Extension Factory Builder
18/10/2012 à 15:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Pendant son discours à l’Institut militaire de Virginie, à Lexington, le 7 octobre. Pendant son discours à l’Institut militaire de Virginie, à Lexington, le 7 octobre. © Evan Vucci/AP/Sipa

Mitt Romney a exposé, le 7 octobre, les grandes lignes de la politique étrangère qu'il entend proposer aux Américains. L'ennui est qu'il en change tous les trois mois !

La politique étrangère de Mitt Romney, c'est un peu comme le sexe des anges : difficile à définir. Est-il un néoconservateur à la Paul Wolfowitz, un réaliste ou un conservateur traditionnel ? Le grand discours qu'il a prononcé à l'Institut militaire de Virginie, le 7 octobre, un peu plus d'une semaine avant le deuxième débat qui l'opposera à Barack Obama, n'a pas permis de trancher.

Certes, sa rhétorique s'apparente clairement à celle de George W. Bush : « Il est de la responsabilité du président des États-Unis d'utiliser la superpuissance de l'Amérique afin de façonner l'Histoire... » Sur le fond, c'est une autre histoire. Certes, il ne ménage pas la politique moyen-orientale d'Obama, qui, quelques semaines après l'attaque du consulat américain à Benghazi, laisserait « l'Amérique à la merci des événements ». De même, il voit dans le retrait des forces américaines d'Afghanistan, en 2014, « un abandon du peuple de ce pays aux mêmes extrémistes qui commanditèrent les attaques du 11 septembre 2001 ». L'ennui est que, il y a peu, il qualifiait le conflit afghan de « guerre d'indépendance » dans laquelle il minimisait le rôle des États-Unis !

Pas de différences majeures avec Obama

Comme Bush, Romney n'est pas avare de simplifications outrancières, comme lorsqu'il parle de lutter contre ceux qui « sont en guerre perpétuelle contre l'Occident ». Interventionniste voire belliqueux, il promet de s'attaquer « dès le lendemain de [son] élection » à la Chine, coupable de sous-évaluer sa monnaie. Quant à la Russie, elle reste pour lui l'ennemi géopolitique principal.

Pourtant, derrière ces rodomontades dont l'objectif essentiel est de se démarquer d'Obama dans un domaine, la politique étrangère, qui ne lui est, tous les sondages le prouvent, pas favorable, il n'y a rien, ou pas grand-chose. Sur la Syrie, il appelle à armer les rebelles, mais omet de préciser si les États-Unis doivent se charger de la tâche. Sur le dossier du nucléaire iranien, il affirme que rien ne devrait séparer la position de son pays de celle d'Israël, mais il ne promet nullement de frapper la République islamique de concert avec ce dernier. Tout juste s'engage-t-il à faire « comprendre à l'Iran que les États-Unis et ses alliés ne toléreront pas son programme nucléaire ». Il brandit même la menace de nouvelles sanctions économiques. Quelle différence avec la politique d'Obama ?

Il ne veut pas être une copie de Bush. Pas question de jouer les va-t-en-guerre en Syrie ou en Iran.

À en croire la directrice d'un think-tank conservateur (dans le New York Times), « le but de Romney était de montrer qu'il ne serait pas une copie de Bush, qu'il ne jouerait pas les va-t-en-guerre en Syrie ou en Iran ». Mais a-t-il les idées très claires sur la politique qu'il entend mener ? La vérité est qu'il change d'opinion comme de chemise. En Virginie, il a déclaré son intention d'établir un État palestinien viable. Or quelques semaines auparavant, dans la fameuse vidéo enregistrée à son insu, il jugeait la chose impossible...

À sa décharge, il n'est guère aidé par son équipe de conseillers, improbable attelage composé de réalistes, tel Robert Zoellick, l'ancien président de la Banque mondiale, et de néoconservateurs purs et durs, comme John Bolton, l'ancien ambassadeur aux Nations unies. Entre les deux, il n'a pas encore tranché. Comme le dit l'un de ses proches conseillers, « nous n'avons aucun intérêt à relancer les guerres intestines qui avaient cours dans l'administration Bush. En tout cas, pas dans le mois précédant l'élection ». C'est donc après le 6 novembre que les Américains - et le monde avec eux - découvriront quel Mitt Romney ils auront élu.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

États-Unis : le couple Obama parle de son expérience du racisme

États-Unis : le couple Obama parle de son expérience du racisme

Dans un entretien publié mercredi sur le site du magazine "People", le président américain, Barack Obama, et son épouse, ont révélé quelques actes de racisme ordinaire don[...]

États-Unis : 70 ans après son exécution, un Africain-Américain de 14 ans innocenté

Une juge de Caroline du Sud vient d'annuler la condamnation à mort de George Stinney, un afro-américain de 14 ans exécuté le 16 juin 1944 dans une prison de Columbia pour le meurtre supposé de[...]

Irak : gros revers pour l'État islamique

Plusieurs chefs du groupe État islamique en Irak ont été tués récemment dans des frappes aériennes américaines dans le nord de l'Irak, où des combattants kurdes ont[...]

Diaspora : Consuelo Cruz Arboleda, Africaine-Sud-Américaine

Depuis presque dix ans, cette Colombienne installée à Madrid coordonne le groupe afro-socialiste au sein du Parti socialiste ouvrier espagnol.[...]

États-Unis : torture sans limites pendant la présidence de George W. Bush

Durant la présidence de George W. Bush, sous couvert de guerre contre le terrorisme, la CIA a eu recours à la torture. Avec une cruauté sans bornes, selon un rapport accablant du Sénat[...]

Benjamin Stora : "La France peine à se voir comme une nation construite par ses migrants"

Entretien avec le patron de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, l'historien français Benjamin Stora.[...]

Oubliez le McDo, à Paris, les fast-foods africains passent à l'offensive !

En quelques années, le marché de la restauration rapide en France a vu venir de nouveaux acteurs, les fast-foods africains. Malgré la frilosité des banques à les aider, certains ont réussi[...]

Démocratie et torture

Très mauvaise fin d'année pour le dogme selon lequel "la démocratie est le stade suprême du développement politique". On nous a tant de fois assuré que c'est le[...]

États-Unis : Hillary Clinton, future présidente ?

L'épouse de Bill Clinton n'est pas encore candidate à la présidentielle de 2016, mais nul doute qu'elle le sera bientôt. Sera-t-elle la première femme à accéder à la[...]

Algérie : au Val-de-Grâce, un Bouteflika peut-il en cacher un autre ?

La santé d'Abdelaziz Bouteflika a une nouvelle fois fait parler d'elle mardi. Selon des médias algériens, le président algérien aurait été hospitalisé une nouvelle fois au[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers