Extension Factory Builder
18/10/2012 à 15:56
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un conteur atypique aux films politiquement incorrects. Un conteur atypique aux films politiquement incorrects. © J.A

Alors que "La Pirogue", saluée à Cannes, sort sur les écrans français, le cinéaste sénégalais sait qu'il n'a pas le droit de décevoir.

Seul Africain du sud du Sahara sélectionné pour présenter un film au dernier festival de Cannes, on pouvait imaginer Moussa Touré comblé par cet honneur. Lorsqu'on l'avait rencontré à la veille de la projection de La Pirogue, majestueux dans son boubou blanc, avec sur la tête son éternelle coiffe colorée, il nous avait surtout paru angoissé par le jugement des professionnels du septième art. Le « verdict » fut très favorable. Pourtant, ce faux décontracté raconte aujourd'hui de sa voix douce que ce n'est pas pendant mais après son séjour sur la Croisette que « la pression » a atteint son maximum. Même s'il a déjà une longue carrière derrière lui, il lui faut désormais « être plus exigeant encore » pour ne pas décevoir.

C'est tout jeune, alors qu'il vivait dans la médina de Dakar, que Moussa Touré est tombé dans le cinéma. Ses parents étaient d'incorrigibles cinéphiles. Et c'est tout naturellement que sa mère le présenta, encore adolescent, à l'une de ses connaissances, le cinéaste sénégalais Johnson Traoré (décédé en 2010), auteur de films engagés. Lequel laissa le très curieux Moussa passer du temps à observer comment se passait un tournage, avant de l'autoriser à s'occuper du matériel. Sa famille subitement ruinée, Touré quitte définitivement les études à l'âge de 14 ans pour gagner sa vie sur les plateaux de cinéma. Il choisit de devenir « machino-électro », car il peut ainsi participer au plus près à la fabrication des films et, surtout, accompagner le jeu des acteurs « entre ombre et lumière ». Lui, l'éclairagiste atypique qui lit les scénarios, se fait vite remarquer pour ses interventions tous azimuts derrière la caméra. D'où, rapidement, une réputation d'assistant hors pair qui lui permet de travailler avec les plus grands. Le Sénégalais Sembène Ousmane (décédé en 2007), le Burkinabè Gaston Kaboré, le Bissau-Guinéen Flora Gomes. Plus tard, il en sera de même avec les réalisateurs français François Truffaut et Bertrand Tavernier.

Risques

Refusant, à l'inverse de tant d'autres de ses collègues, d'aller se perfectionner à Moscou - l'URSS, le « pays de l'espionnage », ne l'attire pas -, il a profité d'une bourse gouvernementale pour passer un an dans les laboratoires Éclair, à Paris. C'est là, d'ailleurs, qu'il va entamer une carrière de réalisateur. Pendant son séjour, il a en effet écrit un scénario quelque peu autobiographique - le regard sur l'Hexagone d'un Sénégalais - pour lequel il a obtenu une avance sur recettes. Ce qui lui a permis de tourner Toubab Bi et de récolter au passage quelques commentaires élogieux : un critique le compare même à Jacques Tati ! Il tournera ensuite, avec l'aide de l'acteur français Bernard Giraudeau, TGV, un long-métrage évoquant avec humour un voyage épique entre Dakar et Conakry dans un taxi-brousse.

Arrive bientôt l'ère du numérique, qui lui permet de tourner avec de tout petits budgets une série de documentaires très remarqués : les femmes violées lors de la guerre civile au Congo-Brazzaville (Nous sommes nombreuses), la polygamie au Sénégal (5x5), la vie des immigrés en Catalogne (Nosaltres, « nous autres » en catalan). Point commun de tous ces films très politiquement incorrects : l'attention portée par le réalisateur aux personnes qu'il filme, le respect absolu qu'il leur manifeste. Pour son retour à la fiction avec La Pirogue, sur les écrans français le 17 octobre, il fait preuve de cette même empathie envers « ses » personnages - des hommes qui veulent à tout prix rejoindre l'Europe par la mer en prenant des risques insensés -, qui, du coup, crèvent l'écran. Ses projets déjà bien avancés - deux documentaires et un film de fiction - verront sans doute ce conteur peu banal privilégier encore une approche humaniste et caustique de la réalité.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Coupe du monde de basket-ball : que peuvent faire les Africains ?

Coupe du monde de basket-ball : que peuvent faire les Africains ?

À partir du 30 août, trois équipes africaines participent à la Coupe du monde de basket-ball, en Espagne. Si les Américains sont favoris, et que les Espagnols espèrent également re[...]

RDC - Affaire Chebeya : plainte contre Mwilambwe confirmée au Sénégal

À la suite de la plainte déposée par la FIDH et les familles des victimes dans l'affaire Chebeya début juin, la justice sénégalaise a ouvert mardi une information judicaire à[...]

Assane Dioma Ndiaye : "La CREI viole les principes élémentaires des droits de la défense"

Le président de la Ligue sénégalaise des droits humains voit dans le procès du fils de l'ancien président un "règlement de comptes" orchestré par le régime[...]

Sénégal : colère sur le campus de Dakar

La tension qui régnait depuis des mois à l'université de Dakar est montée d'un cran, le 14 août, avec la mort d'un étudiant lors d'une intervention musclée des forces de[...]

Sénégal : la CREI refuse de laisser partir Bibo Bourgi

La Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) a refusé à l'homme d'affaires Bibo Bourgi, considéré comme le principal complice de Karim Wade, d'aller se faire soigner en France[...]

Sénégal : l'opposant Samuel Sarr arrêté pour offense au chef de l'État

L’opposant et ex-ministre sénégalais de l'Énergie Samuel Sarr, proche de l’ancien président Abdoulaye Wade, a été inculpé et emprisonné pour offense au chef de[...]

Architecture : pourquoi s'approprier l'héritage colonial est une bonne chose

L'héritage achitectural colonial a souvent été délaissé en Afrique. Mais la tendance commence à s'inverser.[...]

CPI : Botswana, Sénégal et Sierra Leone se disputent la présidence de l'Assemblée

L'Assemblée des États parties au statut de Rome doit être présidée par un État africain en 2015. Mais aucun des trois candidats en lice ne se désiste pour un autre.[...]

Tragédie de Thiaroye : réponse à Julien Fargettas

Armelle Mabon est maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Bretagne-Sud. Elle apporte ici ses commentaires à la lettre ouverte de Julien Fargettas au président de [...]

Sénégal : poussée de fièvre politico-militaro-judiciaire

Affaires Karim Wade, Abdoulaye Baldé ou Aissata Tall Sall : le thermomètre politico-judiciaire sénégalais indique une température singulièrement élevée. Et voilà que[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex