Extension Factory Builder
25/10/2012 à 13:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mohammed VI en visite dans le camp de réfugiés syriens de Zaâtari en Jordanie. Mohammed VI en visite dans le camp de réfugiés syriens de Zaâtari en Jordanie. © Salah Malkawi pour J.A.

Au menu de la tournée moyen-orientale du roi du Maroc Mohammed VI, les investissements et la crise syrienne. Avec un fil rouge : renforcer le partenariat entre Rabat et le Conseil de coopération du Golfe.

En mai 2011, l'offre faite au Maroc et à la Jordanie de rejoindre le Conseil de coopération du Golfe (CCG) avait fait jaser, puis sourire. On se demandait alors ce que viendraient faire ces deux États dans le club très fermé des pétromonarchies. Pourtant, le royaume chérifien a finalement ouvert, quelques mois plus tard, un partenariat stratégique avec le CCG. Ce cadre de coopération prévoit notamment le financement de projets de développement à hauteur de 5 milliards de dollars (3,8 milliards d'euros) sur cinq ans.

C'est donc sans surprise que la visite de Mohammed VI dans la région a fait la part belle aux affaires. L'importante délégation marocaine, composée de conseillers royaux et de membres du gouvernement, a parlé infrastructures, énergie, nouvelles technologies, banque et industrie. Dans un contexte de crise économique en Europe, Rabat cherche des relais d'investissement et s'appuie pour cela sur ses bonnes relations avec les monarchies du Golfe, notamment les Émirats arabes unis et l'Arabie saoudite - dont le roi, Abdallah, qui séjourne régulièrement au Maroc, était encore à Bouskoura en septembre dernier. L'ampleur de la tournée menée par Mohammed VI en Arabie saoudite, en Jordanie, au Qatar, aux Émirats arabes unis et au Koweït autorise à parler de véritable offensive diplomatique.

Cinq pays visités en dix jours par un roi tour à tour VRP, pèlerin, humanitaire et diplomate…

Première étape : Djeddah, où le souverain est arrivé le 16 octobre au soir. L'occasion de tirer quelques leçons sur le fonctionnement du premier cercle entourant Mohammed VI et sa stratégie d'influence. Lors des entretiens à haut niveau, le conseiller Omar Azziman était au centre, flanqué de ses collègues du cabinet royal : Zoulikha Nasri, Fouad Ali El Himma et Yassir Zenagui. Légèrement en retrait, sept membres du gouvernement Benkirane représentaient les principaux ministères concernés (Affaires étrangères, Affaires islamiques, Économie et Finances, Agriculture, Équipement et Transport, Santé, Énergie). Le pouvoir d'orientation et de coordination de l'entourage royal, jusqu'ici discret, apparaît donc aujourd'hui au grand jour.

Deuxième image, celle de Zoulikha Nasri, voilée pour se conformer à l'étiquette locale, mais au premier rang de la suite du souverain. Elle était à ses côtés à La Mecque, où le roi a accompli la omra, le petit pèlerinage, sous les vivats de badauds à l'accent marocain reconnaissable.

Plus discret, le patron des renseignements extérieurs marocains, Yassine Mansouri, était aussi du voyage. On ne saura rien sur sa rencontre avec le prince Bandar Ibn Sultan, le nouveau chef des services secrets saoudiens, mais la coopération sécuritaire entre les deux pays est certaine.

Bain de foule

À Amman, ensuite, Mohammed VI s'est entretenu avec son homologue, Abdallah II. Ils ont longuement évoqué la crise syrienne lors d'un entretien bilatéral, le 18 octobre, au palais Al-Hummar. Le chef de l'État marocain s'est aussi rendu dans le camp de Zaâtari (nord-est de la Jordanie), où sont hébergés près de 30 000 réfugiés syriens. Mohammed VI a visité un hôpital de campagne mis en place par l'armée marocaine, écoutant les explications des gradés, se penchant au chevet de jeunes accouchées, s'enquérant de l'état de santé d'enfants soignés sur place. Le souverain s'est même offert un bain de foule parmi les réfugiés, dans une belle cohue. L'occasion de marquer sa solidarité avec le peuple syrien et de projeter, au-delà des frontières, l'image d'un roi humble et proche des gens.

Quelques heures après la diffusion de ces images sur les sites web et les réseaux sociaux, les réactions à ce début de tournée diplomatique étaient globalement enthousiastes.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Finance : Casablanca gagne 11 places dans l'indice GFCI

Finance : Casablanca gagne 11 places dans l'indice GFCI

 Casablanca a fait un bond de 11 places et se hisse désormais à la 51e place du GFCI, le classement des places financières internationales (GFCI), devant Maurice, Moscou, Dublin et Madrid.[...]

Islamistes marocains : un modèle nommé AKP

Séduits par l'expérience concluante de leurs homologues turcs, les islamistes du PJD tentent, depuis 2007, de reproduire la recette AKP. Mais ils doivent composer avec un contexte politique radicalement [...]

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Sans renier l'héritage de son père, indéboulonnable ministre de Hassan II, Abdelmalek Alaoui ne doit sa réussite qu'à son talent. Fondateur de Global Intelligence Partners, il[...]

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

À l'occasion du sommet sur le climat organisé le 23 septembre à New York par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "Jeune Afrique" publie sa carte des 15 lieux les plus[...]

"Les Tribulations du dernier Sijilmassi" : "burn out" sous le burnous avec Fouad Laroui

Qui n'a jamais eu envie de changer de vie ? Un ingénieur marocain, héros du dernier livre de notre collaborateur Fouad Laroui, en lice pour le Goncourt, y est bien résolu. Mais de la coupe aux[...]

À Paris, deux expositions réconcilient la France et le Maroc

Deux grandes expositions sont programmées au Louvre et à l'Institut du monde arabe sur le Maroc à partir de la mi-octobre. Rabat et Paris se reconnectent loin de la brouille diplomatique.[...]

Maroc : le rappeur Mouad Belghawat, alias Lhaqed, est sorti de prison

Le rappeur marocain Mouad Belghawat est libre. Lhaqued, de son surnom, est sorti de prison jeudi après avoir purgé une peine de quatre mois pour atteinte à agent des forces de l'ordre.[...]

Maroc : nouveaux appels a l'abandon des poursuites contre le journaliste Ali Anouzla

À l'occasion du premier anniversaire de l'interpellation d'Ali Anouzla, journaliste marocain poursuivi pour aide au terrorisme, son comité de soutien et 12 ONG tunisiennes ont de nouveau réclamé[...]

Maroc : la relève de l'Amazigh Power

Artistes, écrivains ou acteurs associatifs, ils incarnent une nouvelle génération de militants qui se battent pour que la composante berbère de l'identité nationale se traduise dans tous[...]

Maroc : Bouhcine Foulane, 34 ans, la musique amazigh

Ils veulent faire revivre la musique amazigh sous un aspect moderne. Ribab Fusion - le ribab est une sorte de violon à corde unique typiquement amazigh -, ce sont six musiciens âgés de 26 à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex