Extension Factory Builder
15/10/2012 à 08:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ella Ganga dans 'Où vers ?', de DeLaVallet Bidiefono. Ella Ganga dans "Où vers ?", de DeLaVallet Bidiefono. © Antoine Tempé

Le festival "Danse, l'Afrique danse !" s'est tenu du 28 septembre au 7 octobre à Johannesburg. Une neuvième édition contrastée.

Bonne nouvelle ! Elles sont de retour ! Contrairement à 2010, la biennale Danse, l'Afrique danse !, qui s'est tenue à Johannesburg du 28 septembre au 7 octobre, a fait la part belle aux femmes. Quasi absentes à Bamako en 2010, elles étaient davantage représentées cette année. « Nous avons été attentifs à cela, reconnaît Sophie Renaud, directrice du département Échanges et coopérations artistiques de l'Institut français (ex-CulturesFrance). Parmi les quelque 250 candidatures reçues, il y avait plus de propositions féminines que lors des précédentes éditions. Elles étaient aussi plus nombreuses à avoir intégré des compagnies. »

Le Congolais DeLaVallet Bidiefono, lui, a attribué le rôle principal à sa compatriote Ella Ganga, dans Où vers ?, une création dynamique et inventive qui rend hommage au combat quotidien que les Africaines doivent mener pour affronter une société machiste. « Le parcours d'Ella m'a inspiré, confie le chorégraphe originaire de Pointe-Noire. Son mari estimait que sa place n'était pas sur scène mais à la maison. Il lui a demandé de choisir entre lui et la danse. Elle a préféré la danse. » Charismatique, l'allure hiératique, cette remarquable interprète porte la pièce sans pour autant effacer ses partenaires.

Rapports hommes-femmes

Femmes brutalisées, corps rudoyés également chez Radhouane El Meddeb, qui, avec Ce que nous sommes, évoque la violence de la perte de son père, mais aussi celle de la société tunisienne. Cette pièce écrite en 2010 trouve un écho particulier deux ans plus tard. Les danseurs exécutent la brutalité des rapports hommes-femmes, et l'on ne peut s'empêcher de penser à cette Tunisienne violée par des policiers début septembre et accusée d'atteinte à la pudeur. Autre violence, évoquée par la métisse sud-africaine Desiré Davids (Who Is This?... Beneath My Skin) : celle héritée de l'apartheid et qui met les gens dans des cases en fonction de la couleur de leur peau.

Hélas, toutes les artistes femmes programmées n'étaient pas à la hauteur de l'événement et n'avaient pas la technique de la Sud-Africaine Teresia Mojela, l'une des deux danseuses de Wake Up, la pièce - prometteuse - en cours de création de Grégory Maqoma et Florent Mahoukou.

Pour son édition sud-africaine, dont les 600 000 euros de budget ont été financés par l'Institut français, le Soweto Theatre, Total et le National Arts Council of South Africa, la biennale itinérante a abandonné le concours qui a permis, au fil des années, de faire émerger de véritables talents comme Robyn Orlin, Salia Sanou et Seydou Boro, Nelisiwe Xaba et Kettly Noël ou encore Faustin Linyekula, devenus aujourd'hui des habitués des grandes scènes mondiales. « De plus en plus d'artistes estimaient que ce concours limitait la création », justifie Sophie Renaud.

Absence de public

Cependant, le bilan de 2012 est plutôt mitigé avec, aux côtés d'oeuvres qui tournent à l'international, comme celle de Radhouane El Meddeb, Le Cargo de Faustin Linyekula, Aaleef de Taoufiq Izeddiou, ou encore Kharbga, jeux de pouvoir de Hafiz Dhaou et Aïcha M'Barek, des pièces prétentieuses, voire narcissiques, d'autres inabouties. Mais, plus décevant, l'absence de public due en grande partie à une communication plutôt faible du côté sud-africain. « C'était ma crainte », avoue Sophie Renaud. « C'est un vrai problème, regrette un chorégraphe d'Afrique centrale. À Bamako et à Tunis en 2008, un effort important avait été fait pour que cela soit un événement populaire. La dynamique est cassée. »

Quelques bonnes surprises tout de même. Avec Point 1, 2, 3 notamment, le Sud-Africain Lucky Kele a offert dix brèves minutes très denses. De secousses en tressautements, il évoque l'emprisonnement, le handicap, la mort. Intense. Bonne chance Lucky pour la suite ! 

____________

Séverine Kodjo-Grandvaux, envoyée spéciale à Johannesburg

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique du sud

Afrique du Sud : Twitter fustige la fille Zuma, devenue 'dircab' de ministère à 25 ans

Afrique du Sud : Twitter fustige la fille Zuma, devenue "dircab" de ministère à 25 ans

Depuis les révélations du "Mail and Guardian" le week-end dernier sur le parachutage de Thuthukile Zuma, la fille du président sud-africain, au poste de directrice de cabinet au ministère des [...]

Sida : la circoncision réduit aussi le risque de contamination des femmes

Recommandée par l'OMS dans 14 pays africains, la circoncision réduit les risques de contamination par le VIH pour les hommes. Une étude vient de démontrer que ce constat est également valable[...]

Nadine Gordimer l'Africaine

Décédée à l'âge de 90 ans le 13 juillet, la Prix Nobel de littérature aura été une militante antiapartheid de la première heure. Elle laisse une[...]

Nadine Gordimer : disparition d'une voyante

Cette femme déterminée représentait une face de l'Afrique du Sud dont elle donnait une vision sans concession. Tout en défendant une conception exigeante de l'écrivain.[...]

Nadine Gordimer : un si long chemin

L'auteure du Conservateur, Booker Prize 1974, a porté jusqu'au bout un rêve : celui du premier jour après le racisme.[...]

Nadine Gordimer, celle qui tient tête

Frêle mais jamais fragile, l'écrivaine engagée aura affiché une volonté à toute épreuve, refusant les faux-fuyants. Portrait.[...]

Omedeto Fugard, l'Afrique et la Fondation Zinsou !

Ou "bravo", en japonais... Pour la première fois, un créateur du continent, Athol Fugard, reçoit le "prix Nobel des arts". La Fondation Zinsou, au Bénin, est elle aussi[...]

Quand Nadine Gordimer invitait Jeune Afrique à dénoncer la pauvreté

Prix Nobel de littérature en 1991, la romancière sud-africaine Nadine Gordimer est décédée le 13 juillet à l'âge de 90 ans. Une figure de l'engagement contre l'appartheid dont[...]

L'Afrique du Sud honore son premier Mandela Day depuis la mort de l'icône

L’Afrique du sud fêtait vendredi l’anniversaire de Nelson Mandela, qui aurait eu 96 ans. Comme c’est désormais la tradition depuis 2010, chaque citoyen était invité à donner 67[...]

Afrique du Sud : Nadine Gordimer et la transition postapartheid

Prix Nobel de littérature en 1991, la romancière sud-africaine Nadine Gordimer est décédée le 13 juillet à l'âge de 90 ans. "Jeune Afrique" réedite une interview de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers