Extension Factory Builder
18/10/2012 à 15:56
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un conteur atypique aux films politiquement incorrects. Un conteur atypique aux films politiquement incorrects. © J.A

Alors que "La Pirogue", saluée à Cannes, sort sur les écrans français, le cinéaste sénégalais sait qu'il n'a pas le droit de décevoir.

Seul Africain du sud du Sahara sélectionné pour présenter un film au dernier festival de Cannes, on pouvait imaginer Moussa Touré comblé par cet honneur. Lorsqu'on l'avait rencontré à la veille de la projection de La Pirogue, majestueux dans son boubou blanc, avec sur la tête son éternelle coiffe colorée, il nous avait surtout paru angoissé par le jugement des professionnels du septième art. Le « verdict » fut très favorable. Pourtant, ce faux décontracté raconte aujourd'hui de sa voix douce que ce n'est pas pendant mais après son séjour sur la Croisette que « la pression » a atteint son maximum. Même s'il a déjà une longue carrière derrière lui, il lui faut désormais « être plus exigeant encore » pour ne pas décevoir.

C'est tout jeune, alors qu'il vivait dans la médina de Dakar, que Moussa Touré est tombé dans le cinéma. Ses parents étaient d'incorrigibles cinéphiles. Et c'est tout naturellement que sa mère le présenta, encore adolescent, à l'une de ses connaissances, le cinéaste sénégalais Johnson Traoré (décédé en 2010), auteur de films engagés. Lequel laissa le très curieux Moussa passer du temps à observer comment se passait un tournage, avant de l'autoriser à s'occuper du matériel. Sa famille subitement ruinée, Touré quitte définitivement les études à l'âge de 14 ans pour gagner sa vie sur les plateaux de cinéma. Il choisit de devenir « machino-électro », car il peut ainsi participer au plus près à la fabrication des films et, surtout, accompagner le jeu des acteurs « entre ombre et lumière ». Lui, l'éclairagiste atypique qui lit les scénarios, se fait vite remarquer pour ses interventions tous azimuts derrière la caméra. D'où, rapidement, une réputation d'assistant hors pair qui lui permet de travailler avec les plus grands. Le Sénégalais Sembène Ousmane (décédé en 2007), le Burkinabè Gaston Kaboré, le Bissau-Guinéen Flora Gomes. Plus tard, il en sera de même avec les réalisateurs français François Truffaut et Bertrand Tavernier.

Risques

Refusant, à l'inverse de tant d'autres de ses collègues, d'aller se perfectionner à Moscou - l'URSS, le « pays de l'espionnage », ne l'attire pas -, il a profité d'une bourse gouvernementale pour passer un an dans les laboratoires Éclair, à Paris. C'est là, d'ailleurs, qu'il va entamer une carrière de réalisateur. Pendant son séjour, il a en effet écrit un scénario quelque peu autobiographique - le regard sur l'Hexagone d'un Sénégalais - pour lequel il a obtenu une avance sur recettes. Ce qui lui a permis de tourner Toubab Bi et de récolter au passage quelques commentaires élogieux : un critique le compare même à Jacques Tati ! Il tournera ensuite, avec l'aide de l'acteur français Bernard Giraudeau, TGV, un long-métrage évoquant avec humour un voyage épique entre Dakar et Conakry dans un taxi-brousse.

Arrive bientôt l'ère du numérique, qui lui permet de tourner avec de tout petits budgets une série de documentaires très remarqués : les femmes violées lors de la guerre civile au Congo-Brazzaville (Nous sommes nombreuses), la polygamie au Sénégal (5x5), la vie des immigrés en Catalogne (Nosaltres, « nous autres » en catalan). Point commun de tous ces films très politiquement incorrects : l'attention portée par le réalisateur aux personnes qu'il filme, le respect absolu qu'il leur manifeste. Pour son retour à la fiction avec La Pirogue, sur les écrans français le 17 octobre, il fait preuve de cette même empathie envers « ses » personnages - des hommes qui veulent à tout prix rejoindre l'Europe par la mer en prenant des risques insensés -, qui, du coup, crèvent l'écran. Ses projets déjà bien avancés - deux documentaires et un film de fiction - verront sans doute ce conteur peu banal privilégier encore une approche humaniste et caustique de la réalité.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Sénégal : ci-gît le PDS

En faisant d'un Karim Wade incarcéré depuis près de deux ans son candidat à la prochaine élection présidentielle, le Parti démocratique sénégalais (PDS[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

Sénégal : Macky et le minimandat

Macky Sall l'avait promis pendant sa campagne : il réduirait le mandat présidentiel à 5 ans. Presque 3 ans après son accession au pouvoir, la réforme n'est toujours pas lancée et continue[...]

Sénégal : Vieux Aïdara, "dommage collatéral" de l'affaire Karim Wade

Au lendemain de la condamnation de Karim Wade par la Crei pour enrichissement illicite, Vieux Aïdara, qui est considéré comme l'homme de paille du fils de l'ancien président sénégalais, a[...]

Sénégal : Fadel Barro, génération 2.0

"Y'en a marre", le mouvement fondé par cet ancien journaliste sénégalais, fait des émules dans toute l'Afrique. Son objectif : inciter les jeunes à se conduire en citoyens[...]

Sénégal : la défense de Karim Wade entend "faire juger la CREI" - récit d'un verdict contesté

La Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) a condamné Karim Wade à six ans de prison et ses complices de 5 à dix ans de réclusion. Le jugement est contesté par les[...]

Sénégal : les avocats de Karim Wade vont saisir la Cour suprême

Les avocats de Karim ont annoncé lundi, en début d'après-midi, qu'ils allaient saisir la Cour suprême pour revoir le jugement de la CREI, qui a condamné dans la matinée leur client à[...]

Sénégal : Karim Wade condamné à six ans de prison ferme

Karim Wade a été condamné, lundi, à six ans de prison ferme et 138 milliards de francs CFA d'amende pour enrichissement illicite.[...]

Sénégal : Karim Wade désigné candidat du PDS pour la prochaine présidentielle

À 48 heures du jugement de la Cour de répression de l'enrichissement illicite (Crei), le Parti démocratique sénégalais (PDS) vient de désigner Karim Wade comme candidat officiel en vue[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2701p123.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2701p123.xml0 from 172.16.0.100