'euros en 2003.[...]

Devant la chute des cours du pétrole, l'Algérie change de ton

La chute du cours du pétrole en dessous de 60 dollars et la perspective d’un prix bas à moyen terme ont ébranlé l'assurance de l'Algérie. Le ton est désormais à l'urgence et[...]

Algérie : au Val-de-Grâce, un Bouteflika peut-il en cacher un autre ?

La santé d'Abdelaziz Bouteflika a une nouvelle fois fait parler d'elle mardi. Selon des médias algériens, le président algérien aurait été hospitalisé une nouvelle fois au[...]

Algérie : une autoroute nommée scandale

Pots-de-vin, rétrocommissions, prestataires et intermédiaires troubles... Cinq ans après l'ouverture de l'instruction, "le projet du siècle" est en passe de devenir l'une des plus[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers