Extension Factory Builder
19/10/2012 à 12:47
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
'Young Boy' de Marlene Dumas, à la galerie Saatchi, à Londres. "Young Boy" de Marlene Dumas, à la galerie Saatchi, à Londres. © AFP

Nigérians, Sud-Africains, Marocains... Ils ne sont qu'une dizaine dans le classement des 500 plasticiens les plus prisés des salles des ventes.

Bien sûr, classer les plasticiens comme des chevaux de course a quelque chose d'artificiel et ne dit rien, ou presque, du futur de leur oeuvre. Il n'empêche : dans ce domaine, le rapport annuel d'Artprice sur le marché de l'art contemporain fait autorité. Et du côté des Africains, les nouvelles ne sont pas très bonnes. Ils ne sont en effet qu'une petite dizaine, au milieu d'une foultitude de Chinois et d'Anglo-Saxons, parmi les 500 créateurs les plus cotés entre juillet 2011 et juin 2012.

En tête, deux Sud-Africains, Marlene Dumas (47e) et William Kentridge (84e), avec un chiffre d'affaires en ventes publiques de près de 3 millions d'euros et 1,6 million d'euros respectivement. À la 170e place, l'Anglo-Nigérian Chris Ofili, connu pour utiliser de la bouse d'éléphant dans ses toiles (684 700 euros). Au 326e rang, l'Algérien Adel Abdessemed (258 500 euros), qui a récemment suscité une polémique en exposant des figures du Christ composées de barbelés à côté du retable d'Issenheim. À la 408e place, un autre Nigérian, Yinka Shonibare (208 200 euros), qui s'interroge sur le colonialisme et le postcolonialisme à travers des oeuvres liées à l'histoire de l'art occidental mais revues et corrigées avec force tissus africains. Juste derrière, la Kényane Wangechi Mutu (431e, 193 700 euros) et ses toiles-collages psychédéliques. Enfin, en queue de peloton, deux Marocains - Lalla Essaydi, 438e, et Mohamed Drissi (1946-2003), 489e - et deux Égyptiens - le photographe Youssef Nabil (468e) et le peintre Adel el-Siwi (490e).

Une consolation, le numéro un reste l'Américain d'origine haïtienne et portoricaine Jean-Michel Basquiat, décédé en 1988, avec un chiffre d'affaires approchant les 80 millions d'euros.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Continental

Vidéos - Football : les stades les plus chauds du continent

Vidéos - Football : les stades les plus chauds du continent

De Casablanca à Johanesburg en passant par Kumasi au Ghana, "Jeune Afrique" vous présente quelque-uns des stades de football les plus chauds du continent. Frissons garantis.[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leurs territoires. Grâce à une carte[...]

France : quand François Hollande oublie les "tirailleurs"

À la Grande Mosquée de Paris, sur la plaque gravée en hommage aux soldats musulmans mort pour la France, l'Élysée va devoir réparer son omission.[...]

La diversité religieuse ? Une richesse inéquitablement répartie

Chrétiens, juifs, musulmans, animistes, athées... Sur Terre, ce n'est pas la diversité qui manque. Une enquête recense les pays où elle est le plus forte. Première en Afrique, la[...]

Japon - Yoshifumi Okamura : en Afrique, "c'est maintenant qu'il faut y aller !"

De passage à Paris, l'ancien ambassadeur du Japon en Côte d'Ivoire - et désormais représentant personnel du Premier ministre pour l'Afrique-, Yoshifumi Okamura, évoque l'avancée des[...]

Risque-pays : les bons et les mauvais élèves africains

Aon Risk Solutions vient de publier la 16e édition de la carte de risque pays. Si l'Afrique australe reste (à l'exception du Zimbabwe) la zone la moins risquée du continent, le Maroc, le Ghana et l'Ouganda[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Veni vidi... Vinci ?

Après des années de suprématie chinoise, les français Bouygues, Eiffage et Vinci repartent à l'assaut du continent. Leurs atouts ? Qualité, respect des délais et recours[...]

Olivier Stintzy : "Investir dans les hôpitaux, les écoles, le logement"

Pour ce gestionnaire de fonds, les partenariats public-privé permettent de prolonger la durée de vie des équipements à vocation sociale tout en garantissant leur rentabilité.[...]

Casa África, aux Canaries, une fenêtre espagnole sur le continent

Créée en 2006 comme un consortium entre le ministère espagnol des Affaires étrangères, le gouvernement des Canaries et la municipalité de Las Palmas où elle a son siège,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers