Extension Factory Builder
18/10/2012 à 15:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Pendant son discours à l’Institut militaire de Virginie, à Lexington, le 7 octobre. Pendant son discours à l’Institut militaire de Virginie, à Lexington, le 7 octobre. © Evan Vucci/AP/Sipa

Mitt Romney a exposé, le 7 octobre, les grandes lignes de la politique étrangère qu'il entend proposer aux Américains. L'ennui est qu'il en change tous les trois mois !

La politique étrangère de Mitt Romney, c'est un peu comme le sexe des anges : difficile à définir. Est-il un néoconservateur à la Paul Wolfowitz, un réaliste ou un conservateur traditionnel ? Le grand discours qu'il a prononcé à l'Institut militaire de Virginie, le 7 octobre, un peu plus d'une semaine avant le deuxième débat qui l'opposera à Barack Obama, n'a pas permis de trancher.

Certes, sa rhétorique s'apparente clairement à celle de George W. Bush : « Il est de la responsabilité du président des États-Unis d'utiliser la superpuissance de l'Amérique afin de façonner l'Histoire... » Sur le fond, c'est une autre histoire. Certes, il ne ménage pas la politique moyen-orientale d'Obama, qui, quelques semaines après l'attaque du consulat américain à Benghazi, laisserait « l'Amérique à la merci des événements ». De même, il voit dans le retrait des forces américaines d'Afghanistan, en 2014, « un abandon du peuple de ce pays aux mêmes extrémistes qui commanditèrent les attaques du 11 septembre 2001 ». L'ennui est que, il y a peu, il qualifiait le conflit afghan de « guerre d'indépendance » dans laquelle il minimisait le rôle des États-Unis !

Pas de différences majeures avec Obama

Comme Bush, Romney n'est pas avare de simplifications outrancières, comme lorsqu'il parle de lutter contre ceux qui « sont en guerre perpétuelle contre l'Occident ». Interventionniste voire belliqueux, il promet de s'attaquer « dès le lendemain de [son] élection » à la Chine, coupable de sous-évaluer sa monnaie. Quant à la Russie, elle reste pour lui l'ennemi géopolitique principal.

Pourtant, derrière ces rodomontades dont l'objectif essentiel est de se démarquer d'Obama dans un domaine, la politique étrangère, qui ne lui est, tous les sondages le prouvent, pas favorable, il n'y a rien, ou pas grand-chose. Sur la Syrie, il appelle à armer les rebelles, mais omet de préciser si les États-Unis doivent se charger de la tâche. Sur le dossier du nucléaire iranien, il affirme que rien ne devrait séparer la position de son pays de celle d'Israël, mais il ne promet nullement de frapper la République islamique de concert avec ce dernier. Tout juste s'engage-t-il à faire « comprendre à l'Iran que les États-Unis et ses alliés ne toléreront pas son programme nucléaire ». Il brandit même la menace de nouvelles sanctions économiques. Quelle différence avec la politique d'Obama ?

Il ne veut pas être une copie de Bush. Pas question de jouer les va-t-en-guerre en Syrie ou en Iran.

À en croire la directrice d'un think-tank conservateur (dans le New York Times), « le but de Romney était de montrer qu'il ne serait pas une copie de Bush, qu'il ne jouerait pas les va-t-en-guerre en Syrie ou en Iran ». Mais a-t-il les idées très claires sur la politique qu'il entend mener ? La vérité est qu'il change d'opinion comme de chemise. En Virginie, il a déclaré son intention d'établir un État palestinien viable. Or quelques semaines auparavant, dans la fameuse vidéo enregistrée à son insu, il jugeait la chose impossible...

À sa décharge, il n'est guère aidé par son équipe de conseillers, improbable attelage composé de réalistes, tel Robert Zoellick, l'ancien président de la Banque mondiale, et de néoconservateurs purs et durs, comme John Bolton, l'ancien ambassadeur aux Nations unies. Entre les deux, il n'a pas encore tranché. Comme le dit l'un de ses proches conseillers, « nous n'avons aucun intérêt à relancer les guerres intestines qui avaient cours dans l'administration Bush. En tout cas, pas dans le mois précédant l'élection ». C'est donc après le 6 novembre que les Américains - et le monde avec eux - découvriront quel Mitt Romney ils auront élu.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

 Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la pré[...]

Réfugiés africains pour audimat européen

Dans un camp de réfugiés du Darfour, la chaîne Arte tourne un documentaire bimédia "à jouer". Instrumentalisation de la détresse pour une courbe d’audience ? Ou[...]

Malick Ndiaye, le gourou à six cordes

À la tête du label ThinkZik ! depuis quinze ans, le mystérieux et exigeant producteur d'Imany et de Faada Freddy attend plus de la musique africaine.[...]

Art contemporain : rififi autour du prix Orisha

Décerné le 2 octobre à Paris au Béninois Kifouli Dossou, le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain a suscité l'agacement de plusieurs artistes et commissaires.[...]

Algérie : des juges d'instruction français vont enquêter sur l'assassinat d'Hervé Gourdel

Des juges d'instruction français vont enquêter sur l'enlèvement et l'assassinat d'Hervé Gourdel, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

En dépit du départ inattendu de Luc Oursel, pour des raisons thérapeutiques et son remplacement par son numéro deux Philippe Knoche le 22 octobre, l'organigramme d'Areva reste inchangé[...]

Ebola - Dr Eric Leroy : "L'épidémie continue d'évoluer dans le mauvais sens"

Le Dr Éric Leroy est l'un des plus grand spécialistes du virus Ebola. Selon lui, l'épidémie ne sera pas endiguée avant plusieurs mois. Interview.[...]

Brésil : Dilma Rousseff, surprise du chef

Les sondages la donnaient battue au second tour de la présidentielle par la socialiste Marina Silva. Ils se sont lourdement trompés. Avec 41,6 % des suffrages au premier, Dilma Rousseff est bien [...]

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers