Extension Factory Builder
18/10/2012 à 15:56
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un conteur atypique aux films politiquement incorrects. Un conteur atypique aux films politiquement incorrects. © J.A

Alors que "La Pirogue", saluée à Cannes, sort sur les écrans français, le cinéaste sénégalais sait qu'il n'a pas le droit de décevoir.

Seul Africain du sud du Sahara sélectionné pour présenter un film au dernier festival de Cannes, on pouvait imaginer Moussa Touré comblé par cet honneur. Lorsqu'on l'avait rencontré à la veille de la projection de La Pirogue, majestueux dans son boubou blanc, avec sur la tête son éternelle coiffe colorée, il nous avait surtout paru angoissé par le jugement des professionnels du septième art. Le « verdict » fut très favorable. Pourtant, ce faux décontracté raconte aujourd'hui de sa voix douce que ce n'est pas pendant mais après son séjour sur la Croisette que « la pression » a atteint son maximum. Même s'il a déjà une longue carrière derrière lui, il lui faut désormais « être plus exigeant encore » pour ne pas décevoir.

C'est tout jeune, alors qu'il vivait dans la médina de Dakar, que Moussa Touré est tombé dans le cinéma. Ses parents étaient d'incorrigibles cinéphiles. Et c'est tout naturellement que sa mère le présenta, encore adolescent, à l'une de ses connaissances, le cinéaste sénégalais Johnson Traoré (décédé en 2010), auteur de films engagés. Lequel laissa le très curieux Moussa passer du temps à observer comment se passait un tournage, avant de l'autoriser à s'occuper du matériel. Sa famille subitement ruinée, Touré quitte définitivement les études à l'âge de 14 ans pour gagner sa vie sur les plateaux de cinéma. Il choisit de devenir « machino-électro », car il peut ainsi participer au plus près à la fabrication des films et, surtout, accompagner le jeu des acteurs « entre ombre et lumière ». Lui, l'éclairagiste atypique qui lit les scénarios, se fait vite remarquer pour ses interventions tous azimuts derrière la caméra. D'où, rapidement, une réputation d'assistant hors pair qui lui permet de travailler avec les plus grands. Le Sénégalais Sembène Ousmane (décédé en 2007), le Burkinabè Gaston Kaboré, le Bissau-Guinéen Flora Gomes. Plus tard, il en sera de même avec les réalisateurs français François Truffaut et Bertrand Tavernier.

Risques

Refusant, à l'inverse de tant d'autres de ses collègues, d'aller se perfectionner à Moscou - l'URSS, le « pays de l'espionnage », ne l'attire pas -, il a profité d'une bourse gouvernementale pour passer un an dans les laboratoires Éclair, à Paris. C'est là, d'ailleurs, qu'il va entamer une carrière de réalisateur. Pendant son séjour, il a en effet écrit un scénario quelque peu autobiographique - le regard sur l'Hexagone d'un Sénégalais - pour lequel il a obtenu une avance sur recettes. Ce qui lui a permis de tourner Toubab Bi et de récolter au passage quelques commentaires élogieux : un critique le compare même à Jacques Tati ! Il tournera ensuite, avec l'aide de l'acteur français Bernard Giraudeau, TGV, un long-métrage évoquant avec humour un voyage épique entre Dakar et Conakry dans un taxi-brousse.

Arrive bientôt l'ère du numérique, qui lui permet de tourner avec de tout petits budgets une série de documentaires très remarqués : les femmes violées lors de la guerre civile au Congo-Brazzaville (Nous sommes nombreuses), la polygamie au Sénégal (5x5), la vie des immigrés en Catalogne (Nosaltres, « nous autres » en catalan). Point commun de tous ces films très politiquement incorrects : l'attention portée par le réalisateur aux personnes qu'il filme, le respect absolu qu'il leur manifeste. Pour son retour à la fiction avec La Pirogue, sur les écrans français le 17 octobre, il fait preuve de cette même empathie envers « ses » personnages - des hommes qui veulent à tout prix rejoindre l'Europe par la mer en prenant des risques insensés -, qui, du coup, crèvent l'écran. Ses projets déjà bien avancés - deux documentaires et un film de fiction - verront sans doute ce conteur peu banal privilégier encore une approche humaniste et caustique de la réalité.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Après les délestages, la Senelec voit enfin le bout du tunnel

Avec le redressement de la Senelec, le pays sort de sa crise énergétique. Et mise désormais sur le privé pour augmenter sa production.[...]

Sénégal : Abdoulaye Wade, égaré entre "esclaves" et "anthropophages"

Abdoulaye Wade a publiquement taxé Macky Sall, mardi, de "descendant d'esclaves" et d'"anthropophages" dont les parents "mangeaient les bébés". Une sortie unanimement[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

L'Afrique a-t-elle l'alimentation la plus saine du monde ?

Selon une étude de l'université de Cambridge, qui casse les clichés sur l'Afrique, le continent africain abriterait neuf des dix pays qui mangent le plus sainement au monde. Parmi eux, certains[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Sénégal : Suneor va céder son activité trituration au français Avril

Exclusif : Selon les informations de Jeune Afrique, Advens, actionnaire majoritaire de l'huilier sénégalais Suneor, et le Groupe Avril (ex Sofiproteol) ont signé le 13 février dernier un protocole[...]

Sénégal : l'affaire Wade

Le procès Karim Wade, véritable marathon judiciaire entamé le 31 juillet 2014 à Dakar, s'est achevé ce 19 janvier. Jugement attendu le 23 mars. L'enjeu est[...]

Sénégal : Macky Sall fait les yeux doux à la Casamance

Le président sénégalais a entamé jeudi une tournée d'une semaine en Casamance. Annonces en faveur du tourisme local, développement de son assise politique dans la région,[...]

Sénégal : quand Bibo Bourgi, principal complice présumé de Karim Wade, fait le procès de la CREI

Au dernier jour du procès de Karim Wade, dont le jugement sera rendu le 23 mars, l'homme d'affaires Bibo Bourgi a plaidé sa relaxe seul, sans ses avocats, s'efforçant de déconstruire la théorie[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2701p123.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2701p123.xml0 from 172.16.0.100