Extension Factory Builder
23/10/2012 à 11:27
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Lors de la photo de famille du Dialogue 5 plus 5, le 5 octobre, à La Valette. Lors de la photo de famille du Dialogue 5 plus 5, le 5 octobre, à La Valette. © Chesnot/Sipa

Se voulant plus pragmatique, la France souhaite donner la priorité à un partenariat resserré avec les pays de la Méditerranée occidentale.

Quatre ans après le lancement de l'Union pour la Méditerranée (UPM), les réunions de cette instance ont « souvent débouché sur rien ». Tel est le constat de François Hollande, qui a tenté, le 5 octobre, à La Valette (Malte), de relancer le processus euro-méditerranéen. Loin des ambitions - irréalistes ? - d'un Nicolas Sarkozy, qui rêvait de faire de l'UPM une grande organisation politico-économique de quarante-trois pays, le nouveau président français souhaite donner la priorité à un partenariat beaucoup plus resserré avec les pays de la Méditerranée occidentale. D'où l'idée, quatre mois après son élection, de réactiver le Dialogue 5+5, une structure plus informelle de discussion qui rassemble dix pays des deux rives (France, Italie, Espagne, Portugal et Malte pour l'Europe du Sud ; Algérie, Maroc, Tunisie, Libye et Mauritanie pour le Maghreb).

Cela faisait neuf ans que cette instance ne s'était pas réunie au niveau des chefs d'État et de gouvernement. Pragmatique, Hollande a convaincu ses partenaires européens, notamment Mario Monti (Italie) et Mariano Rajoy (Espagne), d'y participer. Si le président algérien Abdelaziz Bouteflika et le roi du Maroc Mohammed VI ne souhaitent pas encore se retrouver autour de la même table, ils ont toutefois dépêché leur Premier ministre, respectivement Abdelmalek Sellal et Abdelilah Benkirane. Les chefs de l'État mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz et tunisien Moncef Marzouki étaient également présents, ainsi que le président du Congrès général national (CGN) libyen, Mohamed el-Megaryef. « Le Printemps arabe a accouché de nouveaux dirigeants au Sud, explique un proche de Hollande. On avait besoin de se retrouver et de voir ce qu'on pouvait faire ensemble. »

"Task force"

Les participants se sont entendus pour continuer à collaborer sur les questions de sécurité, notamment la lutte contre le trafic de drogue et le crime organisé. Une « task force » devrait voir le jour pour traiter des problèmes de l'immigration clandestine. Quant à l'UPM, qui ne sera pas démantelée, elle devrait servir de boîte à idées et d'agence de mise en oeuvre de la politique de voisinage. La France a toute confiance en Fathallah Sijilmassi, le secrétaire général marocain, pour développer les projets d'intégration, comme l'autoroute du Maghreb ou l'Erasmus euro-méditerranéen, un programme qui permettrait une meilleure mobilité des étudiants entre les universités des deux rives. De nouveaux projets sont en discussion, comme la mise en place d'un système d'alerte sur les prix des produits agricoles. Paris souhaite enfin promouvoir les projets d'investissement euro-méditerranéens - les stratégies industrielles communes permettant la « colocalisation » des emplois sur les deux rives -, améliorer la circulation des hommes d'affaires, intensifier la coopération énergétique et en matière de transports. Mais on reconnaît que ce ne sera pas facile en période de forte restriction budgétaire européenne.

François Hollande se rendra à Alger, Rabat et Tunis dans les prochains mois.

Dans les prochains mois, le président français se rendra au Maghreb pour sensibiliser ses partenaires de la rive sud et conforter les relations bilatérales. Une grande visite de deux jours est prévue au mois de décembre en Algérie. Elle sera suivie d'un déplacement au Maroc au premier semestre de 2013, puis d'un autre en Tunisie un peu plus tard. Très préoccupé par le danger salafiste, Hollande souhaite accompagner la transition démocratique dans les pays du Sud. « Un combat de long terme » pour la présidence française et qui requiert de la diplomatie pour ne pas heurter la sensibilité de ses partenaires tout en se montrant vigilant sur le respect des « droits fondamentaux ». Cela pourrait passer par le débat. Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes, travaille ainsi à l'organisation d'une grande conférence sur le rôle des femmes dans l'espace méditerranéen, qui devrait voir le jour en 2013. « Aidons ces pays à ne pas revenir vers les dictateurs et à ne pas basculer dans l'extrémisme religieux », expliquait Laurent Fabius durant la campagne électorale.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Ciments du Maroc consolide ses positions

Dans un marché local toujours en berne, la filiale d'Italcementi se bat pour rester numéro deux. Et permettre au groupe italien de poser ses premiers jalons au sud du Sahara.[...]

Nabil Dirar (AS Monaco) : "Je ne regrette pas d'avoir choisi le Maroc"

À 29 ans, le milieu de terrain marocain est l'un des cadres de de l’AS Monaco, plus que jamais en lice pour disputer la prochaine Ligue des Champions après sa victoire à Lens (3-0) dimanche. Nabil[...]

Maroc : la polémique darija divise le royaume

Faut-il ou non introduire l'arabe dialectal dans les cursus scolaires ? La question divise le royaume. Éléments de réponse.[...]

Algérie : l'entraîneur du NAHD limogé après une altercation avec Anelka

L'entraîneur de l'équipe algérienne du NA Hussein Dey, Ighil Meziane, a été limogé après une "altercation" avec l'ancien international français Nicolas Anelka,[...]

Tunisie : 98 migrants perdus en mer arrivés au port de Zarzis

Trois bateaux de pêche ont amené samedi au port de Zarzis (Sud tunisien) 98 migrants africains en perdition en Méditerranée après avoir tenté de rallier illégalement l'île[...]

Moi, Fathy le Fou, maître du "trait pourri"

Mon pays, l’Algérie, a été pionnier dans la zone minée de la caricature politique en Afrique du Nord. J’ai fait partie de ses éclaireurs, envoyé à l’ombre avec[...]

Longtemps déserté, le Sahara marocain attire enfin les patrons

Fin mars, les provinces du Sud étaient au centre d'un nouveau forum de l'investissement à Laayoune. À la clé, soixante projets et 6 milliards de dirhams pour une région[...]

Algérie : la nouvelle Constitution, l'Arlésienne de Bouteflika

En avril 2011, le chef de l'État annonce son intention de faire réviser la loi fondamentale. Quatre ans et plusieurs consultations plus tard, le projet de réforme n'a toujours pas[...]

Tunisie : Ghannouchi tel qu'en lui-même dans "Au sujet de l'islam"

Rached Ghannouchi s'est livré dans un livre d'entretiens réalisé par le journaliste Olivier Ravanello : "Au sujet de l'islam". [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2701p062.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2701p062.xml0 from 172.16.0.100